Une surprise d'été (Partie 1)

152Report
Une surprise d'été (Partie 1)

Une surprise d'été,
Partie 1

par Nicholas Keel

Chapitre 1:

Nick avait dix-neuf ans et rentrait tout juste de sa première année à l'université, ce qui, si vous demandiez à quelqu'un impliqué, était au mieux terne. L'été après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il avait entretenu des visions de fêtes, de filles, d'alcool, de travaux. Mais la réalité était un peu moins excitante qu'une telle imagination pré-frush. Il est allé à quelques soirées, a essayé de trouver un groupe d'enfants avec qui sortir, mais a quand même fini par dormir seul dans son dortoir tous les week-ends.

Le colocataire de Nick n'était pas si maudit, comme il n'a jamais hésité à le souligner. C'était juste avant Thanksgiving, quand il a montré à Nick "The Chart". Dans son placard, il avait accroché un morceau de panneau d'affichage avec leurs deux noms, une étoile pour chaque fille ramenée à la maison. Il pensait, à tort, que ce serait une compétition amusante entre eux deux, mais avait réalisé en octobre que ce n'était pas une compétition. La ligne de Nick avait zéro étoile.

"Ouais... désolé, mec. J'ai arrêté de compter il y a quelques semaines, ça m'a juste déçu de te voir avec un gros zéro là-haut," dit-il d'un air découragé.
"Alors... pourquoi tu me montres ça alors ?" J'ai demandé.
"Je ne sais pas, je pensais que tu aimerais le voir."
"Tu as mal pensé."

Cela résume à peu près le reste de leur temps ensemble. Ainsi, lorsque l'année scolaire a commencé à se terminer en avril et mai ce printemps-là, Nick n'était pas du tout déçu à l'idée de rentrer chez lui. En fait, il y avait même un travail qui l'attendait là-bas, du moins le pensait-il. Nick a pris quelques jours pour se répartir, rendre visite à de vieux amis et retrouver sa famille à son retour. Ensuite, il se dirigerait vers Al's Comics and Cards, où il travaillait chaque été depuis la neuvième année.

Nick était un peu nerd au lycée: jeux de papier et de dés, jeux de cartes à collectionner, etc. Il a pris un peu de merde pour ça, mais ce n'était pas trop mal, vraiment. L'avantage de travailler dans un magasin de jeux était qu'il obtenait toujours des versions anticipées, était au courant des événements à venir et pouvait utiliser sa réduction pour les employés. Nick est entré chez Al et a trouvé le directeur, dont le nom était en fait Tom; il avait acheté l'entreprise à un copain (le premier Al) une dizaine d'années auparavant.

« Hé, Tom ! Content de te voir. Nick a dit en guise de salutation.
"Hey, Nick. Comment ça se passe à l'école ?"
"Ah, vous savez : les études, les fêtes, les travaux." dit-il sarcastiquement en roulant des yeux.
"Je parie que tu es une vraie tueuse de femmes là-haut, hein?"
"Eh, je vais bien." Nick a menti, sans conviction. « Je me demandais quand tu voulais que je commence ? Peut-être la semaine prochaine, après le week-end ?
"Oh merde, Nick," dit Tom, l'air sincèrement contrarié. "Je ne pense pas pouvoir vous emmener cet été. Ce nouveau jeu de cartes à collectionner, Magic the Gathering est sorti cette année, et j'ai dû embaucher de l'aide supplémentaire pour gérer les nouveaux clients et organiser des événements. Je ' je suis plein."

Cette nouvelle l'a frappé comme une tonne de briques. Nick s'était attendu à passer la majeure partie de l'été entouré de tous les divertissements et divertissements qu'il pouvait demander, et le voilà, découvrant que cela n'arrivera tout simplement pas. "Il n'y a pas moyen?" Il a demandé, suppliant de garder son été intact.
"Non, je suis désolé Nick. Je ne peux tout simplement pas me permettre deux employés."
"C'est bon," dit Nick, hérissé. Il enroula ma fierté autour de lui assez fort pour raidir sa colonne vertébrale. "Je comprends. Je serai de retour ce week-end pour acheter de nouveaux livres supplémentaires."
"Je suis vraiment désolé, Nick. Je le suis. Honnête. J'espère que tu n'es pas blessé à ce sujet."
"C'est ce que c'est. A plus tard, Tom."

Sur ce, il sortit du magasin et rentra chez lui. L'été a été officiellement tourné. Pas de travail, ce qui signifiait pas d'argent supplémentaire, ce qui signifiait trois mois très ennuyeux à la maison. "Putain de super", a-t-il dit à personne en particulier.

Nick est rentré à la maison et sa mère a dit quelque chose à propos du dîner, mais il est monté dans ma chambre et a fermé la porte à la place. Il essaya de se perdre dans quelques lectures, mais l'ombre de l'été gâché était trop grande pour y prêter attention. À un moment donné ce soir-là, Nick s'est endormi... et le lendemain matin, l'été allait vraiment commencer.

* * *

Il devait être environ dix heures le lendemain matin quand il se réveilla, ses parents étaient déjà partis travailler pour la journée, et Nick avait une grosse séance de squat pour s'occuper. Il descendit les escaliers, chercha de la nourriture et opta pour une pâtisserie surgelée. Il me versa un verre de limonade et se tint à la fenêtre de la cuisine, regardant dans la cour latérale de la maison.

Un léger mouvement attira son attention, et un éclair de peau pâle refléta la lumière du soleil du matin. Hmm... Nick se dit, je me demande qui est chez les Tyler ? Il se dirigea vers la salle à manger pour voir s'il pouvait avoir une meilleure vue. La clôture en bois qui séparait notre cour de celle des Tyler avait juste assez d'ouvertures pour voir à travers, mais à cette distance, il n'y avait pas grand-chose à distinguer. Il y a certainement quelqu'un là-bas, cependant.


Sans réfléchir, Nick se retrouva discrètement en train de se faufiler dehors. Les Tyler n'avaient qu'un seul enfant, un petit connard bruyant nommé Johnny. Il aurait... peut-être onze ans maintenant, mais ils l'envoyaient toujours dans un camp pour dormir. Merde, toute personne sensée renverrait ce gamin aussi souvent que possible. Il s'est glissé dehors et s'est approché tranquillement de la clôture.

Alors que Nick se rapprochait, il vit qu'il y avait bien quelqu'un de l'autre côté. Des visions de lui-même arrêtant héroïquement un cambrioleur lui vinrent immédiatement à l'esprit. Le journal l'interviewerait, les Tyler le remercieraient et la ville célébrerait sa capture du voleur sournois.

Toutes ces visions ont été immédiatement réduites au silence lorsque Nick a vu la courbe douce d'une hanche et la légère saillie d'un os de la hanche. La plus petite bande de tissu tendue en travers de la hanche, se connectait à un triangle parfait qui disparaissait entre deux cuisses luisantes.

Il y a une fille là-bas.

Une main délicate entra dans son champ de vision limité et commença à frotter une huile visqueuse sur sa peau, lui donnant un éclat lisse. Elle passa ses mains sur ses cuisses, son bas-ventre et ses hanches. Nick ne pouvait vraiment pas croire ce qu'il voyait. Qui est-ce?! Il resta figé. Rien de moins qu'un tremblement de terre ou qu'un avion tombant du ciel ne l'aurait éloigné de cet endroit.

Il a légèrement déplacé son poids pour obtenir un angle différent à travers les lattes. Son estomac se courba légèrement, puis plongea, remontant pour rencontrer ses côtes. Sa peau était lisse et parfaite, luisante d'huile. Elle portait un bikini rouge rehaussé de pois blancs, et le tissu enveloppait délicatement ses seins. Ses cheveux brun foncé étaient empilés au-dessus d'elle sur la chaise longue alors qu'elle était allongée sur le dos sous le chaud soleil du matin. Elle est belle.

Nick se baissa et s'ajusta. Sa dureté croissante se pressait inconfortablement contre son jean. Comme si elle sentait son besoin, elle s'étira luxueusement, cambrant le dos de la chaise longue et faisant ressortir ses mamelons contre le tissu tendu de son costume.

La main de Nick sembla se glisser d'elle-même, appliquant une légère pression sur le renflement durci derrière son jean. Il était si dur que ça faisait mal, le battement palpitant au rythme de son pouls, et les petites vagues de plaisir qui ondulaient à travers son corps avec la pression de celui-ci.

Elle se détendit et s'installa dans le fauteuil. Elle leva un genou, heureusement son gauche, et donc plus loin de lui, et ne gênant pas sa vue. Elle fit courir sa main sur son ventre, la peau huilée lisse, bronzée et habituée à la chaleur de l'été. Ses doigts commencèrent à transe paresseusement la ligne du bas du bikini, le léger pli où sa cuisse rejoignait son bassin.

Elle semblait faire glisser ses ongles sur l'intérieur de sa cuisse, grattant légèrement la peau là-bas, laissant une petite trace sur la peau huilée qui s'estompa rapidement. Qu'est-ce qui se passe ? Son doigt s'aventura sur le petit triangle de tissu, recouvrant la monture incurvée en dessous. Elle écarta très légèrement ses jambes et commença à faire courir ses doigts sur le tissu, soulignant en relief ses courbes et ses plis. Elle fit courir ses doigts sur les contours du tissu, ses lèvres à peine visibles contre le tissu serré.

Lentement, la couleur du tissu rouge a commencé à s'assombrir, alors que son jus était absorbé par le tissu. Le bas de son dos se souleva de la chaise, alors qu'elle balançait ses hanches, sa respiration devenant maintenant de plus en plus rapide et elle travaillait ses doigts dans des cercles de lumière serrés, la rapprochant de plus en plus de la libération.

Nick n'était pas sûr de la date exacte à laquelle il avait dézippé son jean, mais il l'était, et il faisait courir ses mains fermement sur sa hampe, serrant et pompant au rythme de ses cercles. Son rythme augmenta, et il augmenta le sien également. Son dos s'arqua maintenant contre la chaise, soulevant sa poitrine vers le ciel bleu nuageux. Ses lèvres s'entrouvrirent et sa langue sortit, les mouillant légèrement. Un court petit gémissement et un cri s'échappèrent, et cela le fit pour lui. C'était en train de se passer.

Nick a continué à travailler son membre, et il était déjà sur le point de finir. Elle avait l'air d'être assez proche aussi. D'une main, elle pressa le tissu de son bikini contre elle, ses doigts disparaissant dans le tissu humide, pressés légèrement en elle. Son autre main frotta furieusement son clitoris à travers le tissu, et Nick explosa contre la clôture avec une telle force qu'il vit des sursauts pendant quelques secondes. Ses genoux fléchirent et il tomba au sol, haletant légèrement.

Soudain, il prit conscience qu'il n'était plus concerné par le silence, et sa tête se redressa brusquement, jetant un coup d'œil à travers l'interstice des lattes de la clôture. Elle le regardait droit dans les yeux, deux doigts de sa main gauche passés autour de sa cuisse, plongés dans sa chatte à travers le tissu, et l'autre toujours posé sur son clitoris.

Il a paniqué. Il se leva d'un bond, toujours suspendu à son short, et il se précipita vers la maison. Il ferma la porte aussi silencieusement qu'il le put, et se dirigea immédiatement vers sa chambre, se cachant dans les escaliers. Il a fermé les portes et s'est assis sur le lit, haletant dans une combinaison d'essoufflement post-orgasme et d'hyperventilation provoquée par la panique.

Elle m'a vu. Je pense qu'elle m'a vu. Merde merde merde ! Et si elle en parlait à quelqu'un. Et si elle en parlait à la police ? Putain, je vais en prison. Nom de Dieu.

Ce genre de train de vie a dominé sa conscience pendant un certain temps, et il a imaginé dans les moindres détails comment il s'en sortirait en prison... un voyeur rien de moins. Oh mon dieu, je ne sais même pas quel âge elle a. Tout n'a fait qu'empirer dans le cauchemar de la prison. Non non Non. Je ne vais même pas entretenir cette pensée. Merde, c'est une femme, sans aucun doute. Merde. Je vais tellement en prison.

La majeure partie du reste de la journée a été passée dans divers états de panique, d'inquiétude et de méditation sur les futures horreurs de la prison. Environ quatre passèrent, et la police ne s'était pas encore montrée, donc NICk pensa qu'il n'allait pas être envoyé en prison. Du moins pas ce soir.

Ses parents venaient du travail et ils ont tous dîné tranquillement à la maison. Chinois à emporter. Ensuite, sa mère a annoncé qu'elle et papa partaient en week-end. "Pas de fêtes sauvages!" Har Har. Eh bien, au moins s'il devait aller en prison, ils ne seraient pas là pour le voir.

Malgré la menace imminente de perdre sa liberté, il espérait secrètement pouvoir la revoir. Et ainsi de suite. L'idée même de la revoir le faisait se raidir. J'ai mal. Après le dîner, Nick s'est fait plaisir sous la douche : avec l'image d'un bikini rouge à pois blancs fermement en tête, et deux doigts enfoncés dans le tissu mouillé.


Chapitre 2:

Ashley sortit sur la terrasse, le bois brûlant brûlant momentanément la douce peau de ses pieds. Elle sauta rapidement jusqu'à la chaise longue dans le coin de la cour. Le soleil n'était pas tout à fait au zénith, mais la chaleur était déjà intense, et pénétrante. Elle porta une main à son front, pour donner un peu d'ombre, et regarda par la fenêtre au-dessus de la maison du voisin.

C'est la chambre de Nick, pensa-t-elle. Cela faisait près de trois ans qu'elle ne l'avait pas vu. Elle avait eu le béguin pour Nick depuis qu'elle avait douze ans, et il en avait treize… ou peut-être quatorze ? Elle haussa les épaules à sa propre question et drapa la serviette sur la chaise, abaissant le dossier de quelques crans pour pouvoir s'allonger.

Nick n'avait même pas l'heure de la journée pour moi, la plupart du temps. Je ne pense pas qu'il ait même remarqué que j'étais ici. Il est vrai qu'elle avait passé la plupart de ses étés à garder cet intolérable morveux de sa tante et de son oncle. Heureusement, il est parti dans un camp et je pourrais profiter d'une pause estivale pour une fois.

Ashley se tenait à la clôture et a vu quelqu'un se déplacer dans la cuisine. Peut-être que c'est Nick… pensa-t-elle avec espoir. Il se tourna vers elle, pâtisserie en bouche. Merde! Elle s'écarta de la clôture et s'assit sur la chaise. Je pense qu'il m'a vu.

Elle entendit la porte coulissante en verre à l'arrière de la maison des voisins rouler dans sa course. Merde. Il sort. L'inclinaison de la lumière du soleil lui laissa voir la légère ombre projetée entre les lattes alors que Nick contournait la clôture. Peut-être qu'il m'a vu.

Nick se glissa autour, et son ombre s'arrêta. Qu'est-ce qu'il fait... est-ce qu'il... me regarde ? Cette pensée envoya un trille électrique le long de sa colonne vertébrale et une pression chaude s'installa profondément dans son ventre. Elle tendit la main et ramassa une bouteille d'huile de bronzage, en pressant une petite quantité dans sa main. Elle a commencé à étaler l'huile sur ses cuisses, la faisant pénétrer dans sa peau. Il lui en restait et elle en a étalé sur les hanches et sur le haut de ses fesses.

L'ombre du garçon voisin était toujours visible à la clôture, et tout ce qu'elle pouvait voir si elle pouvait plisser les yeux à travers l'éblouissement était une jambe de jeans. L'ombre se déplaça légèrement, semblant se rétrécir sur le bord intérieur entre les rails, et elle vit sa main saisir un renflement dans son jean, serrant et appuyant lentement.

Waouh. Nick se touche... avec moi. C'était une trop belle occasion pour la gâcher. Ashley a commencé à tracer son doigt le long du pli doux mis en évidence par l'ourlet du bas de son costume. Elle a tendu la main plus loin et a fait glisser son ongle sur la peau sensible de l'intérieur de sa cuisse, laissant une petite marque sur la peau. Son corps était électrique et elle pouvait sentir le regard du garçon voisin sur son corps, alors que ses mains et ses doigts dansaient sur sa peau.

De petites gouttes de sueur commencèrent à germer sur son front et sa poitrine, la chaleur du soleil n'en étant responsable qu'en partie. Elle inspira profondément et imagina Nick se touchant, la regardant. Attendez... elle n'avait pas à imaginer. Son jean était dézippé, et il se tenait dans une poigne ferme, le caressant sur toute la longueur.

Putain, je le veux. Elle passa ses doigts de l'arrière sur sa fente, poussant légèrement. Elle traça les lignes de ses lèvres, pressées fermement contre le tissu. Sa main s'est installée et elle a commencé à travailler ses doigts en petits cercles sur son clitoris, pressant la chair humide sur la zone trop sensible. Elle aurait besoin de s'énerver avant de pouvoir appliquer une pression directe. Elle pouvait sentir son humidité pénétrer dans ses fesses et un petit ruisseau coulait le long de ses plis.

Ashley regarda la clôture et Nick semblait suivre son rythme, ce qui ne fit qu'augmenter son niveau d'excitation. Elle glissa une main autour de sa jambe, pliant légèrement son genou, lui donnant une vue de la tache humide grandissante sur son costume. Elle enroula sa main autour de sa cuisse et commença à presser deux doigts contre le tissu de son maillot de bain, pressant dans l'ouverture humide d'elle. Son autre main a continué à courir en cercles serrés, tourbillonnant autour de son clitoris, envoyant des vagues et des pointes de plaisir à travers son corps.

Elle pouvait sentir ses propres doigts presser contre l'ouverture, le tissu humide et tendu. Elle a poussé deux doigts à l'intérieur, à travers le tissu, presque jusqu'à la deuxième jointure. Elle haleta de plaisir et fit pleuvoir sa langue sur ses lèvres, son souffle venant dans un petit pantalon.

Elle regarda par-dessus et vit Nick caresser furieusement sa bite dure comme du roc, et un petit gémissement s'échappa involontairement de ses lèvres. C'est tout ce qu'il a fallu pour la faire basculer, elle est tombée sur le pic, le crescendo des vagues de plaisir l'a submergée. Son dos arqué et ses talons appuyés fermement sur la chaise.

Ses deux doigts à l'intérieur d'elle-même, tandis qu'elle tourbillonnait et appuyait sur son clitoris gonflé. Elle pouvait sentir sa moiteur sur la chaise sous elle, mon Dieu, je ne pense pas avoir jamais été aussi mouillé...

Elle entendit un bruit et vit Nick projeter sa semence à travers les lattes de la clôture, tomber à genoux : submergé par la force de son orgasme. Ashley a été époustouflée par le point culminant qui s'est construit. Voir Nick finir, sachant que c'était elle qui se touchait lui-même, ce qui l'a rendu sur le manque qui... sa version a clignoté avec des feux d'artifice bleus et jaunes tandis que vague après vague de son éjaculation roulait sur elle.

"Euh, euh ... euh ......... euh." Elle haletait dans un petit pantalon, tandis que les muscles de son ventre et de son dos se contractaient dans le feu électrochimique de son orgasme. Elle regarda la clôture, pensant qu'elle serait peut-être capable de lancer un sourire diabolique à Nick, et ils établirent très brièvement un contact visuel.

Avec cela, Nick était debout et parti avant qu'Ashley ne puisse même commencer à lui sourire, lui faisant savoir à quel point il était chaud qu'il soit venu pour elle. Elle l'entendit faire irruption dans sa maison et put voir la porte de sa chambre s'ouvrir et se fermer depuis sa position sur la chaise longue. Merde... Je ne sais pas à quoi je m'attendais, mais ce n'était pas ça. Elle fit légèrement la moue, tendit son costume et utilisa la serviette pour nettoyer la chaise, qui montrait le pire de l'usure de son sexe dégoulinant.

Sous l'impulsion du moment, elle détacha son maillot de bain et le jeta par-dessus la clôture pour le faire sécher.

"Eh bien," dit-elle à personne en particulier, "Il y a toujours la prochaine fois, et il y a beaucoup d'été entre maintenant
et le début de l'école. Sur ce, Ashley jeta sa serviette par-dessus son épaule et pénétra dans la maison, ce qui, si Nick avait regardé, aurait été un spectacle fantastique à voir.

Chapitre 3:

Le dîner était passé, et Nick quand se tenir à la fenêtre de sa chambre. Il ne regardait vraiment rien en particulier, juste debout et pensant. Il soupira profondément, incertain de la façon dont les événements de la journée affecteraient le reste de son été, en supposant qu'il ne se fasse pas arrêter.

Réfléchissant aux voyeurs et aux prisons, Nick remarqua quelque chose sur la clôture. Dans l'obscurité crépusculaire, il ne pouvait pas tout à fait comprendre ce que c'était mais ça... Non, ça ne peut pas être... mais ça l'était. Un maillot de bain rouge, à pois blancs, jeté nonchalamment à souhait par-dessus la palissade en bois. Avant même que la pensée ne commence à se former, Nick se dirigeait vers le bas. Ses parents étaient dans le salon, regardant quelque chose à la télévision : leur rituel nocturne n'avait pas changé depuis que Nick avait environ dix ans, et n'avait plus besoin de rentrer la nuit.

Nick traversa silencieusement la cuisine et se glissa sur le pont arrière. Il était courbé, comiquement, comme un voleur dans un dessin animé du samedi matin. Les pieds nus de Nick étaient silencieux sur les marches en bois, et il sursaute légèrement à la sensation de l'herbe fraîche. Il se faufila autour de la maison et traversa la clôture. Personne. Il a fait demi-tour, la voie était dégagée.

Nick a arraché le costume de la clôture et l'a pressé contre son visage, en haletant profondément. L'odeur capiteuse et musquée du sperme collant de fille le frappa, l'enivrant. Il respira l'odeur de cette magnifique déesse, le souvenir de son doigté ; ses légers petits gémissements à travers ses lèvres entrouvertes.

Nick ne pouvait pas devenir plus difficile, se souvenant de la vue de ce matin, et de l'odeur d'elle mettant le feu à son cerveau. Soudain, le rétroéclairage s'est allumé chez les Taylor.

Merde. Il y avait peut-être des jeunes de dix-neuf ans plus rapides quelque part dans le monde que Nick ne l'était cette nuit-là, mais certainement aucun dans ce pays. Parti comme un coup de feu, il l'a transporté jusqu'à la maison, contournant le coin sur le pont arrière, dérapant sur la surface en bois. Son cœur battait comme un tambour, le sang battait dans ses oreilles, sa respiration lui arrivait en halètements bruts et irréguliers… il réalisa le problème.

Il avait l'air propre, et là. serré dans son poing... ce bikini rouge à pois blancs.
Merde. Moi.

* * *

"Ashley, chérie," commença tante Lisa, "je vais jeter une brassée de linge après le dîner, si tu as quelque chose qui a besoin d'être lavé."
"Oh d'accord. Ouais, j'ai quelques affaires, laissez-moi aller les chercher et les jeter au sous-sol.
"Merci chéri. Pourriez-vous descendre le panier de la salle de bain principale pendant que vous êtes là-haut ? »
"Bien sûr, tante Lisa," répondit utilement Ashley.

Elle monta les marches au pas de course et se dirigea vers la chambre d'amis qui serait la sienne à partir du reste de l'été. La pièce donnait sur l'arrière-cour et la terrasse de lecture de la maison des Taylor. Ashley a attrapé une paire de shorts, quelques t-shirts, une paire de jeans et des chaussettes à jeter au lavage. Hum... pensa-t-elle. Rien d'autre?

Alors qu'elle se levait, réfléchissant à la liste toujours importante des besoins en lessive, elle vit une forme bouger dans le jardin. C'est Nick ! Juste au moment où elle se penchait vers la fenêtre pour voir ce qu'il faisait, elle le vit arracher son maillot de bain de la clôture. Merde, c'est ce dont j'avais besoin. Elle inclina la tête sur le côté, le regardant, ses cheveux tombant légèrement sur son épaule.

Nick remonta la combinaison jusqu'à son visage et inspira profondément. Oh mon Dieu. Il est... non ! Ashley avait toujours été très gênée par son parfum, et le couple de petits amis qu'elle avait eu, elle s'était toujours gardée de s'approcher trop près de cette zone. Elle était terrifiée à l'idée que quelque chose à ce sujet les dégoûte. "Oh mon Dieu! Il est...."

Elle se tourna et descendit les escaliers en courant, emportant ses vêtements. Elle se glissa dans la cuisine au coin de la rue sur ses chaussettes et actionna l'interrupteur avec son coude. Elle se dirigea vers la porte du pont arrière. Non, non, non... s'il vous plait ! Elle sortit du pont arrière, et il n'y avait aucun signe de Nick. Il était parti. Ouf... mais attendez... Il n'y avait également aucun signe du maillot de bain. Oh mon Dieu.

Ashley est retournée dans la maison, a posé ses vêtements sur le sol et a boudé pour aller chercher le panier de la salle de bain principale à l'étage. Elle posa sa propre lessive dessus et tira le chargement dans les escaliers, les posant près de la porte de la buanderie.

« Tante Lisa, c'est ici près de la porte. Je pense que je vais me diriger pour être en avance. Le soleil m'a vraiment pris la tête aujourd'hui.
"D'accord mon cher. Merci pour l'aide!"

Ashley monta les escaliers en trompe-l'œil et se laissa tomber sur le lit, sans même se soucier de la lumière. Elle regarda de l'autre côté de la séparation entre les deux maisons et serra les poings. Elle secoua la tête, furieuse d'avoir été si négligente. Je l'ai probablement ruiné. Je pensais qu'il m'aimait bien ! Après tout ce temps!

Ashley s'est livrée à sa crise de colère silencieuse, jusqu'à ce qu'elle voie quelque chose dans la fenêtre du garçon voisin. Non... En face, dans la chambre au sommet du toit en pente, Nick était allongé sur son lit. Son pantalon était dézippé et son membre tumescent était visible contre son t-shirt sombre. Sa main a été saisie fermement autour de la base, pompant très lentement de haut en bas.

Son autre main pressait son bas de bikini contre son visage, drapé sur son nez et sa bouche. Peut-être que ce n'est pas foutu après tout… Elle glissa du lit et rampa vers la fenêtre sur les mains et les genoux, appuyée contre le mur. Elle baissa les yeux et vit que la lumière de la rue tombait droit sur elle, alors elle glissa sur le côté, collant aux ombres. Elle pouvait encore le voir d'ici, traire lentement sa bite, ses fesses drapées sur son visage, inhalant son parfum.

Elle plongea la main dans son short et commença à se frotter, déjà mouillée par la vue. Ce matin tu m'as regardé, et maintenant je vais te regarder, Nicholas. Elle sourit à cette pensée. Si seulement vous saviez ce que c'était que de me regarder aujourd'hui... Il n'a pas fallu grand-chose pour la rapprocher, alors quand la ficelle de sperme chaud est montée sur son jean, ses mains pressant son maillot de bain, sentant son jus, elle a terminé dans une vague de plaisir roulante et fracassante.

Elle retira sa main de son short et, instinctivement, la porta à son nez, sentant son sexe. Cela ne semblait pas être quelque chose de spécial pour elle, mais il semblait certainement l'apprécier. Elle a sorti sa langue et l'a touchée jusqu'à l'humidité là-bas. Elle sut alors qu'elle voulait qu'il la goûte, et elle le goûterait.

Il ne le savait pas encore, mais Nick allait passer de sacrées vacances d'été.

Articles similaires

La punition d'une petite salope

Elle ne savait pas comment tout cela s'était passé si vite, elle était maintenant penchée dans sa salle de bain, sa chatte fraîchement rasée se faisant pilonner. Elle était allée dans la salle de bain tôt ce matin-là et avait retiré le plug anal que son mari avait mis en elle avant de partir au travail et avait sauté dans la douche. Lavant son corps, elle se taquinait lentement avec de douces caresses. Elle venait juste de sortir de la douche et commençait à se sécher quand elle jeta un coup d'œil par la fenêtre, réalisant qu'elle avait oublié de fermer...

1.4K Des vues

Likes 0

Enseignants Pet_(0)

Je suis un lycéen de quinze ans et je suppose que je suis assez moyen à bien des égards. Mes notes sont dans la moyenne et ma vie sociale est correcte, mais avec le sport et le temps passé avec le groupe de rock dans lequel je suis, je n'ai pas beaucoup de temps libre. Au lycée, tout le monde a une salle d'accueil où vous commencez chaque journée d'école. Chaque année, vous en obtenez un nouveau et cette année, j'ai été mis dans la chambre de Miss Porter. C'est une prof d'anglais dans la trentaine avec des cheveux blonds et...

1.4K Des vues

Likes 0

Steph - S'occupe de mon colocataire

Je connais Steph depuis 5 ans. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lorsqu'elle était une étudiante universitaire de 20 ans en Angleterre. Elle était tout ce qu'un homme pouvait désirer, c'est une superbe rousse, 5 4 et très mince. Elle est un cul à tomber par terre et pour quelqu'un d'aussi mince, elle a des seins 32E, aussi fermes que gros. Ma chance a eu lieu le jour où je l'ai rencontrée, et la première fois que nous avons baisé, ça s'est juste amélioré, elle a un désir insatiable de sexe, et la chatte la plus mignonne que j'ai...

1.4K Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.3K Des vues

Likes 0

Douce torture

J'entre dans la pièce et tu me bande les yeux, tu me conduis au lit et tu me dis de me déshabiller. J'enlève lentement ma chemise. Alors que je le soulève au-dessus de ma tête, je sens que tu tends la main, mets tes mains dans mon soutien-gorge et pince mes mamelons, fort. Je respire, frissonnant, les mains tenant ma chemise sur mon visage, et j'attends. Vous vous éloignez alors et je sais que je suis censé continuer. J'enlève la chemise et la jette de côté. Je dézippe ma jupe, la glisse le long de mes hanches, jusqu'à mes chevilles, et...

1.3K Des vues

Likes 0

BARB, MON TROIS VOIES.

Dans une histoire récente de BARB, MAKING MY SEXUAL FANTASIES HAPPEN, j'ai décrit comment, vers l'âge de trente-cinq ans, j'ai décidé de réaliser mes rêves et fantasmes sexuels. La première étape a été de trouver un nouvel amant. Par hasard, Zac est entré dans ma vie, physiquement attirant, un peu plus âgé que moi, un travail professionnel, et comme je l'ai vite appris, une épaisse érection de vingt centimètres. Au fil du temps, Zac m'a fait découvrir un large éventail d'expériences sexuelles. Masturbation mutuelle, me baiser pendant qu'une autre femme regardait, puis sexe lesbien avec elle pendant qu'il regardait. J'ai apprécié...

1.3K Des vues

Likes 0

Dépendance douloureuse.

Bonjour, je suis Adam 21 ans. Cela va faire partie d'une série MAIS chaque histoire peut être une histoire indépendante. Toutes les histoires que je vais faire sont complètement vraies. -Tout commentaire est le bienvenu. **Toronto, Ont** A l'époque j'étais jeune. J'ai donc finalement eu le courage d'envoyer un message au gars que j'ai rencontré en ligne via un site de chat gay nommé Steve pour une autre rencontre. Parce que la première rencontre a été pour le moins révélatrice. Je pensais que puisqu'il avait pris ma virginité anale la première fois, la seconde serait aussi mauvaise. J'ai donc envoyé un...

1.3K Des vues

Likes 0

Si tu gagnes? - partie 2

Je me suis assis sur le bord d'un matelas affaissé, dans une chambre de motel crasseuse, et j'ai laissé mon regard jouer sur les bites alléchantes des quatre lycéens nus debout devant moi. Brandon était le seul à avoir encore dix-huit ans, mais avec son anniversaire le mois prochain, il était suffisamment proche pour que je ne pense pas à son âge. Chacun des garçons arborait une érection puissante, même si tous venaient de se branler dans ma main quelques minutes auparavant. Avec la glace brisée, ils ne jetaient plus un coup d'œil furtif sur mon corps d'âge moyen, mais respectable...

1.4K Des vues

Likes 0

L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3 Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi...

1.3K Des vues

Likes 0

( C ) la première orgie de nos baby-sitters

Et bien le grand jour est arrivé, ce soir allait à la première orgie de Shelia, elle a passé la nuit d'avant avec nous, à baiser et à s'amuser, plus nerveuse bien sûr que d'habitude, mais toujours aussi avide de jouer, on lui a dit que tout allait bien, 6 ou 7 couples, peut-être qu'il y en aurait plus, car nous leur avons dit qu'elle était là, cela la rendait plus nerveuse. Nous nous sommes tous préparés pendant la journée, chacun utilisant la douche et jouant furtivement avec les jouets pour ouvrir nos trous, bien que la plupart du temps, je...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.