Une réunion à l'enterrement : le dernier chapitre

498Report
Une réunion à l'enterrement : le dernier chapitre

"Grand-père l'a tuée Freya… Il a tué grand-mère" les mots quittent les lèvres d'Ellis et flottent jusqu'à mon oreille, je ne réponds pas un instant au lieu de tendre la main pour lui prendre le livre. Je feuillette les dernières pages et commence à lire dans ma tête. Ellis va et vient dans la pièce en même temps, un rythme régulier de ses pieds frappant le plancher en bois. Un certain passage attire mon attention dans le journal « Je ne me sens pas bien depuis longtemps. Thomas dit que c'est juste le temps mais je ne suis pas sûr, mon corps ne se sent pas tout à fait bien depuis qu'il a commencé à cuisiner les repas. J'ai toujours su qu'il était moche dans la cuisine, bien sûr, mais c'est quelque chose de différent. J'ai vraiment l'impression que si je ne fais pas quelque chose, je ne verrai pas l'année prochaine », l'extrait datait d'il y a seulement un mois, quelques jours avant son décès tragique. Pendant que je lisais, j'entendais Ellis marcher, je levai les yeux pour le voir se ronger l'un de ses ongles.

Je tends la main et prends sa main dans la mienne. La sensation de chaleur alors que je m'approche de lui me fait presque haleter. J'avais presque oublié à quel point j'étais énervé. « ça n'a pas l'air bien Ellis je sais… mais grand-mère aurait pu se tromper, d'ailleurs elle est tombée dans les escaliers tu sais ça » lui dis-je ne voulant pas croire que mon grand-père, aussi froid soit-il, tuerait sa propre femme . Pendant que je parle, Ellis pousse un soupir exaspéré. "Freya… pour une fois tu vas juste écouter putain" dit-il en gardant sa voix calme "il arrache sa main de la mienne avant de continuer" il empoisonnait sa Freya, la rendant faible, frêle. Il la tuait lentement, peut-être trop lentement à son goût. Je ne sais pas s'il l'a poussée lui-même, mais il essayait putain de la tuer ! Dans mon esprit, cela n'avait pas beaucoup de sens, mais il y avait des preuves. Des preuves que peut-être mon frère avait raison. Ellis me tourne le dos, je l'entends sangloter brièvement avant de se retourner en essuyant un bras sur sa joue "comment as-tu pu le baiser Freya?" il dit enfin que mon cœur bat un peu plus vite maintenant qu'il corrobore tout ce que mon grand-père pensait savoir. Je laissai échapper un profond soupir, essayant de réfléchir à la façon dont je pourrais justifier mes actions. Juste au moment où j'écarte mes lèvres pour parler, j'entends une voix profonde derrière moi commencer et les yeux de mon frère s'ouvrent largement. "elle ne peut pas en avoir assez de moi Ellis, avoir une grosse bite fera ça" sa voix retentit pleine de confiance. Je n'avais aucune idée depuis combien de temps il écoutait, s'il avait entendu les accusations qu'Ellis lui avait lancées. Ses bottes touchent le sol jusqu'à ce qu'il soit debout à côté de moi. Il enroule un bras autour de mon épaule et me rapproche de lui "vous êtes tous les deux putain de malades" crache Ellis seulement pour être accueilli par un rire profond de notre grand-père. Il fait un pas derrière moi et passe ses mains autour de mon front. En serrant ouvertement mes seins devant mon frère maintenant, mes mamelons avaient l'impression d'avoir été durs pendant des heures à ce stade, si sensibles sous son toucher "pas besoin d'être comme ça, nous savons tous les deux que vous aimeriez une sensation de votre sœur , allez, elle est à toi, éloigne-toi » juste comme ça, ses mains avaient disparu et il avait fait un autre pas en arrière. Je tourne la tête et la secoue, des larmes se forment dans mes propres yeux maintenant "s'il te plait ne le force pas" je souffle avant de me retourner pour faire face à mon frère. Il avait l'air mal à l'aise, fixant le sol, son fondu virant au rouge clair. Ses yeux se posent brièvement sur mon visage avant de les verrouiller sur ma poitrine. Ma putain de poitrine stupide, pas de soutien-gorge, des mamelons durs, j'aurais presque été insultée s'il ne regardait pas. Ses bras avancent et il fait un pas vers moi. Son toucher est doux alors qu'il prend chacun de mes seins en coupe, les sentant et les faisant rouler dans sa paume. Je sens une larme couler de mon œil gauche sur ma joue. Je reste là sans faire de bruit alors que je suis peloté par mon propre frère, pas qu'il ait eu le choix. "c'est un homme bon Ellis" dit mon grand-père avec plus d'humour dans sa voix que je n'en avais entendu depuis des années. Mon humiliation le nourrissait, enflammant quelque chose au plus profond de lui.

Les mains de mon frère tombent après ce qui semble être une éternité. En réalité, seulement une demi-minute environ s'était écoulée depuis que ses mains étaient entrées en contact avec moi par-dessus mon t-shirt. Ellis me regarde avec un regard de culpabilité et de honte, mais un regard vers son pantalon montra qu'il avait apprécié ce qu'il avait fait à un certain niveau. Je me retourne pour me tenir à côté de lui maintenant, nous regardant tous les deux notre grand-père avec de grands yeux craintifs. Ses vêtements avaient disparu de son corps de cuir bronzé en plein spectacle pour moi pour la centième fois, mais c'était la première expérience d'Ellis dans la débauche et la saleté. Sa bite était à nouveau engorgée épaisse et lourde de sang pompant dessus. "Déshabillez-vous les enfants, il est temps de s'amuser", grogne-t-il, sa main descendant pour caresser de haut en bas le manche. Je cligne des yeux sur le côté et vois qu'Ellis ne bouge pas. Mon souffle se bloque dans ma gorge, mais je sais que soit nous nous soumettons et faisons ce qu'il demande, soit quelque chose de terrible se dirige vers nous. Je me ressaisis et fais du mieux que je peux. "Voudriez-vous s'il vous plaît enlever ma chemise petit frère?" dis-je en écarquillant les yeux et en boudant légèrement les lèvres. Je ne l'aurais jamais appelé ainsi si je n'avais pas joué le rôle, joué la relation incestueuse que je savais que mon grand-père aimait. Ellis se tenait là, toujours figé. Je m'approche de lui et lève mes mains au-dessus de ma tête, lui rendant les choses aussi faciles que possible "Je t'ai toujours voulu aussi Ellis s'il te plait". Je continue comme ça, mes grands-pères souriant du coin de l'œil. Avec une main tremblante, Ellis tend la main et saisit l'ourlet de mon t-shirt serré. J'essaie de garder le sourire sur mon visage malgré ma gêne. Je perds brièvement la vue alors que le t-shirt passe au-dessus de ma tête et quelques instants plus tard, je vois le visage étonné de mon frère alors qu'il se retrouve face à face avec mes seins nus. "Ils sont beaux Freya" souffle-t-il seulement pour recevoir un rire aigu et strident de l'homme nous forçant à faire ça "ces petites choses ne sont pas de la merde comparées à ce qu'il y a sous son short". taquine notre grand-père. Avant que mon propre short ne soit enlevé, j'attrape la chemise boutonnée d'Ellis et je travaille rapidement sur les premiers boutons, mes mains rapides et agiles au fur et à mesure, chaque bouton révélant un peu plus son jeune corps athlétique. Il n'était pas aussi musclé que notre grand-père mais il avait des abdos bien toniques que j'ai rapidement réalisé que j'adorais "tu as un corps si sexy Ellis" je lui chuchote en essayant de garder sa confiance élevée.

Avec nos deux chemises retirées, notre grand-père a fait un tour lent et méthodique autour de nous "si vous allez au gymnase, vous pourriez être tout à fait le goujon" dit-il en mettant son doigt dans la poitrine de mon frère "Je crains qu'une déclaration désobligeante ne vienne à ma rencontre mais ça ne vient jamais. Il revient simplement à sa position de départ, nous exhortant à continuer avec ses yeux.

"Faisons les bas ensemble, ok ?" dis-je en regardant droit dans les yeux de mon frère. Avec un hochement de tête, j'ai sa confirmation et mes mains travaillent sur mon spandex comme un short. Les épluchant le long de mes jambes, révélant un string noir trempé. Au moment où je me retourne vers Ellis, sa bite dure me fixe, son pantalon et son boxer regroupés à ses pieds dont il s'éloigne rapidement. "pathétique" commente mon grand-père tel que nous le voyons. Je mentirais si je disais qu'il avait une taille impressionnante. Ellis avait ce que je décrirais comme l'un des coqs les plus moyens du moment, un peu moins de 6 pouces avec une belle circonférence et une veine profonde qui le traversait. J'ai été surpris de voir qu'il gardait ses poils pubiens soigneusement coupés autour de sa bite et qu'il n'avait presque pas de poils autour de ses couilles à nouveau moyennes. "Je pense que c'est un grand-père adorable", dis-je aussi doucement que possible. Ne voulant rien de plus que traverser cela avec une sorte de relation fraternelle. Je reçois une moquerie en réponse suivie par des mains qui m'attrapent sous les bras par derrière. Je suis soulevé et penché sur le lit, mes jambes restant sur le sol, mon ventre et mes seins collés au matelas. « Cela ne vous dérangera pas si Ellis l'utilise maintenant, n'est-ce pas ? demande-t-il avec joie dans sa voix. Je n'entends rien de mon frère, pas un mot, le seul son qui flotte à mon oreille est le sabordage des pieds lorsque quelqu'un s'aligne derrière moi. Je regarde à côté, un vieux tableau accroché au mur. J'imagine que c'est mon grand-père qui aligne sa bite contre mon entrée, j'étais mouillé malgré la situation alors que la bite s'enfonce en moi. Aucune finesse ou compétence impliquée juste une poussée. Mes larmes commencent à couler rapidement alors que j'entends un doux gémissement, un gémissement juvénile s'échappe des lèvres de l'homme qui me pénétrait. Mes doigts s'enroulent dans les draps et agrippent le linge. Quelques instants après la première poussée, les gémissements de mon frère deviennent de plus en plus forts et je sens son sperme chaud se décharger en moi. Cela n'a pu durer qu'une minute et il était hors de moi. Un bruit sourd derrière moi m'alerte suivi par la sensation de mon grand-père faisant la queue ensuite. Il frotte ses mains le long de mes côtés alors qu'il se presse contre mon trou, dégoulinant de la charge de mon frère. "Je ne prends pas de petites secondes bâclées", gémit-il en déplaçant la tête de sa bite dans mon cul. Personne ne m'avait baisé depuis que grand-père l'avait fait il y a un an et j'étais serré alors qu'il poussait sa grosse bite devant mon anneau et dans mes intestins. J'enfouis ma tête dans les couvertures, les larmes secouant mon corps. Il se penche et me tient par la nuque, me saisissant et me tirant vers le haut, mon dos se pliant alors qu'il me tire vers le haut, me contrôlant entièrement alors qu'il baise mon endroit le plus privé. "Toujours été une si bonne pute Freya, tu as tes bébés frères en toi, peut-être une autre fille pour moi" ses mots m'ont rendu malade, avec la douleur que je ressentais. Je regarde sur le côté et vois Ellis se précipiter dans le couloir, un regard honteux sur le visage alors qu'il me laisse à mon calvaire.

Sa bite m'a étiré à ma limite alors qu'il se contentait de pousser et de sortir, son corps poilu en sueur contre mon dos. il n'y avait aucun plaisir là-bas pour moi car il m'a pris comme un animal sauvage, j'ai dardé mon doigt vers le bas et j'ai essayé de me frotter seulement pour le sentir tirer mon bras en arrière « salope stupide… tu ne mérites pas ça » il grogne avant de me jeter vers l'avant sur le lit. Je me retourne sur le dos seulement pour le sentir saisir ma cheville et me tirer vers lui. Je ne me bats pas et ne lutte pas alors qu'il se remet à nouveau avec mon cul tremblant. Il jette mes jambes sur ses épaules et entre. La douleur a diminué maintenant, mon corps s'habituant à l'intrusion. Il regardait mes seins, mon ventre et enfin mes yeux. "tu es ma petite fille Freya ne l'oublie jamais" dit-il avant de poser sa main plate sur mon sein gauche. Je hurle de douleur avant qu'un autre coup ne pleuve, maintes et maintes fois ses mains claquent contre mes seins et mon ventre, la chair passant du blanc au rose au bleu à certains endroits, tout en baisant mon pauvre cul à cru. « Prends ta punition comme une grande fille » haleta-t-il, une goutte de sueur coulant de son nez sur mon visage. Je sanglotais sauvagement maintenant. J'ai toujours su qu'il en était capable; ce n'était même pas la pire douleur que j'ai dû endurer de sa part, mais je me sentais sale cette fois, j'avais l'impression que c'était de ma faute… à bien des égards, ça l'était.

Ellis pov

J'étais assis juste à l'extérieur de la chambre ; Je pouvais tout entendre. Le vieux lit rebondit à chaque poussée, les mots sales de mon grand-père et mes pauvres sœurs hurlent de douleur. C'était faux, tout était faux. Je ne voulais pas que tout cela se passe ainsi. Des pensées me traversent l'esprit. Tout était de sa faute, il avait transformé Freya en monstre. Je me lève lentement et vois le dos de mon grand-père ; Les pieds de Freya reposent de chaque côté de sa tête alors qu'à chaque fois, il pose ses mains sur son corps élancé. Je me sens de plus en plus en colère alors que je me faufile dans les escaliers et dans le salon. J'attrape la première chose lourde que je vois. Un vase qui semble assez proche du neuf. Je remonte les escaliers en douce et j'entends mon grand-père. « Je vais élever ce bébé bien et proprement avec toi Freya ». Mes joues brûlent et je pousse dans la pièce, je ne lui laisse pas le temps de réagir, je brise le vase sur sa tête et regarde son corps tomber au sol, sa bite tirée du cul de ma sœur alors qu'elle crie . Alors que le vase s'écrasait contre sa tête, une fine poussière grise se répandit sur lui, recouvrant maintenant son corps nu. « Freya… Moi aussi, il te faisait mal. Ma sœur me regarde pendant quelques instants avant de prendre ma main et de me prendre dans ses bras, son corps nu doux contre le mien, l'étreinte alors que nous nous effondrons tous les deux dans les bras l'un de l'autre…

L'épilogue de Freya

Nous avions remis à notre grand-père les vêtements qu'il portait. Nous avons porté le corps jusqu'au bord de l'escalier, je l'ai tenu par les pieds, Ellis avait ses épaules dans ses bras. Je fais signe de la tête à Ellis et nous le lâchons tous les deux. Son corps dégringole dans les escaliers, s'arrêtant étendu en bas. Son corps dans une position similaire à la façon dont mes grands-mères avaient été retrouvées. Mes yeux trouvent mes frères et je lui souris faiblement. Ses yeux se détournent et il me dépasse. Je l'ai laissé partir, il avait besoin de temps je me suis dit. Cela n'avait pas trop d'importance lorsque j'ai décroché mon téléphone et composé le 999. "Bonjour ? S'il vous plaît, j'ai besoin d'une ambulance ! Mes grands-pères sont tombés dans les escaliers ! Je feins un cri et une panique dans ma voix alors que la femme qui reçoit tente de me calmer. Je souris tout en jouant. Agir comme la bonne petite-fille.

Épilogue d'Ellis

Cela faisait deux semaines depuis les funérailles. Je n'ai pas pleuré le monstre; J'ai été un peu battu. J'étais un meurtrier après tout. Je n'avais pas vraiment pu regarder Freya depuis ce qui s'était passé. On avait baisé, on avait été forcé aussi mais j'adorais ça, je l'aimais. Je l'aimais plus qu'un frère ne devrait aimer sa sœur. L'eau de la douche ruisselle dans mon dos alors que je ferme les yeux et pose ma tête sur le mur carrelé. Trop de pensées me traversent l'esprit. J'étais bien sûr dur comme un roc car je me souviens de la sensation d'elle, des sons qu'elle avait émis, même de son odeur à l'époque. Je ne vois pas la porte de la douche derrière moi ouverte. Je sais seulement qu'elle est là quand je sens ses seins dans mon dos. ses mains douces s'étendant autour de moi pour me caresser. Je veux lui dire d'arrêter, lui dire que c'est mal mais ça l'aidait à faire face. C'est comme ça que je me le justifiais en tout cas.

Articles similaires

Le voyage de Sandra Chapitre 2

Constamment maltraitée, Sandra s'était installée dans une vie de servitude. Son humiliation fut complète lorsqu'elle fut initiée à la bestialité. Mais loin d'être déshonorée, elle a découvert qu'elle appréciait ce qu'elle obtenait d'un animal qu'elle n'avait obtenu d'aucun homme - une longue bite. Désormais « vendue », elle attendait son nouveau Maître. Embarquée dans la voiture de Paul, elle a été informée qu'elle lui appartenait désormais. Assise sur le siège arrière avec Tyson, elle a tapoté son nouvel animal de compagnie. Tu as parfaitement performé ce soir mademoiselle dit Paul en rentrant chez lui Je pense qu'il y a une mine...

0 Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.2K Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

1.1K Des vues

Likes 0

Travail préparatoire

J'ai changé les noms, évidemment. Autre que ça... J'avais environ neuf ans quand j'ai découvert que rester debout dans ma chambre avec mon pantalon autour de mes chevilles et me répéter encore et encore le nom de Linda Reed (la très jolie fille blonde de la classe de Miss Jones) avait le curieux effet de rendre mon pénis s'allonger et durcir. Je venais d'avoir dix ans quand j'ai compris que si je prononçais le nom de Linda pour durcir mon pénis, puis que je frottais sa peau de haut en bas, les choses là-bas commençaient à se sentir vraiment bien. Environ...

1.2K Des vues

Likes 0

Paul, sa tante et sa cousine Becky

Je ne l'ai jamais mesuré, mais je pouvais mettre mes deux mains autour de mon érection et la tête sortait toujours. Mes doigts ne se sont pas touchés lorsqu'ils ont atteint ma bite. Je pouvais dire en regardant les autres gars se doucher après les entraînements d'équipe que j'avais une grosse bite. Quand je bandais à l'école, je pouvais voir des filles et des enseignantes regarder le renflement de mon pantalon. Cela m'a fait du bien. Par une chaude journée d'été, je nageais dans notre piscine. J'étais seul à la maison et ça faisait du bien de nager nu alors mon...

1.5K Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

866 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

745 Des vues

Likes 0

Faire la fête

En fouillant dans mes vêtements, je m'installe sur une robe noire moulante qui exprime bien mes courbes. Mes gros bonnets ronds B sont calés sur le bord de la robe alors que mes fesses ressortent, ce qui la fait paraître ronde. Mon copain m'a dit que ce soir on serait sauvage et qu'on s'habillerait en extra salope. Je ne sais jamais ce qu'il a en tête, il me surprend toujours avec des choses. Qu'il s'agisse d'événements ou de cadeaux, il a de l'imagination. Je me demande comment une partie de cela ne l'a pas fait envoyer en prison avec ce qu'il...

967 Des vues

Likes 0

Jour de ma vie...

C'est ma premiere histoire. Alors, s'il vous plaît, laissez-moi un peu de mou. Si je ne fais pas le bien, je comprends. Merci si vous avez choisi de lire cette histoire... Je m'appelle Matthew Colister et je mesure 5' 11 . J'ai 15 ans et la plupart des gens me disent que je suis vraiment grand pour mon âge. Ce n'est pas la seule chose cependant. J'ai une longue queue qui mesure 4 pouces boiter et 8 pouces quand c'est dur. Je n'ai jamais eu de véritable expérience sexuelle sauf avec ma main, mais tout cela a changé quand j'ai rencontré...

40 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

27 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.