Denis 2

1KReport
Denis 2

J'ai envoyé un texto et appelé Denise plusieurs fois au cours des deux semaines suivantes, mais il a fallu un certain temps avant que j'aie de ses nouvelles. Ensuite, j'ai reçu un SMS m'informant qu'elle avait déménagé et si je pouvais venir dans son nouvel appartement dans quelques jours. J'ai accepté et quelques jours plus tard, je suis arrivé dans un appartement isolé à quelques kilomètres de son ancienne propriété. J'avais repensé à la dernière fois que j'avais rencontré Denise et même si j'avais totalement apprécié chaque instant, j'essayais toujours d'accepter le fait qu'elle avait pris le contrôle. Après tout, en vingt ans, je ne me souvenais pas d'une autre occasion. C'était tellement différent de moi que cela a commencé à jouer dans mon esprit et m'a fait déterminer que si quelque chose devait arriver, cette fois, ce serait à mes conditions !

Je me suis garé, je me suis approché de la porte et j'ai sonné. La porte s'est ouverte juste assez pour que j'entre et dès que j'ai pénétré dans le couloir, elle s'est brusquement refermée. Ce n'est qu'alors que j'ai compris pourquoi. Là, devant moi, il y avait Denise avec un soutien-gorge en cuir noir qui ressemblait plus à quelques lanières de cuir qui enveloppaient ses seins massifs, des bas noirs et des bottes en cuir noir qui montaient au-dessus de son genou. 'Tu es en retard'! Je ne pensais pas l'être mais je n'allais pas répondre, en plus j'essayais toujours de surmonter mon choc, ma surprise et le fait que ma bite remuait déjà dans mon pantalon. ‘Nous vous attendions’. Ce n'est qu'en enlevant ma veste que j'ai compris qu'elle avait dit "nous" ! Avant que je puisse dire quoi que ce soit, elle m'a dit de me déshabiller. Nous n'étions même pas allés plus loin que la porte d'entrée et pourtant elle avait déjà pris le contrôle et attendait avec impatience.

Pendant une seconde, j'ai tenu bon mais elle a juste souri sagement, a passé ses mains sur son corps, a placé ses mains sur ses hanches et a penché la tête en me regardant. "Si tu veux ça", dit-elle une fois de plus en désignant son corps avec ses mains, "tu dois te taire et faire ce que je te dis" ! Mince! Ma bite était déjà dure et les arguments pour rester forte, prendre le contrôle et s'affirmer se sont évaporés à la vue d'elle prenant ses seins en coupe et se caressant de manière provocante. j'avais perdu ! Elle le savait et je le savais définitivement car j'ai immédiatement commencé à me déshabiller en laissant tomber mes vêtements sur le sol. Lorsque j'ai enlevé mon boxer, j'ai haleté lorsqu'elle a saisi ma bite, l'a serrée fort et l'a tenue jusqu'à ce qu'elle soit complètement dressée dans sa main. Elle a semblé m'évaluer puis apparemment satisfaite, elle a pris un collier de cuir sur le côté et m'a dit de me retourner. Pendant que je le faisais, elle a attaché le collier autour de mon cou et a mis une laisse sur le collier. Tenant l'autre bout, elle m'a ensuite conduit nu au salon par le col. En entrant, elle s'est assise sur le canapé et m'a tiré vers le bas et m'a dit de m'agenouiller à côté du canapé. Elle a ensuite placé une cagoule sur ma tête. J'ai fait un effort pour résister mais vraiment, c'était pathétique. Je voulais ça, quoi que ce soit et elle aurait pu faire ou dire n'importe quoi et j'aurais accepté.

Incapable de voir, je l'ai sentie se lever, puis le col s'est resserré alors qu'elle me relevait sur mes pieds. Puis, tirant doucement sur la laisse, j'ai été conduit à moitié en trébuchant à travers la pièce et j'ai su que nous entrions dans sa chambre. Elle m'a retourné et a attaché des sangles autour de mes poignets, les a attachées solidement derrière moi, puis m'a doucement poussé pour que mon dos soit contre le mur. Ensuite, la laisse a été détachée et je me suis tenu, nu, attaché, encapuchonné et très, très dur, ma bite palpitant et palpitant littéralement d'anticipation. « Ne bougez pas et ne parlez pas ». Je suis sûr que je n'aurais pas même si je le pouvais. J'ai entendu des mouvements, des bruissements, puis incapable de voir, j'ai senti quelqu'un près de moi. Ensuite, j'ai senti quelque chose de chaud et humide sur mon gland et j'ai doucement gémi en sentant une langue lécher mon gland avant qu'il ne soit lentement enfermé dans une bouche chaude. Je gémis, plus fort cette fois alors que ma bite était doucement aspirée, léchée et aspirée à nouveau avant d'être finalement prise profondément dans les profondeurs d'une gorge très chaude et humide. J'étais au paradis, avoir les yeux bandés et ligoté ne faisait qu'augmenter le plaisir car j'étais aspiré et léché à plusieurs reprises. Ma bite palpitait maintenant fort et je pouvais sentir mes couilles se resserrer et je savais que j'allais jouir. S'attendant à ce que Denise s'éloigne en sachant que j'étais sur le point de jouir, j'ai été agréablement surpris lorsque l'intensité a augmenté. Après les règles de la dernière réunion, j'ai pensé qu'il valait mieux la prévenir. "Je jouis" ! Rien. Ma bite était enfoncée profondément dans la gorge et je gémis de plus en plus fort. "Je ne peux pas tenir" ! J'essayais maintenant de me retirer mais c'était sans espoir. 'S'il te plaît'…. suppliai-je en sentant mes testicules se serrer. 'Sperme'! J'étais choqué. Si Denise parlait, qui me suçait ? Cependant, il était trop tard de toute façon, car instinctivement j'ai tiré ma charge. Qui que ce soit, il a habilement pris mon sperme et a continué à me sucer jusqu'à ce que je sois littéralement vidé de chaque goutte.

Mes jambes tremblaient et je m'appuyai contre le mur en essayant de me remettre des fellations les plus fantastiques que j'avais eues depuis longtemps. Ce faisant, j'ai senti le haut de la capuche être agrippé et soudain, il m'a été arraché de la tête. La lumière dans la pièce me fit cligner des yeux alors que je luttais pour réajuster ma vue mais rien ne pouvait masquer la situation ou ce qui s'était passé. A mes côtés se trouvait Denise, la cagoule à la main avec un regard sournois et lubrique dans les yeux et agenouillé à mes pieds c'était un homme ! J'ai été choqué! 'What the fuck'! fut tout ce que je pus dire avant que Denise ne mette un doigt sur sa bouche et ne me dise de me taire. Je me suis tu, j'ai baissé les yeux et j'ai vu les derniers restes de sperme couler sur le tapis entre mes pieds. Ce n'était pas tant le fait que ce soit un homme que j'avais joué avec quelques mecs dans le passé mais c'était la première fois que je me faisais sucer par un homme et le fait que la fellation avait été l'une des le meilleur que j'ai jamais eu.

Je devais avoir l'air totalement choqué et surpris mais cela a définitivement amusé Denise. Elle se pencha et caressa ma bite maintenant flasque et massa le reste de mon sperme le long de ma bite, la rendant humide et scintillante à la lumière. Alors qu'elle le faisait, je regardai l'homme. Plus jeune que moi, il avait un physique jeune, serré, maigre et musclé. Alors que je le regardais fixement, j'ai été frappé par son immobilité alors qu'il restait assis sur ses hanches, ses mains et ses poignets derrière lui et, je suppose, probablement attachés. Sur sa tête, il avait une cagoule et un collier et une laisse pendait à son cou. La cagoule était en cuir avec des trous d'aération près de ses narines et une ouverture pour sa bouche. Je pouvais dire à la façon dont sa poitrine se soulevait qu'il était excité et je n'avais aucun doute quand j'ai regardé sa queue qui était longue, dure et dressée.

Alors Denise m'a dit de rester immobile et, prenant la laisse, l'a tiré sur ses pieds, a conduit l'homme au bout du lit et l'a repoussé. Il atterrit sur le lit avec ses mains attachées derrière lui et elle l'aida à s'asseoir jusqu'à ce qu'il soit couché sur le ventre avec ses jambes sur le lit, les pieds sur le sol. Elle écarta ses jambes puis se dirigea vers moi, prit ma laisse et me conduisit vers le lit. Il n'y avait aucun malentendu sur ce qu'elle avait prévu puisqu'elle m'a dit de m'agenouiller sur le sol entre ses jambes. J'ai alors été frappé de voir à quel point je le voulais. Je n'avais pas sucé de bite ni même pensé à ça depuis plus de vingt ans et pourtant la vue de sa bite dure et dressée m'a donné envie de le prendre dans ma bouche et de faire à nouveau l'expérience de sucer une bite.

Ce qui m'a vraiment surpris, c'est que plus elle prenait le contrôle, plus j'étais prêt à l'abandonner et plus je le faisais, plus l'excitation était intense. Jamais auparavant je n'avais expérimenté ce niveau de contrôle, ni pensé que j'étais si capable d'abandonner mon propre besoin normal de contrôle et pourtant j'étais littéralement totalement soumis et j'attendais son ordre.

Il était évident que Denise avait lu dans mes pensées. ‘Tu veux le sucer, n’est-ce pas’. J'ai hésité, ne voulant pas lui donner satisfaction. 'Je t'ai posé une question'! Elle a perdu la tête. « Oui, oui », ai-je répondu en m'étouffant presque avec mes mots. 'Que dis-tu'? Je savais ce qu'elle voulait. 'S'il te plaît'. "Pardon, je ne t'ai pas entendu" ? J'ai pris une profonde inspiration, "s'il vous plaît", ai-je dit presque en suppliant. Elle n'a pas répondu mais m'a poussé en avant par mes cheveux, les agrippant fermement, elle a poussé ma tête vers le bas et m'a dit de les lécher. Pour être honnête, j'ai été choqué. Choqué qu'une fois de plus, sa manière confiante, affirmée, dominatrice et agressive m'ait réduit à une gelée tremblante totalement soumise. Je n'avais jamais rien vécu de tel, l'équipement, le collier, tout cela était si totalement différent que cela m'énervait et m'excitait à la fois. Maintenant, j'étais sur le point de franchir complètement le pas. J'ai ouvert la bouche, sa tête de bite juste à l'intérieur de mes lèvres ouvertes et j'ai commencé à la lécher avec hésitation. Immédiatement, j'ai goûté le goût salé de son liquide pré-éjaculatoire. Ce n'était pas désagréable, loin de là, je l'ai savouré et j'ai passé lentement ma langue sur et autour de sa tête de bite.

La réponse du sous-marin a été instantanée. J'ai regardé ses abdominaux se resserrer alors qu'il essayait d'enfoncer complètement sa bite dans ma bouche, clairement aussi désespéré que moi. 'Maintenant, suce-le Salope' et me penchant en avant, j'ai enfermé sa bite dans ma bouche et savouré la sensation alors que je passais mes lèvres sur sa tête de bite et que je le suçais lentement. Il gémit de plaisir et je l'ai fait. Je ne m'y attendais pas, mais j'ai adoré la sensation dans ma bouche, le harnais, la sensation de sa bite se tendant et palpitant dans ma bouche, réagissant à chaque succion et léchage instantanément.

Pendant quelques minutes, j'ai été forcé de sucer et de lécher sa bite, tout en étant encouragé et dirigé par Denise qui agrippait toujours mes cheveux et forçait ma tête plus profondément dans ma gorge ou tirait mes cheveux en arrière, orchestrant ce que je devais faire. Puis brusquement, elle me remet sur les hanches, enjambe l'homme et face à moi, saisit son sexe et s'abaisse très lentement, empalant sa chatte sur son sexe très dur. Lentement, elle a commencé à se balancer d'avant en arrière sur son érection avant de le chevaucher, ses mouvements gardant constamment sa longue bite dure complètement enfouie dans sa chatte. Sachant à quel point sa chatte doit être mouillée et ce que cela doit ressentir pour le soumis, j'ai soudainement ressenti du ressentiment à l'idée qu'il reçoive du plaisir. Elle a dû deviner mes pensées. 'Qu'est-ce qui ne va pas Salope, jalouse! Tu aurais dû me baiser la dernière fois quand tu en avais l'occasion mais tu ne voulais pas ! Embarrassé, mon humiliation complète alors que je ne pouvais que la regarder se faire plaisir en descendant sur sa dureté, ses énormes seins se balançant comme des pendules, les lanières de cuir incapables de contenir leur poids.

Pendant ce qui m'a semblé être une vie entière, j'ai dû regarder, ma bite se tendant maintenant alors que je la regardais le chevaucher avec un abandon total. Je ne pouvais pas croire l'endurance du jeune sous-marin. Il respirait maintenant profondément, grognant bruyamment et poussant sa hanche vers elle alors qu'elle roulait vers lui. Cependant, il était évident qu'il n'allait pas durer. "Suce-moi salope" ! Je levai les yeux vers Denise. Ses yeux brillaient, elle se mordait la lèvre, la sueur couvrait son front, sa peau brillait de sueur. Je n'ai pas eu besoin qu'on me le demande deux fois, je me suis avancé et en me penchant, j'ai serré ma bouche contre sa chatte. Je pouvais sentir sa bite sur ma lèvre inférieure alors qu'il pénétrait en elle et juste au moment où j'enveloppais ma bouche autour de son clitoris et le suçais fort, je la sentis crier, se cambrer et jouir violemment. Je ne me suis pas arrêté mais j'ai continué à lécher et à sucer fébrilement alors qu'elle se débattait et se tordait sur sa bite. Incapable d'en prendre plus, elle s'est retirée sur lui, sa chatte à quelques centimètres de ma bouche et est restée immobile pendant qu'elle se remettait.

Pendant qu'elle le faisait, j'ai regardé sa bite, luisante de jus, rétrécir. Elle s'est penchée en avant, a attrapé mes cheveux et j'ai su ! Me poussant sur sa bite, je la pris dans ma bouche, savourant chaque goutte de son jus mélangée à la salinité de son sperme. Une fois terminé, elle s'est avancée et a poussé mon visage contre sa chatte et sans un mot, j'ai léché ses lèvres avant qu'elle n'ouvre les lèvres alors qu'une grande quantité de son sperme coulait dans ma bouche consentante. Épuisée, elle se leva, prit ma laisse et m'entraîna dans le salon. Sans un mot, elle m'a planté au milieu de la pièce, m'a délié les mains, m'a tendu mes vêtements et il était clair qu'elle voulait que je m'habille. Elle se rassit sur le canapé, alluma une cigarette et regarda. Une fois habillée, elle m'accompagna jusqu'à la porte, m'embrassa sur la joue, sourit et me laissa sortir.

Je n'arrivais pas à y croire. Une minute, je suis impliqué dans cette séance de bondage avec elle et un inconnu, puis sans un mot, je me tiens dehors en essayant de comprendre ce qui vient de se passer. En revenant, j'ai reçu un texto. Il disait simplement, "Je t'appartiens Bitch" !

Articles similaires

Le voyage de Sandra Chapitre 2

Constamment maltraitée, Sandra s'était installée dans une vie de servitude. Son humiliation fut complète lorsqu'elle fut initiée à la bestialité. Mais loin d'être déshonorée, elle a découvert qu'elle appréciait ce qu'elle obtenait d'un animal qu'elle n'avait obtenu d'aucun homme - une longue bite. Désormais « vendue », elle attendait son nouveau Maître. Embarquée dans la voiture de Paul, elle a été informée qu'elle lui appartenait désormais. Assise sur le siège arrière avec Tyson, elle a tapoté son nouvel animal de compagnie. Tu as parfaitement performé ce soir mademoiselle dit Paul en rentrant chez lui Je pense qu'il y a une mine...

0 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

743 Des vues

Likes 0

Ma femme baise son frère

Quand Sue a baisé son frère ----------------------------------------------- Le début de cet incident a eu lieu lorsque le jeune frère de ma femme nous a rendu visite à l'époque où les appareils photo numériques étaient si populaires. J'avais installé une chambre noire où je développais et imprimais mes propres photographies et il avait apporté une pellicule de son frère aîné pour que je la développe et l'imprime. Les photos étaient des photos nues de la femme de James, Mary. Pas les nus de type arty mais le vrai type XXX, ses jambes écartées, tenant les lèvres de sa chatte ouvertes, etc. Tous...

282 Des vues

Likes 0

Un cul hors de toi et moi

Copyright © 2007 par Tim King Atelier de fiction du Collège Goucher Tous les droits sont réservés Un cul hors de toi et moi Par Tim King J'ai essaimé comme une ruche d'abeilles dans la rue jusqu'à l'appartement de Susie. Ce que je venais de voir était indescriptible. Il n'y avait rien de bon à cela. C'était dégoûtant et faux et le pire était que c'était complètement crédible, complètement dans le domaine de la réalité. C'est probablement ce qui m'a tellement énervé. Je n'avais même pas pris la peine de l'appeler. Au moment où j'ai réalisé que c'était elle, j'ai refermé...

45 Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

1.1K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

1K Des vues

Likes 0

Maman aime regarder

Maman aimait regarder Je pense que maman était un peu jalouse de moi et de mes frères, quand elle le pouvait, elle nous regardait baiser à la piscine dans le salon. Elle était un peu en surpoids, mais avait des seins énormes, pas un mauvais cul. Je savais que Billy en recevait de maman. Je l'entendais marcher dans le couloir, puis l'entendre aller dans la chambre de sa mère, puis sortir en douce une heure plus tard. Un jour d'été, Bob et moi nageions dans la piscine. Au début, nous avions tous les deux nos maillots de bain. Mais ensuite, il...

956 Des vues

Likes 0

Paul, sa tante et sa cousine Becky

Je ne l'ai jamais mesuré, mais je pouvais mettre mes deux mains autour de mon érection et la tête sortait toujours. Mes doigts ne se sont pas touchés lorsqu'ils ont atteint ma bite. Je pouvais dire en regardant les autres gars se doucher après les entraînements d'équipe que j'avais une grosse bite. Quand je bandais à l'école, je pouvais voir des filles et des enseignantes regarder le renflement de mon pantalon. Cela m'a fait du bien. Par une chaude journée d'été, je nageais dans notre piscine. J'étais seul à la maison et ça faisait du bien de nager nu alors mon...

1.5K Des vues

Likes 0

Côté sauvage

Côté sauvage par DDWard© révisé par DinoMagick (je n'ai pas écrit cette histoire, je l'ai seulement révisée et j'ai apporté quelques modifications grammaticales mineures pour la rendre plus facile à lire. J'ai ajouté un peu à la fin, mais la majorité de l'histoire appartient à DDWArd et Asylumchild. Une érotisme de World of Warcraft par Asylumchild Avis de non-responsabilité : cette histoire est une œuvre de fiction destinée uniquement au divertissement. World of Warcraft et tout le matériel connexe sont la propriété de Blizzard Entertainment. De plus, l'histoire suivante frôle des thèmes matures tels que la bestialité mineure. La discrétion du lecteur...

1.2K Des vues

Likes 0

LEÇONS DE DOMINANCE : DEUXIÈME PARTIE

PROLOGUE de la première partie : Naomi Dayne sort avec Peter depuis six ou sept rendez-vous maintenant, et sa mère, Miranda, a senti que sa fille tombait amoureuse du jeune homme, et comme elle est une dominante froide, elle veut sa fille poursuivre la tradition familiale de domination féminine sur les mâles !!! Après avoir soumis Peter à un certain nombre de tests, Miranda écrase finalement ses couilles dans ses mains, brisant efficacement l'esprit de Peter tout en lui laissant une épave émotionnelle !!! Miranda teste ensuite la capacité de Peter à la satisfaire oralement, et au grand soulagement de Naomi, Peter...

866 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.