Kathy (pute poubelle blanche) partie 5 (de l'autre côté de Jeff)

346Report
Kathy (pute poubelle blanche) partie 5 (de l'autre côté de Jeff)

Kathy (pute poubelle blanche) partie 5 (de l'autre côté de Jeff)

Jeff a balayé les feuilles d'automne tombées de la pelouse, le jardin avait l'air un peu triste par rapport à son ancienne gloire estivale.
Kathy a ouvert les portes-fenêtres, "Je viens juste de sortir chérie, à plus tard"
"Ouais ok. chérie", répondit-il en ramassant les dernières feuilles et en les jetant dans la poubelle à roulettes.
Kathy ferma la porte-fenêtre derrière elle et Jeff fut libre.
Il attendait ce jour avec impatience depuis si longtemps et il avait du mal à croire qu'il venait juste d'arriver.
Il retourna dans la cuisine, se lava brièvement les mains sous le robinet de la cuisine, les sécha, puis monta aux toilettes.
Il s'est douché et s'est rasé, puis est allé dans la chambre pour enfiler un short et une chemise. Il a choisi de ne pas porter de sous-vêtements.
Il retourna à la cuisine et sortit une pilule de Karmagra de son portefeuille, la coupa en deux et l'avala.
Au moment où il est arrivé au parking, sa bite était déjà à moitié dure en prévision de l'amusement de l'après-midi qu'il était sur le point de vivre.
Il baissa sa vitre lorsqu'il vit John approcher.
John était au début de la cinquantaine mais était en bonne forme et très attirant, et il avait une belle bite non coupée de 8 pouces.
"Bonjour Jeff et comment vas-tu aujourd'hui?"
"C'est mieux de te voir, merci John et j'ai hâte de m'amuser avec ta jolie bite"
«Hé, tu ne devineras jamais ce que je viens de voir en sortant des toilettes. Je suis juste allé pisser et quand je suis sorti, il y avait une pute ivre qui titubait dehors. J'ai failli la heurter.
"Peut-être que tu devrais avoir John, elle pourrait aimer une partie de ta bite"
« Cela ne serait pas surpris ; elle avait l'air prête pour une baise. On pouvait voir ses seins à travers son haut et sa jupe était si courte qu'on pouvait voir ses fesses à travers ses collants.
"On dirait une vraie pute"
"Je suis sûr qu'elle l'était, cela ne semblait pas la déranger que je la regarde de toute façon"
"Je suppose que tu te sens plutôt excité après ça, alors ? Ou du moins, j'espère que c'est le cas"
"Tu me connais Jeff, toujours excité pour tout"
Jeff a remonté la vitre et est sorti de la voiture.
« Mieux vaut aller voir si notre endroit préféré est disponible alors »
"Oui, nous ferions mieux, nous ne voulons pas perdre notre temps précieux, n'est-ce pas Jeff", dit-il avec un clin d'œil.

Ils parlèrent de la fille aux toilettes alors qu'ils marchaient vers la forêt au sommet des falaises, spéculant sur quel genre de femme elle était et pourquoi elle était là à cette heure de la journée. Le dogging n’avait généralement lieu qu’à la tombée de la nuit.
Jeff a ensuite raconté à John comment il avait baisé Kathy alors qu'elle revenait du travail tôt le matin.
"Tu as de la chance d'avoir une femme qui aime autant le sexe Jeff"
Jeff a dit : « Oui, je suppose que je le suis, mais je ne peux m'empêcher de me sentir coupable. »
"Coupable?"
"Oui, depuis que je te vois, j'ai l'impression de l'avoir trahie et je me sens coupable d'avoir couché avec elle"
John a ri : "Tu veux dire depuis deux ans ?"
"Oui, au moins deux ans"
"Tu es un gars vraiment sympa Jeff, je ne me sentirais jamais coupable d'avoir des relations sexuelles avec qui que ce soit, je veux dire, après tout, c'est juste du sexe, n'est-ce pas ?"
"Bien sûr, tu as parfaitement raison, mais je ne peux toujours pas m'empêcher de sentir que je la trompe"
Si seulement ils savaient que la fille des toilettes était Kathy !

Ils arrivèrent à leur endroit préféré.
S'accroupissant pour se frayer un chemin à travers un tunnel formé par les pas de nombreuses personnes qui avaient piétiné les buissons, ils arrivèrent à la petite clairière, complètement masquée aux regards extérieurs par l'épais arbuste. C'était un endroit assez dégoûtant ; le sol est jonché de préservatifs usagés, de pages de magazines pornographiques et de canettes de boissons.
John a baissé son pantalon et s'est tenu debout, tenant sa longue queue raide, son sac à couilles et sa queue étaient complètement rasés, à l'exception d'une touffe de poils pubiens en forme de « V » qui pointait vers la base de sa bite.
Jeff laissa tomber son short puis s'accroupit aux pieds de John pour le prendre dans sa bouche. Il appréciait bientôt le goût du pré-éjaculation alors qu'il essayait d'en prendre toute la longueur.
"Stable Jeff, ne m'oblige pas à tirer trop tôt, je veux me sauver pour ton cul"
Jeff ralentit un peu en léchant et en caressant légèrement au lieu de sucer pour tout ce qu'il valait.
"Putain, ça fait du bien Jeff"
Il a retiré le pénis de John de sa bouche,
"Seulement parce que je l'aime tellement"
Jeff avait une main sur sa queue en train de se branler, se sentant légèrement inférieur étant tellement plus petit que le magnifique spécimen dans sa bouche.
Il appréciait réellement le sentiment de servitude que cela lui procurait ; Content de savoir qu'il avait toujours John s'il voulait une plus grosse bite.
Il avait rêvé d'inviter John à la maison et de lui faire faire un plan à trois avec Kathy, mais il savait que ce serait impossible.
Kathy flirtait parfois quand ils sortaient, mais il savait que c'était juste un plaisir léger et qu'elle ne partirait jamais avec quelqu'un d'autre.
John baissa les yeux sur Jeff appréciant goulûment sa bite.
"J'adorerais baiser ton beau cul maintenant"
Jeff a libéré sa queue de ses lèvres, s'est levé et s'est dirigé vers le bord de la clairière où se trouvait une branche d'arbre pratique posée horizontalement et à environ 3 pieds du sol. Il l'attrapa à deux mains, se penchant pour offrir ses fesses à John.

John sortit un tube de gel KY de sa poche, en pressa un peu sur son doigt et le fourra dans les crottes de Jeff. Il en a également appliqué sur son propre cul avant de pousser sa tête de bite entre les fesses de Jeff et dans son trou.
Jeff était convaincu qu'il serait une bonne baise propre car il avait pris la précaution de se laver le trou du cul à l'aide du tuyau de douche plus tôt.
Il avait rempli et vidé plusieurs fois jusqu'à ce que l'eau éjectée soit claire, et a utilisé ses doigts pour éliminer les débris du trou du bouchon.
Kathy serait furieuse, et probablement quelque peu curieuse de savoir comment cela est arrivé là, si elle trouvait de la merde dans le bain.
Il ferma les yeux tandis que la hampe de John s'enfonçait lentement dans son cul ; il adorait cette sensation, mais il se souvenait des premières fois, il y a longtemps, où il avait eu peur de se chier dessus et demandait constamment au gars qui le baisait s'il était propre.
John accéléra le rythme et Jeff ressentit ce plaisir presque indescriptible de se faire masser bel et bien sa prostate.
Soudain, John s'arrêta, ils se tournèrent tous les deux et regardèrent vers l'entrée du tunnel de la clairière, alertés par le bruissement de quelqu'un se frayant un chemin et le craquement des brindilles sous leurs pieds.
Bien sûr, ils n’avaient aucune raison de s’inquiéter ; les gars qui sont apparus à l'entrée étaient des habitués de cette zone de drague, et après avoir poliment demandé si tout allait bien. s'ils restaient, ils occupaient une position similaire à celle de John et Jeff à leur arrivée.
C'était ce que Jeff trouvait le plus attirant dans le sexe masculin ;
Il ne s'est jamais considéré comme gay, mais il appréciait la camaraderie des hommes gays et bisexuels.
Il aimait aussi avoir une belle bite dans la bouche et dans le cul.
John a continué à baiser Jeff avec plus de vigueur, inspiré dans une certaine mesure par leurs deux amants sexuels nouvellement arrivés, tous deux considérablement plus jeunes que lui et Jeff. Ils regardaient et admiraient tous les deux les petites fesses serrées du plus jeune des deux alors qu'il s'accroupissait pour sucer la grosse bite du plus âgé.
John était sur le point de jouir ; Jeff était sur le point d'avoir un orgasme anal, quelque chose qu'il n'avait pas cru possible jusqu'à ce que cela lui arrive. La tête de Jeff était dans un tourbillon, sa bite était en fait molle alors qu'il éprouvait son orgasme et la bite de John lui remplissait le cul de sa crème.
Son corps tremblait alors que le sperme de John le remplissait et le plus âgé des deux autres gars se positionnait pour entrer dans le cul serré du plus jeune.
Putain, la bite de ce jeune mec était magnifique, longue d'au moins 9 pouces et si raide que la tête touchait encore son ventre alors qu'il se penchait.
Ils les regardaient également alors que la bite de John se retirait du cul de Jeff et que le sperme commençait à s'échapper.
John et Jeff ont changé de place.
Jeff pouvait voir le lubrifiant briller sur le trou du cul parfaitement rasé de John et sa queue entra facilement alors qu'il y enfonçait.
Le plus jeune se branlait maintenant furieusement tandis que son partenaire lui pompait de plus en plus fort. Jeff aurait adoré pouvoir le prendre aussi alors qu'il baisait John.
Juste cette pensée a déclenché ses couilles pour pomper son sperme vers John.
.
L'autre gars a montré clairement que lui aussi jouissait alors que son rythme ralentissait et se transformait en longues poussées dures et puissantes.
Trois mecs se levèrent pour caresser leurs bites ramollies tandis que le plus jeune se levait et continuait à se branler.
Sa queue avait l'air presque bizarre. Beaucoup trop grand pour sa silhouette élancée, et son apparence enfantine était encore soulignée par l'absence totale de poils sur son corps. Son partenaire s'agenouilla à ses pieds, la bouche ouverte ; le garçon regarda John et Jeff,
"J'en veux", dit-il.
Ils prirent tous deux position à ses pieds et tous les trois levèrent les yeux alors qu'il commençait à jouir sur leurs visages, essayant avec impatience d'en attraper une goutte dans la bouche.
C'était une bonne et savoureuse éjaculation pour le trio, renforcée par les gifles de bite qu'il leur donnait et l'opportunité pour chacun d'eux de le sucer.
L'heure du repas fut terminée et ils s'habillèrent tous et sortirent de la clairière et se séparèrent, laissant Jeff et John retourner à leurs voitures.


Kathy désigna ses mains vers la jupe autour de sa taille et les collants en lambeaux qui collaient à peine à ses jambes.
"Puis-je les enlever maintenant……… s'il vous plaît?"
Lenny regarda autour de lui les quatre autres gars qui hochèrent la tête ou haussèrent les épaules. Ils étaient tous nus et avaient les mains sur leurs bites qui étaient dans des états d'érection différents.
"D'ACCORD. salope pourrait aussi bien te mettre totalement nue.
Kathy s'allongea sur le matelas, leva les jambes en l'air et ôta sa jupe, accrochant ses pouces dans les collants déchirés et les arrachant avec.
Elle se mit à genoux et regarda ses nouveaux amis.
« Benny » dit-elle.
Benny se pencha en avant et la regarda. Il avait un visage rond, des cheveux bouclés jusqu'aux épaules et un sourire effronté. Il était bien couvert, mais pas gros, et très bien doté et caressait sa queue semi-dressée.
"Merci pour le pet chérie."
Benny a ri, "C'est avec plaisir, je suis content que ça te plaise."
Elle parcourut la pièce du regard et se posa sur le fier propriétaire de la plus grosse bite de la pièce.
"Tu dois être Léon"
"Comment as-tu deviné" rigola-t-il en baissant les yeux sur sa bite raide.
Léon était grand à tous égards, depuis les cheveux de sa tête courte et coupée.
Jusqu'à ses 6 pieds 6 pouces jusqu'à ses pieds massifs.
« Tu veux venir t'asseoir sur mes genoux ?
Elle passa sa main sur sa chatte qui commençait maintenant à picoter et à produire du liquide.
Benny toussa, "Juste une chose avant de partir" dit-il en se retournant sur le canapé et en pointant ses fesses vers elle.
Elle a immédiatement mis sa bouche sur son vide-crottes, il l'a laissé pénétrer, elle l'a respiré.
Elle lécha son trou, sentant une humidité crémeuse alors qu'elle lui fourrait le cul ; elle passa ensuite sa langue autour de sa bouche, appréciant le goût avant de piquer à nouveau puis de montrer sa langue tachée de brun à son bienfaiteur.
Kathy lécha et déglutit dans sa bouche alors qu'elle se levait et allait s'asseoir sur le « genou » de Léon.
Léon la stabilisa alors qu'elle se retournait sur le canapé, ses pieds de chaque côté de ses cuisses musclées. Il a tenu son membre dur en acier contre ses lèvres et elle s'est lentement assise, son énorme tige pénétrant profondément en elle, plus profondément qu'elle ne l'aurait jamais cru possible. Elle gémit alors que son col s'ouvrait et que son monticule pubien taillé se posait sur son trou de cul.
Elle le chevauchait comme un cavalier au trot ascendant, sa chatte grinçant alors qu'il en excitait chaque partie.
Ses seins étaient sucés, pressés et pincés par le gars à ses côtés ; Son sexe commence à durcir dans sa main. Il lui rendit son regard et dit : "Salut, je m'appelle Mickey".
"Ouais, Mickey avec le petit con" murmura à moitié la voix grave et rauque de Léon à son oreille.
Elle se pencha et lui prit la bite de Mickey, le regardant dans les yeux.
« Cela me semble parfaitement bien, Mickey »
"Je me sentirais mieux dans ton beau petit cul de salope blanche"
Léon se leva avec Kathy toujours empalée sur sa bite.
Il la souleva puis s'allongea sur le dos sur le matelas.
Kathy se retourna et s'assit sur lui en remettant sa longueur dans sa chatte.
Mickey s'agenouilla derrière elle, entre les jambes ouvertes de Léon se penchant pour l'entourer ;
Putain, elle avait un goût chaud !
Il lui a craché dans le cul puis sur sa bite, puis a commencé à la pénétrer.
Léon restait immobile dans sa chatte pendant que Mickey poussait.
Elle était si incroyablement serrée, avec seulement deux pouces de sa bite en elle, qu'il se demandait s'il pouvait supporter la pression.
Kathy criait.
Il poussa plus fort. Elle criait davantage.
Mickey a failli crier lui-même alors que ses couilles reposaient contre celles de Léon.

Kathy s'était effondrée sur Léon, la tête sur sa poitrine, ses doigts griffant le matelas alors qu'elle endurait la merveilleuse douleur de ses trous déchirés.
Cela lui faisait tellement mal, mais d'une manière ou d'une autre, elle savait qu'elle pouvait en supporter davantage.
D’une manière ou d’une autre, elle savait qu’elle était loin d’avoir atteint ses limites.
"Arrête une seconde Léon" dit Mickey alors que sa bite commençait à palpiter dans ses fesses.
"J'ai besoin de pisser"
Léon s'arrêta alors que Mickey poussait.
Kathy les repoussa durement alors qu'elle sentait la pisse chaude de Mickey remplir ses entrailles.
Mickey a recommencé à la baiser, sa pisse pétant couvrant sa chatte et ses deux jeux de couilles.
Kathy a commencé à les supplier de la baiser plus fort lorsqu'elle a senti une demi-douzaine de coups de cravache lui fouetter les fesses.
Ça piquait comme de la merde.
Carter, l'autre gars, lui a offert sa bite à la bouche alors qu'il passait sous elle et lui pinçait les tétons, mais lui permettait seulement d'aspirer le bout avant de commencer à pisser.
Kathy l'a avalé, voulant ressentir la sensation d'atteinte qui lui faisait frissonner tout le corps lorsqu'un coq lui bâillonnait la gorge.


Elle comprit vite alors que Carter lui enfonçait toute sa longueur.
Tous ses trous étaient utilisés, elle avait été bâillonnée et pissée, soumise à l'agonie et fouettée, mais elle avait toujours envie de plus.

Elle avait atteint ce sentiment glorieux où elle accepterait n'importe quoi.
Elle était de la viande de merde, elle était des toilettes et elle était tout ce qu'ils voulaient qu'elle soit.
Son corps était comme de la gelée, sa tête tournait et ses trous étaient remplis de sperme. Elle était dans son propre paradis.
Un par un, les gars sont venus puis l'ont quittée.
Léon la souleva de lui puis la jeta sur le matelas comme s'il jetait des ordures.
Elle resta allongée, face contre terre, goûtant le sperme et faisant pipi dans sa bouche.
Ses mains sous elle s'agrippaient à sa fente.
Quand elle s'est finalement assise, tout le monde était parti sauf Benny, qui était assis en train de boire une bière.
"Où est tout le monde Benny?"
"Eh bien, Léon et Carter sont allés se nettoyer et s'habiller et Lenny est dans la cuisine avec Mickey préparant les amuse-gueules pour ce soir."
« Des collations pour ce soir ? »
"Ouais, pour la fête"
"Je pensais que nous faisions une fête maintenant?"
Benny a ri : « Non, cet après-midi, c'était juste un échauffement. Lenny voulait voir si tu serais vraiment prêt à le faire.
« Parti pour quoi ? »
« Prête à être l’hôtesse de fête parfaite »
Kathy était un peu confuse.
"Dois-je aller aider dans la cuisine et servir des boissons et tout ça?"

Benny a encore ri : "Pas question, tout ce que tu as à faire c'est ce dans quoi tu es le meilleur."
Kathy commençait à aimer ce son.
"Ouais, tout ce que tu as à faire c'est de mélanger bébé et de donner aux invités ce qu'ils veulent. Je veux dire TOUT ce qu’ils veulent.
« Combien de personnes attendez-vous ? »
« Je ne suis pas sûr, peut-être une trentaine »
"Tous les gars?"
"Principalement des noirs, mais il peut y avoir aussi quelques filles."
Kathy réfléchit à la situation. Il doit être environ 17 heures maintenant, et si la fête commençait vers sept ou huit heures, combien de temps durerait-elle ?
Elle a demandé à Benny ;
« Autant que je sache, les invitations étaient pour environ vingt heures, mais nous avons l'habitude de faire la fête jusqu'au petit matin. »
"MERDE!"
"Quoi?" Benny a demandé : « Tu veux une merde ? Tu te sens comme de la merde ? Ou quoi?"
"Eh bien………… J'ai en fait besoin d'un caca……………..mais……………………………………..

Je veux vraiment rester toute la nuit, mais c'est………… c'est mon mari…
"Aucun problème! Appelez-le et invitez-le.
Kathy s'est approchée de Benny, s'est assise à côté de lui et l'a embrassé passionnément.
"J'aimerais vraiment, vraiment pouvoir Benny, mais il n'aime pas beaucoup le sexe et je suis sûr qu'il serait absolument consterné par ce que je fais."

Kathy avait du mal à trouver des excuses pour le dire à Jeff………..
Et puis, en un éclair, tout fut clair pour elle.
Elle avait souvent appelé Jeff pour lui dire qu'elle sortait boire un verre avec les filles du travail, et lui avait demandé s'il pouvait venir la chercher ?
Elle s’était souvent étonnée de sa réticence à venir la chercher et était parfois restée chez Julia.
Julia était alors la réponse.
Kathy avait besoin de son téléphone portable.
C'était dans son sac, dans la Jeep de Lenny.

« Benny ? elle a demandé
"Je dois sortir mes affaires de la voiture de Lenny pour pouvoir envoyer un SMS à Jeff"
"Pas de problème", dit-il, puis il se leva rapidement et sortit de la pièce.

Kathy a attendu quelques minutes jusqu'à ce que Benny revienne.
"Tiens, mets ça."
Il lui tendit une laisse et un collier pour chien.
« Nous ne voulons pas que tu partes, n'est-ce pas ? »
S'éloigner était ce qui était le plus éloigné des pensées de Kathy ; elle essayait désespérément de trouver une excuse pour rester.
Elle passa le collier en cuir autour de son cou et Benny le resserra, attacha la boucle, puis attacha la laisse.
"Ici, chien", dit-il en tirant sur la laisse et en la tirant hors de la pièce.
Elle le suivit dans le couloir puis, la langue fermement sur la joue, s'assit, attendant patiemment que Benny ouvre la porte.
"Ici, chien", dit-il en tirant sur la laisse,
Kathy s'avança à quatre pattes, frotta son cou contre son mollet, puis lécha sa jambe et commença à renifler le derrière nu de Benny.
Il apprécia son attention pendant quelques instants, se penchant légèrement lorsqu'elle lécha sa fente, puis tira brusquement sur la laisse.
"Allez toutou, c'est une gentille fille"
Elle rampa docilement derrière lui jusqu'à ce qu'ils atteignent le bout du chemin bétonné.
puis elle releva la tête, tirant contre lui, et leva sa jambe sur un arbre ornemental et énerva.
Benny s'est presque énervé en riant ; son petit chien n'était pas très doué pour cela, car il la regardait gicler davantage sur l'intérieur de ses cuisses que sur sa cible.
Kathy a crié alors que le gravier lui restait dans les mains et les genoux lorsqu'il l'a tirée plus loin vers la voiture, mais elle a serré les dents et l'a suivi.
"Se lever." Ordonna-t-il en ouvrant la portière de la voiture.
Kathy se leva, effaçant le gravier de ses mains et de ses genoux.
Benny lui passa le porte-bébé et son sac à main et ils rentrèrent dans la maison.
Benny a détaché la laisse mais a laissé le collier et lui a donné une fessée.
"Maintenant, va t'allonger"
Kathy est entrée en courant et s'est installée sur le matelas, a sorti son téléphone et a envoyé un texto à Jeff.

Articles similaires

Mon cadeau de fin d'études 2

Dans un état second, j'ai trébuché jusqu'à ma chambre, bikini tenu dans mon poing. Je grimpai lentement les escaliers, essayant de ne pas attirer l'attention. Je grimaçai quand l'un d'eux grinça sous mon poids, m'arrêtant pour m'assurer que je n'avais réveillé personne, soupirant quand je n'entendis rien d'autre que le bourdonnement du climatiseur. Dieu, qu'auraient dit mes parents s'ils m'avaient vu ? J'arrivai finalement à ma chambre et fermai la porte derrière moi me laissant tomber sur mon lit. Je n'ai même pas pris la peine de me glisser sous les couvertures avant de m'endormir, le bruit de mon ventilateur au...

921 Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

605 Des vues

Likes 0

La pilule Ch. 4

Doob's Bar était à l'origine un trou dans le mur. L'endroit où l'on pouvait aller s'asseoir dans l'obscurité et prendre un verre. C’était le genre d’endroit normalement calme et relaxant. Jusqu'à ce qu'un collège soit construit à proximité et qu'il devienne l'un des hauts lieux des jeunes étudiants. Aujourd'hui, le bar était rempli de musique forte, de monde et de lumières. Il ne restait plus grand-chose du bar autrefois calme pour boire seul dans un coin. Des filles qui criaient et des garçons de fraternité tapageurs rendaient l'atmosphère moins que souhaitable. Vallerie détestait un endroit comme celui-ci. Elle aimait le noir...

554 Des vues

Likes 0

Devenir majeur des années plus tard

Devenir majeur des années plus tard Ma sœur et ses 2 enfants étaient en vacances en juillet, lorsque l'incendie d'une maison en rangée a ravagé leur maison et 3 autres personnes dans leur quartier. J'ai reçu un appel des pompiers car j'étais la personne à contacter en cas d'urgence et je n'avais aucun moyen de la joindre. J'ai immédiatement appelé son portable mais je n'ai eu aucune réponse. J'ai laissé un message. J'ai appelé ma nièce et laissé un message également. Environ une heure plus tard, j'ai reçu un appel de ma nièce. Je lui ai dit que je devais parler...

529 Des vues

Likes 0

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

552 Des vues

Likes 0

Dortoir 3 de GF

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie du temps où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 2, veuillez d'abord les consulter. --- Quelques jours se sont donc écoulés et Sarah a fait comme si de rien n'était. Comme si le fait qu'elle me regarde baiser et jouir sur Teagan n'était qu'un rêve. Comme si elle n'avait pas léché le sperme de Teagan sur ma bite et avalé mon sperme pendant que Teagan faisait la vaisselle. Pour être honnête, je n’étais même pas sûr que cela se soit produit. C'était tellement...

398 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.4K Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour Tom 2

Bien sûr que je l'aime. J'expliquais à ma meilleure amie Heather au téléphone. Tu es sûr, et ce n'est pas juste un béguin. Parce que Hun tu l'as en quelque sorte laissé prendre ta virginité. Heather m'a dit avec prudence. Je ne laisserais pas n'importe quel mec me faire ça ! Tu me prends pour quoi, une salope ?! dis-je en plaisantant. Notre conversation a duré un moment. Elle voulait juste s'assurer que j'étais en sécurité et comment c'était. Il était environ 9h30 ce vendredi et mes parents étaient au casino et j'ai pris la pension après avoir parlé à Heather...

1.1K Des vues

Likes 0

Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club. = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne...

933 Des vues

Likes 0

Signes de vêlage - partie 1

Terri surveillait les vaches. Au cours de sa dernière descente, les taches noires et brunes des vaches lointaines se sont transformées en dégoûtants mugissements. Terri regarda les gros animaux stupides se promener, mâcher de l'herbe. Elle cogna sa tête contre la vitre en plastique. Il n'y avait pas de bovins au collège. C'était le point mort du fléau urbain. Elle l'avait choisi en partie pour cette raison. Et maintenant, elle retournait… aux vaches. * * * Sa mère ne l'a pas rencontrée à la porte. Terri ramassa trois sacs lourds et sortit du terminal. À la station de taxis, elle a...

934 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.