L'Ascension des Gobelins Ch4

641Report
L'Ascension des Gobelins Ch4

La belle apprentie dégrafa sa jupe et la laissa tomber sur le sol en pierre du laboratoire du sorcier. Sa culotte en soie suivit bientôt, laissant ses fines jambes pâles nues. Sa jeune chatte exposée.

Elle était humaine, jeune et mûre. Aux longs cheveux noirs, droits et brillants. À peine dix-huit ans et vierge lorsqu'elle avait été kidnappée par le vieux sorcier. Un prix qu'il a remporté après qu'une bande d'aventuriers ait tenté de le tuer. Le vieil homme savait qu'elle le détestait.

Cela faisait partie de son appel.

C'était trop clair dans la façon dont elle frissonnait et détournait le regard alors que sa main se tendait pour saisir sa chatte nue. Sa douce chatte mise à nu pour son plaisir. Elle ne pouvait pas arrêter son petit gémissement de répulsion. Le frisson qui parcourut son corps à son contact effronté.

Il frotta doucement son tendre manchon. Son majeur ridé s'enfonçait à peine dans l'humidité entre ses lèvres inférieures. Son vieil homme sourit d'un air de victoire. Revécu à chaque fois qu'il abusait de la pauvre fille.

Avec un rire rauque, il abaissa son haut en soie bleue. Juste un tube de tissu qui recouvrait à peine ses petits seins naissants. Elle haleta alors que ses mamelons durcissaient dans l'air frais de la pièce.

Il en a pincé un Je t'aime de ses bourgeons durs. La jeune fille gémit et le regarda sous le choc. Sachant que bientôt elle prendrait sa vieille bite dure.

Elle était peut-être son apprentie, mais elle n’était pas son amante. Elle était une esclave. Un jouet à utiliser et à abuser à sa guise. Celui avec qui il adorait jouer.

Leur leçon était terminée pour la journée. Son rituel avait été un succès. Il lui prendrait son plaisir. Alors va manger. Peut-être dans une taverne chic pendant qu'elle languissait dans sa cellule.

Le sorcier pencha son jeune corps pâle sur une table en bois brut. Elle grimaça alors que cela s'enfonçait dans ses hanches. Il lui a attaché les poignets derrière le dos avec une corde de chanvre. Puis, avec un sourire, il lui a giflé son petit cul.

Elle couina alors que ses coups pleuvaient. Frappes sévères et douloureuses. Pas les coups ludiques d’un amoureux. Son cul est rapidement devenu rouge. Palpitant de douleur.

Le vieil homme fit une pause dans ses injures. Glissant ses doigts osseux entre les cuisses d'adolescent. La jeune fille gémit alors que ses doigts ridés sondaient son endroit le plus précieux. La trouver mouillée.

Le sorcier ouvrit sa robe. Révélant qu'il ne portait rien en dessous. Sa vieille bite était longue et maigre. Dur et dressé au-dessus d’une paire de boules ratatinées.

Elle a crié alors que sa bite s'enfonçait au fond d'elle. Chaque fois, c'était un nouveau déshonneur. Même s'il avait souillé son jeune corps à plusieurs reprises.

Le vieil homme a recommencé à lui gifler le cul tout en poussant. Rire pendant qu'elle sanglotait. «Où est ton père, putain. Qui est là pour te sauver ? Il se moqua.

Mort, fut la réponse. Et personne. Personne ne pouvait la délivrer de ses tourments.

Le vieil homme s'est retiré et l'a forcée à se mettre à genoux sur le sol en pierre. "Sucer." Il a commandé. Poussant sa bite visqueuse contre sa bouche serrée.

Elle tourna la tête avec dégoût. Refuser de participer à l'acte ignoble. Mais une gifle du vieil homme, et elle redevint docile.

Elle se tourna et ouvrit la bouche. Goûtant son propre jus pendant que sa bite glissait le long de sa langue. Lui piquer la gorge et la faire vomir.

Le sorcier attrapa ses cheveux noirs corbeau et baisa le visage de la fille. Elle s'étouffa et toussa alors que sa bite s'enfonçait inconfortablement loin dans sa gorge. Puis elle était à bout de souffle. Il s'était retiré. Seulement pour la forcer à rester près de ses cheveux longs.

Il la fit s'allonger sur la table. Ses bras toujours liés sous elle. Elle écarta les jambes en signe de soumission. En espérant éviter de nouvelles douleurs.

Le sorcier attrapa une paire de chandeliers. L'adolescente ferma les yeux en fronçant les sourcils et tourna la tête alors que les bougies étaient levées au-dessus de ses seins naissants.

Elle siffla de douleur lorsque les premières gouttes de cire éclaboussèrent ses jeunes seins. Piquant comme un feu liquide pendant un moment avant de sécher et de refroidir rapidement.

Le sorcier gémit en repoussant sa bite dans la chatte serrée de la fille. Poussant lentement alors qu'il faisait couler de la cire brûlante sur sa poitrine. Il sourit face à son inconfort évident.

Finalement, il grogna. Sa bite a pompé son vieux sperme dans sa jeune chatte. La remplir de son désordre.

Il la tira à nouveau au sol et elle prit docilement sa bite flasque dans sa bouche. Alors qu'elle aspirait leur bave sexuelle, elle lui lança un regard de dégoût qu'il chérissait. L'esclave adolescente, à genoux, levant les yeux, la haine dans les yeux, la haine et la défaite, sa vieille bite dans la bouche.

Plus tard, dans sa cellule froide, elle repensa à sa première fois avec le vil sorcier.

"J'ai un cadeau pour ton seizième anniversaire, ma fille." » avait annoncé le vieux sorcier. Il était déjà cruel, mais il lui avait appris quelques magies. Avec la promesse de lui en apprendre davantage.

"Tu... tu vas me laisser partir ?" avait demandé Catherine.

"Bien sûr que non. Mais vous m'aiderez dans un rituel puissant. Celui qui nécessite un sacrifice vierge.

Ses yeux s'écarquillèrent de peur. Jusqu’à présent, il n’avait pas mis la main sur elle. Elle était son esclave et son apprentie depuis deux ans. "Je... je pensais que tu avais dit... un cadeau..."

"Je n'ai pas dit que le cadeau était pour toi, ma fille." Il sourit cruellement. "Beaucoup de démons aiment le goût de l'innocence d'une vierge."

Elle se débattait, mais elle était petite et maigre. Pas de poids pour le vieil homme étonnamment fort. Il l'a traînée jusqu'à son laboratoire. Là, il lui a serré les poignets avec des menottes attachées au plafond. La soulevant pour qu'elle se tienne inconfortablement sur la pointe des pieds.

» supplia-t-elle alors qu'il lançait ses sorts d'invocation. Un long rituel qui la laissa douloureuse et effrayée.

Puis le sol en pierre sous elle sembla s'effondrer. Le vieil homme rit triomphalement alors qu'un puits de six pieds de diamètre s'ouvrait. Une étrange brume s’élevait du trou. Éclairé par une étrange lumière verte. Elle pouvait sentir l'air froid du trou. Plus froid encore que la tour de pierre. Cela semblait mordiller ses orteils maintenant pendants.

Catherine ne pouvait rien faire d'autre que regarder le trou avec horreur. Il y avait quelque chose là-bas. Quelque chose qui se tord dans la brume.

Des tentacules noirs s’élevaient de la fosse. Une demi-douzaine qui s'agitent et brillent. Couvert de bave putride. Le jeune adolescent a crié.

Elle lui donna un coup de pied dans les jambes, sa robe battant autour d'elle. Secouée et saccadée, elle essaya de se balancer jusqu'au bord de la fosse. Essayant en vain de s'éloigner de la monstruosité qui vivait dans le noir.

Deux vrilles enroulées autour de ses chevilles. Tirer vers le bas, doucement mais fermement. La tenant en place. Écarter les jambes.

Un tentacule se dressa derrière elle. Enroulant doucement autour de son cou. Elle pouvait le sentir alors que son bout frottait contre sa joue. Comme du cuir recouvert de confiture. Et froid. Cela lui a donné la chair de poule sur tout le corps. Catherine gémit alors que son jeune con commençait à picoter étrangement.

Une autre vrille s'élevait sous sa robe en laine unie. Elle pouvait voir sa forme se tordre contre le tissu gris alors qu'elle s'élevait.

Elle gémit alors qu'il glissait sous sa chemise. Froid et dégoûtant contre son ventre. Se tortillant jusqu'à ce qu'il trouve ses petits seins. Juste de minuscules bourgeons, ils étaient quand même assez sensibles. Catherine haleta lorsque l'envahisseur froid commença à les frotter. Elle n'a même pas remarqué son maître avec sa bite sortie. Caressant lentement sa longue queue pendant qu'il regardait.

Son corps tout entier picotait au contact du tentacule. Elle avait récemment commencé à explorer son corps. Retrouver les lieux qui la remplissaient d'un délice alléchant. Ses petits seins ne semblaient chatouiller que lorsqu'elle les touchait. C'était bien plus. Comme un chatouillement de tout le corps. Et ce picotement dans sa chatte s'est transformé en bourdonnement. Un buzz passionnant.

Le tentacule glissa le long de son corps. Se glissant doucement dans son bloomer.

"Non…" Catherine gémissait chaque semaine alors qu'elle se tortillait devant son pubis nu. Son corps tout entier frissonna sous le choc alors qu'il effleurait légèrement ses jeunes lèvres inférieures. C'était comme si son cœur avait raté un battement.

Le tentacule dans sa culotte frotta doucement son endroit le plus précieux. Tandis que celui autour de son cou lui caressait doucement la joue. Les cuisses de Catherine tremblaient d'anticipation.

Satisfait, le tentacule s'écarta. Enlever le bloomer de la fille avec. Catherine a crié sous le choc alors qu'elle se déshabillait. Elle se débattit alors que deux autres tentacules attrapèrent le col de sa robe et commencèrent à la déchirer. Déchirant facilement le vêtement en laine de son corps. Son changement de linge suivit bientôt. Laissant la vierge de seize ans totalement nue et vulnérable.

Elle libéra ses chevilles et releva ses jambes dans une vaine tentative de couvrir son précieux sexe. Des tentacules s'enroulèrent autour de ses genoux et, même si elle se serra de toutes ses forces, elle ouvrit lentement les cuisses. Laissant sa chatte nue et vulnérable au monstre.

Elle regarda avec une horreur fascinée un tentacule dériver lentement entre ses cuisses. Se tortiller, c'est avancer de manière presque hypnotique. Ensuite, son bout se pressait contre sa chatte immaculée.

C'était froid et gluant. Comme une chose morte.

Il n’y avait aucune douceur cette fois. Aucune lumière caressante. Le tentacule autour de son cou se resserra. Lui faisant marteler la tête alors que celui de sa chatte s'enfonçait impitoyablement.

Catherine a crié. La douleur était quelque chose qu'elle n'avait jamais imaginé. Sa virginité arrachée par cette chose extraterrestre maléfique.

Mais ce n’était pas seulement une douleur physique. Alors que la bête violait sa chatte serrée, elle était perdue dans un état second. Elle pouvait sentir que cela assombrit son âme. Lui prendre quelque chose de précieux. Une petite partie de son essence qu'elle garderait à jamais. Posséder pour toujours une partie d'elle.

En revenant à elle, elle pouvait sentir les autres tentacules se tordre autour d'elle. Celui qu'elle portait au cou s'est frayé un chemin entre ses jeunes lèvres. Elle eut un haut-le-cœur devant le goût dégoûtant de sa bave.

Un autre lui enveloppa la poitrine. Ensuite, c’est la pointe ouverte. Une petite bouche édentée qui cassait ses minuscules tétons.

Catherine se tortilla alors que les tentacules la maltraitaient. Elle ne s'était jamais sentie aussi pleine qu'avec le tentacule froid qui se tortillait dans sa chatte. Sa chatte palpitait. Serrant de manière incontrôlable son intrus alors que son corps répondait.

C'était sa première fois. Quelque chose qu'elle ne pourrait jamais récupérer. Pas de mari aimant. Pas d’amant doux. Juste une masse froide et démoniaque de tentacules.

Les larmes lui remplirent les yeux alors qu'elle sentit une vrille froide pousser entre ses joues. Il se pressait fermement contre son cul serré.

Elle a essayé de crier autour du tentacule en lui baisant la gorge alors qu'il pénétrait dans sa fleur anal. L'intrus froid lui a brûlé le cul. Elle pouvait horriblement le sentir frotter contre le tentacule de sa chatte. Remplissant anormalement ses deux jeunes trous serrés.

Le viol démoniaque de Catherine semblait durer des heures.

Elle était à peine consciente lorsqu'elle fut jetée sans ménagement sur le sol en pierre dure. Les dalles semblaient plus chaudes sous son ventre que sous son premier amant. Les tentacules reculèrent et le puits se referma comme s'il n'avait jamais été.

Elle essaya de se soulever. Elle semblait avoir mal partout. Surtout... là-bas.

Puis des mains chaudes l'attrapèrent. Son maître. Là pour l'aider à se relever !

Non, le vieil homme l'a forcée à descendre. Son corps chaud et ridé grimpa sur elle. Il glissa facilement sa vieille bite dans sa chatte béante. Grognant de plaisir.

Catherine pleurait lorsque son maître la prenait pour la première fois.

Ce serait loin d'être la dernière pour la jolie teen.

Il lui faudrait des années avant qu'elle soit suffisamment puissante et courageuse pour lui échapper. Des années d'abus et de violations. Des années d’études et de pratique assidues. Des années passées dans sa tour froide.

**********

Nous sommes à la frontière des terres Biladi. Voyage sur les contreforts des montagnes Red Rose. De près, on peut voir la teinte rougeâtre qui leur a donné leur nom. Probablement quelque chose à voir avec le sol. La teneur en fer peut-être ? Je ne suis pas géologue.

Les montagnes effrayantes séparaient ces terres non humaines que nous avons traversées des royaumes humains. C'est du moins ce qu'on m'a dit.

« De nombreux seigneurs et rois différents revendiquent les montagnes. Des deux côtés de la gamme. Priyala a donné une conférence pendant que nous marchions. « Mais personne n’a réussi à les apprivoiser. Il existe quelques colonies indépendantes. Mais la plupart du temps, les montagnes sont sauvages. Les monstres, les bandits, le mauvais temps et d’autres dangers en tiennent la plupart à l’écart. De plus, les humains ne veulent vraiment rien avoir à faire avec nous. La jolie fille chat me sourit.

"Cet humain le fait." Je souris en retour, me baissant pour lui serrer le cul. Pour son plus grand plaisir.

Lorsque nous nous arrêtons pour une courte pause, Rebecca se blottit contre moi. "Heureux?" Je demande en lui souriant.

Elle sourit en retour. "Toujours, si je suis avec toi."

Il y a un bruit sourd et un panache de fumée à proximité. Ma femme fronce les sourcils. "Ces armes vont tout changer." Elle prévient.

J'acquiesce. "D'après ce que nous avons vu, la magie atténue la nécessité de faire progresser la science." Becca me regarde. "Pourquoi inventer l'irrigation, alors qu'un mage peut simplement faire pleuvoir là où vous en avez besoin ?"

"C'est peut-être pour cela que les gobelins sont si intéressés par vos histoires." Elle suggère. «Ils ont peu ou pas de magie parmi leur peuple. Aucun pouvoir dans le grand monde. La science pourrait leur donner ce pouvoir. Nivellez le terrain de jeu."

J’acquiesce, bien sûr qu’elle a raison. Je montre l'endroit où Amanatia et quelques autres se rassemblent autour de sa bouilloire. Je vois qu'elle a déjà fait des modifications. « Vous savez, les armes n’ont pas apprivoisé l’Occident. » Je fais la leçon à la belle femme. Elle sourit, habituée à ce que j'expose mes idées. «C'était les trains, le télégraphe et l'électricité. Les choses les moins tape-à-l’œil qui facilitent la vie de chacun. Infrastructure."

"Certains diraient que ce n'était pas une bonne chose." Elle suggère. Je hausse simplement les épaules. J'ai peu de patience envers ceux qui voudraient faire obstacle au progrès.

Ce soir-là, nous avons décidé d'organiser une petite fête. Nous étions suffisamment proches des montagnes pour que j'ai déclaré que nous avions officiellement quitté les terres Biladi. L'ambiance de notre groupe semblait être celle de l'excitation. Prêt à affronter quelle canne ensuite.

Un bon dîner a été préparé et nous avons même distribué des friandises pour tout le monde.

Après le dîner, presque tout le monde s'est joint à l'orgie du soir. Même certains Nathair, qui se sont définitivement réchauffés avec nous.

Mes abonnés s'associent ou se rassemblent en petits groupes. Décapage et attouchement. Bientôt, l’air se remplit de gémissements et de halètements alors qu’ils profitent du corps de chacun.

Je regarde autour de moi, Natia rebondit sur l’un des genoux des hommes-serpents. Ses gros seins de gobelin tremblent.

Gort s'enfonce dans Kara par derrière. Sa main frappait son cul vert plus clair au rythme de sa baise.

Je vois le corps rose et pelucheux de Sakura sous un groupe de gobelins. Ses jambes écartées et sa tête penchée en arrière alors qu'elle prend une bite verte à chaque extrémité. Plus une autre qui chevauche sa poitrine et sèche ses gros seins en bonnet C.

Rebecca gémit bruyamment en se penchant. Prendre un des grands hommes Chockwa par derrière. Sa grosse bite bleue écarte sa chatte humaine.

Minna se tortille de manière ludique sur mes genoux. Une des Roden, une fille-souris. Elle est mince et aussi petite que les gobelins. Sa peau est gris foncé et lisse comme du velours. Elle a de beaux seins en bonnet B et un joli petit cul.

Elle frissonne et rit pendant que je caresse ses grandes oreilles rondes. Sa petite main tire sur ma bite dure. "Mettez-le-moi, maître." Elle supplie de sa jolie voix aiguë. "J'ai besoin que tu me remplisses."

Je l'allonge sur une couverture. La souris écarte les jambes pour moi et attrape mes épaules, me tirant plus près. Nous haletons tous les deux lorsque je m'enfonce dans sa chatte serrée. D'autres couples baisent à proximité. Nos gémissements se perdent dans la cacophonie sexuelle.

Après qu'elle ait eu un petit orgasme de souris grinçant, je la retourne. Je m'installe au-dessus de son petit corps et écarte sa longue queue. Minna halète lorsque je la pénètre par derrière. Elle tend la main et caresse ma joue alors que je m'enfonce profondément en elle.

Je gémis à travers mon propre orgasme quand j'ai enfin fini. Je me retourne rassasié et fatigué de la journée de marche. La petite souris qui se blottit affectueusement à mes côtés.

Nous sommes désormais en montagne. Nous traversons une série de vallées. Essayer d'atteindre un col qui permettra le voyage le plus facile.

Nous nous reposons au bord d'un large ruisseau. Il s'agit d'une piscine parmi quelques rochers où nous faisons une pause pour un repas léger.

La plupart des filles se sont déshabillées. Mes esclaves offrent un spectacle merveilleux dans l'eau scintillante de la montagne. Éclabousser et gambader.

Je commence à retirer mes bottes quand Gort arrive vers moi, essoufflé.

"Inquiéter?" Je demande en haussant un sourcil.

"Pas encore." Il reprend son souffle. « Nous sommes suivis par des gobelins. Gobelins des montagnes.

"C'est différent de tes garçons ?" Je demande en retirant ma chemise.

Il hausse les épaules. Nous sommes bien plus loin qu’il n’a jamais voyagé. « Je ne pense pas qu’ils tenteront quoi que ce soit. Nous avons l’air plutôt prêts au combat maintenant, patron. Le petit homme vert regarde autour de lui pendant que j'enlève mon pantalon.

"Mais les éclaireurs pensent qu'ils ont peut-être repéré les princesses." Il sautille d'un pied sur l'autre. Nerveux.

Je lève un autre sourcil vers lui. Alors tourne la tête. J’entends le joli rire de Becca quelque part derrière moi. Je l'espionne, l'eau luisant sur ses gros et beaux orbes. Elle rapproche l'un des jumeaux pour l'embrasser. Avant de barboter et de plonger.

"Les princesses?" Je me retourne vers mon lieutenant.

" Procurez-vous une princesse et vous pourrez peut-être créer votre propre garenne. " Il hausse les épaules.

J'acquiesce. Ca a du sens. En gros, transformez la pauvre fille en une usine de fabrication de bébés.

Autre chose à surveiller.

Un frisson me parcourt alors que j’entre dans l’eau. Il fait froid!

"Gelé." Je gémis en me submergeant.

Quand je remonte, j'entends : « Je te garderai au chaud, mon beau. » D'une voix rauque. Le grand Harper bleu. Nue, mouillée et souriante. Ses seins géants près de ma tête.

"Je t'en parlerai plus tard, ma belle." Je lui souris en retour.

«Des promesses, des promesses.» Elle rit. Puis il m'attire pour un profond baiser. Je tends la main avec plaisir et serre son gros cul rond.

Puis sa queue bat l'eau alors qu'elle s'éloigne.

Nous voyageons pendant une semaine. Le terrain est nettement plus accidenté que les plaines et les forêts que nous avons laissées derrière nous. Le temps reste correct pendant la journée, mais devient froid la nuit.

Nous sommes presque à mi-chemin selon notre carte lorsque nous apercevons une ville. Bas et gris. Il semble toucher le sol de manière menaçante. Entouré de quelques dizaines de fermes. Le seul bâtiment sur deux étages est un grand engin en bois au centre. Comme un échafaudage entourant un trio de grandes grues.

"Rapprochons-nous et reposons-nous." Je commande. « Voyez s’ils envoient un envoyé.

Effectivement, moins d'une heure plus tard, un trio de ce qui devait être des Nains montait sur de gros poneys. Ils portent des plaques complètes et portent de grosses haches. Ils ont chacun une longue barbe ornée.

« Bonjour, le camp ! » Celui du centre appelle d'une voix grave. Il a un visage coriace et un nez rond presque comique. Sa barbe est blonde foncée et pend jusqu'à ses genoux. Tressé en trois grosses tresses. Des anneaux de fer y ont été tressés, reflétant pleinement le soleil.

Je m'avance. "Salutations. Je suis le capitaine Nicholas. Nous venons en paix. Des mercenaires traversant les montagnes.

« Des mercenaires, hein ? Le nain du centre descend. Les deux autres restent montés, l’air sombre. "Pour moi, cela ressemble à une bande de pillards Gobbo." Il grogne.

Le nain mesure un peu moins d’un mètre cinquante, mais il est rauque. Je parierais qu’il me dépasse, même sans tout son équipement.

"Oui Monsieur. Une grande partie de ma troupe est composée de gobelins. Mais je vous assure qu’il n’y a pas un seul pillard parmi eux. Plus, je pense en moi-même.

Il me regarde de travers. Comme pour dire que nous savons tous les deux que ce n’est pas vrai.

"Je m'appelle Snamnir." Il tend la main et nous nous serrons. Sa main est rugueuse et dure comme du fer. Chaud. « Et si vous avez de l’or à dépenser, je suppose que vous êtes les bienvenus. Gobbos ou non.

Nous établissons le camp avec les Nains qui nous surveillent de près. Mais je remarque que son regard s'attarde davantage sur les dames que sur mes soldats gobelins. Ses compagnons aussi, même s’ils tentent de le cacher.

« Nous ne recevons pas beaucoup de voyageurs de ce côté des montagnes. Pas beaucoup de voyageurs, vraiment. Tu rentres à la maison ? » demande-t-il pendant que nous marchons.

Je secoue la tête. "Pas vraiment. Je viens à l’origine de beaucoup plus loin.

Nous le suivons devant quelques fermes et franchissons une grande et solide porte. Snamnir marche avec moi, menant son poney husky. "Bienvenue à Obstinate Hold."

Il n'arrête pas de parler. C'est presque comme si c'était sa seule opportunité. Il nous raconte une petite histoire de la vallée. La ville est là pour extraire du fer et du cuivre.

"C'est à ça que servent les grues ?" Je demande.

La naine blonde hoche la tête. "Toujours. « La Fosse ». Un grand trou dans le sol. Vous voyez, la ville doit être à la surface pour surveiller les fermes. Il continue en parlant de la protection contre les pillards.

J'ai l'impression qu'il est une sorte de croisement entre un shérif et un capitaine de milice.

"Si vous avez une suggestion, nous aimerions louer une auberge pour quelques nuits." Je suggère.

Snamnir hoche la tête. « Molly serait mon choix. La bière est arrosée, mais elle sert les meilleures pommes de terre épicées.

Les trois hommes de loi sont assez gentils pour nous faire traverser la ville. Molly's est un bâtiment de deux étages. Construit en brique et pierre sombres, avec des toits pointus.

Je remercie le nain bavard et entre.

Molly elle-même me rencontre à la porte. "Toute la ville a dit que tu venais." Elle explique.

Molly est une belle femme. Avec de longs cheveux tressés, mais pas de barbe. Un peu rauque. Elle porte une robe de style paysan avec un tablier en cuir. Son chemisier est coupé bas pour mettre en valeur son ample décolleté. Cela change des dames que nous croisions dans la rue qui portaient pour la plupart des robes du cou jusqu'aux chevilles. Beaucoup d’entre eux portaient du cuir plutôt qu’un matériau plus souple.

« Nous aimerions louer l'ensemble du bâtiment. Probablement pendant quelques jours. J'offre.

Nous marchandons un prix puis elle nous invite à entrer d'un grand mouvement de bras.

Le bâtiment compte six pièces à l'étage et deux en bas. Plus la salle commune et l'espace dans les combles. Nous nous partageons les chambres et moi, je prends la mienne.

« Petits groupes. Et pas plusieurs à la fois. J'ordonne à Gort de laisser les troupes explorer la ville. "Nous ne voulons pas de problèmes." Avant de partir visiter le Fort Obstiné avec ma femme et Kara.

Rebecca porte une robe sensuelle. Fente haute sur un côté, mais toujours plus sage que ses vêtements habituels.

Nous recevons de nombreux regards de la part des habitants de la ville. Surtout les femmes. Souvent, les gens venaient à leur porte ou à leur fenêtre pour nous regarder passer. Espérons que cela ne durera pas longtemps.

« The Pit » n’est que cela. Un gros trou dans le sol. Probablement une centaine de mètres de diamètre. Les échafaudages et les rampes descendent dans l’obscurité en contrebas. Les grues balancent plusieurs lignes dans les profondeurs.

Je ne peux m'empêcher de frissonner en baissant les yeux.

... quelque chose... de malsain... je ne sais pas.

Je secoue la tête tandis que nous nous éloignons. Nous faisons du lèche-vitrines tout en explorant la ville.

Beaucoup de produits artisanaux. Ils ont l'air d'être des trucs de haute qualité. Beaucoup de ferronnerie.

"Ce serait un bon endroit pour acheter plus d'armes." Suggère Kara. « Bon équipement solide. »

J'achète les pâtisseries de mes deux amours dans un magasin sur une place de marché. Puis nous retournons à l'auberge.

Le soir, je pousse le visage de Becca entre les cuisses vertes de Kara. La belle Orc grogne pendant que ma femme lui lèche la chatte nue.

Je gifle le cul rond et retourné de Rebecca. Appréciant à la fois la façon dont il bouge et son joli petit « cri » de douleur.

J'attrape et lui serre les fesses. J'écarte ses lèvres avec mes pouces. La blonde gémit alors que je m'enfonce lentement dans son doux tunnel d'amour. Puis elle recommence à lécher sa maîtresse orque pendant que je la pousse.

Plus tard, je me suis allongé sur le dos pendant que Karagoth me chevauchait à la manière d'une cow-girl. Becca la serre dans ses bras par derrière. Pressant ses énormes seins verts.

Je souris et soupire de contentement.

Quelle façon de terminer notre première nuit ici.

**********

Catherine avait échappé à son cruel maître à l'âge de vingt-deux ans. Enfin assez courageux pour courir. Mais pas pour lui faire face.

Elle a volé un livre de sorts, le journal de son père et autant de fournitures qu'elle pouvait mettre dans un grand sac et s'est enfuie dans la nuit. Je ne sais même pas où aller. Même si elle savait que ce devait être loin de la tour du sorcier pervers.

Seule, elle parcourt la campagne. Arrêt occasionnel dans de petits villages. Finalement, elle trouve son chemin vers une grande ville.

Elle a passé un mois à dormir dans les ruelles et à chercher de quoi manger. Passer chaque journée désespérée, effrayée et affamée.

Elle a découvert qu'elle pouvait souvent échanger des pipes contre de la nourriture. Ensuite, elle avalerait sa fierté, ainsi que le sperme des hommes.

Ayant faim et froid, Catherine accepte de travailler pendant une courte période chez un boulanger. Simplement pour l'offre de repas réguliers et d'un lit bébé dans le cellier.

Cette première nuit, elle se réveilla alors que le gros boulanger s'était glissé dans le garde-manger. Il tenait une bougie et elle pouvait voir qu'il était nu. Sa grosse bite pendait sous son gros ventre.

La jeune femme remonta son mince drap jusqu'à son menton. Recroquevillé. Une petite voix dans sa tête criait, lui disait qu'elle valait mieux que ça. Puissant. Mais des années d’abus de la part du sorcier étaient trop difficiles à surmonter.

Le gros homme ôta son drap. Souriant de constater qu'elle était aussi nue en dessous. Son corps encore plus beau qu'il ne l'imaginait. Il a hardiment attrapé un de ses seins. Ils étaient devenus des bonnets C pleins et joyeux. On entendait sa grosse femme ronfler à l'étage.

La fille aux cheveux corbeau gémit tandis que ses gros doigts glissaient le long de l'intérieur de sa cuisse. Pourtant, elle écarta docilement les jambes à son contact. Catherine ferma les yeux tandis que ses doigts tâtonnaient son sexe. Son gros visage se penchait et bavait sur ses seins.

Elle a laissé échapper un grand « Oomph ! Alors qu'il installait sa masse sur son corps beaucoup plus petit. Prenant avec soumission sa grosse bite alors qu'il s'enfonçait dans son trou de baise.

Le gros homme n’a pas tenu longtemps. Il grognait comme un cochon en lui vidant ses couilles. Puis il l'embrassa sur le front et partit.

Elle a pleuré pour dormir cette nuit-là. Honte qu’elle n’ait pas riposté. Son ancien maître lui avait appris qu'elle n'était qu'une conne à baiser et à maltraiter. Elle ne savait pas comment s’en sortir sans mourir de faim.

Au moins, le boulanger l'a mieux traitée que le sorcier au cours des semaines suivantes. Et son coin dans le garde-manger était plus agréable que sa cellule.

**********

Cela fait maintenant deux nuits que nous nous reposons à Obstinate Hold. Le plan est de partir le lendemain matin. Avant d’attaquer l’autre moitié du massif.

La moitié la plus difficile, comme on m'a prévenu.

Mes gobelins courent partout en ville. Les Nains étaient méfiants au début, mais ils se sont vite ralliés à eux. Ils n'avaient jamais rencontré de peaux vertes aussi curieuses. Je n’en avais probablement jamais rencontré, point final. Je pense qu'ils considèrent mon groupe comme une bizarrerie amusante.

Amanatia et son équipage étaient excités. Elle m'avait convaincu d'acheter du matériel pour un forgeron portable. Ils ont acheté un chariot, quelques poneys de montagne, une petite enclume et quelques caisses de matériel.

Ce serait un atelier que nous pourrions emporter avec nous. Pas aussi complet qu’un atelier de forgeron, mais toujours très utile.

J'avais attiré Oslafa dans ma chambre. J'ai trouvé la grande fille ourse assez timide. Les Urzo semblaient être un peuple fier et féroce. Malheureusement, ses tourments aux mains des sorciers semblent l'avoir laissée timide et sans prétention.

Harper avait cependant pris la jeune fille sous son aile. La femme bleue et ses frères enseignaient à l'ours comment se battre. Même avec un seul bras, Oslafa pouvait presque briser un arbre en deux avec sa lourde masse de fer.

Jusqu'à présent, la fille à la fourrure brune et moi n'avons fait l'amour que quelques fois. Elle a tendance à éviter nos orgies, à moins qu’on lui demande explicitement de s’y joindre. J'espère qu'elle s'ouvrira avec un peu plus de temps et d'efforts.

La femme de sept pieds de haut porte une jupe en cuir épaisse juste en dessous de ses genoux et un licou en cuir, cintré sur le devant et montrant une grande partie de son décolleté massif.

Je ne qualifierais pas la fille rauque de mignonne, peut-être de belle. Pourtant, elle avait des seins énormes. En fait, ils n’avaient pas l’air si gros sur son grand corps. Ensuite, vous les avez touchés et vous avez réalisé à quel point ils étaient magnifiques. Probablement des bonnets J. Chacun est plus gros que ma tête.

Je ferme la porte derrière nous. Elle ne lève pas son œil valide pour me regarder jusqu’à ce que je la prenne dans mes bras. Mes mains lui prennent l'arrière à travers son cuir.

"Tu es belle, tu sais." J'assure la fille timide. Mon regard danse sur son visage. Son bon œil violet, son drôle de nez d'ours, son cache-œil sur l'œil droit. c'est de la soie rouge avec une griffe d'ours stylisée qu'une des filles avait brodée.

Et puis il y avait les cicatrices sur son visage. Une demi-douzaine de gros. De haut en bas du côté droit. Où son épaisse fourrure châtain ne repoussera pas. Je pense que cela l'embarrasse plus que son bras perdu.

Elle me fait un sourire hésitant. "Merci Monsieur."

J'attire l'ours pour un baiser. Ma langue glisse sur ses lèvres. Elle a le goût des bois profonds et de la rage.

Elle gémit alors que je détache son licou. Mes mains attrapent goulûment ses seins géants. Flou et chaleureux. Sa fourrure soyeuse est ici beaucoup plus courte. Comme du velours doux. Ses mamelons durcissent lorsque je les frotte doucement avec mes paumes.

Je baisse sa jupe tout en la guidant vers le lit. Elle porte un short en soie en dessous. Avec sa jolie queue touffue qui dépasse. Ils tombent également rapidement au sol. Laissant la fille nerveuse nue devant moi.

Elle s'allonge sur mon lit pendant que je me déshabille. Elle ne semble pas vraiment intéressée par moi physiquement. Donc je ne lui fais pas de spectacle. Je ne peux m’empêcher de me demander si elle aime davantage les femmes.

Je m'agenouille devant elle et écarte doucement ses jambes. Se pencher pour embrasser et caresser sa douce chatte. La grande ourse halète et gémit, à la fois surprise et ravie par cet acte.

Sur la piste, nos actes sexuels en couple n'avaient été que rapides. C’était la première occasion de faire un peu plus d’exploration avec la fille. Voyez si je pouvais l'ouvrir.

Je lui langue doucement les lèvres. Devenir un peu plus profond à chaque coup. Je ne peux m'empêcher de sourire en la regardant saisir et serrer son propre sein géant avec sa seule main.

Lorsque ma langue est profondément enfoncée en elle, j'effleure doucement son clitoris du bout des doigts. Oslafa se tord sur le lit en gémissant bruyamment. Elle attrape le drap d'une main et frappe le matelas avec son demi-bras.

Son gémissement devient encore plus fort à mesure que son orgasme la submerge. La fourrure châtain d’Oslafa se dresse tandis que son corps tremble. Ses cuisses fortes se serrent autour de ma tête alors que je me frotte à sa chatte mouillée.

Je grimpe à côté d'elle alors qu'elle s'installe lentement. Se pencher pour sucer ses tétons durs. Ma main caresse son ventre doux et soyeux.

Quand elle descend, elle me regarde de son bon œil. Sa pupille violette semble scintiller. "C'était... c'était incroyable."

Je lui souris. "Mon tour." Dis-je en roulant sur sa grande silhouette. Elle enroule ses jambes autour de moi pendant que je glisse ma bite dans sa pêche d'ours pelucheuse. Sa chatte palpitait et serrait ma bite.

Nous gémissons tous les deux alors que je commence à pousser. Je souris alors qu'elle se penche pour un baiser. Cette fois, sa langue est une partenaire active de notre jeu. Caresser et danser avec les miens.

Petit à petit, je sens mon propre orgasme se développer. Ma bite enfonce des couilles au fond de la fille à fourrure. Sa main saisit mon dos tandis que son bras frotte contre le lit. Elle me lèche le cou en gémissant de plaisir.

Puis j'ai le souffle coupé en déchargeant en elle. Pomper une grosse charge de ma crème au fond de son tunnel d'amour.

Ensuite, nous nous couchons ensemble dans notre bonheur.

"C'était merveilleux." Elle soupire.

Plus tard dans la soirée, Snamnir me rejoint à l'auberge. Nous nous asseyons dans de grands fauteuils confortables près de la cheminée. Son regard était souvent distrait par l'une ou l'autre des filles.

"Vous savez vraiment comment vivre." Il me sourit. Sa main faisait un geste vers les jumeaux. Tous deux seins nus et se chatouillant. Mouillé après le bain et la recherche de nourriture.

Je fais un signe de tête au shérif. "Ils font définitivement ressortir le sourire sur le visage d'un homme." J'admet.

Le nain soupire, détournant les yeux des belles distractions. Il prend une gorgée de bière dans son flacon. "Nous avons un problème de peau verte."

"Si l'un de mes garçons…" je commence.

"Non non." Il écarte ma protestation. « Vos Gobbos vont bien. C’est surtout ce que pensent les commerçants. Il se tourne vers les jumeaux. « Non, ce sont principalement des Orques. Ils ne semblent pas assez forts pour attaquer la ville, mais ils provoquent un chahut dans les fermes. Surtout les valeurs aberrantes.

"Et tu aimerais qu'on t'aide ?" J'ai demandé.

"Toujours. Cela me fait mal de l'admettre. La ville s'est adoucie au cours de ces derniers siècles. Il y a plus de marchands accrochés à l’or que de héros brandissant une hache. Il prend une autre gorgée. « Vous avez mentionné que vous étiez des mercenaires. Ça va ?

J'acquiesce. « J’aime le penser. J’ai survécu jusqu’à présent de toute façon.

Il hoche la tête en retour. "Eh bien, notre argent est bon, et nous pourrions avoir besoin d'aide. Si nous continuons à perdre des fermes, nous perdons la ville. La mine."

Nous passons l'heure suivante à régler les détails. Même sans que Karagoth ne regarde par-dessus mon épaule, je pense que nous ferons une bonne affaire.

Nous organiserons des patrouilles avec une allocation hebdomadaire. Avec une prime pour toutes les têtes que nous ramenons. Si nous parvenons à trouver leur camp ou leur repaire, nous obtiendrons une grosse récompense pour avoir mis fin à la menace.

In return the town will also pay for our lodging at the inn. Our food and drink. As well as upkeep on our gear.

After the blonde Dwarf leaves I head off to work out a patrol schedule with Kara.

“I’ve had a few Dwarves approach me, Boss. So have some of the other boys.” Gort sat with me at the bar. I sip a sweet drink that tastes faintly of root beer. Not fizzy though.

“How much did they offer?” Je demande. Apparently some of the townsfolk have been propositioning my men for sex with the girls.

“Usually a couple golds for the ‘full experience.’ Whatever that means.” I give a low whistle. That wouldn’t be chump change.

“We don’t have any Dwarf ladies with us though.” I protest.

“Yeah, thats the thing. They ain’t lookin for nice Dwarf ladies. They especially want the princesses.” Il me dit.

“No surprise there boys.” Molly had gotten close to our conversation as she wiped down the bar. I give her my raised eyebrow making her grin.

“It’s a well known secret that Dwarf men are all perverts.” Elle explique. “No one really knows why. So us ladies tend toward the prudish side to compensate.”

“Us ladies?” I kid, nodding towards her ample cleavage on display with both my eyebrows raised.

She blushes, turning her cheeks rosy. “Well, most ladies anyway. If showing off a little tit will get me more customers. Well mores the better.”

J'acquiesce en signe d'accord. “Maybe...maybe we put on a show. Something to test the waters. Could we use your cellar?” I ask the Dwarf maiden.

She gives me a grin. “I think I’d want a small percentage.”

“Agreed. Bailey needs to be sheered, and Betsy always needs milked.” Je leur dis. “Let’s test the waters and put on a little show. If we don’t get run out of town, then maybe we push things a little further.”

My wife stood before the door of the inn. Nervous but excited. Ready to step out on the street.

She was dressed, or undressed as it were, in her pink silk thong and matching sheer crop-top. She had thigh high stockings and high heels. She also had her ‘Orc’s Whore’ collar on. Her leash held by a grinning Kara.

Rebecca held a sign that advertised our ‘special’ show this evening. I figure her lack of clothes would relay what special meant.

I give her a quick kiss and open the door. My wife steps outside. Nearly nude. Ready to be humiliated and shamed.

They are gone most of the afternoon. Finally led back in by none other than the sheriff himself. The blonde Dwarf gins at me as he escorts my wife inside. His hand resting on her nearly bare ass.

“Figured I would watch over the the ladies. Wouldn’t want there to be any trouble.” He says happily.

I grin back. “No sir. Perhaps you would like a seat right up front for the show?”

“Well...since I’m here and all.” Becca jumps as he gives her ass a pinch. Then he heads toward the bar.

I lead my wife upstairs to help her get ready for the night’s entertainment.

As soon as we get in my room she pushes me against the door and shoves her tongue down my throat. Her amazing body pressed into mine.

“Wreck me.” She demands when our lips part. Her hand snaking inside my pants. “Fuck me like the whore I am. Ride me rough.” Her growl is nearly that of Kara’s.

“You had fun, I take it?” I grin at the beautiful blonde. The woman that I love.

She nods excitedly. "C'était incroyable. Everyone was looking.” She grabs my cock and starts tugging. “They could see nearly everything.” She presses her ample chest against me. Clearly visible through her sheer top.

I reach around and grab her round ass. Giving her a good squeeze. “So many disapproving looks. Judging me. Silently degrading me, and sometimes not so silently.” She bites her lower lip as she grins. “That was mostly the women. The men looked at me as an object of lust.” She slides her silky leg up my side. “Not a person. I was a toy. Something to be used, then thrown away.”

"Espèce de pute!" Je grogne contre elle. Hopefully not loud enough to be heard outside the room. She gasps with excitement. “How dare you show yourself off in front of everyone!”

I pull off my belt. My wife grinning in her excitement and lust. I pull her to the bed and force her over my knee.

“No, daddy! S'il te plaît. Je serai bien. She whimpers in her little girl voice. My cock is nearly exploding out of my pants.

I raise my arm. Savoring the moment. The woman across my lap. Her sweet round ass. Our mutual lust.

Then her derrière jiggles at the CRACK! of the leather. My sweet, whore wife gasps in pain and exhilaration.

Puis encore et encore. My belt gradually turning her ass red. Her legs kick and Becca whimpers in pain. “No, daddy! Non!" She protests to no avail.

On the eleventh strike I feel her shiver. Her moan of pain reaching a deeper octave as she has a small orgasm.

I pause the beating to shove two fingers deep in her wet twat. Pushing her thong aside to get at her fuck hole. “Dwarf cock? Is that what you want you little tramp!” I rub my fingers inside her, against her vaginal walk. Extending her orgasm. She can’t respond, lost in her bliss. Yet I’m sure my harsh tone helps her arousal.

I toss my wife on the bed and yank off her thong. Quickly I pull my rock hard dick out. Grabbing her knees, I spread her legs as I climb on top of her. She looks up at me, her lust clear in her eyes.

We both moan as I enter her. Her hands slide up my back under my shirt. I push her sheer top up and greedily suck on her nipples.

I thrust hard. My balls slapping against her pussy. "Oh papa! Oui!" Becca gasps. Too excited, I can tell I won’t last long.

My wife squeals when I reach up and pinch both her nipples. Pulling her big breasts up by her tortured buds. Her tits wobble and jiggle as I thrust.

I shiver as my orgasm hits. I fill her cunt with my jizz as waves of pleasure wash through me. Then I roll over next to her. Both of us gasping and grinning.

Rebecca leans over and kisses my cheek. “That was great.” Elle me sourit.

We had cleared out the inn’s cellar. Moving crates and casks so there would be room for a small stage and space for an audience.

By nightfall the cellar was packed wall to wall with eager Dwarves. Most of which were men. Many wearing scarves and bandannas to hide their identity.

The three Chokwa brothers are on hand to keep the crowd under control. Both bunny girls, Priyala, and my wife move through the crowd serving drinks. They wear short skirts and tiny tops. I grin as I see the Biladi girl jump. A Dwarf hand having reached under her skirt to goose her sweet rear.

We made a deal with Molly. We had paid a fee to use the cellar, and we got a small percentage of the drink sales. The handsome dwarf maid grinned at me from across the room as she continuously filled mugs from a makeshift bar.

A hush falls over the crowd when the curtains part. Revealing two makeup vanities. Back to back with a mirror frame between them. The setup is set slightly diagonal to the crowd.

Then the twins come out from opposite ends of the stage. Calliandra and Trishandra are dressed identically. The dark haired teens look lovely in thin white dresses, buttoned down the front.

The both sit at the desks. Peering at each other through the mirror frame.

Then they begin to wash. Taking soft towels from little basins, they gently wipe their faces. The twin sisters doing their best to mirror each other’s movements.

With their faces washed the beautiful teens slowly unbutton the top five buttons of their dresses. There is a rustling from the crowd as their young cleavage and tops of their pink bras are revealed.

The girls then dab at their chests. Wet cloths sensually wiping. The crowd noticeably excited.

More buttons undone. The girls’ delicate fingers work their way down to their smooth tummies. They pull their dresses off down to their waists.

Pink silk bras are the only things offering any modesty to their budding breasts, already D-cups. Their nipples are clearly outlined by the thin cloth.

They slowly wash their arms. Then their tummies. Towels slowly moving up toward their breasts. The crowd noticeably tense. They set their towels down.

Then both girls reach back and unclasp their bras. They use one arm to cover their young tits while they pull the silk away. Not yet letting us see their treasures. they wait a long moment as they gaze into the ‘mirror.’

There is a soft moan of appreciation from the crowd when the twins’ arms move from their chests to pick up their towels. The young Humans’ breasts now on display to the whole room.

I suspect most of the Dwarves didn’t actually believe there would be nudity. It’s obvious that they approve.

Snamnir himself seems totally entranced from his seat right near the stage. And he has actually seen the girls topless

When their plump breasts are clean, the girls stand and shimmy out of their dresses. They are left only in tiny, pink, silk shorts. The crowd clapping at the bold move. They both bend over their chairs for a moment, palms flat on the seats as they gaze into their ‘mirror.’

Calli is bent away from the audience her sweet round ass only partially covered by her shorts. Trisha is bent toward. Her big tits dangling in a wonderful display for the Dwarves.

The twins stand and each lifts a leg. Setting a foot on their chairs. Slowly washing the leg, before switching and washing the other.

Then they both hook their thumbs in the waistband of their shorts and bend way over as they slide them off.

The crowd erupts as they get their first glimpse of human pussy. Young, soft, and topped with little trimmed tufts of brown hair.

The girls sit sideways on the chairs their legs pointed to the crowd. Delicately they lift their towels. Then they spread their thighs.

With no modesty left to the girls, they begin to gently rub their most sensitive spots. Both begin to moan. Soon they drop their towels and brazenly finger themselves. Moaning louder and louder in their pleasure.

The teens shiver through small orgasms. I suspect faked, for the show. Then they stand and walk around the desks on the audience side. The sisters embrace and kiss deeply. Their hands grabbing and squeezing each other’s breast and ass.

When the twins are gone from the stage, Gort comes out and announces a ten minute intermission.

"Super! C'était génial!" Snamnir gushes, standing next to me. Around half the Dwarves have gone upstairs for a smoke of to get a bite to eat.

“Well it only gets more perverted from here.” I mock warn the sheriff.

He grins and slaps me on the back. “Can’t wait, my friend.”

The crowd finally settles back down for the second of our three acts.

The curtains open on a short stool next to a platform raised a foot off the ground.

Gertrude walks out carrying a wooden pail. Also dressed in a thin white dress. Her large bosom strains at the buttons that just barely hold her tits in.

She sits on the stool and hitched up her skirt. Then she smiles nervously at the audience.

Karagoth walks out. The beautiful Orc is dressed only in a brown leather halter, cut low to show plenty of cleavage. A leather loincloth that only covers half of her sweet ass. She also has fur boots.

She leads Betsy by a chain leash.

The pretty cow girl looks nervous, but excited. The curvy girl is completely naked. Her giant tits sway as she is led to the platform.

Docily the Vacca gets to her hands and knees on the raised platform. She faces the audience. Her heavy tits dangling. Gertrude scoots her stool closer to one side. She places her wooden bucket below the cow’s hanging breasts.

There is a soft groan of excitement from the crowd as the mature Human woman grabs Betsy’s tits. Holding them like udders.

The docile girl grunts as Gertrude begins to squeeze and tug her giant, brown breasts. she clenches her eyes shut, humiliated and degraded before the crowd.

Visible streams of milk shoot into the bucket. And there’s a sound. The hollow sound of liquid hitting wood.

My dick is hard in my pants. It always is when I watch Betsy get milked. Something we do every two or three days.

She doesn’t seem to mind. She says she enjoys it in fact. But it always seems so naughty to me. Kinky. So degrading to her.

The audience doesn’t notice Kara squaring up bekind the Vacca woman. They are so enrapt by the lewd milking. The beautiful Orc strokes a leather strap in her hand. Then she raises it...

The CRACK! of leather against ass seems to fill the room. Betsy’s Eyes open wide in a look of shock and pain. A shiver of arousal runs through my body.

“Moooo!” She bellows at the abuse. Further degrading herself before the horny Dwarves. Gertrude still milking her giant tits.

The crowd murmurs excitedly as Kara raises her hand again. Betsy winces, and her whole husky body shudders at the next CRACK!

“Muh...mooooo!” The submissive livestock bellows.

Slowly the bucket fills with breast milk. Slowly the cow girl’s ass is punished before the crowd.

Finally Kara leads the docile girl off the stage by her leash. Gertrude stands and takes her, mostly full bucket.

We will sell shots of warm breast milk during the next intermission.

The final act is the one in most looking forward to.

When the curtains open Bailey comes running onto the stage. The sheep girl looks frightfully back over her shoulder. She looks sweet and vulnerable in her white dress. Buttoned down the front, similar to the other women. Only hers is missing the top four buttons and hangs off her right shoulder. The tops of her furry cleavage just visible.

The pretty sheep is chased by one of the Nathair men. Her tits bounce and jiggle under her dress, obviously she doesn’t have any foundation garments on. He makes fake grabs at her, though he obviously isn’t intending to catch her as they run around the stage.

Suddenly a second Nathair man jumps out and grabs the poor girl. She struggles but the four armed men easily subdue her. One pulls her arms behind her back. Making sure she faces the excited audience. The other grips the top of her dress. "Non! Non je t'en prie. Non!" She begs in vain.

The crowd cheers as her dress is ripped apart. Buttons fly everywhere as the pretty girl is stripped. Nude under her dress. Nude and quite fuzzy.

It’s time for her sheering. I grin as one of the men picks up sheers at the edge of the stage. While the other yanks her tattered dress the rest of the way off.

Docily, Bailey lets them lead her to the center of the stage. She looks defeated and humiliated as they begin sheering her fur off before the crowd.

They manhandle the docile woman as they cut. Forcing her to move this way and that. Treating her not like a vibrant person, but as a dumb animal. Her thick white wool falling to the stage like snow. Slowly revealing her pink body underneath.

Her eyes constantly seek out mine. Wanting to share this violation of intimacy with me. She said she was excited to do it, but I can tell the act is honestly humiliating to the young woman.

The Nathair move from her top, down. She shivers as their sharp sheers move across her big tits. The dexterous snake men very careful with their sharp instruments. Her nipples look to be as hard as diamonds as the cold metal caresses her skin.

The snake men make her sit on a stool while they snip around her sweet pussy. her legs spread obscenely wide for the audience’s amusement. Bailey shivers with her eyes closed as they trim her. Their fingers poking and prodding her most precious spot. Their scissors snipping her soft wool.

Finally she is left shivering and naked before her excited audience. Her pink body freshly exposed. They make her kneel in the pile of her own wool. Humiliated. Her head bowed. This most intimate act forced upon her instead of shared lovingly.

That evening Bailey rolls with me as we make love in my bed. She seems quite excited to have shared her humiliation with me.

**********

At twenty six Catherine had struck out, again on her own. This time determined to put her magic skills to use. She had gotten her bearings. Learning more about the wider world even as the baker regularly abused her.

Eventually she was hired as a seer for a powerful Dwarf stonemason. He seemed quite pleased to take her on. She didn’t think to ask why such a man would need a seer.

She soon learned that he was the leader of a crime syndicate. That part of her job was to make sure people spoke the truth. Or to find it when it was hidden.

She also soon found that, once again her body was to be included.

She was talking to him in his lounge three weeks after first coming on. Proud to be treated like a valued employee. Dressed neck to floor in a plain brown robe with a short red cape off one shoulder and a pointy red wizard’s hat.

Suddenly he yanked her down onto his lap. His hands quickly and eagerly exploring.

“No!what are you...” She started to protest.

“Hush now, trinket! You’d not have me turn you into the mages guild for unlicensed craft. Voudriez-vous?" He threatened.

The girl froze. C'était vrai. Her whole life had been spent outside the guild. They took a dim view of unlicensed practitioners.

His hairy hand pulled her robe up well past her knee. Showing off her shapely legs. “Besides, we both know this is your proper place.” His fingers crawled up her inner thighs. She gasped as he groped her through her linen shorts.

‘Is it true?’ She wondered as his lips covered hers. His tongue tasted of cigars and expensive ale. She moaned as his hand tore her underwear to get at her soft peach. His fingers pushed into her wet pussy.

After that she was ordered to dress like an exotic dancer. Skimpy outfits of silk and lace. Always offering tantalizing glimpses of her beautiful body.

The perverted dwarf loved to fuck the human girl any way he desired. Though he loved even more to humiliate and defile her.

His favorite was to share her body with goblins. The cruel little men did shadow work for the crime lord. They were all too happy to tear her scant clothing off and molest her beautiful body for her grinning boss.

The black haired mage would docily get on all fours. Her ass in the air, her cheek to the floor to show submission.

From one cruel master to another, she continued to live her life as a whore. A toy for men to use.

**********

We started patrolling the farms that surround the town. The plan was to try to catch any thieves that might sneak their way in. Or fight any larger band of raiders that didn’t run away at first sight.

Kara had commissioned some new weapons from a couple smiths in town. The goblins were hard at work on the small workshop they had set up in the inn’s stables. And the girls had started seeing horny Dwarf clients.

We continue to be shadowed by small groups of goblins. Though they don’t come close to the city and they run away even when approached by Gort or one of his men.

I made a rule that the princesses are not allowed outside the city walls. I don’t think they even noticed. Much too caught up in their workshop, and the fascinating sights the city has to offer.

Our patrols are usually ten man teams. Eight goblins and two bigger folk.

On more than one occasion we have spied raiders. Orcs, but these look ragged compared to Karagoth. They look scrawny and shifty. Not like mighty warriors.

At the beginning of our second week of patrols we are patrolling the furthest farms. It’s where we spend most of our time as that’s where the worst trouble is. Mitzi has proven to be a valuable asset. She flys pretty high to scout for me.

Suddenly the beautiful fairy lands on my shoulder and gives my cheek a kiss. “Orcs!” And she points in a direction.

We double time through a small woods. Past signs of logging and trapping, to find them on the other side.

They are chopping through the wooden wall that surrounds the main farm buildings to get at one of the outlying farms. Dwarves shooting at them with crossbows.

We march up on them from behind. Instead of scattering they turn to engage us. A dozen Orcs laughing at the goblins that they are sure would turn and run at the first sign of a fight.

I can’t help but grin at their shocked looks as we crash into them. The boys fight in pairs to watch each other’s backs. I swing my nice steel sword. The magic crystal one is safely back at the inn. I swing and cut down the first Orc to square off with me. His short sword shattering on mine.

On this patrol I’m partnered with one of the big Chokwa brothers. He knocks a short Orc aside with his club to get at their big leader.

He had face tattoos and dark green skin and stands near six feet tall. Maybe a foot taller than his followers. Still coming up short against my blue lizard.

The orcs begin to panic when my goblin boys refuse to tremble in terror. When the Chokwa bashes their leader’s skull in they break and run. Only two actually making it as crossbow quarrels fired by the farmers. take down three of the fleeing green skins.

We take one prisoner back to the city. Another dying on the way.

In the evening I lay on my bed naked. My cock hard as I slowly stroked it and watched the beautiful fairy.

Mitzi kneels, naked in a saucer of honey on my chest. She spreads the sweets all over her silver body. bathing in it. Golden ooze dripping from her silver skin.

When she is fully covered I pick her up and lick and suck her clean as she giggles and moans.

She easily comes to orgasm as she rubs her tiny puss against my tongue. Sometimes straddling my mouth, sometimes on her hands and knees while I lean in and lick her from behind. Her musical screams are a delight to my ears. Then she moves back to cover herself again.

After we have used up the honey she hugs my dick and uses her whole body to give me a tug job.

I moan my pleasure as I watch the tiny woman’s silver ass moving up and down. Soon my balls clench as I cum all over the fairy. It nearly smothers her jet black hair. She grins as she licks some of it up. Then flutters off to get a washcloth.

I was getting ready to leave Snamnir’s office. The prisoner had died of his questioning by the Dwarves.

He claimed to be a member of a poor mountain tribe. Brought here by a powerful sorcerer. They have a camp up in the mountains where they are mining.

“Well, we haven’t seen any evidence of a magic user. Encore." I tell the sheriff. Il hoche lentement la tête. “Patrols are one thing. Taking down a caster isn’t in our contract.”

"Pourrais tu le faire?" Il demande.

I nod. "Probablement. We have before. I’d want to know what we were getting into though. And it wouldn’t be cheap.”

Now it’s his turn to nod. “Why don’t I walk you back to your inn?” He stands and throws his cloak over a shoulder.

Snamnir has been one of our most frequent customers. For their part, the girls have been quite open to the whole prostitution idea.

Amanatia told me it wasn’t much different from what they were already doing and it gave them a way to bring in some coin for the group.

When we step in to the common room the sheriff bids me good night and wanders over to Miso. While I head to my room.

I’ve barely closed the door when there is a knock. I smile as I open to find Gertrude. The mature woman smiling back.

“Have time for a fat old woman?” She asks gently caressing her ample cleavage.

“For you, I’ll make time.” I pull her into an embrace. Shoving the door closed with my foot as we kiss.

The mature woman pulls her low cut blouse down. Letting her big floppy tits tumble out. Before I can grab them she drops to her knees.

I take a deep, wonderful breath as she pulls my pants down. Taking my cock and sucking it to hardness.

When she stands her dress is off before she reaches the bed. I make her lay back, but just on the edge. I pull my shirt off. Then I grab her ankles together and lift straight up so her big ass is revealed.

Gertrude groans with pleasure and pain as I slap her bottom. I rub my hard cock against her thick thigh as I punish the older woman.

When her ass is nice and red I release her legs and climb on top of her. My dick slides easily into her wet twat. I grip and squeeze her big tits as I thrust. Nibbling on her hard nipples and sucking on them like sweets. The mature woman moaning and gasping as we fuck.

After I cum deep inside her we lay s

Articles similaires

Mon cadeau de fin d'études 2

Dans un état second, j'ai trébuché jusqu'à ma chambre, bikini tenu dans mon poing. Je grimpai lentement les escaliers, essayant de ne pas attirer l'attention. Je grimaçai quand l'un d'eux grinça sous mon poids, m'arrêtant pour m'assurer que je n'avais réveillé personne, soupirant quand je n'entendis rien d'autre que le bourdonnement du climatiseur. Dieu, qu'auraient dit mes parents s'ils m'avaient vu ? J'arrivai finalement à ma chambre et fermai la porte derrière moi me laissant tomber sur mon lit. Je n'ai même pas pris la peine de me glisser sous les couvertures avant de m'endormir, le bruit de mon ventilateur au...

921 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.4K Des vues

Likes 0

Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club. = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne...

932 Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

605 Des vues

Likes 0

La pilule Ch. 4

Doob's Bar était à l'origine un trou dans le mur. L'endroit où l'on pouvait aller s'asseoir dans l'obscurité et prendre un verre. C’était le genre d’endroit normalement calme et relaxant. Jusqu'à ce qu'un collège soit construit à proximité et qu'il devienne l'un des hauts lieux des jeunes étudiants. Aujourd'hui, le bar était rempli de musique forte, de monde et de lumières. Il ne restait plus grand-chose du bar autrefois calme pour boire seul dans un coin. Des filles qui criaient et des garçons de fraternité tapageurs rendaient l'atmosphère moins que souhaitable. Vallerie détestait un endroit comme celui-ci. Elle aimait le noir...

554 Des vues

Likes 0

Devenir majeur des années plus tard

Devenir majeur des années plus tard Ma sœur et ses 2 enfants étaient en vacances en juillet, lorsque l'incendie d'une maison en rangée a ravagé leur maison et 3 autres personnes dans leur quartier. J'ai reçu un appel des pompiers car j'étais la personne à contacter en cas d'urgence et je n'avais aucun moyen de la joindre. J'ai immédiatement appelé son portable mais je n'ai eu aucune réponse. J'ai laissé un message. J'ai appelé ma nièce et laissé un message également. Environ une heure plus tard, j'ai reçu un appel de ma nièce. Je lui ai dit que je devais parler...

529 Des vues

Likes 0

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

552 Des vues

Likes 0

Dortoir 3 de GF

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie du temps où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 2, veuillez d'abord les consulter. --- Quelques jours se sont donc écoulés et Sarah a fait comme si de rien n'était. Comme si le fait qu'elle me regarde baiser et jouir sur Teagan n'était qu'un rêve. Comme si elle n'avait pas léché le sperme de Teagan sur ma bite et avalé mon sperme pendant que Teagan faisait la vaisselle. Pour être honnête, je n’étais même pas sûr que cela se soit produit. C'était tellement...

398 Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour Tom 2

Bien sûr que je l'aime. J'expliquais à ma meilleure amie Heather au téléphone. Tu es sûr, et ce n'est pas juste un béguin. Parce que Hun tu l'as en quelque sorte laissé prendre ta virginité. Heather m'a dit avec prudence. Je ne laisserais pas n'importe quel mec me faire ça ! Tu me prends pour quoi, une salope ?! dis-je en plaisantant. Notre conversation a duré un moment. Elle voulait juste s'assurer que j'étais en sécurité et comment c'était. Il était environ 9h30 ce vendredi et mes parents étaient au casino et j'ai pris la pension après avoir parlé à Heather...

1.1K Des vues

Likes 0

Signes de vêlage - partie 1

Terri surveillait les vaches. Au cours de sa dernière descente, les taches noires et brunes des vaches lointaines se sont transformées en dégoûtants mugissements. Terri regarda les gros animaux stupides se promener, mâcher de l'herbe. Elle cogna sa tête contre la vitre en plastique. Il n'y avait pas de bovins au collège. C'était le point mort du fléau urbain. Elle l'avait choisi en partie pour cette raison. Et maintenant, elle retournait… aux vaches. * * * Sa mère ne l'a pas rencontrée à la porte. Terri ramassa trois sacs lourds et sortit du terminal. À la station de taxis, elle a...

934 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.