Juste un trajet en bus ... Honnête 4

122Report
Juste un trajet en bus ... Honnête 4

Mon corps s'est mis à s'agiter, morceau par morceau, mon cerveau a relancé tous les interrupteurs, même si ce sont mes oreilles qui se sont allumées en premier, et voici ce que j'ai entendu : « ... écoutez, je suis désolé, mais nous pouvons Je ne le maintiens pas sous assistance respiratoire pour toujours, madame, je suis désolé, mais si nous ne voyons aucun rétablissement dans les prochaines 48 heures, nous devons l'éteindre et accepter qu'il soit mort. Je suis désolé, vraiment je le suis. Dit quelqu'un à ma gauche. "Ce qu'il n'a fait que pendant 2 jours, et vous le comptez déjà !" cria quelqu'un.
"Non monsieur, votre fils a une chance de survivre sans lui, aussi mince soit-il, et nous avons désespérément besoin de sa machine pour ceux qui ne peuvent pas." Dit un autre. C'était des conneries ! Personne ne m'a éteint, j'ai essayé de dire "Qu'est-ce que tu dis, imbécile", tu sais pour essayer de rendre le truc du "revenir d'entre les morts" un peu plus drôle, mais rien ne s'est passé. Alors j'ai essayé de jeter mes bras, mais rien ne s'est passé, je commençais à paniquer, puis j'ai pensé que cela pourrait être une bonne idée, faire augmenter mon rythme cardiaque pourrait être un code secret du médecin pour 'Je suis vivant, non tue-moi!'.

Bien sûr, je n'ai pas pu paniquer correctement en sachant que paniquer était mon plan, c'est comme essayer de se chatouiller. "Plaisir" sans fin. "Fils, si tu m'entends, alors je veux juste savoir... à quel point c'est cliché." Dit mon père sérieusement
"Écoute, s'il te plaît, fais-le fils, ta mère et moi t'aimons, Louise et Dan attendent avec nous depuis deux jours, Louise ne te quitte pas à moins qu'elle ne le doive, Dan a continué à vérifier et à faire beaucoup de pas. .”
Je savais qu'ils ne pensaient pas que je pouvais les entendre, mais j'ai adoré qu'ils me parlent, et j'ai été touché que Louise et Dan ne m'abandonnent pas, ils étaient à mes côtés. J'ai aussi remarqué qu'ils ne mentionnaient pas Emily, était-elle là, est-ce que quelque chose lui est arrivé aussi ?
Mais il y avait quelque chose en elle, une raison pour ne pas l'aimer, mais... était-ce... est-ce qu'elle... nah ne peut pas être... elle n'était pas une travestie, n'est-ce pas ? Ah putain j'ai pensé, ça n'aura pas beaucoup d'importance pour le moment de toute façon.

Je me sentais fatigué, comme si je venais de passer des heures à écrire une partie 3.5 d'une histoire au petit matin parce que j'avais oublié de la sauvegarder. Un étrange type unique de fatigué.

C'est alors que j'ai entendu une voix venant de la direction que j'espérais être la porte. "Est-ce que ça va si je m'assois avec lui monsieur?" dit la voix. Ce devait être Louise, une voix aussi douce qu'un luth. « Ouais bien sûr, je dois aller trouver sa mère de toute façon. Parlez-lui, il pourrait avoir besoin de compagnie. dit mon père en partant. "Hey Ralph bébé, tu m'entends?" dit Louise avec une pointe d'inquiétude mais aussi d'espoir, comme si une partie d'elle savait que je le pouvais. "Tu sais que tu me fais manquer l'université pour toi, n'est-ce pas ?" dit-elle en plaisantant, elle soupira pour elle-même et marmonna quelque chose. "juste dommage qu'Emily soit trop occupée à baiser son petit ami pour venir te voir hein ?" Dit-elle en toussant d'émotion, je voulais tendre la main et la tenir, lui dire que j'allais bien et que j'étais là pour l'aider, ce qui, soyons honnêtes ; c'est ce que tout le monde voulait. « MERDE RALPH, RÉVEILLE-TOI S'IL-TE-plaît RÉVEILLE-TOI, RÉVEILLE-TOI, réveille-toi….réveille-toi » cria-t-elle dans mon épaule tout en frappant légèrement ma jambe rapidement, je pouvais sentir ses larmes mouiller ma peau. J'ai tout essayé, le mouvement, la parole, même me mouiller, n'importe quoi. Je soupirai mentalement, mais je pris espoir dans le fait que j'avais retrouvé mon sens du toucher ainsi que l'ouïe et l'odorat. Je ne suis pas sûr du goût, personne n'avait encore mis quoi que ce soit dans ma bouche... donnez-leur le temps...

Dan avait dû retourner chez lui, ses parents s'inquiétaient qu'il passe trop de temps à l'hôpital, mais quand il a expliqué à quel point il se sentait mal, ils ont vite compris, ils lui ont dit qu'ils le reconduiraient le lendemain. matin, et aussi expliquer au collège ce qui se passait. Dan était reconnaissant de ne pas avoir eu de parents comme Ralphs, qui étaient l'une des seules raisons pour lesquelles il avait accepté de partir, même si son père semblait appeler, il n'avait aucune idée de la façon dont l'un d'eux pouvait supporter d'être autour de sa mère, elle se promenait comme si les voies mondaines n'étaient qu'un inconvénient pour son autorité, elle pensait vraiment que tout et tout ce qu'elle voulait devait être réalisé ainsi. Elle avait même exigé que Dan parte une heure ou deux parce qu'elle n'aimait pas son ombre. Ce qui était un peu extrême pour Dan, alors qu'il partait, il regarda derrière lui son ombre, pensant "C'est une ombre putain, une ombre... qu'est-ce que c'est que ce bordel...." Et le voilà chez lui au lit avec un tasse de thé alors que son ami était mort ou mourant. Quel grand ami il était, "Je le connais depuis deux jours et je l'ai déjà hospitalisé." dit Dan à haute voix. Il voulait juste être de retour à l'hôpital. Une première parmi la plupart des gens.

Emily était furieuse, elle était restée assise dans la salle d'attente A pendant 6 heures avant d'en avoir assez, elle est sortie de l'hôpital en trombe et est allée chercher son petit ami, pas avant d'avoir donné à quelques gars une bonne vue de son cul alors qu'elle se penchait pour ramasser quelque chose. Elle allait tuer qui avait jamais eu les téléphones de Ralph, pensant qu'elle savait que ce devait être Louise, elle devait avoir vu le texto qu'elle avait envoyé pour essayer de se sortir du retard, ce qui était maintenant correct. Elle savait qu'ils finiraient par se battre, mais elle voulait sortir avec les sympathies de Ralph. Emily riait d'elle-même, cela avait commencé alors qu'Emily essayait juste d'obtenir un autre jouet pour garçon, mais maintenant c'était personnel et elle allait gagner.

J'avais recommencé à reprendre le contrôle de mes muscles, je ne m'en suis pas rendu compte pendant longtemps car je ne me suis plus donné la peine d'essayer car les neuf mille fois passées n'avaient pas fonctionné, ce n'est que lorsque j'ai pu voir correctement était J'ai pu remarquer que mes yeux bougeaient, j'ai regardé autour mais je ne pouvais voir que le toit alors j'ai soigneusement tendu le cou pour voir Louise avec sa tête sur le bord de mon lit, endormie. J'ai pensé à l'appeler par son nom pour la réveiller, pour voir si je pouvais parler, alors j'ai toussé bruyamment, convaincu que je n'allais pas me faire passer pour un vrai connard, j'ai appelé le nom de Louise, jusqu'à ce qu'elle commence à s'agiter. « OH mon dieu RALPH ! VOUS PARLEZ... ET VOUS BOUGEZ ET... OH MON DIEU » Elle a pratiquement crié, elle a tendu la main en prenant ma tête entre ses mains, elle m'a embrassé sur les lèvres, mais seulement brièvement avant de s'enfuir pour le dire à TOUT LE MONDE. J'ai eu une sensation étrange quand elle m'a embrassé, comme un ja vu. Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour y réfléchir avant que les infirmières et les médecins ne commencent à venir me voir. Je jure qu'ils n'avaient pas besoin de la plupart des gens, mais qui étais-je pour leur dire comment faire leur travail ? Après quelques heures ou jargon médical. J'étais prêt à rencontrer mon public, bien que les médecins se soient fortement disputés avec moi pour utiliser un fauteuil roulant, je leur avais dit que je voulais des béquilles, je ne voulais pas devenir les gars du fauteuil roulant de l'université, donc après une autre heure de cours de maître sur les béquilles, je allait être libre. En pensant à ce que j'allais dire, devrais-je essayer d'être drôle ? Je n'ai pas eu beaucoup de temps pour y penser avant que les infirmières n'ouvrent les portes pour que je puisse y aller.

J'ai entendu le halètement et j'ai senti la tension monter dans la pièce, j'ai décidé de ne pas en faire un jeu télévisé et je me suis dépêché de les saluer. « RALPH, mon fils. Votre bien! Dieu merci, ne t'enfuis plus jamais comme ça ! Je savais que ça devait être ma mère. "Salut maman, je t'aime aussi" dis-je, souhaitant un peu ne pas m'être réveillé. "Où est papa?" "Il est parti me chercher quelque chose à manger." Mère répondit calmement. "Oh et ce gentil garçon Dan est sur le chemin du retour maintenant, ses parents l'ont fait rentrer à la maison, bon parent je pense." Elle a fini. J'avais oublié Dan, ma tête était juste pleine de Louise et Emily. J'ai regardé autour de moi et j'ai vu Louise sur la chaise dans le coin, en train de dormir. Je n'ai pas eu le cœur de la réveiller, alors quand maman est partie chercher et donner une raclée à papa pour ne pas être là. J'ai pris le moment de regarder Louise, Elle mesurait environ 5 pieds 4", donc à peu près ma taille, le visage d'un ange, Même ses yeux fermés étaient magnifiques. Ses cheveux cramoisis coulant le long de son cou et sur son épaule, alors que je regardais, j'ai commencé à avoir une autre sensation de ja vu, j'ai tendu la main et repoussé une mèche de cheveux évadée qui couvrait une partie de son visage. Pendant que je le faisais, elle a commencé à se réveiller, elle a levé les yeux, forçant ma main à la caresser doucement, j'ai eu l'impression qu'un éclair d'électricité l'avait traversé au bout de mes doigts, dans mon cerveau et mes reins. J'étais captivé par elle, je ne pouvais pas bouger, j'étais enfermé là, fixant cet ange, "Bonjour magnifique" ai-je dit quand elle a verrouillé les yeux sur moi, elle a souri si fort que j'ai eu l'impression que son visage s'était fissuré. Elle cligna rapidement des yeux et commença à dire quelque chose avant que je ne caresse de nouveau mon pouce sur sa joue, la faisant bégayer. J'ai craqué un sourire à ce "Hey beau, tu ferais mieux alors" dit-elle toujours sans rompre le contact visuel, ses yeux étaient magnifiques, noisette et sans fin, on pouvait les regarder pendant des heures, voire des jours. "Je sais que c'est une mauvaise question, mais où est Emily?" J'ai demandé, connaissant cette réponse, mais je voulais savoir ce qu'elle ferait. "Elle était trop occupée à baiser son petit ami que de venir voir si tu allais bien" dit-elle doucement, en me le chuchotant à l'oreille, Mon point de vue sur Emily, avait complètement vénéré depuis que j'ai vérifié son facebook, elle n'était qu'une autre salope, enfin au moins à mon avis, Louise d'un autre côté, semblait être parfaite, je lui ai dit en pensant que c'était un aussi bon moment que n'importe quel autre. "Non, je ne le suis pas, loin de là, mais merci Ralph, ça veut dire beaucoup de savoir que tu penses ça." Elle répondit, sachant ce qu'elle avait fait à Emily. Elle devenait de plus en plus coupable de tout ça. "Est-ce qu'une fille pas parfaite serait restée à mes côtés ?" ai-je demandé rhétoriquement. Étant un gentleman, je l'ai aidée à se tenir debout. Elle a commencé à jouer avec le devant de ma veste distraitement. "Oh Ralph, tu es un tel gentleman, n'est-ce pas, je parie que tu as toutes les filles" dit-elle d'un ton taquin, nous savions tous les deux que les gentils gars n'avaient jamais de filles. Elle a lentement enroulé ses bras autour de mon cou, même si étant en béquilles, je pouvais simplement rester là et en profiter. Nous avons de nouveau croisé les yeux, il y avait quelque chose en elle, nous nous connections d'une manière ou d'une autre, elle m'a fait me sentir complet, a rempli cet ensemble que ma mère avait gardé vide aussi longtemps que possible.


Nous nous sommes regardés dans les yeux pendant une minute, je savais que nous allions nous embrasser, vraiment nous embrasser. J'ai recommencé à penser, je n'avais jamais vraiment embrassé auparavant, qu'est-ce que je suis censé faire, est-ce que je devais faire quelque chose ? Alors que nos têtes étaient sur le point de se connecter, nous pouvions entendre les gémissements sonores de ma mère venant du couloir. Maudissant le timing, nous nous sommes séparés en sachant qu'il y aurait un enfer à payer si ma mère nous attrapait. Louise s'est retournée et m'a souri et m'a dit « plus tard ». Je souris en retour et me tournai pour voir qui d'autre était arrivé. C'était maman papa et Dan. "Hey papa, comment vas-tu ?" J'ai demandé en offrant ma main à serrer, je ne pouvais pas gérer un câlin, mes côtes étaient douloureuses. « Bien mieux que ton fils ! Bienvenue à nouveau », a-t-il dit en me prenant la main et en la serrant. "Hey Ralph" a dit tranquillement Dan quand mon père s'est éloigné. "Hey Dan mon pote, regarde merci de t'être occupé de moi et de tout, tu es un vrai ami. Merci." dis-je en levant à nouveau la main. "Ouais, merci Ralphs, je pensais que tu pourrais me détester ou quelque chose comme ça, juste content que tu sois en vie cependant." Dit Dan avec un gros soupir. Me prenant fermement la main. Pourquoi le détesterais-je ? Mais je ne voulais pas mais j'y ai beaucoup réfléchi, alors j'ai fait bouger le ballon. "Sortons d'ici." J'ai dit.


J'ai laissé tout le monde passer devant moi pour pouvoir "marcher" à côté de Louise. « Re-bonjour mon beau » dit-elle joyeusement. J'ai souri en retour pour obtenir et dit. "Hé, tu es belle, c'est moi qui suis laide ici" nous avons rigolé, elle a enroulé doucement son bras autour du mien. « Un tel charmeur n'est-ce pas ? dit-elle puis se tut un instant. « Qu'est-ce qu'on va faire pour Emily ? » Elle a demandé. "Honnêtement, je n'avais pas encore pensé à elle. Je pensais vraiment à toi. Sachant que c'était la BONNE réponse. Elle gloussa à nouveau. "Oui, mais nous devons faire quelque chose, ce qu'elle a fait était mal et elle doit le savoir." Dit-elle en incitant ma colère envers Emily à augmenter. "Tu es sûr que se présenter à l'arrêt de bus dans les bras l'un de l'autre n'est pas suffisant ?" J'ai demandé, je n'avais jamais été méchant avec personne auparavant, et je n'aimais pas l'idée de changer ça, mais bon. Je ferais n'importe quoi pour Louise.

« PAS UNE CHANCE » dit-elle lentement.


-------------------------------------------------- -------------------

Hé les gars, encore une fois désolé de m'être endormi , j'allais continuer avec une partie mais j'ai pensé pourquoi ne pas vous laisser choisir comment cela continue ? Alors envoyez-moi un MP ou un commentaire sur la façon dont Ralph et Louise devraient «se venger» d'Emily. merci les gars d'être si patients <3 vous tous

Articles similaires

Le voyage de Sandra Chapitre 2

Constamment maltraitée, Sandra s'était installée dans une vie de servitude. Son humiliation fut complète lorsqu'elle fut initiée à la bestialité. Mais loin d'être déshonorée, elle a découvert qu'elle appréciait ce qu'elle obtenait d'un animal qu'elle n'avait obtenu d'aucun homme - une longue bite. Désormais « vendue », elle attendait son nouveau Maître. Embarquée dans la voiture de Paul, elle a été informée qu'elle lui appartenait désormais. Assise sur le siège arrière avec Tyson, elle a tapoté son nouvel animal de compagnie. Tu as parfaitement performé ce soir mademoiselle dit Paul en rentrant chez lui Je pense qu'il y a une mine...

0 Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

865 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

744 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

26 Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.2K Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

1.1K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

1K Des vues

Likes 0

Maman aime regarder

Maman aimait regarder Je pense que maman était un peu jalouse de moi et de mes frères, quand elle le pouvait, elle nous regardait baiser à la piscine dans le salon. Elle était un peu en surpoids, mais avait des seins énormes, pas un mauvais cul. Je savais que Billy en recevait de maman. Je l'entendais marcher dans le couloir, puis l'entendre aller dans la chambre de sa mère, puis sortir en douce une heure plus tard. Un jour d'été, Bob et moi nageions dans la piscine. Au début, nous avions tous les deux nos maillots de bain. Mais ensuite, il...

957 Des vues

Likes 0

Travail préparatoire

J'ai changé les noms, évidemment. Autre que ça... J'avais environ neuf ans quand j'ai découvert que rester debout dans ma chambre avec mon pantalon autour de mes chevilles et me répéter encore et encore le nom de Linda Reed (la très jolie fille blonde de la classe de Miss Jones) avait le curieux effet de rendre mon pénis s'allonger et durcir. Je venais d'avoir dix ans quand j'ai compris que si je prononçais le nom de Linda pour durcir mon pénis, puis que je frottais sa peau de haut en bas, les choses là-bas commençaient à se sentir vraiment bien. Environ...

1.2K Des vues

Likes 0

Paul, sa tante et sa cousine Becky

Je ne l'ai jamais mesuré, mais je pouvais mettre mes deux mains autour de mon érection et la tête sortait toujours. Mes doigts ne se sont pas touchés lorsqu'ils ont atteint ma bite. Je pouvais dire en regardant les autres gars se doucher après les entraînements d'équipe que j'avais une grosse bite. Quand je bandais à l'école, je pouvais voir des filles et des enseignantes regarder le renflement de mon pantalon. Cela m'a fait du bien. Par une chaude journée d'été, je nageais dans notre piscine. J'étais seul à la maison et ça faisait du bien de nager nu alors mon...

1.5K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.