UNE SAGA SUGAR-DADDY, 4 sur 5

839Report
UNE SAGA SUGAR-DADDY, 4 sur 5

4

(Salut tout le monde ! J'ai pensé essayer une courte série dans laquelle chaque entrée est du point de vue des deux personnes impliquées. Celle-ci est de son point de vue, (notez que ce n'est pas la même rencontre… c'est trop facile !) ma première tentative à écrire un tel. Profitez-en !)

Le point de vue de Layton :

Eh bien, il était évident que je devais, malgré mes antécédents de prise de très mauvaises décisions, en prendre une bonne. Le sexe était vraiment incroyable, et le meilleur, c'était que mon « papa » (je détestais encore l'appeler ainsi à ce stade) semblait véritablement préoccupé par moi en tant que personne. J'avais peur que ce ne soit rien d'autre que lui me frappant, explosant sa charge, et qu'il s'en aille. Mais jusqu’à présent, il m’impressionnait aussi de sortir de la chambre.

Prenez aujourd'hui. Après un délicieux petit-déjeuner et une préparation, nous avons pris la « targa » (?) de cette magnifique supercar rouge et sommes allés faire un tour. Nous avons déjeuné léger dans un petit endroit surplombant l'océan, et il m'a emmené à Ulta, CHARGEANT le panier qu'il portait volontiers pour moi avec des produits cosmétiques que je n'aurais jamais pu me permettre autrement ! Il était tout aussi généreux que nous faisions un peu d'achats de vêtements et de lingerie sexy. J'ai aimé lui montrer ce que j'aimais, mais IL a tout choisi pour moi. C'était incroyablement sexy.

Sur le chemin du retour, Johnathan a posé des questions sur l'argent dont il aurait besoin pour la semaine prochaine.

"Eh bien, c'est un peu moins de 2 000 $, pendant cette période, j'étais censé obtenir des prêts"

"Non-non, nous ne ferons pas ça," répondit-il, "Je te donne 2 500 $ avant que Chris ne revienne, car je sais que tu auras d'autres dépenses."

«John, tu fais déjà tellement de choses…»

«Tout cela parce que je le veux.» Il a répondu : « Nous réglerons le reste au fur et à mesure, mais l'un de mes stagiaires est un étudiant diplômé, et avec ses conseils, je trouverai les bonnes personnes pour que ce semestre s'occupe. Ne vous inquiétez pas pour ça, ce n’est plus votre affaire. Je vais pouvoir m’amuser, pour la première fois depuis des années et des années.

"Mais John… ça a un prix, tu sais."

"Je suis au courant, mais je ne suis pas vraiment sûr pour ce garçon-euh jeune homme, à vrai dire." Il a dit. « La vérité est que c’est difficile de me comparer à lui maintenant. Mais cela mis à part, si vous décidez de rester avec lui, je peux me retirer du tableau. Je ferais ça pour vous garder heureux tous les deux. Vous n'avez qu'à me dire ce que VOUS voulez.

À ce moment-là, cet homme, âgé de deux fois plus, était l'homme le plus sexy que j'aie jamais vu. Je n’avais littéralement jamais vu un homme se sacrifier pour ce que je voulais, y compris son fils. Cela me donnait envie de lui, et je le voulais vraiment.

J'ai tendu la main et touché sa joue, j'ai simplement dit : « Emmène-moi à la Maison, maintenant.

***

À notre retour, j'ai *********** un petit numéro que j'avais glissé quand il ne regardait pas, un magnifique nounours rouge avec un décolleté plongeant et des bas attachés. J'ai également porté la culotte assortie par-dessus les bas avec un peu d'espoir.

Quand j'ai ouvert la porte et suis entré dans la chambre, la façon dont ses yeux se sont écarquillés m'a dit que j'avais fait le bon choix !. Il a peut-être la cinquantaine, mais cet homme, nu devant moi, avait certainement un joli corps. J'ai également remarqué qu'il n'était pas resté inactif, car sa région pubienne semblait fraîchement rasée. Sa bite chauve et propre était à moitié dure et se balançait d'un côté à l'autre alors qu'il se dirigeait vers moi. Bon sang, je le voulais en moi

Il s'est approché avec un immense sourire. Ses yeux ont parcouru mon corps, de mes cheveux, en passant par mes beaux seins, jusqu'à l'ensemble de la lingerie. J'ai fait un tour très lent pour lui, le laissant tout comprendre. J'ai baissé la tête d'un air de fille dans l'espoir de me cacher derrière mes cheveux, mais ils étaient trop courts pour couvrir mes seins.

"WOW Layton, je suis tellement content que tu aies eu ça, mais je vois que tu me l'as glissé, espèce de petite coquine," dit-il avec un sourire en plaçant sa main sur le bas de mon dos et en le laissant me guider vers le lit. . C'était puissamment sexy d'être le centre d'intérêt singulier de cet homme

Il se pencha et murmura « incroyable… »

J'ai répondu en enroulant mes bras autour de son cou et en approchant sa bouche de la mienne. Nos lèvres se rencontrèrent et nos langues s'emmêlèrent alors que nous nous embrassions passionnément.

Sa main remonta sur mon ventre jusqu'à mon sein gauche. Les cheveux cachaient en partie le fait que la zone du mamelon était ouverte. Ses doigts trouvèrent le mamelon et son contact fut doux au début, puis il commença à tirer sur mon mamelon, sa main pétrissant la chair de mes seins.

Ma main tomba de ses épaules sur ses genoux, trouvant sa queue épaisse et bien dressée, ce que je voulais en moi. C'était gros dans ma petite main. J'ai saisi sa hampe et je l'ai caressé de haut en bas pour sentir sa pleine taille. Il était dur comme de la pierre maintenant. C'était aussi agréable et doux... J'ai aimé qu'il se soit rasé pour moi.

Il soupira alors que je le caressais lentement, ses baisers plus urgents, plus profonds. Ses mains trouvèrent mes deux seins et il commença à les malmener délicieusement. Sa bouche quitta la mienne et il baissa la tête pour sucer mes tétons dressés, ses mains rapprochant la chair.

J'ai posé ma main libre sur sa tête, lui tenant les cheveux et enfonçant son visage dans mes seins, lui disant à quel point je le voulais. C'était puissant et j'ai été fasciné quand il s'est retiré et a simplement dit "Suce-moi". Il s'appuya en arrière sur le milieu du lit, sa queue fièrement dressée, la tête pointée vers le plafond.

J'ai suivi cette bite avec bonheur, rampant sur le lit à quatre pattes alors que je m'approchais lentement de sa belle bite et de ses couilles. J'ai pris quelques secondes pour admirer à quel point ils étaient propres, sans cheveux. C'était la première fois que je voyais une bite aussi propre et lisse, sans poils, et j'avais hâte de jouer avec. Je laisse mes seins pendants frotter le long de sa queue raide. Mes tétons dressés montaient et descendaient sur son corps pendant qu'il regardait, puis tiraient sur mes seins.

"J'adore tes seins parfaits", dit-il en les caressant doucement. J'ai laissé mes tétons couler à travers le pré-sperme qui brillait sur sa tête. J'avais chaud et j'étais excité maintenant. Je l'ai tellement, mais je voulais aussi jouer avec son contrôle. J'aimais être contrôlé, mais il n'y a rien de plus amusant que de remettre en question le statu quo dans une situation comme celle-ci.

J'ai enroulé fermement une main autour de son manche et j'ai baissé ma bouche sur la tête. J'ai léché son casque violet enduit de pré-éjaculation, puis j'ai commencé à lécher et à embrasser toute la longueur de sa tige lisse. J'ai admiré la facilité avec laquelle mes lèvres glissaient sur sa queue lisse. Pourquoi tous les hommes ne se sont-ils pas rasés comme ça ? Je l'ai ensuite pris complètement dans ma bouche.

Mon « homme » (?) à ce stade connaissait mes compétences, mais je manipulais toujours sa bite comme un pro, en utilisant toutes les astuces que je connaissais, léchant et mordillant la hampe, frottant la tête, lui suçant les couilles. J'ai craché sur sa queue, et elle est devenue encore plus grosse, plus épaisse. J'ai continué à le sucer jusqu'à ce que ma mâchoire me fasse mal, mais je pouvais dire à sa réaction qu'il appréciait ça pendant que j'utilisais ma gorge.

Johnathan dura dix bonnes minutes avant de se tendre et de laisser échapper un profond gémissement orgasmique. Je savais ce qui allait arriver et je me suis ouvert alors qu'il avait des spasmes et jouissait fort. C'était une balle directe dans ma gorge. J'ai serré fort ses couilles pendant qu'il jouissait et le faisant glisser en partie, j'ai caressé violemment sa tige alors que mes lèvres formaient un joint étanche autour de sa circonférence. Je voulais le presser, le sucer et le caresser jusqu'à la dernière goutte.

J'ai ouvert la bouche pour lui montrer sa charge, puis j'ai avalé deux fois pour tout avaler. Une fois terminé, nos regards se sont croisés et nous avions tous les deux le même sourire.

Il m'essuya brutalement la bouche puis m'embrassa, me repoussant sur le lit. Il n’en avait visiblement pas fini avec moi, et je ne m’attendais pas à moins. Il m'a embrassé dans le cou et a sucé à nouveau mes seins, puis m'a léché le ventre. Il reprenait le contrôle et le montra en attrapant mes jambes et en les écartant, lui exposant ma chatte mouillée. Il a passé un doigt sur mon ouverture, sur mon clitoris, enduisant le doigt de mon jus, puis en le léchant proprement.

La deuxième fois qu'il l'a fait, il m'a offert le doigt. J'ai sucé goulûment son doigt. Il s'est alors penché et a commencé à me manger. Je devais admettre que cela ne ressemblait à rien de ce qu'un autre homme m'avait fait, et je m'en délectais, Johnathan Roberts, me faisant jouir d'innombrables fois, sa langue, ses lèvres et ses doigts partout sur moi, frottant mon clitoris puis poussant à l'intérieur de moi, m'embrasser, me mordre, tirer sur mon clitoris gonflé.

Je me débattais sur le lit, les draps sous moi trempés par mes orgasmes. Je me sentais bel et bien utilisé, mais j’adorais cette sensation. Il m'a regardé, le visage mouillé par le jus de ma chatte et m'a embrassé, nos langues se mêlant. Je pouvais sentir sa queue contre mon trou, à nouveau solide. Je me suis penché et j'ai frotté la bite que je voulais tant contre mon clitoris. Il se sentait bien. J'ai tenu le bout de sa queue contre mon ouverture et il s'est poussé contre moi.

La tête a disparu entre mes lèvres. Il a saisi mes genoux et les a relevés, au niveau de mes épaules, et a enfoncé toute sa bite dure au plus profond de moi. Tous. De. Il.

"Fu-uuuuu-uck" dis-je à voix haute. Je pouvais presque le sentir dans mon ventre. Il m'a étiré largement, les lèvres de ma chatte tendues autour de sa hampe. Il a retiré lentement puis a enfoncé sa queue tout aussi lentement, déplaçant ses hanches d'un côté à l'autre, entrant en contact avec chaque centimètre de mes parois vaginales. Mes tétons se sont dressés comme des balles, j'ai tenu mes jambes grandes ouvertes alors qu'il reposait sur ses mains et j'ai commencé à accélérer son putain de mouvement.

"Bon sang Layton, tu te sens si serré..." haleta-t-il.

Il a tendu la main derrière moi, attrapant mes fesses comme levier et a continué à m'enfoncer profondément et durement. Il avait de nouveau le contrôle, j'étais à sa merci et j'adorais ça.

Un orgasme m'envahit alors qu'il continuait à me frapper dans le lit. J'étais conscient de mes cris, mais j'avais l'impression d'être une personne différente. Je l'ai supplié et supplié de me baiser, je l'ai supplié de me faire jouir à nouveau. C'était si intense que je pleurais, je n'en pouvais plus, mais je voulais tout ce qu'il avait. Il s'est échappé de moi, me provoquant un halètement.

"Retourne-toi", m'a-t-il dit.

Aussi vite que possible, je me suis mis à quatre pattes, les jambes larges et prêtes pour lui. J'ai senti sa bite conquérante glisser dans ma chatte humide et béante. J'adore la levrette. J'ai commencé à repousser au rythme de ses poussées.

Il m'a fait bouger un peu, et quand il m'a tiré les cheveux, j'ai pu voir qu'il utilisait le miroir de toilette au sol pour établir un contact visuel. Il m'a regardé alors que je sentais ma chatte s'étirer pour l'accepter. Il a ensuite ralenti et je l'ai senti pousser contre mon trou de cul avec son doigt.

Avec ce sourire nostalgique, celui qui, j'en suis sûr, lui a dit que je jouais, j'ai dit "Non ! Continue à me baiser", ai-je plaidé.

Battre! Il m'a giflé le cul, me faisant hurler et tressaillir sous le coup cuisant. Pourquoi est-ce que j'ai… aimé ça ?

J'ai senti mes muscles spincters lui céder. "Je vais prendre ça", grogna-t-il. Il avait un air de puissance que je n'avais jamais vu auparavant. Il tenait fermement mes hanches et je savais que j'étais impuissant.

"J-J-John…." J'ai dit sur ce ton suppliant : "P-p-s'il te plaît, ne me fais pas de mal... tu es trop gros", je n'avais eu anal qu'une ou deux fois, et je savais que ça allait faire mal, et en vérité, c'était le cas. fais moi peur. De plus, j'espérais qu'il continuerait à baiser ma chatte dévergondée à la place, mais je savais mieux.

Ses coups dans et hors de ma chatte trempée étaient lents et délibérés alors que je le sentais explorer lentement mon anus avec l'un de ses doigts trempés de salive. Il a commencé à progresser en poussant un puis deux chiffres dans mon trou du cul.

"Oh… S'il te plait John… S'IL VOUS PLAIT, garde cette belle bite dans ma chatte… Je veux que tu jouisses en moi… s'il te plaît, baise-moi", suppliai-je, espérant le faire sortir de mon cul pendant que je poussais. de retour sur sa queue.

Il m'a ignoré, cet homme est sorti de ma chatte et, d'un coup, m'a poussé face contre terre dans le lit, mes fesses dressées. Il a placé fermement la tête de sa queue contre mon trou de cul. Il avait maintenant la tête de sa queue enfouie en moi, le jus de ma chatte lubrifiant son passage.

"Détends-toi mon animal, suis mes instructions… écarte tes joues et pousse ton cul vers moi", ordonna-t-il. J'ai pris une profonde inspiration et j'ai obéi à ses ordres.

Petit à petit, il a enfoncé sa grosse bite dans mon cul. Ça fait mal! Mais je pouvais sentir mon trou du cul s'étirer pour l'accueillir. Je me suis penché entre mes jambes et j'ai tiré sur ses couilles, puis j'ai commencé à toucher mon clitoris alors qu'il commençait à pomper en moi. C'était inconfortable, au début, puis la douleur est devenue douce et il a commencé à augmenter sa vitesse, ma main caressant les lèvres de ma chatte et mon clitoris au rythme de son putain de cul.

Il m'a encore giflé deux fois, chaque fois plus fort que la première fois, et j'ai crié à chaque fois, mais j'ai compris. La vive douleur de la gifle m'a distrait de la douleur que sa bite m'infligeait à l'intérieur de mon cul.

J'avais la tête tournée pour regarder cet homme me dominer, mais j'étais par ailleurs face contre terre dans le lit. Alors qu'il me poussait, nous avons gardé un contact visuel et cela m'a fait sourire. Il a ralenti jusqu'à s'arrêter, puis s'est penché, de la table de nuit, il a ramené un petit vibromasseur « mini » et me l'a tendu. Cela n’a nécessité aucune incitation ou instruction.

Alors que je l'appliquais sur mon clitoris gonflé, il poussa fort, jusqu'au fond, et je pouvais entendre sa queue écraser en moi. Avec une autre claque sur le cul et le vibromasseur, j'ai fermé les yeux et j'ai joui encore une fois, la sensation de sa bite dans mon cul m'envoyant dans un ravissement exquis.

Mes jambes étaient presque inutiles à ce stade, c'était seulement le fait que j'étais empalé sur la bite de cet homme qui me maintenait à quatre pattes. Il se tendit alors que son propre orgasme se développait. Je pouvais le sentir trembler dans mon cul. Ses yeux plissèrent également alors qu'il me poussait une dernière fois, et alors qu'il rugissait, je pouvais le sentir remplir mes entrailles d'impulsion après impulsion de sa graine chaude. Avec un doux plop, il s'adoucit et se retira. Il lâcha mes hanches et nous nous effondrâmes tous les deux sur le lit, totalement épuisés.

Contrairement à la journée précédente avec la lotion, après pas mal de rémanence, mon « homme » (?) a pu me sortir du lit, et nous avons ri alors que nous allions tous les deux sous la douche, les jambes tremblantes. Là, il m'a lavé la sueur et le sperme. En m'habillant d'un autre pyjama de type Cami en satin (avec culotte cette fois), nous sommes descendus dans sa très belle cuisine, où il a terminé le poulet mariné à la coriandre et au citron vert sur du riz (honnêtement, la nourriture à elle seule vaut presque l'expérience ! ).

Nous nous sommes assis un moment sur le pont, devant « ma » chambre (car nous avions complètement sali la literie de l'autre chambre) dans ma Cami, lui nu, dégustant un peu de vin alors que le soleil se couchait sur le Golfe, et après une encore un peu de « amusement », je suis revenu dans ce/mon « homme ». Je me suis senti totalement en sécurité et détendu alors que sa queue se blottit contre le pyjama et entre mes fesses, et nous nous sommes endormis.

Articles similaires

Le génie de mon frère - Chapitre 09

Dans un pub londonien, une fille s'est assise à l'une des tables. Elle avait avec elle son propre sac à dos rose et celui bleu clair de son amie qui venait d'aller au bar. Elle regarda autour d'elle, s'imprégnant de toute l'apparence de l'endroit. Les gens discutaient et buvaient, et certains regardaient une émission de télévision où des hommes couraient partout en se donnant des coups de pied dans un ballon. Il m'a demandé une pièce d'identité ! dit Alexis en revenant portant deux verres. Je suis flatté qu'il pense que j'ai l'air d'avoir moins de 18 ans. Je lui ai...

1.6K Des vues

Likes 0

Le voyage de pêche de Pam

Le voyage de pêche de Pam par jallen944 © Anne posa le téléphone sur le comptoir et descendit l'escalier. « Pam ? » elle a crié. Quoi? Pam a répondu et s'est tenue sur le pas de sa porte pour regarder dans l'escalier. M. Thorn veut savoir si vous voulez aller pêcher avec lui. Il va au lac ce week-end. Ouais, j'y vais, dit Pam, se sentant soudain très excitée. Il l'a fait. Il a trouvé comment la mettre seule pour un week-end. Ok. Je lui dirai que tu seras prêt quand il viendra te chercher. Pam se précipita dans sa chambre, remplie d'excitation...

1.3K Des vues

Likes 0

Mon amie Jackie

Hé, est-ce que ta mère est à la maison aujourd'hui ? a demandé à ma copine par SMS Non, elle travaille jusqu'à 7 heures, répondis-je. D'accord, je viens et j'amène Jasmine. Je veux que tu lui apprennes à baiser avant qu'elle parte à l'université. Et au moment où ces mots ont traversé mes yeux, j’ai été choqué. Même si j'ai une profonde affection pour ma petite amie, Jasmine a toujours été dans le coin de mes yeux et au fond de mon esprit. Découvrir qu'elle était vierge était une surprise en soi, mais que ma copine voulait que je la baise...

731 Des vues

Likes 0

Salut-jinx d'Halloween

Hijinx d'Halloween Charles, ou comme tout le monde l'appelait, Charlie regardait l'horloge sur son bureau. Encore dix minutes et ça compte avant qu'il puisse laisser derrière lui une semaine de travail vraiment merdique et se diriger vers une fête d'Halloween amusante avec sa femme très sexy. Il attendait cela avec impatience depuis que Margaret et lui avaient reçu les invitations il y a deux semaines. Charlie ne se souvenait pas de la dernière fête d'Halloween à laquelle il avait assisté et le simple fait d'y penser faisait ressortir l'enfant qui était en lui. Margaret a choisi les costumes et est allée...

620 Des vues

Likes 0

Dans le sillage d'une nympho 2

Dans le sillage d'une nymphomane Partie 3 Par John Morrisson « Bienvenue chez Sonic, puis-je prendre votre commande ? » ai-je demandé dans le micro. Le haut-parleur grésilla un peu. Ouais, je veux un milk-shake, a dit une voix calme de la famine. Quelle taille? J'ai demandé. Gros, répondit-elle. Est-ce que c'est ça? J'ai demandé. Ouais, dit-elle. Deux minutes plus tard, je suis sorti avec son milk-shake. « Deux heures trente-huit », dis-je. Je regardais la fille maintenant. Elle avait l'air d'avoir obtenu son diplôme. Elle avait les cheveux bruns raides avec des reflets blonds. Elle m'a tendu un billet de cinq dollars. «...

944 Des vues

Likes 0

Le cadeau de Noël spécial de maman

« Cadeau de Noël spécial pour maman » par rmdexter L'histoire suivante est une œuvre complète de fiction et de fantaisie. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Notez que contrairement à la plupart de mes œuvres publiées, il s'agit d'une histoire autonome, offerte en vacances grâce à tous mes lecteurs fidèles. Gardez cela à l'esprit lors de la lecture - j'espère que vous l'apprécierez. Et s'il vous plaît, prenez le temps de voter ou de laisser un commentaire, les auteurs l'apprécient. « Jake, je n'arrive pas à croire que tu te sois donné tant de mal ! » a...

1.5K Des vues

Likes 0

Un cul hors de toi et moi

Copyright © 2007 par Tim King Atelier de fiction du Collège Goucher Tous les droits sont réservés Un cul hors de toi et moi Par Tim King J'ai essaimé comme une ruche d'abeilles dans la rue jusqu'à l'appartement de Susie. Ce que je venais de voir était indescriptible. Il n'y avait rien de bon à cela. C'était dégoûtant et faux et le pire était que c'était complètement crédible, complètement dans le domaine de la réalité. C'est probablement ce qui m'a tellement énervé. Je n'avais même pas pris la peine de l'appeler. Au moment où j'ai réalisé que c'était elle, j'ai refermé...

1.6K Des vues

Likes 0

Un de mes désirs ardents pour Tom 2

Bien sûr que je l'aime. J'expliquais à ma meilleure amie Heather au téléphone. Tu es sûr, et ce n'est pas juste un béguin. Parce que Hun tu l'as en quelque sorte laissé prendre ta virginité. Heather m'a dit avec prudence. Je ne laisserais pas n'importe quel mec me faire ça ! Tu me prends pour quoi, une salope ?! dis-je en plaisantant. Notre conversation a duré un moment. Elle voulait juste s'assurer que j'étais en sécurité et comment c'était. Il était environ 9h30 ce vendredi et mes parents étaient au casino et j'ai pris la pension après avoir parlé à Heather...

1.3K Des vues

Likes 0

La machine à laver

« Pourquoi n'essaies-tu pas ? » Les grands yeux bruns de Laura s'écarquillèrent alors qu'un frisson coquin traversait son corps, la faisant frissonner un peu à cette pensée. Soyez sérieux dit Laura avec un sourire timide à sa meilleure amie Tally. Laura et Tally étaient assises dans un café comme elles le faisaient normalement pendant leur pause dîner en train de bavarder. Tally était la meilleure amie de Laura depuis qu'ils étaient à l'école ; ici, ils étaient encore meilleurs amis à l'âge de 33 ans, travaillant même dans le même immeuble de bureaux. Ce dont ils parlaient était un cadeau que Laura avait...

987 Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

817 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.