Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

932Report
Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club.
= = = = = = = = = = = = = = = = = = = =

AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne doivent pas être tentées dans la vie réelle.

Si vous avez moins de 18 ans ou si vous ne comprenez pas la différence entre la fantaisie et la réalité ou si vous résidez dans un état, une province, une nation ou un territoire tribal qui interdit la lecture des actes décrits dans ces histoires, veuillez arrêter immédiatement de lire et déplacer à quelque part qui existe au XXIe siècle.

L'archivage et la rediffusion de cette histoire sont autorisés, mais uniquement si la reconnaissance du droit d'auteur et la déclaration de limitation d'utilisation sont incluses avec l'article. Cette histoire est copyright (c) 2016 par The Technician.

Les lecteurs individuels peuvent archiver et/ou imprimer des copies uniques de cette histoire pour un usage personnel et non commercial. La production de plusieurs copies de cette histoire sur papier, disque ou autre format fixe est expressément interdite.

= = = = = = = = = = = = = = = = = = = =
* * * * * * * * * * * *

Maria Sanchez regarda le nouveau client entrer dans le club. Il paya la caissière à l'entrée puis brandit son invitation au videur. Le videur musclé qui gardait la porte hocha la tête et s'écarta pour permettre à l'homme de passer devant lui dans le club faiblement éclairé.

Normalement, la tenue étrange du nouvel homme l'aurait fait paraître très déplacé, mais c'était Halloween et tout le monde dans le club portait une tenue étrange. Il était habillé comme un soldat en quelque sorte, mais il y avait quelque chose de légèrement différent dans son uniforme. Il était plutôt lâche et ressemblait presque plus à une combinaison qu'à un véritable uniforme.

Il s'assit à l'une des tables assignées à Maria et tourna sa chaise pour pouvoir regarder la scène. Dans quelques instants, la plupart des clients regarderaient la scène en regardant les strip-teaseuses, mais il était dix heures et tous les artistes étaient "en pause". C'est du moins ainsi qu'Hector, le propriétaire du club, aimait l'appeler. En réalité, les filles - et les gars - étaient dans les pièces du rez-de-chaussée pour divertir des invités spéciaux qui avaient l'argent et l'influence nécessaires pour faire plus que simplement s'énerver avec les routines sexy des strip-teaseuses.

"Au moins, je ne suis pas tombée aussi loin... pour le moment", pensa-t-elle en s'avançant pour saluer son nouveau client. Maria n'était pas une strip-teaseuse... et elle n'était pas une prostituée... elle n'était même pas une serveuse... c'était juste une mère célibataire sans compétences monnayables qui, pour nourrir sa famille, a été réduite à travailler comme ce qu'on appelait autrefois une "B-girl".

Derrière son dos, Hector dirait que les B-girls étaient "trop ​​maladroites pour danser et trop laides pour baiser". Le but d'une B-girl était de s'asseoir avec un client et de le rendre heureux... pour qu'il continue à acheter des boissons... pour qu'il lui achète des boissons... pour qu'il dépense lentement tout son argent à la Cantina.

En échange de cela, il lui payait le salaire minimum et la laissait garder les «pourboires» supplémentaires que les hommes pourraient lui donner. Bien sûr, chaque fois qu'il la payait, il laissait entendre qu'elle pourrait donner de bien meilleurs pourboires en bas. Elle ne savait pas combien de temps encore elle pourrait lui dire non. Avec la base maintenant presque fermée, les emplois étaient presque inexistants dans la région et sa fille atteignait cet âge où elle commençait à remarquer que les autres filles de l'école n'avaient pas à porter de vêtements donnés par les églises locales. et missions.

"Salut soldat," dit-elle avec un sourire forcé en atteignant sa table. « Ça te dérange si je m'assois ? »

"C'est un aviateur," répondit-il, "mais vous êtes le bienvenu pour me rejoindre."

"Alors," commença-t-elle, "es-tu ici pour passer un bon moment ?"

La grande affiche à l'extérieur de l'entrée du club proclamait: «Passez un bon moment à l'enfer d'une fête d'Halloween de la Cantina. She Devils - Entrée gratuite. Pas d'anges autorisés. - Sur invitation uniquement - Soirée d'Halloween jusqu'à 2h00. » Il a ensuite expliqué que vous pouviez obtenir une invitation à la fête en appelant ou en discutant avec Hector DeSalvo, le propriétaire et directeur de The Cantina.

"Pas exactement", a-t-il répondu. Il avait l'air très triste pendant qu'il parlait, et quand il la regardait, c'était comme s'il regardait à travers elle quelque chose au loin derrière elle.

Elle avait déjà vu ce regard plusieurs fois à l'époque où la base locale était encore active. C'était le regard de mille mètres que l'on voyait parfois chez les anciens combattants. Maintenant, ce regard était rare en ville, mais vous le voyiez toujours de temps en temps.

Maria savait que lorsqu'un homme aussi brisé entrait dans le club, elle ne pouvait rien faire. Ils ne voulaient pas de compagnie. Ils ne voulaient même pas vraiment regarder les émissions. Ils se sont juste assis à regarder la scène - comme s'ils regardaient la vie - et se sont lentement bu dans l'oubli. C'était le seul moyen pour eux d'arrêter de voir quoi que ce soit qui se trouvait toujours à mille mètres de distance.

Maria a commencé à se lever, mais il a posé sa main sur son bras et a dit doucement : « Non, s'il te plaît, reste.

Elle se réinstalla dans son fauteuil. « Qu'est-ce que je suis censé t'acheter ? » Il a demandé.

"Un highball," répondit-elle d'une voix hésitante. "Ou une coupe de champagne, si vous êtes d'humeur à faire la fête", a-t-elle ajouté en essayant de paraître un peu plus joyeuse.

« Combien de temps cela me fait-il gagner ? » demanda-t-il catégoriquement.

« Je ne sais pas ce que tu veux dire », répondit-elle.

« Quel est votre quota ? » demanda-t-il fermement. "Combien de bouteilles de champagne devrais-je acheter pour que tu restes ici à table avec moi jusqu'après minuit ?"

Maria a essayé de donner sa réponse standard de "Pendant combien de temps vous voulez parler."

"La vérité", a-t-il répondu. Sa voix avait un peu plus de tranchant.

Elle a essayé trois fois de plus avant d'abandonner finalement et de dire : « Un verre est censé ne pas durer plus de dix minutes. Une bouteille, pas plus d'une demi-heure. Pas plus que ça, et ils abattent mon salaire.

"Ainsi, cinq bouteilles garantiraient que vous êtes toujours assis ici avec moi à minuit", a-t-il déclaré.

"Ou jusqu'à la fermeture, si vous voulez", a-t-elle commencé à répondre. Mais il ne lui faisait plus face. Il s'était retourné pour attirer l'attention d'une des serveuses. Il semblait chercher un serveur en particulier. Finalement, il la trouva et leva le bras pour lui faire signe de traverser la pièce jusqu'à leur table.

Normalement, les serveuses se voyaient également attribuer des tables, mais comme le disait toujours Hector, "N'oubliez pas que le client vient toujours en premier." Il riait toujours presque maniaquement chaque fois qu'il disait ça.

La serveuse s'avança vers la table portant son plateau, comme toujours. C'était Deanna, la seule autre femme du club qui refusait de descendre. Elle, comme Maria, était ici en désespoir de cause parce qu'elle n'avait nulle part où aller.

Quand elle est arrivée, l'aviateur a sorti un portefeuille d'une des poches sur le devant de son uniforme et a commencé à en peler des centaines sur la table.

"C'est pour cinq bouteilles de votre supposé champagne," dit-il en plaçant une pile sur le plateau des serveuses. "Dites au barman de les garder sur la glace, mais gardez-les derrière le bar pour l'instant."

Il a ensuite mis deux centaines de plus sur le plateau. "Et c'est pour quelques spéciaux avant le vol."

Quand elle eut l'air confuse, il rit légèrement et dit : « Dis au barman que ça s'appelle un spécial avant le vol parce que c'est trois contre un 7up et Coca Cola. Cela ressemble à une boisson mélangée, mais vous êtes toujours prêt à voler.

Il en prit ensuite une autre centaine et la plia dans le sens de la longueur. Celui-ci, il l'a mis dans le décolleté de l'uniforme presque moulant de Deanna. "Ceci est votre conseil pour vous assurer que nos pré-vols sont pleins jusqu'à minuit."

Il a ajouté une deuxième facture et a déclaré: "C'est pour s'assurer qu'il n'y a rien dans ces pré-vols sauf 7up et Coca Cola."

Une troisième facture suivit la seconde. Sa voix devint très sérieuse lorsqu'il ajouta : "Et ceci vous incite à faire une pause cigarette à minuit exactement." Il ressemblait à un officier parlant à un soldat en ajoutant: «Rien de ce que vous ferez dans votre vie ne sera plus important que de vous assurer que lorsque minuit sonne, vous êtes derrière le petit mur qui soutient le panneau où vous allez normalement fumer. .”

La serveuse le regarda comme s'il était fou, mais marmonna : « OK. Bien sûr."

Beaucoup de cinglés allaient et venaient à La Cantina. Mais la plupart d'entre eux n'ont pas mis 300 $ entre ses seins. Deanna savait que les choses seraient probablement vraiment folles à minuit. Elle savait également qu'elle ne lui manquerait pas si elle se glissait dehors par la porte arrière pendant quelques minutes. Non pas qu'elle ait cru cette folle, mais peut-être qu'il coucherait d'autres Benjamins s'il la voyait faire ce qu'il lui avait dit de faire.

Quelques minutes plus tard, elle revint avec les boissons. Maria goûta la sienne. "Cela a bien meilleur goût que l'eau gazeuse et le thé instantané," dit-elle tranquillement.

"Et vous n'avez pas à mettre le toit en tôle du chasseur", a répondu l'aviateur tout aussi calmement.

La toiture en tôle était une astuce que les B-girls utilisaient lorsqu'elles n'avaient d'autre choix que de boire un verre d'alcool fort. Vous avez abattu le coup comme si vous le jetiez dans votre gorge, mais en réalité, vous le teniez dans votre langue pressée contre le palais de votre bouche. Ensuite, vous avez bu une gorgée de votre fausse boisson et relavé l'alcool dans le verre. Parfois, il devenait nécessaire de renverser votre faux verre pour s'en débarrasser, mais vous pouviez toujours reprocher à ce coup qui vous montait directement à la tête votre maladresse.

"Veux-tu en parler?" demanda-t-elle doucement.

« Parler de quoi ? » il a répondu.

"Quoi que ce soit que vous voyez quand vous regardez", a répondu Maria.

"Je vois un bâtiment en feu avec des dizaines d'écoliers qui courent dans la nuit", a-t-il répondu catégoriquement. « La moitié d'entre eux sont en feu. La plupart d'entre eux sont en train de mourir. Tous crient. »

Maria haleta.

"Tu as demandé," dit-il avec un haussement d'épaules. Puis il continua de sa voix plate et sans expression. "C'était Halloween en 1971. C'était censé être une mission de routine. Nous transportions des bombes extrêmement précises qui pouvaient être guidées par fil avec une précision absolue même la nuit. C'est pourquoi nous avons effectué la mission malgré le fait que nous savions que l'école était proche.

Au début, Maria pensait qu'elle avait mal compris la date. Elle était sur le point de lui demander de répéter mais l'aviateur la regarda... non, il regarda au-delà d'elle - à mille mètres au-delà d'elle - alors qu'il continuait, "mais ils avaient des missiles tirés à l'épaule."

Il a pris une gorgée de la spéciale avant le vol avant de poursuivre: «Nous avons pris un coup manqué juste au moment où nous avons lancé les bombes. C'était assez loin pour ne pas nous désintégrer, mais assez proche pour enlever la majeure partie de l'aile gauche et toute la tête de mon deuxième siège.

«J'ai frappé avant qu'il ne commence sa rotation à plat dans le sol. Ce qui restait de mon ordonnance est parti avec l'avion. Je me suis accroché sous mon parachute et j'ai vu les deux bombes dévier de leur trajectoire et s'écraser sur l'école.

Il expira profondément comme s'il avait fumé une cigarette. Ses yeux restèrent concentrés à mille mètres derrière elle. "Heureusement, avec tout le chaos", a-t-il poursuivi, "j'ai pu me rendre à un point d'extraction et être récupéré par une équipe d'évacuation."

Il a pris une gorgée de sa boisson. "Les deux autres avions de notre groupe avaient déjà guidé leurs bombes avant d'être touchés." Il regarda à nouveau ce que c'était que lui seul pouvait voir. "Mais cela signifiait qu'ils s'éloignaient lorsque les missiles ont été tirés. Ils étaient trop bas et trop lents pour s'échapper, alors ils en ont chacun pris un par le tuyau d'échappement.

Il regarda Maria. "Aucun survivant", a-t-il dit avec presque un sourire... ou était-ce une grimace. Puis il lui a donné un pourboire et a ajouté: "... sauf moi."

La serveuse est arrivée avec deux autres des spéciaux avant le vol. L'aviateur renifla soigneusement chacun d'eux et en goûta un peu avant d'en glisser un vers Maria. "C'est ma mission, depuis lors," dit-il lentement, "de faire de mon mieux pour éviter les dommages collatéraux."

"C'est pour ça que tu es là ?" a demandé Marie.

"Je n'étais pas censé vous dire quoi que ce soit de tout cela", a-t-il répondu. Cette fois, c'était un vrai sourire sur son visage.

Il a commencé à dire autre chose, mais la pause était manifestement terminée car Hector, qui agissait comme animateur de la soirée, criait: «Et maintenant, pour votre plaisir en cette Hell of a Night, The Cantina Club présente fièrement Dolores, Sandy , Juney, Vicki, Chloé et Candi.

Six jeunes femmes ont bondi sur scène plus ou moins au rythme de la musique. Maria regarda la scène avec surprise. Aucune de ces femmes n'était une danseuse régulière du club. En fait, elle n'en avait jamais vu auparavant.

Les six femmes sont restées en retrait du bord avant de la scène et se sont déplacées dans ce qui était censé être une danse érotique. Au fur et à mesure qu'ils se déplaçaient au rythme de la musique, ils se positionnaient devant six grandes chaises en bois qui avaient été installées au fond de la scène, face à la foule. La musique s'arrêta et ils se laissèrent tous tomber sur leur chaise.

Après que les six aient été assis, Hector a crié: "Nous allons organiser un petit concours ce soir que tout le monde appréciera."

Il a ri et a ajouté avec un haussement d'épaules: «Eh bien, peut-être pas tout le monde. Les cinq perdants ne vont probablement pas du tout apprécier ça. Puis revenant à son cri de maître de cérémonie trop accentué, il a crié: "Mais VOUS allez tous en profiter, et c'est ce qui est important."

La musique a commencé à jouer en arrière-plan alors qu'il disait: «Notre premier tour est un concours de danse. Et, bien sûr, pour tout concours, nous devons avoir des juges.

Six personnages en robe noire portant des cagoules noires et des masques de crâne brillants qui masquaient leurs visages sont sortis et ont pris place à une série de petites tables rondes qui avaient été installées devant la scène. Une boîte d'environ six pouces de chaque côté était assise au milieu de chaque table. La boîte s'est illuminée d'une lueur bleue lorsque chaque juge s'est assis. Quelques instants plus tard, un crâne blanc brillait d'un bleu plus vif sur le devant de chaque boîte. Sur le dessus de la boîte se trouvait un gros bouton rouge qui était également illuminé d'une manière ou d'une autre. Une boîte plate séparée qui ressemblait un peu à un petit clavier était placée à côté de chacune des boîtes lumineuses.

Après que tous les personnages en robe aient été assis, Hector a crié: "Ce ne sont pas les juges les plus effrayants que vous ayez jamais vus?" La foule a murmuré et ri en réponse.

Il attendit que le bruit s'estompe puis eut un petit rire avant de dire : « Leurs visages sont cachés comme des bourreaux parce que ces juges ne choisissent pas un gagnant... » Son rire était long, fort et diabolique avant d'ajouter , "Ils choisissent les perdants."

Il retourna à son exubérance normale d'annonceur alors que la musique commençait à devenir rythmique. "Donnez un gros coup de main", a-t-il crié, "pour notre première danseuse... Dolores !"

Dolores, malgré son nom, était une blonde à la peau très pâle. Elle était vêtue de plusieurs couches d'étoffe rose très diaphane qu'elle a commencé à décoller au rythme de la musique. Ses mouvements avaient une grâce douce qui évoquait une formation classique – peut-être de ballet. Elle a également tourné rapidement à plusieurs reprises tout en gardant la tête face au public avec seulement un claquement très rapide alors qu'elle tournait la tête pour garder une longueur d'avance sur sa rotation.

Au fur et à mesure qu'elle se débarrassait de chaque vêtement, elle lançait la pièce vers le public. La soie était si légère, cependant, qu'aucune d'entre elles ne dépassait le bord de la scène. Dolores attendait que chaque objet flotte lentement sur le sol avant de commencer à éplucher l'objet suivant de son corps. Enfin, elle dansait dans un petit string et un soutien-gorge extrêmement petit.

Elle a commencé à se tordre. Cette fois, elle n'a pas fait de claquement de tête pour garder la tête face à la scène, mais a plutôt tourné pendant plusieurs secondes comme un patineur sur la glace. Quand elle est sortie de la vrille, elle faisait face à la foule et ses seins étaient nus. Il y eut une ondulation sonore alors que diverses tables discutaient de l'endroit où le soutien-gorge aurait pu aller.

Dolores a alors commencé à rebondir au rythme de la musique alors qu'elle se déplaçait vers la gauche de la scène. Elle a commencé à reculer sur la scène d'un pas qui oscillait entre les coulisses et la foule. Alors qu'elle bougeait, il était évident qu'elle dénouait les ficelles du bas. D'une manière ou d'une autre, les minuscules morceaux sont restés en place même si les cordes étaient maintenant totalement lâches. Puis, juste au moment où elle fit son dernier flip et fit face au public, le tissu avait disparu et elle se tenait debout, les bras levés, face à la foule.

Dolores s'inclina profondément alors que la foule applaudissait, criait et sifflait. Elle retourna ensuite à sa chaise et jeta un baiser à la foule avant de s'asseoir.

"Je ne pense pas que Dolores va perdre … ce tour", a déclaré Hector en revenant sur scène. Alors que la musique revenait, il a dit: "Voyons comment Sandy peut faire."

Sandy avait de nombreuses taches de rousseur avec des cheveux brun rougeâtre très pâles. Ses seins étaient très proéminents, surtout par rapport à la minceur du reste de son corps. Elle a jeté son chemisier peu de temps après son entrée sur scène, révélant de longs glands suspendus à des pasties argentés scintillants.

Elle était loin d'être aussi gracieuse que Dolores l'avait été, mais la foule ne semblait pas le remarquer alors qu'elle faisait tournoyer ses glands à plusieurs reprises entre de courtes pauses pour enlever d'autres vêtements.

Elle n'avait plus que les glands avec presque une minute restante dans la musique et a passé le temps restant debout près du devant de la scène avec ses seins rebondissant sauvagement et les glands tournant dans des directions opposées. Juste au moment où la musique se terminait, elle attrapa les fils tournants à deux mains et retira les cache-tétons de son corps. De toute évidence, les règles du concours l'obligeaient à être nue à la fin de la musique.

Hector traversa la scène alors que la foule éclatait en applaudissements polis. "Je peux vous assurer," dit-il solennellement, "que chaque pouce de Sandy est totalement naturel. Il n'y a pas de silicone dans ces pots. C'est tout elle. Les applaudissements ont légèrement augmenté lorsque Sandy a levé ses seins et s'est tournée sur le côté pour montrer à la foule qu'ils étaient, en fait, naturels.

Alors qu'elle s'asseyait, Hector disait à la foule: «Je sais que vous aimerez Juney. Veuillez lui souhaiter la bienvenue sur notre scène.

Il y eut quelques cris et sifflements alors que la jeune Indienne à la peau foncée se glissait sur le devant de la scène. Il n'y a pas d'autre moyen de décrire ses mouvements. Elle était très mince et bougeait comme si ses os eux-mêmes étaient flexibles.

Une fois que la musique a atteint son plein volume, Juney a commencé à se tordre sur place en levant et en baissant les mains. Elle était vêtue d'un des costumes traditionnels de l'Inde avec de nombreux bijoux et pièces de métal travaillées dans le tissu. D'une manière ou d'une autre, alors qu'elle ramenait ses bras vers le bas, elle a pu se glisser hors des manches chemisier de son haut. Au troisième mouvement vers le haut avec ses mains, elle a porté son chemisier au-dessus de sa tête, révélant un soutien-gorge en tissu de style enveloppant.

Elle faisait face au devant de la scène, se penchait en arrière et continuait de se pencher jusqu'à ce que son visage se retrouve entre ses jambes. Elle a ensuite levé les mains d'en bas et a saisi la ceinture de son pantalon. Se baissant sur le ventre et roulant en arrière, elle tira ses jambes vers le haut hors du long vêtement et continua à rouler jusqu'à ce qu'elle revienne en position debout, le dos toujours plié jusqu'au sol.

Elle s'est ensuite déplacée de sa manière ondulante sur le devant de la scène, déroulant lentement les nombreuses couches de tissu qui liaient ses seins. Une fois révélés, ils étaient plutôt petits et coniques, mais l'aréole était très sombre et les mamelons eux-mêmes mesuraient au moins trois quarts de pouce de long.

Elle se leva et se balança quelques instants au son de la musique tout en massant ses seins. Étonnamment, les mamelons ont grandi à mesure qu'ils durcissaient sous son toucher jusqu'à ce qu'ils aient maintenant plus d'un pouce de long.

Elle se remit à onduler en déroulant les couches de tissu qui formaient une sorte de bas de bikini. Son déroulement a été soigneusement chronométré de sorte que lorsque la chanson s'est terminée, elle se tenait devant la scène, totalement nue, avec un gros paquet de tissu à la main.

La foule a montré son appréciation par de vifs applaudissements et des acclamations alors qu'elle reculait et prenait place au fond de la scène.

Hector a de nouveau marché vers le devant de la scène en criant: «N'était-elle pas fantastique? Et qu'en est-il de ces mamelons? Vous pourriez masser le fond de votre gorge avec l'un de ceux-là.

Il a attendu que les rires se calment et que la musique commence avant de crier : "Et maintenant... Vicki."

La tenue en cuir blanc de Vicki contrastait avec sa peau d'ébène foncée. Ses cheveux étaient coupés courts et bouclés près de sa tête. Il était évident que toute sa peau – du moins tout ce qui était visible actuellement – ​​était bien huilée. Elle semblait presque briller alors que les lumières de la scène de différentes couleurs se reflétaient sur ses bras et ses jambes.

La musique était forte et très rythmée alors qu'elle traversait la scène. Bientôt, la lumière se reflétait sur une plus grande partie de son corps. Danser énergiquement tout en étant enduite d'huile a ses inconvénients, et elle était bientôt luisante de transpiration ainsi que d'huile. Cela n'a toutefois pas nui à sa performance. En fait, l'éclat de la sueur rendait sa danse encore plus érotique.

Appeler ce qu'elle portait sous la robe "sous-vêtements" est un peu inexact. Elle portait une culotte et un soutien-gorge en latex blanc moulants. Plusieurs commentaires ont pu être entendus spéculant sur le fait qu'ils avaient été peints ou non et si elle serait capable de les enlever en dansant.

La surprise de sa déchirure soudaine des attaches Velcro dissimulées sur son soutien-gorge alors qu'elle l'arrachait de son corps a fait haleter la foule puis applaudir sauvagement. Des cris et des sifflets accompagnaient son action similaire alors qu'elle arrachait les bas et les tirait d'entre ses jambes, tout en restant en phase avec la musique.

Alors que la chanson touchait à sa fin, elle faisait face au fond de la scène et se penchait complètement pour que les bords de ses seins bien formés soient pressés contre le devant de ses jambes et que son visage soit à l'envers entre ses jambes, souriant à la foule. . Elle serra et desserra ses fesses au rythme du dernier rythme lourd de la chanson, de sorte que son anus semblait faire un clin d'œil à la foule alors qu'elle se levait pour acclamer sa performance.

"Il semble que Vicki ne sera pas non plus sur la sellette lors de ce premier tour", a déclaré Hector en riant alors qu'il revenait sur scène. Il a de nouveau donné son rire diabolique et a ajouté: "Mais il y a encore quatre rounds après celui-ci."

La musique recommença et Candi bondit sur le devant de la scène. Elle avait l'air très jeune, mais avait toujours ce regard endurci que la plupart des strip-teaseuses acquièrent après quelques années sur scène. Elle avait des cheveux roux flamboyants et des yeux bleus brillants qui semblaient s'illuminer lorsqu'elle souriait au public.

Sa tenue était destinée à imiter celle d'une écolière anglaise jusqu'à la jupe tartan. Contrairement aux autres filles, elle portait plusieurs couches de vêtements. Sous le chemisier se trouvait un top-slip et sous la jupe se trouvait un autre slip ample. Chaque vêtement était jeté avec de nombreux regards timides par-dessus son épaule. Pour les non-initiés qui ne voyaient pas la dureté sous-jacente de son visage, c'était presque comme si elle faisait cela pour la première fois et était gênée de montrer son corps.

Candi était un expert pour simuler la timidité et l'inexpérience. Au moins une douzaine d'hommes qui regardaient avaient payé pour prendre sa virginité. On avait même payé un supplément pour avoir le privilège de le prendre avec force.

Elle a fait croire à chaque homme dans le public qu'elle les regardait directement en enlevant chaque vêtement. Il restait encore bien plus d'une minute de sa chanson lorsqu'elle n'avait plus que les chaussettes blanches en coton qui lui arrivaient à mi-chemin jusqu'aux genoux. Après avoir glissé plusieurs fois vers le devant de la scène comme si elle était sur de la glace, elle s'est tenue latéralement à la foule et a lentement glissé sa main le long de sa jambe jusqu'à ce qu'elle atteigne le haut de la chaussette. Elle se tourna légèrement en poussant la chaussette sur sa cheville et son talon afin que son cul soit parfaitement exposé à la moitié du public. Puis elle s'est soudainement redressée et a lancé la chaussette au-dessus de la foule.

Plusieurs des hommes ont sauté dessus comme des demoiselles d'honneur trop impatientes essayant d'obtenir le bouquet de la mariée. Deux hommes se sont retrouvés par terre à se battre pendant une minute ou deux avant que le plus grand ne se lève en criant avec la chaussette bien au-dessus de sa tête.

Candi a ensuite dansé de l'autre côté de la scène et a répété ses actions avec l'autre chaussette. Cette fois, elle a tiré sa jambe en arrière comme si elle allait donner un coup de pied dans la chaussette jusqu'au fond de la pièce, mais l'a ensuite retournée au milieu de la table à l'avant, au centre de la scène.

Elle retourna ensuite à sa chaise en balançant ses hanches au rythme de la musique et en s'asseyant exactement sur le dernier battement de la chanson.

"Je ne me lasse pas de regarder Candi danser", a déclaré Hector avec un sourire. Une fois que la foule s'est finalement calmée et que la musique a repris, il s'est tourné pour faire face au dernier danseur qui se dirigeait vers le devant de la scène.

"Notre dernière danseuse est Chloé", a-t-il crié. Puis, secouant la tête, il dit d'une voix beaucoup plus douce : « J'aimerais pouvoir dire que j'ai gardé le meilleur pour la fin, mais Chloé a eu du mal à respecter son contrat ces derniers temps. Espérons qu'elle mettra tout son effort dans ce concours.

Chloé se dirigea vers le devant de la scène. Elle n'a même pas essayé de montrer le sourire collé commun à la plupart des strip-teaseuses. Son visage ressemblait plus à un prisonnier marchant vers leur chambre d'exécution. Ses cheveux blonds étaient manifestement une perruque et étaient tout aussi lâches sur sa tête. Ses mouvements étaient fluides, mais d'une manière ou d'une autre pas gracieux et étaient juste assez désynchronisés avec la musique pour être inconfortablement perceptibles.

La foule était silencieuse tout au long de sa routine et est restée silencieuse alors qu'elle glissait ses fesses au sol avec un mouvement de serpent qui ne s'est pas tout à fait synchronisé avec la musique.

Hector a marché lentement sur la scène alors qu'elle regardait fixement la foule. Il attrapa la perruque de sa tête alors qu'elle se tournait pour retourner à son siège. Avec un dégoût évident, il l'a jeté hors de la scène et s'est tourné pour faire face à la foule.

"Je m'en excuse", a-t-il déclaré. "Mais Chloé sait qu'elle ne peut pas danser pour rien, et je suppose qu'elle vient d'abandonner."

Il a eu un rire très long, très fort et très diabolique avant de dire: «Avec tant d'enjeux, je ne peux pas imaginer que quelqu'un abandonne, mais quand vous savez que vous ne pouvez pas gagner et que vous allez en enfer de toute façon, c'est difficile de faire de votre mieux.

Il est ensuite revenu à sa voix d'annonceur normalement exubérante et a déclaré: "Je suis sûr que nous savons tous qui est le perdant, mais je pense que nous devrions laisser les juges voter."

Les six juges en robe noire tapaient sur leurs petits claviers. Puis Hector a crié : « Votez dans trois... deux... un... MAINTENANT !

Les six juges ont claqué leurs mains sur les gros boutons rouges. Cinq lumières rouges se sont allumées sur le dossier de la chaise de Chloé et elle a crié fort alors que son corps tremblait et vibrait à cause des fortes impulsions électriques qui le traversaient. De toute évidence, les chaises avaient de grandes électrodes sur les sièges, le dossier et les bras.

Une lumière rouge est apparue sur la chaise de Sandy et elle a crié et a sauté sur ses pieds. Évidemment, le choc à travers sa chaise n'était pas suffisant pour geler ses muscles en place.

"Soit l'un de nos juges déteste vraiment les glands", a déclaré Hector en riant, "ou quelqu'un a appuyé sur le mauvais numéro sur son clavier."

"Ils ont mal collé ces putains d'étiquettes", a déclaré une voix bourrue depuis la table des juges.

"Eh bien," dit Hector, "dans ce cas, nous corrigerons cela pendant que Chloé recevra sa punition pour avoir perdu."

Pendant qu'il parlait, deux hommes en jeans sales sont montés sur scène portant une poutre rembourrée qui ressemblait à un cheval d'arçons de gymnaste, sauf qu'elle semblait un peu plus courte et qu'elle n'avait pas les deux gros anneaux de fer au centre. de son épaisse barre rembourrée. Une fois qu'ils l'ont placé au milieu de la scène, l'un d'eux a fait signe à Chloé et elle s'est dirigée en hésitant vers le centre de la scène.

"Ne m'obligez pas à vous mettre en place", a déclaré Hector d'un air sinistre et elle s'est drapée au bout de la poutre rembourrée. Sa tête pendait à une extrémité et son cul dépassait légèrement de l'autre extrémité. L'un des hommes a tiré ses bras vers le bas et les a attachés aux pieds de la poutre. L'autre homme a plié ses jambes au niveau du genou afin que la partie inférieure de sa jambe soit alignée avec l'autre paire de jambes. Il lui a ensuite attaché les chevilles et les genoux en place. Le résultat était qu'elle ressemblait un peu à un jockey penché sur un cheval de course avec la tête basse et le cul légèrement relevé en l'air.

Hector s'avança pour se tenir à côté d'elle. Il tenait une pagaie en cuir noir assez grande dans ses mains. "Autant j'aimerais donner une fessée à ce cul désobéissant," dit-il légèrement, "les règles du concours disent que les non-perdants punissent le perdant." Il a fait un mouvement de mouvement avec sa main en ajoutant: "- plus ou moins."

Dolores, Sandy, Juney, Vicki et Candi se sont levés de leurs chaises et ont formé une ligne derrière Hector. Il a remis la pagaie à Dolores et a dit: "Cinq coups de chacun de vous." Son visage est devenu ferme et en colère alors qu'il ajoutait: «Rendez-les bons. Elle nous a tous embarrassés.

Dolores baissa les yeux sur le cul tremblant de Chloé pendant un moment avant de prendre un grand swing arrière et d'abattre la pagaie carrément sur les deux fesses. Le cri de Chloé était assez fort pour être entendu dans le parking. Dolores a suivi cela avec quatre coups plus tout aussi puissants.

Sandy, Juney et Vicki ont suivi l'exemple de Dolores et ont posé de puissants slams directement sur le cul de Chloé pendant que le public les encourageait.

Candi s'arrêta pour frotter légèrement sa main sur la peau désormais rouge et boursouflée de Chloé. "Oh," dit-elle avec une fausse surprise, "vous montrez enfin un peu de chaleur sur scène. Peut-être finiras-tu par réussir, chérie.

Suite à cela, elle a balancé la pagaie cinq fois très rapidement. Le premier coup était tout en haut du cul de Chloé, presque sur son dos. Chaque coup s'est légèrement déplacé vers le bas pour que le dernier soit directement au-dessus de l'endroit où la courbe du cul de Chloé a fusionné avec ses jambes. Le rire léger de Candi alors qu'elle retournait à son siège était perdu sous les cris et les sanglots alors que l'esprit et le corps de Chloé traitaient la douleur qu'elle venait d'endurer.

Les deux hommes qui avaient installé la poutre rembourrée retournèrent sur scène et libérèrent Chloé de ses liens. Ils l'ont ensuite soulevée et plus ou moins traînée vers sa chaise. L'un d'eux portait plusieurs lanières de cuir noir qu'ils ont utilisées pour l'attacher au fauteuil. Une sangle passait autour de sa poitrine, la maintenant serrée contre le dos. Un autre passa par-dessus sa taille en tenant fermement ses fesses gonflées contre le siège. Deux autres ont été utilisées pour attacher ses poignets en place et deux autres ont été placées juste en dessous de ses coudes afin que ses avant-bras soient fermement maintenus contre les bras de la chaise. Quatre sangles ont été utilisées de la même manière pour maintenir ses mollets serrés contre les pieds de la chaise. Une dernière sangle a été utilisée pour maintenir fermement sa tête contre le haut du dossier du siège.

Alors que les hommes attachaient Chloé en place, l'aviateur se pencha vers Maria. « Savez-vous pourquoi ils sont prêts à prendre autant de risques en participant à ce concours ? » demanda doucement l'aviateur.

« Non », répondit Maria. “I guess they are more desperate than I am.”

“They sold themselves to the Devil many, many years ago,” the airman said. He had returned to the totally flat voice from earlier. “They know that this Halloween marks their time of reckoning. The Devil is to claim them tonight. This contest was their only chance that they might escape their fate.”

Maria thought for a moment and was going to ask the airman to explain further, but Hector’s voice interrupted her as he cried out to the crowd, “Are you all having a Hell of a Time?”

A thunderous “Hell, yes!” answered him.

“Then let’s continue our contest!” he screamed back. Lowering his voice and leaning toward the crowd he looked from side to side and then said, “I think it’s time to lock the doors and shut off the outside lights.” There was a loud click as the front doors electronically closed and the glare of neon which had been coloring the few windows disappeared.

“Don’t worry,” he said in an attempt at a soothing tone of voice. “If anything happens, you can still get out, but no one is going to be coming in and stopping our Halloween contests.”

The crowd cheered in response.

Maria whispered softly, “It’s this way every Halloween. They lock everything up and make it look like we’re closed so they can go full illegal on stage.”

“That’s not the only reason,” the airman replied softly.

“So...” yelled Hector, “now that we are alone, shall we find out which of our young ladies is the best– or more importantly, the worst– cocksucker?”

Again the crowd screamed back, “Hell, Yes!”

Hector smiled out at the crowd and said, “You are my favorite devils to be. And all of you will definitely have a real Hell of a Time soon.” He then laughed very loudly and added, “... very soon.”

If anyone outside the club had heard the laugh, they would have thought it was the beginning of a grade Z horror movie. The people in the crowd, however, responded with cheers, whistles, and foot stomping.

As the deafening noise slowly died down, five naked men walked onto the stage. Two of the men would most likely be classified as brown. One was obviously from the Middle East while the other was most likely from the Indian subcontinent. The third man was jet black. His skin was oiled and reflected the lights as he walked. The fourth seemed to have olive skin with almost red overtones. And the fifth was a rather pale blond. All were very well endowed.

They walked to stage center and stood facing the audience while standing about half-way back on the stage.

Hector turned to face the women sitting on the stage. “Ladies,” he exclaimed loudly, “you may pick the prick you are going to suck.” He laughed softly as he added, “... but choose wisely.”

Dolores, Sandy, Juney, Vicki, and Candi got up from their chairs and walked over to stand in front of the men. Despite what Hector had said, they lined up as they were in front of the five men.

“No hands,” Hector said loudly. “You can use only your mouth and your tongue.”

The five women sank to their knees.

“Speed is not the only thing that matters here,” he continued. “When you finish, you will return to your chair. After everyone is finished, the judges will vote.”

He laughed his evil laugh and added, “Of course, the last one to bring off her volunteer had better be ready for some fireworks.” After another loud laugh he finished with, “... because unless you do something really spectacular, you are going to be the judges’ favorite.”

The five women leaned forward and pulled the pricks into their mouths. Soon their heads were bobbing and soft slurping noises filled the club.

Either Sandy was a really excellent cock sucker or the man she chose had a hair trigger. In either case, just a few moments after they began, he gave a loud groan and bent over slightly.

Sandy continued sucking on his cock for a just almost a full minute and then stood and walked over to where Hector was standing holding a martini glass. She bent her head and allowed her mouthful of cum to slide down into the glass.

After a short while, both Dolores and Vicki did the same thing.

There was a much longer pause before the man Juney was sucking gave a loud groan and spurted into her mouth. The glass was about half full after she spit the spunk from her mouth and returned to her seat.

Candi continued to suck and slurp for several more minutes. The man was groaning loudly and was obviously greatly enjoying what she was doing, but he had not yet popped. Finally, with almost a shriek, he erupted into her mouth.

Candi’s cheeks bulged and her eyes opened wide as he thrust several times and continued to pump jism into her mouth. Finally he gave a deep sigh and placed his hands on the top of her head.

She waited until he had stopped patting her before she rose and walked over to Hector. When she bent over and opened her mouth, the liquid overflowed the glass in Hector’s hand.

The crowd responded with shouts and applause. Hector gave a signal of some sort and a scantily clad woman rushed onto the stage carrying a serving tray. He set the glass on the tray and wiped his hands on the towel which hung from her arm.

Turning to the judges, he called out, “Are you ready to vote?”

The grunts from the table evidently indicated yes because Hector walked over to stand behind the chairs where the women were seated and yelled loudly, “Then... vote!”

Both Juney and Candi cried out as two lights flashed on their chairs. Dolores also yelped as one light lit on hers. A moment later she yelped again as a second light came on. Chloe screamed loudly as all six lights flashed on her chair.

“We seem to have a tie,” Hector said loudly.

The gruff voice from the judges’ table again called out, “I meant to vote for Juney. I think quality is more important than speed.” He seemed to mutter to himself for a moment before saying aloud, “These damn buttons are confusing.”

Hector looked angry, but said very quietly, “I guess we will just have to have a re-vote. Judges, set your votes.”

He looked up and said angrily, “Someone help Harold with his keypad.” After a short pause he once again said, “Vote... NOW!”

This time three lights lit on Juney’s chair, two on Candi’s and one on Dolores’. Again, all six lights lit on Chloe’s chair. Both Juney and Chloe screamed loudly.

“Someone evidently doesn’t like speed at all,” Hector said with a chuckle. “And three of you think that Candi was a better cocksucker even though she brought off her man last.”

He looked off stage and said loudly, “That means that Juney is our loser for this round.”

Several men, dressed in black, ran onto the stage and secured Juney to her chair as they had done to Chloe earlier. Hector slowly walked over to stand in front of her and signaled for the waitress with the tray to join him.

He picked up the slimy martini glass from the tray and held it in front of Juney’s face. “Open wide,” he said cheerfully. Then he added in a much more gruff voice, “Don’t make me resort to a spacer gag.”

Juney dutifully opened her mouth and Hector poured the vile drink down her throat. He then turned to the crowd and asked, “Do you think she’s had enough?”

The crowd roared back, “Hell, NO!”

“I didn’t think so,” he responded with a chuckle.

The scantily-clad waitress reappeared with her tray. This time, sitting on the tray was a very large snifter filled with cum. Hector smiled out at the crowd and said, “Thank you to all the volunteers who contributed to tonight’s program.”

He then tipped the contents of the glass into Juney’s very unwilling mouth.

After Hector walked back to the center of the stage, one of the men who had bound Juney to the chair returned with a wide strap which he used to pull her head tight against the high back of the chair. She was now totally bound exactly as Chloe was.

“Lets remind our audience who our losers are so far,” Hector said with a laugh. All six lights flashed brightly for several seconds on Chloe’s and Juney’s chairs.

As their screams– and the applause from the audience– slowly faded. The airman pulled a cigarette from one of his pockets and lit it. Marie started to say something about no smoking in the club, but then she realized that many of the customers tonight were openly smoking at their tables.

He blew smoke toward the stage. “Have you noticed that the regular dancers aren’t here tonight?” He paused, pointed with his cigarette toward the bar, and said “That’s not the regular bar crew either, is it?”

“I guess not,” Marie answered as she looked around. Until the airman had pointed it out, she hadn’t noticed that she didn’t recognize any of the other staff working the party.

“Do you recognize any of the customers?” Il a demandé.

“N... no... I guess not,” she said shakily, “but it’s by invitation only tonight.”

The airman took a deep drag on his cigarette and held up his invitation. “Do you know what one of these invitations cost?” Il a demandé.

She looked back at him blankly and he gave her a very strange smile. “Your soul,” he said quietly.

Or at least that is what she thought he said. It was hard to be sure because as he was speaking, Hector had again come to the center of the stage and was bellowing out, “Are you all having a Hell of a Time?”

Once again, a thunderous “Hell, yes!” answered him.

“Then let’s go deeper into Hell!” he screamed back. “It’s time for round three!”

The stage hands began carrying what looked like small divans onto the stage. They appeared to be rather worn, but still looked very soft. After four divans were placed across the front of the stage, four naked women walked onto the stage.

Three of the four were bare between their legs. The fourth sported a huge bush of fiery red hair. As they walked onto the stage, all four of the women displayed that jaded look that comes from years of using your body for the entertainment of others. Their faces formed identical plastic smiles as they turned toward the audience and sat down on the divans.

The divans were arranged so that the short side of the backless couch was facing the audience. That allowed the women to lay back and spread their legs with their crotches right at the edge of the divan. They each did so, and the crowd roared its approval.

“We have four desperate contestants still active in our little contest,” yelled Hector. He laughed slightly and said loudly, “We have already established that they are pretty good cocksuckers. Let’s see how good they are at cunt lapping!”

He clapped his hands loudly and said, “Dolores... Sandy... Vicki... Candi... get your asses out here!” He laughed again and said, “Or maybe I should have said get your tongues out here.”

The four women filed slowly out to the front of the stage and knelt in front of the divans. “Obviously,” Hector said with a smile, “speed is not the primary object here. For a woman, the journey is as important as the ending, no matter how happy it might be. The judges will primarily be evaluating the quality of the orgasm and the overall pleasure that the woman appears to receive.”

“Are the judges ready?” Il a demandé.

A chorus of grunts and yeahs came from the judges’ table.

“Then begin,” Hector yelled.

Vicki raised her head slightly and began running her tongue along the abdomen of the woman in front of her. The other three went directly for the slit, slurping and lapping noisily.

Dolores had the woman with the hairy bush. It was obvious that the thick hair was creating problems for her. Several times she pulled her head up as if she were choking, but quickly dove back between the redhead’s legs.

Candi seemed to be concentrating on her woman’s clit. She was suckling as if it were a breast and the woman was responding with ever increasing cries of “Oh, oh, oh, oh...” Suddenly the woman’s legs began thrashing and Candi pressed in even tighter. She was now running her tongue up the entire length of the woman’s cunt as if it were a large lollipop. After just a few moments of that fevered lapping, the woman screamed out loudly and wrapped her legs around Candi’s head. After several more short screams and grunts she fell back against the divan, panting heavily. Candi stood slowly and walked back to her chair.

The woman that Sandy was pleasuring was beginning to groan loudly. Sandy seemed to be trying to see how deeply into the woman’s cunt she could drive her tongue. The groans were slowly morphing into cries of pleasure and the woman’s hands were now on Sandy’s head, pulling it tighter to her body.

The woman’s cries were now, “Ah, ah, ah, ah...” and were in time with the thrusts of Sandy’s head and tongue. Suddenly Sandy shoved upward on the woman’s thighs pushing her legs over her chest. The tongue that had been thrusting deeply into the woman’s cunt now zeroed in on her rosebud.

A scream of “Aiiiieeee!” filled the room and the woman’s legs, still pushed tightly against her body, thrashed wildly. Sandy switched to running her tongue from the woman’s asshole all the way up through her slit to her clit, at which time she evidently clamped down with her lips to nip at that sensitive bud. The woman’s cry became much louder and much more shrill as she convulsed in orgasm.

After the woman’s cries were reduced to soft moans and gasps for air, Sandy stood up and she, too, walked back over to her chair.

Vicki moved down from her woman’s abdomen to between her legs. From the rhythmic grunts, it was apparent that she too was using her tongue as a flesh dildo to bring the woman off. She may or may not have planned to rim the woman to orgasm, but she didn’t have the opportunity. The woman suddenly screamed out a very loud, very shrill scream and went over the top.

Meanwhile, Dolores was still attempting work her way through the thick red bush between the legs of the woman before her. When she once again pulled up and started coughing, it was the woman who got up... and walked off the stage.

“Oh...” Hector called out in mock sympathy, “that doesn’t look good.”

Dolores rose to her feet and walked dejectedly over to her chair. There was no doubt in her mind that she had lost as she sat staring blankly out over the crowd.

Hector looked out at the crowd and asked loudly, “Do we really have to vote?”

A loud, “Hell, NO!” came back from the audience.

Hector chuckled and said, “Well, you’re probably right, but I guess we should make it official. Judges, set your votes and vote... NOW!”

All six lights flashed on Dolores’ chair and she screamed loudly. She did not scream alone, however, because the six lights on Chloe’s and Juney’s chairs also lit just as brightly.

Dolores slumped in her chair almost as if she had been rendered unconscious. She slowly raised here head, however, as Hector began to speak.

“Since Dolores doesn’t seem to know how to give a woman an orgasm,” he said loudly, “I think we should teach her what a female orgasm actually is.”

The crowd shouted noisily. Many of the men seemed to be volunteering to show her what a good fuck was really like.

“I know that many of you could more than adequately service poor Dolores,” Hector said slowly as he smiled at the crowd. “But we don’t want to reward her with pleasure. We want to punish her with pleasure.”

He made a sweeping gesture toward the center of the stage and two of the stagehands quickly pushed a platform out to stage front. On the platform was a Sybian female masturbation machine.

The crowd roared its approval as Hector explained, “Many women get pleasure from these marvelous machines, but they can also be used for torment.” He laughed, “It’s simple. All you have to do is tie a woman to the machine and let it fuck her brains out... and then some.”

The two men who had brought out the machine walked over to where Dolores was seated and roughly pulled her to her feet. They then frog-marched her over to the Sybian and just as roughly forced her down onto the twin dildos which stuck up from the center of the machine. After they strapped her firmly in place with several wide nylon straps, one of them then picked up the remote and twisted the vibration control to maximum.

Dolores immediately gave out a loud “AAAAaaahhh!” as the vibrations tore through the center of her body.

The man waited for several minutes and then twisted the control for the rotation of the front dildo. As it went to maximum, Dolores began crying out, “No, no, no, no, no, no...” Each “No,” however, seemed to be slightly higher and slightly breathier.

After just a few moments she screamed out in orgasm and began pleading, “Please, shut it off... please shut it off... shut it off... shut it off... shut it off...”

Hector looked out at the crowd and asked, “Should we shut it off?”

They screamed back, “Hell, NO!”

Hector stood alongside Dolores at the front of the stage. Each time she screamed out in orgasm he held up one more finger. When he was holding up all of the fingers of one hand and one finger of the other, the airman again leaned in toward Maria and said softly, “You’ve been here for three of these parties before. Do you remember what happens at midnight?”

Maria thought for a moment and said, “It gets kind of weird around then. Hector times it so the final voting is exactly at midnight. All of the judges make their final vote and then all the lights go out and all you can see is the lights flashing on the losers’ chairs. When the lights come back on, only the winner is on stage. Even the judges are gone. Everybody leaves after that because the party’s over.”

“Where do the losers go?” the airman asked.

“I... I... I... don’t know,” Maria stuttered out. “I guess I never thought of it.”

“How do they get off stage?”

“I don’t know.”

“What time does the party actually end?” he almost shouted.

Maria looked back at him with an expression of shock on her face. “I don’t know,” she finally whispered. “The last thing I can remember clearly from last year is Hector calling for the final vote of the judges.”

The airman pulled another cigarette from his pocket and lit it with a square-looking Zippo lighter. He snapped the case shut by hitting it against his arm and then took a deep drag on the cigarette. As he slowly exhaled, he said, “You don’t remember because Hector suspends time within The Cantina at midnight and your mind can’t process what is happening.”

He gave Maria a very quick smile and said, “He doesn’t draw you into his time because he needs one or two innocents here to keep The Cantina anchored in this reality.” The smile faded as he said, “Tonight, with me here, you will see Hector for what he really is.”

Maria wanted to ask the airman what he meant by that, but Hector was once again yelling, “Are you having a Hell of a time?”

The building shook as the crowd screamed back, “Hell, YES!”

“Then,” Hector said with a laugh, “it’s time for round four.”

Maria looked back over at the stage. Dolores was now bound in her chair in the same exact fashion as Chloe and Juney.

“Let’s remind people who our losers are so far,” Hector yelled out and the six lights on Chloe’s, Juney’s, and Dolores’ chairs flashed brightly. Chloe and Juney screamed loudly. Dolores merely shook her head slightly and gave a soft groan of pain.

“Sandy, Vicki, and Candi,” Hector shouted, “front and center!”

The three women scurried to the front of the stage.

“Our next contest is relatively simple,” Hector began to explain as the stagehands noisily dragged a thick pole onto the stage. The pole was about seven feet high and was held upright on a square, wooden, platform that was a few inches high.

“The object of our little contest,” he explained, “is to NOT be the one who is tied to this post.” Hector paused to laugh. “So,” he continued, “all you have to do, is tie one of your opponents to the post. It doesn’t matter which one. The person tied to the post is the loser. The two who walk away are the non-losers. It’s that simple.”

He then handed each of them a long length of leather. After the three women had stepped back slightly so they were equidistant from him, he shouted, “Begin!” and jumped out of the way.

The three women slowly moved in a large circle trying to stay out of each others clutches, while at the same time trying to grab one of the other women so that they could bind them to the post.

At one point Vicki almost had Candi in her grasp, but Candi twisted away. Sandy then made a grab at Vicki, but she was unable to hold her firm. Suddenly Candi jumped at Vicki and grabbed her firmly by the arms.

“I’ll pull her over to the post,” she said to Sandy, “and you tie her in place.”

Sandy nodded her head and Candi dragged Vicki backwards toward the post. When she reached the post, she released her grip on one of Vicki’s arms for just a second so she could reach around the post and drag Vicki back against it.

“Got you, you slut,” she screamed as she pulled Vicki tight against the post.

“No,” Sandy screamed. “Got You!”

Before Candi realized what was happening, Sandy quickly wrapped the leather thong around her arms, effectively tying her face first against the post.

Vicki squirmed out of Candi’s now trapped arms and both she and Sandy walked, laughing, back to their seats.

Hector’s laugh rumbled through the room. Soon the entire audience was laughing with him as he stood next to Candi while she pulled frantically at her bonds.

“I guess you didn’t know that Vicki and Sandy are lovers,” he said with a laugh as he reached out and ran his hand down Candi’s back and ass.

“I really wish I had time to take advantage of this,” he said almost softly. “I would really love to turn your ass to hamburger with my bullwhip.”

He took a deep breath and said, “I guess that is for some other time.” Turning to face the judges’ table, he said, “This won’t be official until you vote, so give us a minute to get Candi properly in place.”

The stagehands rushed out, untied Candi, and dragged her over to her chair. As soon as they had her strapped in, they stepped back and Hector shouted, “Vote now!”

Six lights lit brightly on four of the chairs and four extremely loud screams echoed through the room.

“Oh,” Hector said sadly as he shook his head, “I so wish that I could have reddened her ass. It is so pert and lovely that it just calls for the whip.”

He suddenly yelled out, “Do I own this club or not?” He then looked out at the audience with his most evil smile and said with a chuckle, “I’m going to change the program a little, if you don’t mind.”

The audience responded with cheers and applause.

Motioning to the stagehands, Hector ordered, “Bring her back here and hang her from the pole.”

The two stagehands unstrapped Candi and more or less dragged her over to the tall pole. They threaded one of the leather straps through an eyebolt near the top of the pole and tied her hands in place. One of them pulled on the leather to tighten it so that she was forced to stand slightly on tip-toe.

Then they used the other two pieces of leather to tie her feet to the platform which supported the pole. Evidently there were holes in the platform itself because they threaded the leather through something and pulled her feet out so that she was basically hanging from her hands.

“Now she is ready,” Hector said with a leering smile. One of the stagehands ran to give him a large bullwhip and he cracked it noisily above the crowd.

“How many should I give her?” he asked the crowd.

Cries of “One hundred” could be heard from several people.

“That’s too many,” Hector said loudly. “We don’t want to kill her... ... yet.”

He then nodded his head slowly as if thinking. “Thirty-nine would be a good number,” he said calmly. Then his voice became almost excited as he finished with, “But since it is Halloween, why don’t we make it thirteen.”

He then snapped the whip so that it cracked very loudly just above Candi’s head. As he drew the whip back and lashed it forward once again, those who were at the right angle could see that the whip began its supersonic snap just short of Candi’s ass. Then, as it went through its flip, the final two or three inches of the whip’s tassel slammed against Candi’s asscheek. The snap of the whip tassel and the snap of it hitting her skin and sound of her scream all seemed to happen at the same time.

“One,” Hector said softly.

The airman handed another pre-flight special to Maria. “Tonight,” he said softly, “because I am here with you, you will be able to see and hear what is going on when Hector suspends time. In what is less than a second to the outside world, he is vulnerable, and that is when he will be destroyed.”

Maria looked at the airman. Her eyes were very wide with fright. She could still hear Hector counting softly in the background, but his voice was not what scared her.

“Hector is a demon,” the airman co

Articles similaires

Mon cadeau de fin d'études 2

Dans un état second, j'ai trébuché jusqu'à ma chambre, bikini tenu dans mon poing. Je grimpai lentement les escaliers, essayant de ne pas attirer l'attention. Je grimaçai quand l'un d'eux grinça sous mon poids, m'arrêtant pour m'assurer que je n'avais réveillé personne, soupirant quand je n'entendis rien d'autre que le bourdonnement du climatiseur. Dieu, qu'auraient dit mes parents s'ils m'avaient vu ? J'arrivai finalement à ma chambre et fermai la porte derrière moi me laissant tomber sur mon lit. Je n'ai même pas pris la peine de me glisser sous les couvertures avant de m'endormir, le bruit de mon ventilateur au...

921 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.4K Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

605 Des vues

Likes 0

La pilule Ch. 4

Doob's Bar était à l'origine un trou dans le mur. L'endroit où l'on pouvait aller s'asseoir dans l'obscurité et prendre un verre. C’était le genre d’endroit normalement calme et relaxant. Jusqu'à ce qu'un collège soit construit à proximité et qu'il devienne l'un des hauts lieux des jeunes étudiants. Aujourd'hui, le bar était rempli de musique forte, de monde et de lumières. Il ne restait plus grand-chose du bar autrefois calme pour boire seul dans un coin. Des filles qui criaient et des garçons de fraternité tapageurs rendaient l'atmosphère moins que souhaitable. Vallerie détestait un endroit comme celui-ci. Elle aimait le noir...

554 Des vues

Likes 0

Devenir majeur des années plus tard

Devenir majeur des années plus tard Ma sœur et ses 2 enfants étaient en vacances en juillet, lorsque l'incendie d'une maison en rangée a ravagé leur maison et 3 autres personnes dans leur quartier. J'ai reçu un appel des pompiers car j'étais la personne à contacter en cas d'urgence et je n'avais aucun moyen de la joindre. J'ai immédiatement appelé son portable mais je n'ai eu aucune réponse. J'ai laissé un message. J'ai appelé ma nièce et laissé un message également. Environ une heure plus tard, j'ai reçu un appel de ma nièce. Je lui ai dit que je devais parler...

529 Des vues

Likes 0

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

552 Des vues

Likes 0

Dortoir 3 de GF

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie du temps où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 2, veuillez d'abord les consulter. --- Quelques jours se sont donc écoulés et Sarah a fait comme si de rien n'était. Comme si le fait qu'elle me regarde baiser et jouir sur Teagan n'était qu'un rêve. Comme si elle n'avait pas léché le sperme de Teagan sur ma bite et avalé mon sperme pendant que Teagan faisait la vaisselle. Pour être honnête, je n’étais même pas sûr que cela se soit produit. C'était tellement...

398 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour Tom 2

Bien sûr que je l'aime. J'expliquais à ma meilleure amie Heather au téléphone. Tu es sûr, et ce n'est pas juste un béguin. Parce que Hun tu l'as en quelque sorte laissé prendre ta virginité. Heather m'a dit avec prudence. Je ne laisserais pas n'importe quel mec me faire ça ! Tu me prends pour quoi, une salope ?! dis-je en plaisantant. Notre conversation a duré un moment. Elle voulait juste s'assurer que j'étais en sécurité et comment c'était. Il était environ 9h30 ce vendredi et mes parents étaient au casino et j'ai pris la pension après avoir parlé à Heather...

1.1K Des vues

Likes 0

Signes de vêlage - partie 1

Terri surveillait les vaches. Au cours de sa dernière descente, les taches noires et brunes des vaches lointaines se sont transformées en dégoûtants mugissements. Terri regarda les gros animaux stupides se promener, mâcher de l'herbe. Elle cogna sa tête contre la vitre en plastique. Il n'y avait pas de bovins au collège. C'était le point mort du fléau urbain. Elle l'avait choisi en partie pour cette raison. Et maintenant, elle retournait… aux vaches. * * * Sa mère ne l'a pas rencontrée à la porte. Terri ramassa trois sacs lourds et sortit du terminal. À la station de taxis, elle a...

934 Des vues

Likes 0

The Pet - Part 2 - la première heure

Le retour à la maison avait été amusant pour les quatre amis. Eh bien, amusant pour tout le monde sauf pour Sally qui avait tiré la paille courte et conduisait la camionnette de transport en commun qu'ils avaient empruntée pour le week-end au propriétaire de Kim. Elle l'avait adapté spécialement pour ces occasions spéciales où elle invitait un, mais un seul, de ses amis à abuser de Kim pendant un moment, elle les conduisait à travers la ville. L'arrière du fourgon avait été complètement dépouillé de tous ses aménagements et le plancher avait été réaménagé avec un matelas. Dans chacun des...

867 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.