Le week-end (partie 2)

1.1KReport
Le week-end (partie 2)

Deuxième partie de ma première histoire. C'est mon premier essai, alors pardonnez toute erreur ou mésaventure. Ce chapitre, les choses deviennent intéressantes ! Si l'inceste n'est pas votre truc, ne lisez pas la suite.

Chapitre 2 : Mauvaise conduite.


Je montai à l'étage, mes parents venant de partir. "Eh bien, si je suis coincé ici, je vais juste devoir me défoncer." pensai-je en souriant alors que je faisais deux pas à la fois. Alors que j'arrivais en haut des escaliers, Danielle sortait de sa chambre. Elle était habillée pour sortir. Je n'ai pas pu m'empêcher de penser "Merde". Elle portait une petite chemise serrée qui étreignait ses seins, laissant son ventre exposé. Son short était bien. Court, c'est le moins qu'on puisse dire. Ils allaient parfaitement à son cul, c'était presque comme s'ils étaient peints sur elle. Je pouvais voir les ficelles de son maillot de bain sortir des côtés de son short, et il n'a pas fallu une seconde pour deviner où elle pensait qu'elle allait. La plage.

"Aller quelque part?" demandai-je en m'arrêtant devant elle. "Ouais." dit-elle, faisant un pas vers la droite en essayant de passer devant moi. J'ai bloqué son chemin. « Je vais à la plage avec mes amis, d'accord ? Dit-elle, s'écartant à nouveau, seulement pour que je la bloque à nouveau.
"Désolé, je ne peux pas te laisser partir Dani." dis-je en fronçant les sourcils. "Personne ne vient, personne ne part. Nous sommes à peu près en confinement." Elle se moqua, s'avançant sur le côté en gémissant alors que je la bloquais à nouveau. "Allez, ils ne sauront pas si je pars." dit-elle en se penchant sur le côté, en plaçant une main sur sa hanche.
"C'est vrai, mais s'ils appellent et que tu n'es pas là pour leur parler, alors quoi ?" J'ai demandé, et elle a piétiné. « Ugh ! Peu importe, comme s'ils allaient appeler ! J'ai roulé des yeux. "Tu penses que je veux être coincé ici avec toi non plus ? Je dois annuler un rendez-vous parce que tu as dû aller te faire punir en te faufilant pour aller sucer la bite d'Andy."

Elle m'a donné un coup de poing dans le bras. "Va te faire foutre Jr !" Cria-t-elle, essayant à nouveau de me dépasser et grognant de frustration quand je ne la laissais pas passer. Elle commençait à me taper sur les nerfs, d'être un tel gamin à ce sujet. Et elle savait que je détestais ça quand elle m'appelait Jr.
"Écoute, si tu pars, je vais devoir appeler les loyers. Autant je déteste devoir jouer au vif d'or, autant je ne mets pas mon cul en jeu pour que tu puisses passer un bon moment quand j'ai dû donner mes plans. Ouais, ça craint. Tu sais ce que je fais à ce sujet ? » dis-je en passant devant elle dans ma chambre. "Je fume de la putain d'herbe. Fais ce que tu as à faire, mais sache que si tu pars, c'est comme ça."

Je fermai ma porte, l'entendant gémir et gémir pendant une minute, suivi du claquement de sa porte. Bien, elle n'allait plus être un problème. J'avais une bonne quantité d'herbe, un accès à Internet et une maison libre de personnes dont j'avais besoin pour agir sobrement. Le week-end au moins était prometteur.

J'ai pris un certain temps pour me rouler un joint, la version cigare d'un joint, attraper mes écouteurs et mon Ipod, descendre les escaliers et sortir dans notre salle de cinéma. Pas besoin de puer à nouveau la maison. Je me suis assis sur l'une des chaises que nous avions autour de la table de la salle des moustiquaires, regardant notre jardin. Je l'ai déclenché, en tirant quelques bouffées, avant de mettre mes écouteurs et d'écouter du marley comme un stéréotype approprié le devrait. Je me suis assis, fumant, fermant les yeux et vibrant au rythme de la musique. Je commençais à peine à avoir un sillon quand j'ai senti une main taper sur mon épaule. J'ai paniqué, lâchant le joint et me retournant pour trouver Danielle debout là. Elle avait changé de pantalon, passant d'un short court révélant sa jambe à un pantalon de survêtement, signalant son intention de rester au moins. "Jésus." J'ai dit. "Tu m'as foutu la trouille." dis-je en retirant mes écouteurs, me penchant pour ramasser le joint qui brûlait encore sur le sol.
"J'ai dit ton nom quatre fois mais tu ne pouvais pas m'entendre. En plus, tes yeux étaient fermés."

"D'accord, peu importe." dis-je en prenant une bouffée, en soufflant la fumée loin d'elle. "Eh bien, quoi?" ai-je demandé sans ambages. (Haha, jeux de mots.) Elle se mordit la lèvre, me regardant avec les mêmes yeux bleus perçants que j'avais. « Eh bien, en fait… je voulais un peu savoir si je pouvais… tu sais. dit-elle en désignant le joint fumant. Cela m'a pris au dépourvu et j'ai ri. "Quoi, tu veux fumer ?"
Elle sourit, continuant à se mordre la lèvre, hochant un peu la tête. J'ai ri un peu en réfléchissant. « Qu'est-ce que ça m'apporte ? Tu n'as pas participé à ça, après tout. dis-je en haussant un sourcil. « Je ne sais pas, je vais… cuisiner pour toi, ou quelque chose comme ça. Tu n'as pas faim en fumant ce truc ?

Elle avait raison. Elle ne savait pas que j'avais de l'argent pour la pizza, et c'est 40 dollars que je pourrais peut-être garder pour moi. Une petite revanche pour un week-end gâché. J'ai souris. "Accord." J'ai tendu le joint qu'elle m'a pris avec précaution. Je la regardai, amusée, alors qu'elle le portait à ses lèvres. Ces doux, moelleux, embrassables... Attendez, à quoi je pensais ? Je secouai la tête, vidant mon esprit de ces pensées perverses alors qu'elle s'étouffait avec la fumée, toussant après avoir pris une énorme bouffée.
Je ris de son inexpérience. "Ralentissez là, Snoop dogg." la taquinai-je, prenant le joint qu'elle avait tendu alors qu'elle cracha une tempête. « Tu n'as jamais fumé, hein ? demandai-je en prenant une bouffée, attendant sa réponse. Elle se calma en secouant la tête. « Non. C'est ma première fois. dit-elle en s'asseyant sur la chaise la plus proche de la mienne. "Wow. Préparez-vous à quitter l'orbite, gamin." dis-je en souriant, prenant une autre bouffée et la lui rendant.

Nous l'avons fumé, et je pouvais voir qu'elle le ressentait vraiment. "Comment c'est?" demandai-je en lui souriant alors qu'elle regardait lentement autour d'elle. "C'est merveilleux." dit-elle en me souriant. C'était le sourire le plus grand, le plus stupide et le plus sincère que j'avais vu d'elle depuis un moment. Je ne pouvais pas m'empêcher de penser que, quand elle ne m'ennuyait pas, elle n'était pas si mal à avoir autour. Je secouai la tête et ris, ce qui provoqua sa propre crise de rire.
Après que nos gros culs se soient assis et aient ri pour rien pendant les cinq minutes suivantes, nous avons décidé de nous diriger vers l'intérieur. "Pas étonnant que tu fumes tout le temps, c'est super." Dit-elle en se laissant tomber sur le canapé alors que nous nous dirigions vers le salon. Je me suis assis à côté d'elle, alors qu'elle était allongée les yeux fermés. Dieu, pourquoi devais-je trouver ma sœur si sexy ? Le simple fait de la regarder ici commençait à avoir un effet sur moi. "C'est juste waouh." Elle continua en s'asseyant. "Ouais, c'est de la bonne merde. Ce n'est pas toujours aussi bon, tu sais."

Je soupirai, la peau de mes sœurs exposées me faisant penser à quel point c'était frustrant d'avoir à annuler mon rendez-vous avec Melissa. "Quoi de neuf?" demanda Danielle en hochant la tête. "Eh bien.." J'ai commencé. "J'ai dû annuler certains plans avec cette fille, et j'étais à peu près sûr que j'allais avoir de la chance ce soir. Et ça craint, parce que bon. Tu sais." dis-je en la regardant. Elle roula des yeux. « C'est tout ce à quoi vous pensez les gars ? Pas, oh, c'est sympa de sortir avec une fille que j'aime ? Juste, oh, hey, je pourrais me faire baiser ? "Ouais assez bien." Nous avons tous les deux ri. "Un tel pervers." dit-elle en secouant la tête. "Oh, ouais, comme si tu étais une sainte. Madame, j'ai-un-énorme-gode-noir-dans-mon-tiroir."

Ses yeux s'ouvrirent de surprise. "Comment savez-vous cela?" Demanda-t-elle choquée. J'ai cligné des yeux, puis j'ai éclaté de rire. "Je ne savais pas merde ! Tu as vraiment un gros gode noir ?" demandai-je étonné. J'avais vérifié ma sœur avant, mais je n'avais jamais vraiment pensé à elle d'une manière trop sexuelle. Mais la pensée de ma sœur, les jambes écartées, enfonçant un gros gode noir dans son sexe humide m'a traversé l'esprit à ce moment précis, ayant une réaction rapide et apparente. Elle rougit furieusement, bégayant dans sa réponse.
"N-Non, je plaisantais !" Elle essaya, baissant la tête sachant à quel point ça sonnait nul. "D'accord, alors, ouais, j'ai un gode. Et alors !" J'ai été surpris. « Où diable as-tu trouvé un gode ? » demandai-je, curieux. "Je l'ai eu d'une amie, son petit ami a 19 ans et lui en a acheté quelques-uns et elle m'en a laissé un." J'ai été choqué de voir à quel point elle était ouverte à ce sujet. Ça devait être le « merde » dans son système, grâce à ce franc.

"Oh." dis-je, simplement. Un silence gêné. Je n'arrivais pas à me sortir de la tête l'idée que ma sœur se masturbait avec un gode. Je l'ai regardée, elle rougissait, visiblement embarrassée par la suite de la conversation. Mes yeux se sont penchés sur sa forme, sa petite taille, ses gros seins. Juste comme ça, je savais que je devais l'avoir. J'allais baiser ma soeur ce week-end.

"De toute façon." dit-elle en se levant. "J'ai sommeil. Je vais aller faire une sieste." Dit-elle, se dirigeant vers les escaliers, les montant rapidement. Je l'ai regardée tout le temps, jusqu'à ce qu'elle soit hors de vue. "Ouah." dis-je à haute voix, mes soudaines pensées sexuelles me submergeant. Est-ce que je voulais vraiment ça, ou étais-je juste refoulé ? Ouais, peut-être que je devrais juste aller me branler, alors je me calmerai. Je me suis dirigé vers les escaliers, les escaladant rapidement, ma bite déjà solide. Ma sœur était la seule chose qui me préoccupait, et je savais qu'il ne me faudrait que quelques minutes en pensant à elle pour finir. Je me dirigeais vers ma chambre et j'ai entendu la télé de Dani. C'était étrange, elle ne dormait jamais avec sa télévision allumée, car cela la maintenait éveillée. Je me suis approché, entendant ce que j'ai d'abord pensé être la télé.

"..mm. Tellement bon !-" Mes yeux se sont ouverts. Ça ressemblait à Danielle ! Je collai rapidement mon oreille contre la porte. Effectivement, j'ai entendu plus clairement. J'ai entendu ma sœur haleter, haleter. "Euhh-." "F-Fuck ! Jay ! Mmm ! F-Fuck me ..!" Ma mâchoire a chuté. Non seulement elle se masturbait, mais elle pensait à moi pendant qu'elle le faisait ! J'ai continué à écouter. "..Mm!" Je l'entendis aspirer une respiration tremblante, et ce qui ressemblait à un gémissement bruyant. Je ne pouvais que deviner qu'elle venait. J'ai failli exploser dans mon pantalon, je n'avais jamais été aussi dur de ma vie. Avant que je ne puisse m'arrêter, je me levai, attrapant la poignée de la porte. Il a été déverrouillé. Je viens de le faire, j'ai poussé la porte et je l'ai laissée heurter doucement le mur derrière. Elle avait les yeux fermés à ce moment-là, mais le bruit de la porte frappant le mur attira son attention, la choquant, alors qu'elle ouvrait les yeux pour voir son grand frère se tenant là. Elle a été attrapée, son gode fourré profondément à l'intérieur de sa chatte spasmodique.

« J-Jay ! » Elle cria, ayant oublié de verrouiller sa porte dans sa hâte de se fourrer quelque chose en elle. Elle était en feu depuis qu'ils avaient fini le blunt, pour une raison quelconque, elle voulait juste que sa chatte soit remplie. C'est pourquoi elle avait prévu d'aller faire l'amour sur la plage avec des lycéens plus âgés qu'elle connaissait, mais quand son frère a arrêté ses plans, elle était coincée. Leur conversation précédente l'avait rendue agréable et mouillée, et elle devait juste faire quelque chose à ce sujet. Jamais auparavant ils n'avaient eux-mêmes parlé de sexe, et elle avait pour la première fois des pensées sexuelles sur son frère. ..Et elle a vraiment aimé ça. Cela la rendait incroyablement chaude, et sa chatte surabondamment humide en était la preuve suffisante.

Les deux yeux se sont croisés alors qu'elle se déplaçait pour retirer le gode de sa chatte. Mais juste l'action d'elle enlevant le gode devant Jay était suffisante pour la mettre au bord du gouffre. « Oh- Oh merde ! Elle a crié. Ses hanches se sont cabrées et elle a joui, durement. Si fort, en fait, qu'elle a giclé, ayant l'orgasme le plus intense de sa jeune vie. "Jay- Oh mon Dieu- !" Elle cria, tremblant sous la force de son orgasme. Elle voulait se couvrir, cacher sa chatte. Elle n'avait même pas enlevé sa culotte, elle avait simplement été déplacée sur le côté dans sa hâte. Je me rapprochai d'elle, me tenant au-dessus d'elle. Elle a levé les yeux vers moi, sachant qu'elle avait été attrapée.

Aucun mot n'a été échangé alors que je me penchais, dégrafant le bouton de mon jean et baissant ma fermeture éclair. Elle se mordit la lèvre, s'asseyant, sa culotte se remettant en place comme elle le faisait. Elle était assise dans son soutien-gorge, sa culotte et ses longues chaussettes noires devant moi. « J-Jay ? » Demanda-t-elle en me regardant alors que je retirais mon jean. Je m'arrêtai un instant, la regardant. Si elle ne le voulait pas, je devrais arrêter. Mais quand elle lécha ses lèvres, regardant la grande tente que mon sexe faisait à travers le tissu de mon boxer, je sus qu'elle le voulait autant que moi.

Mes pensées ont été confirmées lorsqu'elle a levé la main, saisissant la taille de mes sous-vêtements, les tirant lentement vers le bas, jusqu'à ce qu'ils atteignent la base de ma bite. Elle a levé les yeux vers moi, et je l'ai regardée, et nous avons croisé les yeux. Elle a tiré mon boxer jusqu'en bas, ne rompant jamais le contact visuel jusqu'à ce que mon boxer touche le sol. Elle baissa les yeux, haletant en voyant ma bite. C'était un bon 7 pouces de long et charnu. Elle se mordit la lèvre, faisant courir nerveusement ses mains le long de mes cuisses. Ma bite était à peine à quatre pouces de son visage, palpitant et sautant dans mon excitation. Il fuyait déjà, douloureux pour son toucher.
Elle tendit la main derrière son dos, dégrafant son soutien-gorge, m'exposant ses seins. Ils étaient parfaits, de grands bonnets D, mais fermes, sans affaissement visible, la gravité soit maudite. Ils étaient coiffés de beaux petits mamelons marron clair. Ma bite palpitait, alors qu'elle prenait ses seins en coupe, pinçant ses propres mamelons, me taquinant. "Dani." je l'ai pressée.

Elle hocha la tête, le regard fixé sur mon sexe. Elle s'est rapprochée en comblant l'écart entre la pointe et son visage. Elle était à environ un centimètre avant de s'arrêter, me regardant avec ses yeux bleus perçants. « Mm.. Gentil et dur pour ta petite sœur ? Demanda-t-elle, parlant avec une voix que je ne l'avais jamais entendue utiliser auparavant. C'était séduisant et doux. Ma bite palpita à nouveau. "Dani." dis-je d'une voix rauque. Elle enroula lentement ses deux mains autour de ma bite. Merde.
Un coup.
"Gah.." J'ai haleté, le sentiment était écrasant. Je fermai les yeux, essayant de me contrôler. Deux coups.
Je le sentais, c'était trop. Elle était trop.
"Dani, putain, je vais-" dis-je en la regardant. Elle avait les yeux fermés, la langue et la langue tendues. Putain A.
Je l'ai perdu, ma bite a explosé, la première ligne épaisse éclaboussant sa joue et sa langue.

"Merde!" J'ai grogné, jouissant plus fort que jamais dans ma vie, gémissant et gémissant encore et encore alors qu'elle traitait ma bite. Ligne après ligne de sperme éclaboussé contre le visage de ma petite sœur, j'ai vu son expression changer, elle haleta, mon sperme continuant à éclabousser son visage et ses seins, alors qu'elle jouissait elle-même. Être trempée dans la charge chaude de son frère était suffisante pour l'envoyer également au bord du gouffre, sa chatte tremblant d'orgasme.

Nous étions tous les deux assis là pendant un moment, respirant fortement, avant qu'elle ne lâche ma bite. Il dansait sur son visage, toujours dur comme du fer. Puis elle m'a vraiment surpris, se penchant en avant, s'emparant à nouveau de mon sexe, le caressant deux fois avant de planter un baiser sur le bout. "Euh, putain !" J'ai haleté.
Elle me sourit, l'embrassant à nouveau doucement. Elle a commencé à planter de doux baisers sur toute ma bite, sa langue sortant pour me taquiner à chaque autre baiser. "Ahh, Dani.." J'ai gémi, alors qu'elle tenait ma bite droite, comme un cornet de crème glacée, avant de lui donner un bon, long et lent coup de langue de la base à la pointe. Elle a fait cela deux fois de plus, avant de descendre embrasser doucement mon sac, aspirant une boule dans sa bouche, enroulant doucement sa langue autour d'elle, avant de faire la même chose avec l'autre.
J'étais au paradis. Ma petite-sœur n'était pas seulement disposée à faire ça, elle le faisait, avec mon sperme chaud déjà éclaboussé sur tout son visage. Je me demande combien de fois je viendrais avant que ce ne soit fini.

Elle a planté un autre baiser sur le bout de ma bite, mais cette fois le baiser est devenu une douce gorgée alors qu'elle m'a finalement aspiré dans sa bouche chaude. "Danielle-." Je grognai, sa tête s'enfonçant sur mon sexe. Elle a travaillé toute la tige dans sa gorge en un seul coup lent et humide. Sa langue a glissé le long du bas de ma bite tout le long. "Merde." Elle m'a égorgé. J'avais l'impression que j'allais déjà revenir, et je venais littéralement de venir il n'y a même pas cinq minutes.
Elle a commencé à vraiment me sucer maintenant, commençant à secouer négligemment la tête, sa langue glissant le long de la base de ma bite, tourbillonnant autour de la tête sensible au sommet de chaque mouvement ascendant. Elle a sucé ma bite hors de sa bouche avec un doux 'pop'. Elle lécha ses lèvres, des traînées de salive, de sperme et de pré-sperme reliant sa bouche et ma bite. Elle a levé les yeux vers moi, embrassant le dessous de ma bite, avant de me sucer à nouveau dans sa bouche, en suçant et en caressant à nouveau bruyamment et négligemment. Je ne pourrais pas supporter ça plus longtemps.

"Dani- je vais bientôt venir. Tu vas me faire jouir." dis-je en l'avertissant. Elle hocha la tête, suçant à nouveau ma bite de sa bouche. "Bien. J'en veux plus. Je veux ton sperme." Elle embrassa à nouveau le bout, Dieu que j'aimais quand elle faisait ça, et elle leva les yeux vers moi. "Geai?"
« Mm-hm ? » questionnai-je en haussant un sourcil.
demanda-t-elle d'une voix suppliante. "S'il te plait, maintenant? Jouis pour ta petite soeur coquine."
Cela l'a fait. J'explosai à nouveau, la première explosion la surprenant, certaines touchant sa joue, d'autres par-dessus son épaule. "Oh!" Elle haleta, léchant le long de la base de ma bite me faisant gémir, continuant à verser du sperme. Plus de sperme a éclaboussé son visage, avant qu'elle n'aspire ma bite encore en train de jouir dans sa bouche, me suçant alors que je venais pour elle. "Putain, Danielle !"

On dirait qu'elle est revenue elle-même, sa culotte était trempée. Elle s'allongea sur son lit, tirant à nouveau sa culotte sur le côté. Si ma bite commençait à se ramollir, elle redevenait dure, à la va-vite. Elle fit glisser ses doigts de haut en bas sur ses lèvres humides, faisant le tour de son clitoris. Ses hanches sursautaient un peu, elle était manifestement sensible. "S'il te plaît, plus de jeux. J'ai besoin de ta bite, Jay."
Elle n'a pas eu besoin de me le dire deux fois. Je me suis positionné au-dessus d'elle, saisissant ses jambes, la rapprochant du bord du lit. Elle se mordit la lèvre alors que je posais ma bite sur sa chatte. "Ne me taquine pas." Elle a supplié, ses hanches roulant, essayant de se positionner correctement pour se transpercer avec ma bite. Je la garderais juste hors de portée, la rendant belle et chaude.
« Mmm ! » Elle gémit en se mordant la lèvre. "P-S'il te plait ?" Elle m'a regardé avec des yeux de chiot, et j'ai dû m'exécuter. Je veux dire, elle a demandé si gentiment.

J'ai frotté ma bite sur ses lèvres pendant un moment de plus, avant de reculer pour l'aligner avec son trou. Lentement j'ai commencé à pousser, j'ai senti sa chatte commencer à céder. Elle s'avança, essayant à nouveau de le pousser à travers elle-même, mais je reculai. Elle cria presque de frustration, sa chatte dégoulinant d'humidité. "Geai!" Elle a pleuré. J'ai décidé de pousser à nouveau. J'ai senti sa chatte commencer à céder, la tête de ma bite commençant à s'enfoncer en elle. "Oh-" Elle haleta.
Elle était serrée. Vraiment serré, c'était comme si sa chatte me combattait. J'ai dû me forcer en elle, même si elle n'était pas vierge. J'ai continué à pousser, elle était incroyablement serrée. Environ un quart de ma bite était en elle maintenant. Elle haletait, constamment. Je grognais. J'ai continué à m'enfoncer en elle, ma grosse bite la remplissant complètement. Environ à mi-chemin à ce stade. Elle bouge maintenant doucement ses hanches en essayant de me fourrer davantage en elle. Nous respirions tous les deux fortement. Aux trois quarts, et je transpire déjà. C'est la baise la plus chaude que j'aie jamais eue et mes bites ne sont même pas encore complètement à l'intérieur d'elle.

Elle cria alors que je forçais le reste de moi-même dans son petit corps. Elle enroula ses jambes autour de ma taille, essayant de me forcer plus profondément si c'était possible. Elle haletait, me grattant le dos. "C-arrive. Ohmygod- J'arrive. Je suis- je suis-" Elle haleta à bout de souffle, alors que je sentais sa chatte se resserrer encore plus autour de ma bite. Je ne pense pas que j'aurais pu bouger à ce moment-là, si j'avais choisi de le faire. Sa chatte était tout simplement trop serrée autour de moi alors qu'elle jouissait, comme un étau de velours chaud et humide.
"Ça va mieux, petite-sœur." lui chuchotai-je en me reculant.
"N-Non !" Elle haleta, m'attirant avec ses jambes. « Ne le tirez pas- D-ne le sortez pas ! Elle a plaidé. J'ai souris. "Je ne suis pas Dani. Laisse-moi juste prendre soin de toi." J'ai de nouveau reculé, et elle gémit alors que je m'éloignais à peu près à mi-chemin.. Avant de retomber dedans. Elle a crié, alors que je commençais à pomper lentement ma petite soeur pleine de bite.

"Ohhh-" cria-t-elle alors que je la baisais lentement. J'ai gardé un rythme délibéré, sortant lentement ma bite de son tunnel et la repoussant lentement dans ses profondeurs chaudes. Elle perdait la tête.
"Encore!" Elle a pleuré, éjaculant sur ma bite pour la deuxième fois. « Jay, encore ! J'arrive ! J'arrive ! J'ai senti sa petite chatte me serrer à nouveau fermement, mais je n'ai jamais arrêté de pomper.
« Jay, c'est trop ! Dieu, ta bite ! » Elle a pleuré. Elle ne savait rien.
J'ai commencé à accélérer le rythme, commençant vraiment à la baiser maintenant. Le son de sa chatte humide aspirant ma bite, nos peaux se claquant l'une contre l'autre à chaque poussée. "Danielle, tu es si serré!" J'ai gémi. "Mm, tu es si grand !" Elle a crié, sentant ma bite commencer à se dilater dans sa petite chatte. Je l'ai ramassée en la faisant glisser de haut en bas sur ma bite alors que je tenais son petit corps dans mes bras, claquant dans son petit trou encore et encore. "C-À venir." répéta-t-elle, à peine audible. "Dani, moi aussi."

"Remplis-Remplis-moi. Tire-le à l'intérieur." C'est tout ce que j'avais besoin d'entendre alors que nous venions tous les deux, sa chatte explosant à nouveau, trempant à nouveau ma bite déjà trempée, alors que je déchargeais profondément à l'intérieur de sa chatte brûlante. J'ai grogné, pompant fort, et elle a crié en sentant mon sperme chaud tirer au plus profond d'elle, la remplissant complètement. Nous avons continué à haleter, bosser et nous agripper jusqu'à ce que nous soyons tous les deux épuisés, respirant fortement, transpirant.
Ce week-end est prometteur.

D'accord, c'est ma première tentative d'histoire. J'ai continué bien plus longtemps que je ne le pensais, mais. Ouais. Tout commentaire est un bon commentaire, à moins que vous ne soyez tous du genre "Oh mon dieu, c'était affreux, vous êtes un écrivain terrible, tuez-vous", car franchement, j'apprécierais que vous gardiez des choses comme ça pour vous, vous sont susceptibles de blesser mes sentiments. Et ce n'est tout simplement pas agréable.
Merci pour la lecture à tous ! - Pétillant

Articles similaires

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

553 Des vues

Likes 0

Le cadeau de Noël spécial de maman

« Cadeau de Noël spécial pour maman » par rmdexter L'histoire suivante est une œuvre complète de fiction et de fantaisie. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Notez que contrairement à la plupart de mes œuvres publiées, il s'agit d'une histoire autonome, offerte en vacances grâce à tous mes lecteurs fidèles. Gardez cela à l'esprit lors de la lecture - j'espère que vous l'apprécierez. Et s'il vous plaît, prenez le temps de voter ou de laisser un commentaire, les auteurs l'apprécient. « Jake, je n'arrive pas à croire que tu te sois donné tant de mal ! » a...

1.3K Des vues

Likes 0

Ne jamais regarder en arrière_(2)

Introduction J'ai entendu quelqu'un emménager dans le manoir, dit le petit Jeremy d'un ton neutre. Sa voix d'adolescent était forte de confiance et sa poitrine était haute pendant qu'il parlait. Menteur, répliqua Porter instantanément. C'était impossible, tout le monde savait que cette maison était hantée. Les deux avaient 7 ans à l'époque et leur imagination travaillait constamment à des histoires. Beaucoup de leurs histoires étaient centrées sur le mystérieux manoir qui se trouvait au sommet du terrain montagneux qui entourait leur ville du Colorado. Les deux étaient convaincus qu'il était hanté, donc la perspective que quelqu'un l'habitait était incompréhensible. Non, Jeremy...

1.2K Des vues

Likes 0

Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club. = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne...

934 Des vues

Likes 0

Dortoir 3 de GF

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie du temps où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 2, veuillez d'abord les consulter. --- Quelques jours se sont donc écoulés et Sarah a fait comme si de rien n'était. Comme si le fait qu'elle me regarde baiser et jouir sur Teagan n'était qu'un rêve. Comme si elle n'avait pas léché le sperme de Teagan sur ma bite et avalé mon sperme pendant que Teagan faisait la vaisselle. Pour être honnête, je n’étais même pas sûr que cela se soit produit. C'était tellement...

400 Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

2.1K Des vues

Likes 0

Délice du commandant

Remarque : Bonjour à tous ! Encore une fois, comme toujours, j'écris pour l'argent. S'il vous plaît envoyez-moi un message si vous souhaitez votre propre histoire personnelle, privée et impressionnante de smexiness. Si vous n'avez rien de gentil à dire sur les commentaires, ne les dites pas du tout :) Si vous avez aimé le conte, ajoutez-moi s'il vous plaît comme ami ou ... critiquez ceci de manière positive. J'ai plus de 400 pages de travail que je mets en place et des notes positives, des commentaires positifs, des commentaires positifs - ils me font sourire. Duke était devenu plutôt impétueux...

2.6K Des vues

Likes 0

Les pulsions excitées de sa fille - 6

Janie s'est réveillée le lendemain matin en se sentant rafraîchie et vivante. Elle se leva et se regarda dans le miroir. Ses yeux brillaient et une nouvelle conscience brillait au plus profond d'eux. Voulant faire plaisir à son papa, elle s'est assise devant sa commode, nue. Elle s'est maquillée avec autant de soin qu'elle savait le faire, puis elle a attaché ses cheveux en queue de cheval. Quand elle eut fini, elle choisit un chemisier beige fin et une jupe courte beige. Après avoir choisi un soutien-gorge rose et une culotte de bikini en nylon transparent, elle s'est habillée. En se...

1.7K Des vues

Likes 0

L'ÉNORME BITE DU VOISIN NOUS IMPRESSIONNE DANS LE HOT TUB

Je m'appelle Amélia. Mon mari, Terry, et moi avons déménagé dans un quartier calme de l'ouest du Tennessee il y a environ 12 ans. Nous avons acheté une belle petite maison et, après avoir emménagé, avons décidé d'ajouter un joli et grand bain à remous dans la cour arrière, avec une terrasse de spa assez importante qui l'entoure. La maison et le bain à remous étaient parfaits pour nous ...... comme nous n'avions pas d'enfants, nous avons passé beaucoup de temps à nous détendre - principalement nus - dans le bain à remous le week-end et la plupart des soirées. En...

1.2K Des vues

Likes 0

L'élixir de vie

Note de l'auteur :[/b] The Elixir of Life est apparu sur xnxx l'année dernière. J'ai reçu de nombreux e-mails demandant qu'il soit republié ** Être un scientifique en génétique n'était pas sans avantages. Quatre assistants à plein temps, des bureaux cossus et n'oublions pas la nouvelle décapotable Lexus. Ils l'avaient chassé de la Brewer Pharmaceutical Corporation l'automne précédent, avec l'attrait d'un nouvel équipement de laboratoire à la pointe de la technologie et le type de financement sans fond auquel seules les agences gouvernementales semblent avoir accès. Dr James Wilson - Généticien principal a proclamé la plaque quelque peu ostentatoire située au niveau...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.