Salut-jinx d'Halloween

627Report
Salut-jinx d'Halloween

Hijinx d'Halloween


Charles, ou comme tout le monde l'appelait, Charlie regardait l'horloge sur son bureau. Encore dix minutes et ça compte avant qu'il puisse laisser derrière lui une semaine de travail vraiment merdique et se diriger vers une fête d'Halloween amusante avec sa femme très sexy.

Il attendait cela avec impatience depuis que Margaret et lui avaient reçu les invitations il y a deux semaines. Charlie ne se souvenait pas de la dernière fête d'Halloween à laquelle il avait assisté et le simple fait d'y penser faisait ressortir l'enfant qui était en lui.

Margaret a choisi les costumes et est allée les chercher dans un magasin de costumes professionnel aujourd'hui. Il savait qu'il y allait en tant que Zorro mais Margaret gardait son costume secret. Il fallait que ce soit quelque chose de sexy. Il ne pouvait pas l'imaginer dans quoi que ce soit d'autre.

Alors que Charlie entra en trombe dans la maison. Margaret l'accueillit à la porte avec une avalanche de baisers. Ils étaient tous les deux excités. Cela faisait un moment qu'ils n'avaient pas vu leurs vieux amis et pour une raison ou une autre, ils n'étaient pas allés à une fête d'aucune sorte depuis plus d'un an.

Pendant le dîner, ils discutèrent de certaines des personnes qu'ils s'attendaient à être là puis, comme deux enfants, ils coururent à l'étage pour se doucher et s'habiller.

En tant que défenseurs de l’eau, ils ont bien sûr pris une douche ensemble. Après huit ans de mariage, ils ne pouvaient toujours pas se tenir la main.

Charlie frotta ses mains sur le pain de savon pour faire mousser, puis prit doucement les seins fermes de sa femme dans sa prise glissante et frotta la chair soyeuse avant de glisser le long de son torse.

Se plaçant derrière sa charmante épouse, il enfonça sa bite dure dans la fente de son cul tout en travaillant son clitoris avec son doigt savonneux. En quelques instants, son corps lisse se frottait de haut en bas contre sa queue alors que les effets de son orgasme imminent s'accumulaient.

"Oh mon Dieu!" cria-t-elle en se frottant les seins alors que son corps tremblait de plaisir. Elle se retourna rapidement. La douche chaude tombait maintenant en cascade dans son dos et toujours en proie à la passion, elle attrapa la bite de Charlie avec sa main savonneuse et le masturba jusqu'à un point culminant rapide en crachant du sperme épais pour se mélanger aux bulles de savon glissant sur sa chair lisse.

Ils s'embrassèrent et, sous le torrent de la douche, s'embrassèrent passionnément.

Alors qu'ils sortaient de la douche et commençaient à s'essuyer les uns les autres, Margaret ressentit un terrible mal de tête. Elle a essayé de l'ignorer pendant qu'elle se séchait les cheveux, mais le temps qu'elle ait fini, cela s'était transformé en une véritable migraine.

Elle détestait lui dire, elle savait à quel point il attendait cette fête avec impatience, mais elle ne pouvait pas ressentir ce qu'elle ressentait.

"Chérie," dit Margaret en mettant sa main sur sa tête, "Je suis vraiment désolée, mais je viens d'avoir un terrible mal de tête. J’ai peur de ne pas pouvoir assister à la fête.

Il n’était pas nécessaire de lire dans les pensées pour voir la déception sur le visage de Charlie. Pourtant, ce n’était pas la faute de sa femme si elle avait mal à la tête. Il se laisserait aller et aiderait sa femme.

"Chérie," dit-il d'une voix sympathique, "pourquoi ne t'allonges-tu pas et je vais te chercher des analgésiques."

Charlie, vêtu uniquement de son short de jockey, a baissé les couvertures pour sa femme et s'est rendu à l'armoire à pharmacie pour chercher les médicaments. Désormais ornée d'une nuisette longue en flanelle, Margaret s'assit au bord du lit. Charlie lui tendit deux analgésiques, un verre d'eau puis la mit au lit.

"Ah Charlie," dit-elle tristement, "Je suis vraiment désolée, je sais à quel point tu voulais y aller ce soir."

"Ne t'inquiète pas pour ça chérie, tu es plus importante que n'importe quelle fête."

« Non, ce n’est pas juste », a-t-elle dit, « ce n’est pas parce que je ne peux pas venir que tu ne devrais pas y aller. Continue. Mettez votre costume et sortez d'ici. Tout ira bien, honnêtement. Je vais juste m'endormir de toute façon. En plus, je veux voir à quel point tu as l'air débonnaire en tant que Zorro.

«Chérie, ne sois pas stupide. Je ne vais pas aller à une fête et te laisser ici.

"Pourquoi pas? De toute façon, je vais seulement dormir. Cela n’a aucun sens que nous le manquions tous les deux. Vas-y, j'insiste chérie.

"Es-tu sûr?" dit-il sans savoir avec certitude si elle le testait.

«Je suis absolument sûr, chérie. Et non, je ne te teste pas," dit-elle avec un petit rire, "Je sais ce que tu penses. Je le pense vraiment, je veux que tu ailles à la fête et que tu passes un bon moment.

Charlie sourit prudemment. Elle avait vraiment l’air sincère. Eh bien, il le saura avec certitude lorsqu’il commencera à s’habiller.

"Chérie, si tu es sûr, mais je ne me sens pas bien d'aller à une fête sans toi."

Margaret ferma les yeux et, avec un léger sourire, lui fit signe de partir.

Charlie a d'abord enfilé le pantalon noir et la chemise qu'il avait achetés au magasin. Ils ne faisaient pas partie du costume. Ensuite, il a pris de la gomme spiritueuse et a collé la fausse moustache. Une cape, un chapeau noir à large bord et une épée complétaient le look. Bon sang, il avait une silhouette fringante, pensa-t-il.

Au moment où Charlie s'habillait comme le fringant Espagnol de la vieille Californie, Margaret dormait profondément. Enlevant le chapeau à larges bords, il se pencha et embrassa légèrement sa belle au bois dormant. Il lui a laissé un mot sur la coiffeuse lui disant qu'il rentrerait tôt et qu'il est parti.

Environ une heure plus tard, Margaret se réveilla et ouvrit les yeux. Wow, pensa-t-elle, son mal de tête avait disparu. Elle resta là pendant une minute puis regarda l'horloge. Il était encore tôt. Je peux encore faire la fête, pensait-elle.

Margaret s'est rapidement maquillée et s'est brossée les cheveux. Du fond du placard, il attrapa son costume sexy de Fée Clochette. Il n’y en avait pas beaucoup. Une toute petite robe verte avec un diamant taillé sur le bas qui descendait juste au-delà du beau cul de Margaret et juste assez pour couvrir sa chatte. La seule autre défense entre elle et la robe courte était la paire de collants verts transparents. Une casquette verte et des guêtres vertes pour ses chaussures complètent la tenue. Elle s'est regardée dans le miroir et s'est demandé si c'était trop sexy. Eh bien, pensa-t-elle, c'est trop tard maintenant.

La fête battait son plein quand elle est arrivée, alors elle est entrée à l'improviste. Margaret chercha son Zorro et le vit sur la piste de danse. Il tenait dans ses bras une jolie blonde que Margaret ne reconnaissait pas et ses mains semblaient s'interroger un peu plus qu'elles ne le devraient.

Avant de le rejoindre, Margaret pensa qu'elle devrait peut-être regarder un peu plus, alors elle s'assit dans un coin peu visible de la pièce.

Il y avait Zorro. Il se précipitait bien, passant d'une belle femme à une autre. Margaret était un peu agacée par son flirt et a décidé de le mettre à l'épreuve. Elle trouva un masque pour son visage et s'approcha de lui sur la piste de danse.

En quelques secondes, les mains de Zorro lui frottaient les fesses. Elle décida de voir jusqu'où il irait. Elle sentit sa bite dure se frotter contre elle pendant qu'ils dansaient.

Sans dire un mot, Margaret le conduisit par la porte arrière et dans un coin sombre de la cour arrière. Elle ouvrit la fermeture éclair de son pantalon et sortit sa bite palpitante de son pantalon. Elle espérait qu'il l'arrêterait, mais il ne l'a pas fait.

Elle devait voir jusqu'où il irait réellement, alors elle écarta ses lèvres pulpeuses et permit à son membre d'entrer dans sa gorge. Elle sentit sa main derrière sa tête guider ses mouvements.

Soudain, il lui releva la tête et la retourna. Il la poussa par-dessus la table de pique-nique devant elle et releva la jupe courte de son costume dans son dos. Ses pouces pénétrèrent dans les collants verts et elle sentit la fraîcheur de l'air nocturne sur sa peau alors qu'ils étaient tirés sous ses fesses.

Malgré la rage envers son mari infidèle, il ne faisait aucun doute qu'elle était également excitée. Il la prit par derrière sans problème, enfonçant sa fidèle arme au plus profond de son ventre.

Il trembla de partout alors qu'il atteignait son apogée, poussant son corps contre le sien et la plaquant à la table. Puis, aussi soudainement qu'il l'avait prise, il disparut. Fidèle à son caractère, il est parti comme un voleur dans la nuit.

Margaret était furieuse alors qu'elle relevait ses collants et rabattait son costume. Elle était trop bouleversée pour même rentrer à l’intérieur. Elle ne pensait pas pouvoir se contenir. Elle en aurait avec Charles mais ce serait dans l'intimité de leur propre maison.

Elle a marché le long de l'extérieur de la maison et est sortie par le portail alors qu'elle se dirigeait vers sa voiture et est partie à toute vitesse.

Margaret était furieuse alors qu'elle arrachait presque le petit costume et remettait sa chemise de nuit en flanelle sur toute la longueur.

Elle était assise dans son lit lorsque Charles entra, tôt comme promis.

"Alors," commença-t-elle, "tu as passé un bon moment?"

"Ouais, plutôt bien, je suppose," répondit-il.

"Avec combien de femmes as-tu dansé?" elle allait lui donner juste assez de corde pour se pendre.

"Je n'ai dansé avec aucun", répondit-il. "Dès que j'ai franchi la porte, Harry m'a convoqué pour une partie de poker. Lui et d'autres gars jouaient dans le sous-sol."

"Oh vraiment," dit Margaret d'une voix sarcastique. Il est juste en train de se creuser un trou plus grand, pensa-t-elle.

« Ouais, mais attends que je te dise ce qui s'est passé. Souvenez-vous de John Fisher de l'université. Tout le monde l’appelait « Poisson ». C'était un vrai nerd. Si je me souviens bien, vous le méprisiez.

"Ouais," dit-elle, "je me souviens de lui."

«Eh bien, il était là et bien sûr, il est toujours un nerd. Il s'est présenté sous le nom de Johnny Cash, vous savez, l'homme en noir. Bien sûr, personne ne savait qui il était censé être, alors je lui ai prêté le costume de Zorro puisque je ne l'utilisais pas. Attends que je te dise ce qui lui est arrivé…
Chéri? Margaret, tu peux avoir l'air si pâle.

Articles similaires

Le génie de mon frère - Chapitre 09

Dans un pub londonien, une fille s'est assise à l'une des tables. Elle avait avec elle son propre sac à dos rose et celui bleu clair de son amie qui venait d'aller au bar. Elle regarda autour d'elle, s'imprégnant de toute l'apparence de l'endroit. Les gens discutaient et buvaient, et certains regardaient une émission de télévision où des hommes couraient partout en se donnant des coups de pied dans un ballon. Il m'a demandé une pièce d'identité ! dit Alexis en revenant portant deux verres. Je suis flatté qu'il pense que j'ai l'air d'avoir moins de 18 ans. Je lui ai...

1.6K Des vues

Likes 0

Dans le sillage d'une nympho 2

Dans le sillage d'une nymphomane Partie 3 Par John Morrisson « Bienvenue chez Sonic, puis-je prendre votre commande ? » ai-je demandé dans le micro. Le haut-parleur grésilla un peu. Ouais, je veux un milk-shake, a dit une voix calme de la famine. Quelle taille? J'ai demandé. Gros, répondit-elle. Est-ce que c'est ça? J'ai demandé. Ouais, dit-elle. Deux minutes plus tard, je suis sorti avec son milk-shake. « Deux heures trente-huit », dis-je. Je regardais la fille maintenant. Elle avait l'air d'avoir obtenu son diplôme. Elle avait les cheveux bruns raides avec des reflets blonds. Elle m'a tendu un billet de cinq dollars. «...

949 Des vues

Likes 0

Mon amie Jackie

Hé, est-ce que ta mère est à la maison aujourd'hui ? a demandé à ma copine par SMS Non, elle travaille jusqu'à 7 heures, répondis-je. D'accord, je viens et j'amène Jasmine. Je veux que tu lui apprennes à baiser avant qu'elle parte à l'université. Et au moment où ces mots ont traversé mes yeux, j’ai été choqué. Même si j'ai une profonde affection pour ma petite amie, Jasmine a toujours été dans le coin de mes yeux et au fond de mon esprit. Découvrir qu'elle était vierge était une surprise en soi, mais que ma copine voulait que je la baise...

737 Des vues

Likes 0

L'élixir de vie

Note de l'auteur :[/b] The Elixir of Life est apparu sur xnxx l'année dernière. J'ai reçu de nombreux e-mails demandant qu'il soit republié ** Être un scientifique en génétique n'était pas sans avantages. Quatre assistants à plein temps, des bureaux cossus et n'oublions pas la nouvelle décapotable Lexus. Ils l'avaient chassé de la Brewer Pharmaceutical Corporation l'automne précédent, avec l'attrait d'un nouvel équipement de laboratoire à la pointe de la technologie et le type de financement sans fond auquel seules les agences gouvernementales semblent avoir accès. Dr James Wilson - Généticien principal a proclamé la plaque quelque peu ostentatoire située au niveau...

1.3K Des vues

Likes 0

Devenir majeur des années plus tard

Devenir majeur des années plus tard Ma sœur et ses 2 enfants étaient en vacances en juillet, lorsque l'incendie d'une maison en rangée a ravagé leur maison et 3 autres personnes dans leur quartier. J'ai reçu un appel des pompiers car j'étais la personne à contacter en cas d'urgence et je n'avais aucun moyen de la joindre. J'ai immédiatement appelé son portable mais je n'ai eu aucune réponse. J'ai laissé un message. J'ai appelé ma nièce et laissé un message également. Environ une heure plus tard, j'ai reçu un appel de ma nièce. Je lui ai dit que je devais parler...

781 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour Tom 2

Bien sûr que je l'aime. J'expliquais à ma meilleure amie Heather au téléphone. Tu es sûr, et ce n'est pas juste un béguin. Parce que Hun tu l'as en quelque sorte laissé prendre ta virginité. Heather m'a dit avec prudence. Je ne laisserais pas n'importe quel mec me faire ça ! Tu me prends pour quoi, une salope ?! dis-je en plaisantant. Notre conversation a duré un moment. Elle voulait juste s'assurer que j'étais en sécurité et comment c'était. Il était environ 9h30 ce vendredi et mes parents étaient au casino et j'ai pris la pension après avoir parlé à Heather...

1.3K Des vues

Likes 0

La machine à laver

« Pourquoi n'essaies-tu pas ? » Les grands yeux bruns de Laura s'écarquillèrent alors qu'un frisson coquin traversait son corps, la faisant frissonner un peu à cette pensée. Soyez sérieux dit Laura avec un sourire timide à sa meilleure amie Tally. Laura et Tally étaient assises dans un café comme elles le faisaient normalement pendant leur pause dîner en train de bavarder. Tally était la meilleure amie de Laura depuis qu'ils étaient à l'école ; ici, ils étaient encore meilleurs amis à l'âge de 33 ans, travaillant même dans le même immeuble de bureaux. Ce dont ils parlaient était un cadeau que Laura avait...

991 Des vues

Likes 0

LEÇONS DE DOMINANCE : DEUXIÈME PARTIE

PROLOGUE de la première partie : Naomi Dayne sort avec Peter depuis six ou sept rendez-vous maintenant, et sa mère, Miranda, a senti que sa fille tombait amoureuse du jeune homme, et comme elle est une dominante froide, elle veut sa fille poursuivre la tradition familiale de domination féminine sur les mâles !!! Après avoir soumis Peter à un certain nombre de tests, Miranda écrase finalement ses couilles dans ses mains, brisant efficacement l'esprit de Peter tout en lui laissant une épave émotionnelle !!! Miranda teste ensuite la capacité de Peter à la satisfaire oralement, et au grand soulagement de Naomi, Peter...

2.3K Des vues

Likes 0

Le cadeau de Noël spécial de maman

« Cadeau de Noël spécial pour maman » par rmdexter L'histoire suivante est une œuvre complète de fiction et de fantaisie. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Notez que contrairement à la plupart de mes œuvres publiées, il s'agit d'une histoire autonome, offerte en vacances grâce à tous mes lecteurs fidèles. Gardez cela à l'esprit lors de la lecture - j'espère que vous l'apprécierez. Et s'il vous plaît, prenez le temps de voter ou de laisser un commentaire, les auteurs l'apprécient. « Jake, je n'arrive pas à croire que tu te sois donné tant de mal ! » a...

1.6K Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.