Graine d'horreur : Chapitre 9

199Report
Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf



"Alors, comment vos parents l'ont-ils pris?" Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables.

Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata.

«Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je me suis caché dans ma chambre et j'ai continué à relire le manuel jusqu'à ce que je m'endorme. Tu aurais dû voir ma mère quand j'ai franchi cette porte. Elle était comme la vieille femme de Legion mais plus grande et plus jeune. Heureusement, mon histoire était si farfelue et incroyable qu'ils ne pouvaient même pas continuer à crier.

Tout en parlant, il souffla dans ses mains pour la énième fois. Il devrait démarrer le moteur et allumer le chauffage pendant quelques minutes avant que la voiture ne devienne une glacière. Il a raté l'Australie.

« Je ne peux pas les blâmer, je ne peux toujours pas croire que tout est vrai. Alors, pourriez-vous me dire ce que vous avez trouvé ou où vous êtes allé ? »

"Nelson était déjà énervé contre lui-même pour avoir dit que nous partions pour l'Australie devant vous. Je n'aurais même pas dû parler à ma famille des stigmates noirs et du BSC. Si je dis quoi que ce soit à quelqu'un, il arrachera le haut de mon crâne et l'utilisera comme cendrier. C'étaient ses mots exacts. Écoute, je te le dirai un jour. Disons simplement que ce que nous avons trouvé va tout révolutionner. Nous pourrons peut-être enfin arrêter les stigmates noirs ou au moins riposter.

"Je l'espère bien, je ne me sens plus en sécurité en quittant la maison."

« Je ne peux pas dire que je te blâme. Écoutez, je vais continuer à chercher des endroits qui embauchent, puis j'irai.

"Cela pourrait être une mauvaise idée, alors tu devras expliquer à MES parents où tu étais."

"Eh bien, je vais juste leur dire que j'ai eu un rêve très vif d'un festival de musique quelque part et j'ai senti que je DEVAIS y assister. Je dirai que cela a quelque chose à voir avec mon SSPT.

"Pourquoi tu n'as pas dit ça à tes parents ?"

«Même si j'essayais de traire le truc du SSPT, ils m'auraient quand même battu la merde. Colleen ne serait pas la seule en fauteuil roulant.

"Si tu le dis. Je te verrai plus tard."

"Au revoir."

Après avoir allumé sa voiture quelques brèves minutes pour profiter de la chaleur du radiateur, il termina la dernière de ses demandes d'emploi et posa son stylo d'une main endolorie. Il était assis dans sa voiture depuis plus d'une heure et il voulait se lever et bouger, même si cela signifiait marcher à travers le temps enneigé de novembre. Ayant perdu l'endurance accrue au froid due à son coma, il est sorti de sa voiture et a commencé à marcher avec les formulaires de demande d'emploi serrés sous le bras, frissonnant à chaque pas. S'il se souvenait bien, la librairie était la plus proche de sa position. Marchant à travers la neige qui tombe sur le trottoir sale, il a noté l'absence de personnes dans les rues. Il semblait que Christi n'était pas la seule personne à avoir peur de quitter sa maison. Avec tout le chaos en cours, il y avait probablement plus de flics et d'agents du BSC que de civils à l'extérieur en ce moment.

Mais cela aurait aussi pu être le temps qui a gardé tout le monde à l'intérieur. Ce mois de novembre a été exceptionnellement cru, et le vent neigeux n'a pas amélioré la situation. Tant de sable et de sel avaient déjà été disposés pour lutter contre les interminables couches de neige et de glace que les lignes sur la route et même les briques du trottoir n'étaient plus visibles. Alors qu'il détournait son attention de la première voiture à passer en plus de cinq minutes, il repéra un morceau de papier collé au sol avec quelque chose d'écrit dessus au stylo. Normalement pas attiré par les déchets, il se sentait obligé de voir les gribouillis. C'était un reçu, probablement déposé plus tôt dans la journée ou la veille, répertoriant deux cafés et un sac de brioches à la cannelle de Dunkin Donuts. Dessinée au verso au stylo, une ligne de symboles des stigmates noirs. C'était clairement le travail d'un Hôte. Jason avait toujours ressenti une envie presque irrésistible d'écrire les symboles des stigmates noirs lorsqu'il était dans sa cellule de prison.

Sortant son téléphone portable et son portefeuille, il vérifia sa carte d'identité BSC et tapa le numéro au dos.

« Opérateur », annonça une femme à l'autre bout du fil.

Il avait lu cela dans son manuel d'instructions; Les réceptionnistes de BSC ont fait cela pour s'assurer que la personne qui appelait était un collègue, et non quelqu'un qui avait fait une erreur ou qui s'amusait au téléphone. C'est marrant, ça lui rappelait Matrix.

"C'est Jason Stevens, stagiaire à la section 8. Mon numéro d'identification est 6347H2I9Q2."

"Bienvenue au bureau du BSC. Comment puis-je diriger votre appel?"

"J'ai identifié un hôte potentiel dans ou autour de la région de Portland dans le Maine. Je m'appelle Michele Donovan, c'est tout ce que je sais. D'après ce que j'ai compris, elle commence à voir les symboles », a-t-il répondu en louchant sur son nom sur le reçu.

"Une recherche est en cours, merci pour l'information."

"Heureux d'aider."

Jason a ensuite éteint son téléphone et l'a rangé, son portefeuille et le reçu dans sa poche. "Je me demande combien de temps il me faudra avant d'avoir une promotion..."



« Alors, quelles sont, selon vous, vos meilleures qualités ? » demanda l'homme, assis en face de Jason dans le bureau de taille moyenne. De retour à la librairie pour remettre son formulaire de candidature, il a eu la chance d'être convoqué directement au bureau du directeur pour un entretien. Le directeur était un homme maigre avec une peau pâle et des cheveux clairsemés. Il semblait très fatigué et arborait des poches distinctes sous les yeux.

"Eh bien, je me considère assez charismatique et un travailleur acharné. Je travaille aussi très bien avec les autres.

"Et quel genre de poste recherchez-vous ?" demanda le directeur en parcourant l'application de Jason tout en bâillant fréquemment.

« Je prendrai tout ce que vous pourrez me donner. Je travaillerai à la caisse, je remplirai les étagères, je passerai la serpillière, je nettoierai les toilettes, et je cirerai même vos chaussures et vous apporterai votre café. Signez simplement mon chèque de paie et je suis tout à vous.

« Et dans quelle mesure votre emploi du temps est-il ouvert ? »

"J'ai très peu de choses pour moi en ce moment, mais il peut y avoir des moments où je devrai partir pour affaires. Des moments comme ceux-là devraient être rares, donc à part ça, je peux travailler n'importe quel quart de travail possible.

Pendant qu'il parlait, il regarda le directeur faire rouler un stylo dans sa main. Le bout pointait contre son pouce, qui avait déjà une ampoule dessus. Jason se souvenait avoir fait la même chose en prison lorsqu'il faisait ses devoirs. Il avait encore la petite cicatrice ronde sur son pouce pour le prouver. Ce type était-il… ?

"D'accord, une fois que j'aurai examiné les autres candidatures que j'ai reçues, je vous appellerai si vous obtenez le poste. Mais d'après ce que j'ai entendu, vous semblez être le meilleur candidat.

Le directeur se leva avec un bâillement et tendit le bras pour serrer la main de Jason. Serrant la main du manager, Jason décida de tester son hypothèse. "Troubles du sommeil?"

"Quoi? Oh… euh, ouais, » l'homme haussa les épaules.

"Oui, j'ai eu le même problème. Mauvais rêves?"

"Vous pourriez dire ça. Ils n'arrêtent pas de me réveiller.

"Je vois ce que tu veux dire. Je serais toujours entouré de ténèbres avec des voix qui criaient dans mes oreilles et une lumière rouge vif au-dessus de ma tête.

La main du manager s'arrêta net et il la libéra de la poigne de Jason. "Huh... ça a l'air... plutôt flippant."

"A quoi ressemblent tes rêves ?"

"Quoi? Oh, je ne me souviens jamais d'eux. Maintenant, veuillez m'excuser, j'ai du travail à faire.

"Oh bien sûr, bien sûr."

Se tournant vers la sortie et s'apprêtant à saisir la poignée de la porte, Jason s'arrêta. "Oh, avant que je parte, il y a quelque chose que je veux te demander..."

Il fouilla alors dans sa poche et en tira le reçu qu'il avait trouvé dans la rue. "C'est une sorte de puzzle que j'ai vu, et soi-disant il y a une image ou un message caché que seules certaines personnes verront. Pouvez-vous y jeter un coup d'œil rapide et me dire si vous voyez quelque chose ? Je l'ai regardé toute la journée et je n'arrive pas à comprendre.

Il tendit le reçu au directeur, et dès que ses yeux se posèrent sur les symboles griffonnés, la pâleur de son visage devint comme celle d'un cadavre gelé et il se mit à trembler. Il fit un pas en arrière, perdant presque l'équilibre alors qu'il fixait les symboles. Bingo.

"Tu l'as avec toi ?" Jason a demandé, a laissé tomber la façade.

"Avoir ce que?"

"Le clou. As-tu le clou avec toi ?

"Je n'ai aucune idée de ce dont tu parles."

«C'est comme Nelson l'a dit; Les hôtes sont obligés de mentir afin de protéger leur possession des ongles. J'ai menti parce que j'ai pris le clou comme preuve, mais il ment parce que ça tord son âme comme Gollum et l'Anneau Unique.

« Atteindre la mort. Est-ce que ces mots vous disent quelque chose ?

La phrase frappa le gérant comme une gifle et il recula en titubant son visage éclipsé par la peur. "Qui es-tu?! Tu m'as regardé ?! Êtes-vous une sorte d'espion ?!" demanda-t-il, presque écumant aux lèvres.

"Non, je ne t'ai pas regardé. Jusqu'à cette réunion, je ne savais même pas que vous existiez. Mais je suis probablement la meilleure personne que vous puissiez rencontrer aujourd'hui. Écoutez, vous n'êtes pas la seule personne avec un clou comme ça, mais si vous vous y accrochez, vous rencontrerez un destin horrible comme eux ! Ce clou va ruiner ta vie !

« Reste à l'écart de moi ! cria le directeur, sautant par-dessus le bureau et poussant Jason sur le côté.

Ouvrant la porte du bureau, il sprinta dans les couloirs du fond avec Jason à sa poursuite. Se reprochant mentalement de ne pas encore l'avoir mis en numérotation abrégée, Jason a tapé le numéro au dos de sa carte d'identité sur son téléphone portable.

"Voici Jason Stevens, stagiaire à la Section 8. Mon numéro d'identification est 6347H2I9Q2," haleta-t-il, courant dans les couloirs et voyant la porte arrière se fermer alors qu'il tournait un coin.

"Bienvenue au bureau du BSC. Comment puis-je diriger votre appel?" demanda la réceptionniste alors que Jason sprintait dans la ruelle sale, suivant les empreintes du directeur dans la neige fraîche.

«Je suis à la poursuite d'un hôte sur Congress Street. C'est un homme blanc maigre aux cheveux clairsemés, du début à la mi-quarantaine. Il s'appelle Michel Roy.

"M. Stevens, arrête ce que tu es en train de faire maintenant.

Jason a dérapé dans la neige avec le téléphone toujours appuyé contre son oreille. « Quoi, pourquoi ? »

"Vous n'êtes qu'un stagiaire, n'est-ce pas ? Le poursuivre maintenant ne fera qu'attirer l'attention sur vous deux, et à moins que vous n'ayez reçu une formation appropriée, vous serez incapable de vous défendre s'il devient violent.

« Mais je peux l'attraper ! Je peux l'arrêter !

« Vous ne ferez que gêner. Vous l'avez identifié et c'est plus que suffisant. Il est temps pour vous de vous retirer.

"Il doit y avoir quelque chose que je peux faire !"

« Tu as déjà fait tout ce dont tu es capable. Nous allons geler ses avoirs, mettre des guetteurs chez lui et chez ses amis, et envoyer son image aux médias et à la police locale. Votre travail est fait, laissez-nous faire le nôtre maintenant.

Jason soupira. "Très bien."

Alors qu'il éteignait son téléphone, une pensée traversa son esprit. Était-ce possible ? De retour à la librairie, il entra par la porte d'entrée et passa devant les caissiers, ignorant leurs questions alors qu'il se promenait à l'arrière du bâtiment et trouva le bureau du directeur. Après avoir sorti et mis une paire de gants chirurgicaux, il a cherché le clou dans le bureau du directeur. Ne recevant aucun résultat prometteur, il tourna son attention vers le manteau du directeur, suspendu au dossier de sa chaise.

Atteignant la poche droite, son sang devint comme de la boue froide dans ses veines alors que ses doigts effleuraient le fer solide de l'ongle Black Stigmata. Même avec du latex le séparant de la surface lisse, Jason avait l'impression que l'ongle fusionnait avec ses doigts. Il agrippa son crâne et jura, la volonté des Stigmates Noirs pesant sur son esprit comme un collier de plomb. La relique essayait de rétablir son emprise sur lui, mais les dommages que son esprit avait subis dans le coma l'avaient laissé comme un hôte inadapté et lui avaient donné une certaine immunité. Quoi qu'il en soit, Jason avait maintenant l'impression qu'il venait d'atteindre l'antre d'un Black Mamba et que sa queue se tordait contre ses doigts.

Prenant une profonde inspiration, il sortit le clou de la poche du manteau et l'examina à la lumière. Son apparence était exactement comme le clou qu'il avait trouvé dans la maison de son voisin et le clou qui avait déclenché l'émeute de la prison. Indépendamment de leur âge et de leur existence en tant qu'objets séparés, ces clous partageaient un esprit de ruche qui transcendait le domaine logique. Dans ses mains, il tenait la même force qui avait ruiné sa vie. Il tenait le clou qui avait tué ce flic, qui avait violé sa sœur et l'avait forcé à torturer et à manger une femme innocente. Il se sentait comme un enfant tenant l'arme utilisée pour assassiner ses parents.

Mettant de côté ces pensées troublantes, il quitta rapidement la librairie et retourna à sa voiture. Une fois à l'intérieur, il ouvrit sa cartouche d'étanchéité, plongea le clou dans la capsule intérieure remplie d'eau et le fixa dans un vide flottant, bloquant ainsi son influence.

Une fois de plus, Jason a sorti son téléphone portable et a tapé le numéro à treize chiffres : "C'est Jason Stevens, stagiaire à la section 8. Mon numéro d'identification est 6347H2I9Q2."

"Bienvenue au bureau du BSC. Comment puis-je diriger votre appel?" a demandé une femme.

"J'ai trouvé un clou de stigmate noir. Je l'ai enfermé dans mon bidon et maintenant j'ai juste besoin de quelqu'un pour le ramasser.



Jason est arrivé à la maison juste avant minuit, heureux de savoir que sa famille était allée se coucher. Dans le frigo, il trouva une assiette de restes du dîner, mais aucune note ou quoi que ce soit. Il semblait que ses parents n'étaient même pas à l'aise avec la communication à sens unique. Il a mangé la nourriture froide et est monté à l'étage. Sa soirée avec Christi n'avait pas été aussi reposante qu'il l'avait espéré ; il avait été incapable de penser au gérant de la librairie en fuite. Alors qu'il entrait dans la salle de bain pour se brosser les dents, l'activation de la lumière brilla dans le couloir et passa par la porte ouverte de Colleen.

Réveillée par le faisceau fluorescent, elle frotta la fatigue de ses yeux et vérifia l'heure. Jason a dû revenir. Elle ne l'avait pas vu depuis son arrivée à la maison la veille, et il lui avait laissé plus de questions que de réponses. Chaque instant depuis son arrivée avait été passé à se demander s'il disait la vérité. C'était maintenant le meilleur moment pour lui faire face. Toujours incapable de marcher complètement toute seule, elle s'est tirée du lit et s'est balancée sur ses béquilles. Au moment où elle était debout, Jason avait quitté la salle de bain et était allé dans sa chambre.

Voulant éviter de réveiller ses parents, Colleen s'est déplacée dans le couloir aussi silencieusement que possible, s'approchant de la porte de Jason. Elle était juste assez ouverte pour qu'elle puisse y passer la tête et voir Jason assis sur son lit. Son réveil et les stores éclairés par la lune étaient les seules sources d'éclairage. Assis là, Jason était incapable de garder son esprit loin de cet homme. Que lui était-il arrivé ? S'était-il échappé ? Avait-il été retrouvé ? Était-il toujours piégé dans la toile des Black Stigmata ? Avait-il même dégénéré au stade psychotique ou peut-être commencé à effectuer les étapes pour créer de nouveaux ongles ? Jason aurait-il fait la même chose s'il avait possédé son ongle plus longtemps ? Aurait-il paniqué quand le flic a essayé de le lui prendre ? Il avait trouvé un clou et identifié deux Hosties… mais il se sentait creux.

Sur le point de faire connaître sa présence, Colleen hésita lorsque le téléphone de Jason se mit à sonner. C'était Nelson.

"Professeur?"

"J'ai entendu dire que vous aviez eu une première journée bien remplie."

"Ce n'est pas ton genre d'être si inquiet."

« Non, je t'appelle pour te gronder. J'ai entendu dire qu'une réceptionniste a dû te dissuader d'une poussée d'adrénaline de Die Hard ? Vous étiez censé avoir suivi une formation appropriée avant même de PARLER à un Hôte.

« Ce n'était pas comme ça ! Je ne voulais tout simplement pas qu'il s'en aille ! Il était dans mes yeux ! J'aurais pu l'attraper ! J'aurais pu l'arrêter ! J'étais juste là ! J'ai lu et relu tout ce qu'on m'a donné ! J'ai mémorisé chaque page ! Cela ne compte-t-il pour rien ? Jason rétorqua en se levant et en se tournant vers la fenêtre.

« Eh bien, qu'aurais-tu pu faire alors, Jason ? Qu'auriez-vous pu faire ? L'auriez-vous abattu avec des arts martiaux sophistiqués ou l'auriez-vous abattu comme Jason Bourne? Qu'auriez-vous pu faire d'autre que vous gêner et vous faire blesser ou tuer ?

« J'aurais pu faire QUELQUE CHOSE ! J'aurais pu faire la différence ! J'ai eu son ongle mais je ne l'ai pas eu ! Pour autant que je sache, il pourrait être là-bas en train de tuer des gens parce que je ne pouvais pas l'attraper !

« Apprenez votre place et apprenez votre rôle. Il est bien trop tôt pour affronter les Hôtes, et encore moins les pourchasser. Des cibles folles ont tué de meilleurs membres du BSC que vous, vous ne dureriez pas une minute si vous essayiez de sortir seul sans armes ni entraînement. Donnez-lui du temps, vous obtiendrez la formation et l'expérience appropriées assez tôt.

« Merde, Nelson, on n'a pas le temps ! Comment pouvez-vous vous attendre à ce que j'attende alors que les gens autour de moi brûlent lentement dans cet Enfer sur Terre ?! Je m'en fiche si je me blesse, je m'en fiche si je meurs ! Je veux juste protéger les gens de la même vie maudite que vous et moi avons été forcés de vivre, et les empêcher d'être victimisés comme ma sœur ! Les habitants de cet État ne peuvent pas se permettre d'attendre que je comprenne lentement cela au fil du temps ! J'ai été égoïste et indifférent toute ma vie, et maintenant j'ai enfin trouvé quelque chose pour quoi donner ma vie. Si je mourais demain, je serais heureux, tant que je mourrais en sachant que j'avais sauvé quelqu'un de cette malédiction au lieu de rester sur la touche en tant que stagiaire inutile.

Colleen le regarda debout près de la fenêtre, le cœur battant la chamade. Depuis que Jason était revenu du centre de rééducation, il avait été beaucoup plus silencieux et plus stoïque que d'habitude. Il ne plaisantait jamais, il riait rarement et il semblait toujours sceptique quant à la réalité du monde qui l'entourait. La première fois qu'il s'était avancé vers elle par cette froide journée d'automne, elle avait vu quelque chose mais n'y avait jamais vraiment réfléchi, même au cours des mois qui passaient. Mais maintenant, le voyant dos à elle, elle réalisa finalement que ses épaules étaient beaucoup plus larges qu'avant et que sa carrure ressemblait à celle d'un vrai homme et non à celle d'un étudiant stupide.

Avec un sourire, elle se détourna de sa porte et retourna lentement et silencieusement dans sa chambre. Ses questions pouvaient attendre, et maintenant elle avait une nouvelle question : quand son grand frère est-il soudainement devenu si adulte ?



Jason fixa le canon de l'arme avec un visage impassible, son cœur battant non pas de peur de ce qui se passait, mais d'excitation pour ce qui allait se passer. Avec tous les muscles de son corps agissant simultanément, il baissa le visage comme pour s'incliner, tendit la main et attrapa les mains de la femme et lui donna un coup de pied juste au-dessus de la rotule. Essayant de rester sur ses pieds, la force de ses bras vacilla suffisamment pour que Jason lui enfonce le pistolet dans l'estomac, puis le retire de sa poigne. Faisant un pas en arrière, il pointa l'arme sur elle et sourit alors que le professeur commençait à applaudir.

Il était dans une classe de Krav Maga, après s'être inscrit au premier cours d'enseignants et d'instructeurs indépendants à Portland. En réalité, il s'est inscrit à de nombreux cours d'autodéfense tout au long de la journée, tous avec des professeurs et des classes différents. Refusant d'attendre que le BSC lui donne la formation dont il avait besoin, il prenait les choses en main. Jason n'était pas le seul étudiant ici; d'innombrables personnes de tous âges étaient venues apprendre des mouvements d'autodéfense afin de se protéger dans le chaos croissant qui s'emparait de l'État.

Il y avait une fenêtre donnant sur le studio et elle était ouverte, luttant contre la chaleur rayonnante de tous les étudiants. Un mur de la pièce était tapissé uniquement de miroirs et le sol était recouvert de nattes de protection. L'arme qu'il tenait était bien sûr fausse, ainsi que les autres armes que ses camarades utilisaient pour s'entraîner. Conformément aux instructions de l'enseignant, il s'est déplacé vers la femme avec qui il était associé et a pointé le pistolet sur son visage, comme s'il était en train de l'agresser. Comme il l'avait fait, elle se baissa hors de la ligne de tir, poussa le pistolet vers le haut et donna un coup de pied à Jason dans la cuisse. Le dur impact sur le muscle déjà contusionné le fit presque bâillonner, de sorte que la femme n'eut aucun mal à retirer l'arme de sa prise.

La femme avait un corps serré avec des cheveux noirs attachés en queue de cheval. Elle lui rappelait la femme qu'il avait tuée, et c'était cette torture mentale qui le poussait à continuer toute la journée.



Gardant la tête basse, Jason a bloqué le swing venant en sens inverse avec son bras, en s'assurant que son aisselle et son coude étaient pliés à 90º et que le coup de poing de son partenaire était bloqué avec la partie inférieure de son avant-bras, afin de préserver son effet de levier. Sachant que tirer son bras en arrière pour un contre-coup prendrait trop de temps, il utilisa sa main libre pour saisir le col de son partenaire et le tirer vers le bas juste assez pour qu'il le claque dans le ventre avec son tibia. Son instructeur lui avait dit que s'il était dans un vrai combat, il finirait plutôt par un coup de pied à l'aine. Il pouvait certainement comprendre pourquoi tous ses professeurs évitaient ce site d'impact lors de la pratique. Même si lui et tous les autres hommes portaient des coupes athlétiques, il ne suffirait que de quelques coups pour les faire tomber et en faire une classe très courte.



Jason tendit la main et attrapa le poignet de son professeur, observant attentivement sa réaction. Avec les cheveux auburn coupés courts et arborant un soutien-gorge d'entraînement rose, elle a attrapé sa main et lui a tordu le bras, pliant son poignet dans le processus. Au moment où son poignet et son coude ont été pliés à 90°, elle a poussé avec une force élégante et un éclair d'électricité a traversé ses nerfs. Grimaçant de douleur, il eut une seconde pour secouer les douleurs de ses articulations. Maintenant à l'offensive, elle tendit la main et attrapa son poignet. Voulant égaler sa vitesse, il saisit sa main, lui tordit le bras et plia son poignet tout en poussant vers le bas jusqu'à ce qu'elle lâche prise.
‘Je peux utiliser ça…’



Trois classes ont été faites, et il avait trois heures jusqu'à sa prochaine leçon. Voulant donner une pause à son corps, il a déjeuné puis a passé du temps au stand de tir local pour pratiquer son tir. Avec une paire de bouchons d'oreille pour annuler le bruit des coups de feu et des lunettes de sécurité protégeant ses yeux, il a pompé tour après tour dans les cibles en papier. Il a utilisé une variété d'armes à feu différentes, des revolvers aux pistolets semi-automatiques, en passant par les fusils de chasse et les fusils de chasse. La moitié du temps, il visait la tête et le cœur, et l'autre moitié, il se concentrait sur les membres. Il n'avait pas d'arme à feu, mais il voulait être préparé à toute situation dans laquelle une était disponible, qu'il soit confronté à un essaim de marionnettes cannibales comme dans la prison, ou qu'il essaie simplement de maîtriser un hôte fou.



Cela a continué pendant des semaines, Jason versant ses économies dans ses leçons. Peu importe à quel point il était meurtri ou battu, il assistait à tous les cours possibles et travaillait son corps à la limite. Il avait besoin de maîtriser ces outils d'information dès qu'il le pouvait. Il ne savait pas ce que c'était, mais il pouvait sentir quelque chose à l'horizon, quelque chose de mauvais. S'il voulait survivre, il devait être prêt.



Après avoir terminé son dernier cours de la journée, Jason s'est rendu au collège communautaire pour récupérer Christi. Il avait décidé de ne pas s'inscrire aux cours de printemps, ce que ses parents ne comprenaient pas à l'époque et avec lesquels ils n'étaient pas d'accord, mais ils se taisaient. Quoi qu'il en soit, au moins maintenant qu'il passait à nouveau ses journées en ville, lui et Christi pouvaient reprendre leur « routine » habituelle.

« Hé, longue journée ? » Christi a demandé avec un sourire alors qu'elle montait dans sa voiture et l'embrassait sur la joue.

"Eh, tout va bien. Mon corps s'adapte au stress, mais bon sang, je me couche chaque nuit comme si je venais de travailler dix-huit heures.

Sortant du parking du campus, il haussa les sourcils de surprise lorsqu'elle sentit la main de Christi se déplacer sur sa cuisse.

"Quelle est l'occasion?" gloussa-t-il, essayant de rester concentré sur la route.

"Oh allez, tu devrais savoir comment fonctionne l'esprit d'une femme. Tu n'as toujours été ni chamois, ni gros, ni maigre. Toujours aussi normal. Eh bien, je peux vraiment voir le muscle que vous avez mis en place et je dois dire que je veux vraiment les voir dans la chambre », ronronna-t-elle en se penchant tout en décompressant son pantalon.

"À l'heure actuelle? Êtes-vous sûr? Je ne me suis pas encore douché et je suis tout en sueur.

"Quelle fille ne voudrait pas sauter sur son homme alors qu'il dégouline littéralement de testostérone?"

Jason sourit et lutta pour ne pas baisser les yeux. Manœuvrant dans les rues de Portland, il se tortilla sur son siège alors que la main de Christi tirait sa virilité de son pantalon et la caressait dans une tour de muscle palpitante. Certes, Jason avait passé toute la journée à travailler son corps jusqu'à ses limites, mais c'était un domaine qui ne se fatiguerait jamais. En riant, elle le tint droit et passa lentement sa langue le long de la tige, léchant le sel comme si c'était un bretzel géant.

S'arrêtant à son quatrième ou cinquième feu rouge, Jason a scanné la zone pour s'assurer que personne ne pouvait voir dans sa voiture. Pendant tout ce temps, Christi se déplaçait d'avant en arrière sur le manche avec sa langue chaude et humide, le taquinant délibérément. Repoussant en vain ses longs cheveux blonds, elle porta sa langue à la tête mauve de son marteau. Passant sa langue à travers la fente, elle prenait plaisir à le voir et à le sentir sursauter sur son siège, même s'il conduisait dans une ville bondée où les piétons avaient la priorité et pouvaient traverser pour une putain de raison qu'il ne comprendrait jamais. Elle a continué à jouer avec lui, essayant de pousser sa langue dans la fente aussi loin qu'elle le pouvait sans utiliser ses mains.

Quand Jason a finalement tourné sur l'autoroute hors de la ville, elle a commencé à passer sa langue autour de la tête elle-même, la léchant comme si elle essayait d'atteindre le cœur d'un tootsie pop. Une fois qu'elle eut léché la tête propre, elle prit toute la masse dans sa bouche chaude et l'imbiba complètement. Elle n'a pas bougé la tête; elle s'est simplement baissée dessus jusqu'au bout et s'est tenue avec la tête appuyée contre le fond de sa gorge. Elle essaya de maintenir cette position aussi longtemps qu'elle le put, mais cela agitait sa gorge et un de ses poils pubiens lui chatouillait le nez.

Enfin, elle a tiré sa tête en arrière, à bout de souffle avec un épais éclat humide recouvrant la bite de Jason. Une fois de plus, écartant ses cheveux, elle retourna à la meule et recommença à le sucer. Décidant de la rembourser, Jason a risqué de tenir le volant avec sa main gauche et a utilisé sa main droite pour tendre la main et glisser ses doigts dans le pantalon de Christi. Sachant ce qu'il faisait, elle déboutonna son jean slim et ses doigts trouvèrent ses lèvres verticales. Avec son majeur effleurant l'intérieur même, il a utilisé son index et son annulaire pour caresser les lèvres charnues et pulpeuses.

Christi se tordait et se tortillait sur son siège, essayant de trouver un moyen de s'allonger sur le dos dans l'espace exigu. Se forçant à lutter contre le frein de stationnement sous son dos et le levier de vitesse coincé dans son épaule, elle se pelotonna dans son siège de manière à ce que sa tête repose sur les genoux de Jason tandis que ses pieds étaient pressés contre le plafond. Bon sang, c'est une bonne chose qu'ils ne fassent pas ça en ville...

Son corps maintenant recroquevillé comme une crevette et son cul en l'air, Jason a finalement pu creuser plus profondément dans son humidité avec ses doigts. Au fur et à mesure que son sondage devenait plus agressif, elle suça sa bite de plus en plus fort, créant un vide si puissant que c'était comme si elle essayait d'extraire son sperme comme le poison d'une morsure de serpent. Lorsque Jason s'est penché en arrière sur sa chaise pour lui permettre d'avoir un meilleur angle, elle a vu un moyen de le taquiner davantage. Se penchant vers le bas et autour, elle a enfoncé son doigt dans son trou du cul et l'a presque fait dévier de la route.

« Merde, Christi ! J'en fais 70 en ce moment ! jura-t-il, sursautant lorsqu'elle sentit son doigt remuer dans son sphincter comme une anguille osseuse.

Décidant de la rembourser, il a remplacé ses doigts dans sa fente par son pouce et a enfoncé les doigts humides dans son propre trou du cul, tous les trois à la fois. Alors que son doigt se tortillait dans son cul, ses doigts plongeaient dans les siens, et plus elle suçait sa bite fort, plus il faisait travailler son pouce dans sa chatte.

"Oh mon Dieu, Jason ! je n'en peux plus ! J'ai besoin que tu me baises !"

"Ok, attends une minute."

Descendant à la sortie suivante, Jason entra dans le grand parking le plus proche et chercha l'endroit le plus obscur et le plus isolé. Se garant à la périphérie d'un parking Wal Mart, il a incliné son siège pendant qu'elle lavait son doigt dehors avec sa bouteille d'eau et le frottait avec un désinfectant pour les mains de son sac à main. Dès qu'elle était prête à partir, son jean et sa culotte se sont détachés en un clin d'œil et elle était sur ses genoux, rebondissant sur sa bite comme si elle venait de prendre une bouffée d'extase. Ayant dépensé toute son énergie à s'entraîner toute la journée, Jason n'avait pas la force de faire autre chose que de rester allongé. Christi ne semblait pas s'en soucier; elle claquait son cul pulpeux sur ses genoux sans se soucier du monde, tout en enfonçant sa langue dans sa gorge. Chaque fois que son corps s'abaissait complètement, ses cuisses se claquaient contre les siennes et le son de la chair humide frottant contre la chair humide résonnait comme de la gomme à mâcher.

Plus ils baisaient longtemps, plus la chatte de Christi devenait chaude et humide. Au fil des minutes, son corps s'est transformé en une fournaise brûlante d'érotisme pendant qu'elle noyait la bite de Jason dans son jus. Les vitres de la voiture se sont rapidement embuées et, avec le temps, la force de Jason est revenue. Une fois qu'il a eu une étincelle d'énergie, il a attrapé le cul de Christi et a commencé à la claquer sur ses genoux de toutes ses forces, la baisant brutalement pendant qu'elle gémissait de bonheur à cause des pénétrations rapides et brutales dans les recoins les plus profonds de son corps.

« Oh oui, juste comme ça ! Plus fort! Plus rapide!" supplia-t-elle tandis que son corps devenait inerte sur Jason.

Prenant le relais, il commença à battre ses hanches et à pousser en elle avec assez de force pour presque la jeter en l'air, seulement pour qu'il la claque aussi fort qu'il le pouvait. À chaque impact, son cul tremblait et tremblait, incitant Jason à recommencer à doigter son trou du cul serré et à l'utiliser presque comme une poignée.

"Oh mon Dieu, je jouis!" cria Christi.

Alors que son corps tremblait comme un vibromasseur à l'envers, Jason a vidé ses réserves en elle sans hésitation ni contrôle, utilisant sa féminité comme une toile vierge pour éclabousser sauvagement avec sa peinture. Avec du sperme dégoulinant de sa fente et coulant le long de sa cuisse, Christi roula de lui et retourna sur le siège passager.

"Putain, tu es un animal", haleta Jason alors qu'elle le suçait.

"Je le prends comme un compliment."

"Bon sang, c'est un compliment."

"Que faites-vous?" demanda-t-elle alors qu'il ouvrait la porte.

"J'ai besoin de me dégourdir les jambes. J'ai l'impression que mes muscles sont liés par des nœuds », a-t-il répondu tout en rangeant sa virilité dégonflée dans ses gènes.

Avec à quel point l'air dans la voiture était devenu chaud et étouffant, le froid extérieur le frappa comme la peinture peut piéger de Seul à la maison. Il se promena pendant une minute, laissant les crampes dans ses jambes se dissiper. C'était le problème avec le sexe en voiture; he couldn’t move his legs when his muscles started to burn. Goddamn he was tired. He could barely keep his eyes open. Maybe it would be better for Christi to drive…

After a quick but thorough stretch, he placed his hand on the handle of the driver-side door, only for his attention to immediately be taken. A man was shuffling towards him from the edge of the parking lot, pale complexion with an unshaven face and a hood protecting him from the cold. From the moment Jason laid eyes on him, his blood became as frigid as the pavement beneath his feet. He could sense it, that malicious intent.

“Stay where you are,” Jason ordered, getting between the approaching man and the car.

Still slowly lurching forward like a zombie, the man cracked a grin of dementia and began to laugh with his eyes darting from side to side within their sockets. “You can’t run from it. You can’t hide. The world will drown in blood and tears and be crushed under the weight of pure sin.”

‘He’s definitely in the psychotic stage, no doubt about it. He’ll murder me and rape Christi without any hesitation.’

“Jason, what’s going on?” Christi asked, poking her head out of the car.

“Christi, stay in the car and lock the doors. Turn on the engine and shift out of park. If I tell you to, you drive away from here as fast as you can.”

Reaching into his pocket, the man drew a Black Stigmata nail. “We’re all going to burn within the horrors of eternal death!” he laughed, stepping towards Jason.

Reaching into his own pockets, Jason took out a pair of surgical gloves. He always made sure to carry a few pairs with him at all times. Even though he was no longer a viable Host, he could still get trapped in a nightmare if he made contact with the nail. Widening his stance, Jason prepared himself for the confrontation. A minute ago, he had been barely able to stand, but now he felt like he had the strength to take down a squad of Spartans. In his mind, he was replaying every lesson on Krav Maga and other forms of martial arts that he had attended. All those hours spent getting pummeled had been leading to this very situation. Watching from the car, Christi stared at Jason intently. Even without being able to see his face or his eyes, she could sense a massive change overtaking him. He looked calm and focused, but also brimming with the will to win.

Laughing like a madman, the possessed Host lunged towards Jason with the nail in his hand, aimed for Jason’s face. Raising his hand, he deflected the attack while making sure that his joints were at right angles and the lower part of his forearm was bearing the pressure. Without missing a beat, he grabbed the host’s collar and pulled him down, then finished with a knee to the groin. Such an attack would have brought down any regular person, but just as Jason had seen in the prison, the host only staggered back with some slight decrease in his speed.

He came again with the same bloodlust, trying to deliver another stab but this time towards Jason’s gut. Instead of trying to grab the man’s wrist, Jason jerked his hips back while again deflecting the attack with his forearm. Now with leverage, Jason used the position of his hand to wrap it around the man’s wrist, then use his other hand to pull downwards on the back of the man’s neck and thereby completely twist his arm until it could no longer be used. Before the man could counter with his other arm, Jason slammed his knee into the man’s chest until he finally let go of the nail.

The man pulled free of Jason’s hold and lunged to retrieve the nail, but Jason stopped him with a solid strike to the nose with his palm, shattering the bridge and disoriented him without any harm to Jason’s hand. Before he could take a step back, Jason continued with a hard slap to the side of the head, sending a high-pressure burst of air straight into the ear canal and immediately rupturing the eardrum. Barely able to stand up, the man was about to crumble. Wanting to make sure he stayed down, Jason grabbed the man by the collar and pulled him straight into a hard swing against his elbow, succeeding in completely knocking him out.

Once the man fell to the ground, Jason sat on him to make sure he wouldn’t wake up and try anything. His heart beating wildly, he took out his cellphone and dialed the number for BSC office. “This is Jason Stevens, intern in Section 8. My ID number is 6347H2I9Q2. I have just apprehended a Host and now have him and his nail in my custody. I request immediate pickup. I’m in the Wal Mart parking lot on Forrest Avenue.”

“We’re on our way. Please keep the host restrained and the nail kept in isolation until we arrive,” the receptionist replied.

“I will.”

After hanging up, he checked to make sure the man was still unconscious and looked over to the nail, seeing it right where he had left it on the ground.

“Hey Christi, can you get the canister out of the back seat of my car? Christi?”

He looked back at the car and saw Christi staring at him through the driver’s window, her eyes as wide as dinner plates. “Jason, get back in this car and fuck me! I am so horny right now!”



Three months, it was three months before Jason received acknowledgement from Nelson. Thanksgiving, Christmas, and New Year’s passed by without so much as a text message. Jason had encountered another half-dozen hosts since returning from Australia, but he was always able to take them down with the skills he had learned. Since he hadn’t taken the proper BSC training, we was still technically an intern, but he slept soundly at night, counting the nails he had confiscated.



Christi was on her back in bed, holding her breasts together and smiling coyly as Jason slid his cock between them, the shaft lubricated with her spit. The two of them had never tit-fucked before and were wondering now why it had taken them so long. Christi’s melons were perfectly sized and shaped, and the softness was beyond description. Sensing that more wetness was needed, Christi opened her mouth, signaling Jason to put it in. He let her suck him off for a few moments, lathering it with saliva. Now nice and slick, he put it back between her breasts like a hotdog in a bun and resumed thrusting. Christi kept her mouth open and her tongue sticking out, licking the head of Jason’s cock when he moved forward.

“Oh jeez,” he grunted, moments before a ropey string up cum shot across Christi’s face.

Normally she would be pissed, but instead, she simply laughed. Pulling away, Jason emptied himself onto her breasts, glazing the glorious mountains with his seed. He then used his flaccid manhood as a brush, rubbing his sperm across her tits like suntan lotion, as if trying to soak it into her skin. Finally he finished by pressing the end of his penis against her nipples, dotting them each and making the two of them shiver. He fell back and the two teens simply lay still, waiting for their breath to return.

About to speak, the buzzing of his cellphone interrupted him.

“Hello?”

“It’s Nelson. I’ve booked you a flight path for tomorrow morning.”

Jason jumped out of bed. “You decoded it?!”

Christi looked at him in surprise, wondering what he was talking about.

“Yes, and you aren’t flying to Australia. You’re meeting me in Antarctica.”




Please comment! I'm dying here!

Articles similaires

La punition d'une petite salope

Elle ne savait pas comment tout cela s'était passé si vite, elle était maintenant penchée dans sa salle de bain, sa chatte fraîchement rasée se faisant pilonner. Elle était allée dans la salle de bain tôt ce matin-là et avait retiré le plug anal que son mari avait mis en elle avant de partir au travail et avait sauté dans la douche. Lavant son corps, elle se taquinait lentement avec de douces caresses. Elle venait juste de sortir de la douche et commençait à se sécher quand elle jeta un coup d'œil par la fenêtre, réalisant qu'elle avait oublié de fermer...

1.4K Des vues

Likes 0

Enseignants Pet_(0)

Je suis un lycéen de quinze ans et je suppose que je suis assez moyen à bien des égards. Mes notes sont dans la moyenne et ma vie sociale est correcte, mais avec le sport et le temps passé avec le groupe de rock dans lequel je suis, je n'ai pas beaucoup de temps libre. Au lycée, tout le monde a une salle d'accueil où vous commencez chaque journée d'école. Chaque année, vous en obtenez un nouveau et cette année, j'ai été mis dans la chambre de Miss Porter. C'est une prof d'anglais dans la trentaine avec des cheveux blonds et...

1.4K Des vues

Likes 0

Steph - S'occupe de mon colocataire

Je connais Steph depuis 5 ans. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lorsqu'elle était une étudiante universitaire de 20 ans en Angleterre. Elle était tout ce qu'un homme pouvait désirer, c'est une superbe rousse, 5 4 et très mince. Elle est un cul à tomber par terre et pour quelqu'un d'aussi mince, elle a des seins 32E, aussi fermes que gros. Ma chance a eu lieu le jour où je l'ai rencontrée, et la première fois que nous avons baisé, ça s'est juste amélioré, elle a un désir insatiable de sexe, et la chatte la plus mignonne que j'ai...

1.4K Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.3K Des vues

Likes 0

Douce torture

J'entre dans la pièce et tu me bande les yeux, tu me conduis au lit et tu me dis de me déshabiller. J'enlève lentement ma chemise. Alors que je le soulève au-dessus de ma tête, je sens que tu tends la main, mets tes mains dans mon soutien-gorge et pince mes mamelons, fort. Je respire, frissonnant, les mains tenant ma chemise sur mon visage, et j'attends. Vous vous éloignez alors et je sais que je suis censé continuer. J'enlève la chemise et la jette de côté. Je dézippe ma jupe, la glisse le long de mes hanches, jusqu'à mes chevilles, et...

1.3K Des vues

Likes 0

BARB, MON TROIS VOIES.

Dans une histoire récente de BARB, MAKING MY SEXUAL FANTASIES HAPPEN, j'ai décrit comment, vers l'âge de trente-cinq ans, j'ai décidé de réaliser mes rêves et fantasmes sexuels. La première étape a été de trouver un nouvel amant. Par hasard, Zac est entré dans ma vie, physiquement attirant, un peu plus âgé que moi, un travail professionnel, et comme je l'ai vite appris, une épaisse érection de vingt centimètres. Au fil du temps, Zac m'a fait découvrir un large éventail d'expériences sexuelles. Masturbation mutuelle, me baiser pendant qu'une autre femme regardait, puis sexe lesbien avec elle pendant qu'il regardait. J'ai apprécié...

1.3K Des vues

Likes 0

Dépendance douloureuse.

Bonjour, je suis Adam 21 ans. Cela va faire partie d'une série MAIS chaque histoire peut être une histoire indépendante. Toutes les histoires que je vais faire sont complètement vraies. -Tout commentaire est le bienvenu. **Toronto, Ont** A l'époque j'étais jeune. J'ai donc finalement eu le courage d'envoyer un message au gars que j'ai rencontré en ligne via un site de chat gay nommé Steve pour une autre rencontre. Parce que la première rencontre a été pour le moins révélatrice. Je pensais que puisqu'il avait pris ma virginité anale la première fois, la seconde serait aussi mauvaise. J'ai donc envoyé un...

1.3K Des vues

Likes 0

Si tu gagnes? - partie 2

Je me suis assis sur le bord d'un matelas affaissé, dans une chambre de motel crasseuse, et j'ai laissé mon regard jouer sur les bites alléchantes des quatre lycéens nus debout devant moi. Brandon était le seul à avoir encore dix-huit ans, mais avec son anniversaire le mois prochain, il était suffisamment proche pour que je ne pense pas à son âge. Chacun des garçons arborait une érection puissante, même si tous venaient de se branler dans ma main quelques minutes auparavant. Avec la glace brisée, ils ne jetaient plus un coup d'œil furtif sur mon corps d'âge moyen, mais respectable...

1.4K Des vues

Likes 0

L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3 Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi...

1.3K Des vues

Likes 0

( C ) la première orgie de nos baby-sitters

Et bien le grand jour est arrivé, ce soir allait à la première orgie de Shelia, elle a passé la nuit d'avant avec nous, à baiser et à s'amuser, plus nerveuse bien sûr que d'habitude, mais toujours aussi avide de jouer, on lui a dit que tout allait bien, 6 ou 7 couples, peut-être qu'il y en aurait plus, car nous leur avons dit qu'elle était là, cela la rendait plus nerveuse. Nous nous sommes tous préparés pendant la journée, chacun utilisant la douche et jouant furtivement avec les jouets pour ouvrir nos trous, bien que la plupart du temps, je...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.