L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

1.1KReport
L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3



Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi sa bite, l'a caressée jusqu'à une érection complète et a broyé sa chatte contre la hampe avant de l'enfoncer. Le dragon est devenu instantanément très docile lorsque Marian a rebondi de haut en bas sur ses genoux, gémissant de bonheur alors qu'elle enfonçait l'organe sexuel de l'animal dans sa chatte humide.

Derrière elle, un autre dragon avait fini son repas plus vite que prévu et avait hâte d'avoir son tour. Marian descendit du premier dragon et se mit à quatre pattes, laissant le deuxième dragon la pénétrer par derrière pendant qu'elle commençait à faire plaisir oralement au premier, qui finissait son repas. Pour la deuxième fois, le repas du dragon fut interrompu, cette fois par un orgasme jaillissant. Alors qu'il lançait son premier jet de sperme, Marian l'a rapidement aspiré et en a avalé chaque goutte. Ses yeux roulèrent alors dans sa tête et elle ronronna d'excitation en sentant le dragon derrière son sperme, projetant de multiples jets de sperme dans son corps. Elle tendit la main et commença à se frotter la chatte pendant que le dragon tentait de retrouver son érection. Au moment où il était prêt pour le deuxième round, le reste des dragons avait fini de manger et étaient prêts à la ravager.

Après que les dragons aient pris leurs positions et commencé à la baiser, Marian a remarqué une autre grande différence par rapport aux sessions précédentes : cette fois, ils étaient plus prudents avec leurs mouvements et la façon dont ils la traitaient. Ils ont pris conscience de sa cheville blessée et ont fait de leur mieux pour ne pas la toucher, la secouer ou l'agiter, et quand ils la tenaient, ils ont pris soin d'empêcher leurs griffes de la toucher. Leurs poussées, qui étaient normalement rapides et puissantes, étaient maintenant lentes et douces, et Marian se rendit compte que les dragons essayaient d'éviter d'agiter les cloques, les bleus et les déchirures dans son anus et son vagin.

Ils ne voulaient pas la blesser, ils ne voulaient pas qu'elle ressente de la douleur, et c'était quelque chose qui lui réchauffait le cœur et elle en était très reconnaissante.



Marian reposait sur le ventre au bord du nid, regardant les dragons avec un sourire sur son visage. Leurs muscles étaient finalement assez forts pour qu'ils fassent plus que simplement bosser, et ils profitaient de cette opportunité pour enfin sortir du nid et jouer. Les dragons couraient à quatre pattes autour de la grotte, s'attaquant et luttant. Ils ressemblaient à une portée de chiots se pourchassant dans un champ, même si ce n'était pas une surprise, car elle avait remarqué un changement progressif dans leurs squelettes. Elle pouvait dire que leurs nombreux os mous se joignaient et durcissaient, se solidifiant en une posture canine. Ils seraient encore très souples comme leur père, mais elle pouvait voir qu'ils avaient de plus en plus de mal à se relever sur leurs pattes de derrière et devaient toujours s'appuyer sur quelque chose pour le faire.

En ce moment, Marian riait avec un sourire chaleureux sur son visage alors qu'elle regardait les nouveau-nés jouer. Elle fut secouée de son hébétude onirique par les battements d'ailes du père dragon, revenant de la chasse. Il transportait deux vaches, une pour lui et l'autre pour les jeunes. Les bébés dragons ont rapidement sauté dans le nid et ont commencé à gémir à l'approche de leur père, suppliant pour le bœuf tué. Marian roula sur le dos, ne faisant qu'une légère grimace à cause de la douleur dans sa cheville. Elle avait testé la blessure et conclu que ce qu'elle croyait être une cheville cassée n'était en réalité qu'une grave entorse. Elle pourrait même y mettre du poids si elle était suffisamment désespérée…

Pendant que les dragons se régalaient de la vache, Marian s'efforçait de nettoyer la saleté sous ses ongles. Elle vendrait son âme pour avoir une chance de se baigner. Sur le point de commencer à travailler sur ses doigts droits, l'attention de Marian fut attirée par l'approche de l'un des dragons. Il ne pouvait pas déjà avoir fini de manger, n'est-ce pas ? Marian a ensuite tourné son attention vers la bande de muscle de la cuisse qui pendait de ses mâchoires. Le dragon baissa la tête et laissa tomber la viande sur ses genoux. La créature venait de partager sa nourriture, lui donnant plus d'une livre de viande. Alors que le dragon se détournait pour revenir à la carcasse principale, Marian fixait la bande de muscle ensanglantée. Lentement, une larme coula sur son visage et coula de ses lèvres souriantes.

Elle n'avait jamais mangé quelque chose d'aussi cru et sanglant auparavant, mais après s'être résignée à un régime entièrement composé de sperme, c'était une bénédiction. Elle a ramassé la bande et l'a rapidement déchirée comme une créature sauvage, creusant dans les fibres musculaires dures tandis que le sang coulait le long de son menton. Pendant qu'elle mangeait, des larmes de soulagement coulèrent de ses yeux, causées à la fois par la joie de pouvoir manger quelque chose de solide avec autant de saveur (au lieu du sperme que les dragons lui abattraient dans la gorge) et par le fait que ces créatures lui avaient donné elle un tel cadeau.



Une fois de plus, Marian a senti un changement massif dans le comportement des dragons. Avec le premier changement, ils étaient moins cruels et énergiques. Avec le deuxième changement, ils ont fait très attention à leurs mouvements et ont travaillé dur pour éviter de lui faire mal. Avec le troisième changement, ils étaient en fait assez affectueux, voire… aimants. Au lieu de tous se liguer contre elle, ils se sont relayés, chacun travaillant leurs bites en elle avec des coups lents mais profonds. Leurs mouvements et leurs poussées pourraient même être considérés comme tendres. Au lieu de garder leurs pattes sur le côté pour la garder immobile pendant qu'ils la baisaient, ils enroulaient leurs bras étroitement autour d'elle et la tenaient pendant qu'ils étaient intimes, quelque chose qu'elle s'est également retrouvée à faire avec eux.

Marian ne pouvait pas croire à quel point ils avaient changé depuis qu'ils l'avaient violée pour la première fois. Avant, c'étaient des bêtes sans cœur qui la violaient avec une certaine cruauté, mais maintenant ils étaient doux et gentils. En fait, elle avait l'impression que les dragons étaient émotifs, et chaque dragon avec qui elle était intime lui donnait un orgasme gémissant. Après qu'ils aient chacun eu leur tour, ils se sont tous ligués contre elle et ont commencé à la baiser en même temps, réalisant enfin ses nouveaux désirs sexuels. Même maintenant, elle a vu un changement significatif dans leur comportement. Le dragon la sodomisant par derrière avait ses bras enroulés autour de sa taille, le dragon qu'elle chevauchait avait ses mains sur sa poitrine et la tenait debout pour qu'elle n'ait pas à se fatiguer, et les trois dragons qu'elle faisait plaisir oralement et manuellement étaient tous appuyés l'un sur l'autre pour se tenir sur leurs pattes arrière au lieu de mettre leur poids sur elle. Elle pouvait sentir leur sollicitude à chaque poussée et éjaculation.



Deux heures et plus d'une demi-douzaine d'orgasmes plus tard, Marian retomba sur le sol du nid, léchant avidement la couche de sperme dont les dragons l'avaient recouverte. Elle cherchait de l'air et ses membres ressemblaient à des poids de plomb de jouir. encore et encore. Elle ferma les yeux, attendant que le sommeil vienne, mais elle fut secouée par la sensation des dragons se regroupant tous autour d'elle. Non, il n'y avait aucun moyen qu'ils veuillent un autre tour, elle était sûre qu'elle les avait vidés de chaque goutte de sperme. Elle ouvrit les yeux et regarda autour d'elle, incapable de croire ce qu'elle voyait. Tous les dragons s'étaient couchés et se blottissaient contre elle. Ils voulaient coucher avec elle et être avec elle, pas seulement coucher avec elle à tour de rôle. Alors que tous les nouveau-nés s'endormaient, Marian inclina la tête en arrière et fixa simplement le plafond de la caverne, essayant de comprendre l'événement.



Marian a été réveillée de son sommeil agité par un coup de tonnerre assourdissant à l'extérieur. C'était le milieu de la nuit et des éclairs de lumière illuminèrent la grotte tandis que des éclairs s'arc-boutaient dans le ciel. Presque aussi fort que le tonnerre, la pluie torrentielle martelait le paysage et le flanc de la montagne. De petites rivières glissaient dans la grotte alors que la pluie se déversait sur l'entrée comme une cascade. Un autre coup de tonnerre a divisé le rugissement de la pluie battante, et tandis que Marian voulait couvrir ses oreilles du volume douloureux, aucun des dragons ne sortit même de leur sommeil.

La pluie était si forte, mais les dragons ne semblaient pas entendre une seule goutte ou un éclair, même avec chaque grosse goutte de pluie ressemblant à… une brindille qui craque. Avant même qu'elle puisse haleter, un plan d'évasion s'était déjà formé dans le cerveau de Marian. Si elle se déplaçait calmement et assez doucement, elle pourrait sortir du nid et la pluie à l'extérieur couvrirait le bruit de tous les bâtons cassés. Cependant, si elle était attrapée, les dragons seraient probablement en colère. Toute la confiance qu'elle avait bâtie avec eux disparaîtrait et leur colère pourrait être mortelle. Mais d'un autre côté, c'était probablement sa seule chance de s'échapper et elle ne pouvait pas en imaginer une meilleure.

Enfin, elle trouva le courage de l'essayer. Travaillant soigneusement pour ne pas réveiller les nouveau-nés, elle se fraye lentement un chemin pour se libérer de leur emprise. À chaque respiration qu'elle prenait aussi tremblante qu'une feuille dans la brise et apparemment aussi bruyante qu'un ouragan, Marian se suspendait au-dessus des dragons, travaillant aussi fort que possible pour ne pas secouer le nid. Elle n'a pas pris la peine de prier, car elle avait perdu sa foi en Dieu. Chaque seconde semblait être une heure alors qu'elle remontait lentement le long du nid. Elle a choisi chaque point de contact avec seulement la concentration la plus élevée, mettant son poids uniquement sur les bâtons les plus épais et là où les extrémités des brindilles se rencontraient, essayant d'en casser le moins possible.

Comme prévu, il y avait beaucoup plus de claquements forts qu'elle ne le souhaitait, et à chaque seconde, Marian s'attendait à ce que l'un des dragons se réveille et grogne. Elle poussa un soupir de soulagement lorsqu'elle remonta tout son corps jusqu'au bord du nid. Retenant son souffle, elle commença la lente descente vers l'extérieur. C'était beaucoup plus difficile, car elle devait faire fonctionner le nid comme une échelle et tout le poids de son corps tirait sur les branches. Avec tout son corps tremblant et sa cheville lancinante, Marian se mordit la lèvre alors qu'elle descendait lentement. À un mètre du sol de la grotte, son cœur s'arrêta lorsqu'elle sentit la branche dans sa main se libérer du nid. Poussant un cri silencieux et agitant les bras, Marian tomba sur le sol de la caverne lors d'un atterrissage douloureux tandis que la branche craquait fort.

Allongée sur le sol et attendant que les dragons sortent du nid et se jettent sur elle, Marian gémit de douleur à cause de la fissure discordante du crâne et de toutes les égratignures qui parsèment son dos, ses cuisses et son cul. Mais à son grand étonnement, elle n'entendit rien du nid et le dragon aîné n'avait même pas bougé, ils étaient tous encore profondément endormis. Avec un sourire hystérique, Marian se leva lentement et commença à boiter vers l'entrée de la grotte. Elle ralentit son rythme et retint son souffle en passant près du dragon aîné, mais finalement, elle atteignit l'entrée de la grotte. Avec des larmes de joie coulant sur son visage, Marian est sortie sous la pluie et a laissé l'eau laver des jours de crasse, de sang et de sperme séché.

Elle sanglotait de manière incontrôlable en frottant sa peau avec ses mains, essayant de laver la honte qu'elle avait été forcée d'endurer. Le sol autour d'elle était couvert d'huile crasseuse provenant de toute la saleté grattée de son corps. Une fois qu'elle fut sûre qu'elle était propre, elle leva les yeux et ouvrit la bouche, laissant la plus grande cascade descendant de l'entrée de la grotte se déverser dans sa bouche. Pendant plusieurs minutes, elle souffla l'eau qui coulait de la pierre, si reconnaissante d'avoir de l'eau propre à boire au lieu du sperme salé des dragons. Elle a bu jusqu'à ce qu'elle vomisse, puis a continué à boire, essayant d'éliminer autant de sel que possible de son corps.

Finalement, elle a été forcée d'arrêter de boire et de se retirer en bas de la montagne, car la nature l'appelait. Après avoir finalement pu "purger" son corps de tout le sel qui s'était accumulé dans son système, Marian s'est effondrée au sol à trente mètres de l'entrée de la grotte, pleurant de bonheur. Elle était enfin libre, elle pouvait enfin partir. Ses larmes se sont alors arrêtées, alors que la question apparaissait dans son esprit de savoir si elle devait vraiment partir. Elle avait réfléchi à cette question dans le nid, mais c'était à ce moment-là qu'elle pesait les risques de simplement tenter de s'échapper, et elle n'avait jamais pensé au-delà si elle devait partir une fois qu'elle était arrivée aussi loin. Elle ne savait même pas d'où venait cette question, mais elle ne pouvait s'empêcher d'y réfléchir. Cette question ne quitterait pas son esprit et son corps refusait de bouger jusqu'à ce qu'elle prenne une vraie décision.

Elle pourrait s'enfuir et ne plus jamais avoir à être violée ; elle n'aurait pas à être l'esclave sexuelle de ces animaux. Mais alors qu'elle avait été violée plus de fois qu'elle ne pouvait en compter et qu'elle avait éprouvé plus de terreur, de douleur et de honte aux mains de ces bêtes que jamais dans sa vie, elle en était venue à apprécier le sentiment d'être pénétrée et elle aimait tout le des orgasmes incroyables qu'elle avait connus. Elle pourrait sortir de là et revoir sa famille, mais serait-elle même capable de les affronter ? Sa famille l'accepterait-elle même après toutes les choses dégradantes qu'elle avait été forcée (et plus que disposée) à faire ? Et aurait-elle jamais une chance de se marier ? Est-ce qu'un homme la toucherait après que ses orifices aient été transformés en cratères géants par des monstres impies ?

Si elle s'enfuyait, serait-elle même capable de rentrer chez elle en toute sécurité ? Ces terres étaient remplies d'anarchies, et quelle chance avait une adolescente nue qui ne pouvait que boiter ? Pour autant qu'elle sache, elle pourrait être capturée et emmenée dans un endroit qui faisait ressembler cette grotte aux dragons à un monastère. Elle voulait tellement partir, mais tout autant qu'elle voulait s'éloigner, elle avait trouvé un plaisir et un plaisir incroyables à vivre avec ces simples bêtes. Et après ce qu'elle avait ressenti dans le cœur de ces dragons… elle ne savait pas si elle pouvait s'éloigner des sentiments qu'ils ressentaient pour elle… ou des sentiments qu'elle ressentait pour eux.

Finalement, Marian prit une profonde inspiration tremblante et se leva. En regardant la grotte, elle a pris une autre prise d'air tremblante et a commencé à remonter le flanc de la montagne. Retrouvant son calme, elle entra dans la grotte et passa devant le dragon aîné. Grimpant dans le nid, Marian s'est installée, allongée parmi les dragons et enroulant ses bras autour des deux jeunes à côté d'elle. Il y avait un petit mais chaleureux sourire sur son visage.

« Vous êtes ma famille maintenant », a-t-elle murmuré avant de s'endormir.



Marian s'est réveillée seule dans le nid, mais les dragons n'étaient pas partis. Ils étaient au fond de la grotte, jouant comme avant. Alors que Marian les regardait courir et se jeter l'un sur l'autre, elle commença à se demander si sa réalisation de la nuit dernière n'avait été qu'un rêve. Elle regarda ses bras et sa poitrine, notant que son corps avait été nettoyé de toute la crasse et du sperme séché qui s'étaient accumulés au fil des jours. La seule façon pour elle de se nettoyer est de s'être lavée à l'eau. Marian sourit en réalisant que son acceptation avait été réelle ; elle s'était échappée du nid des dragons et avait décidé de revenir de son plein gré. Les créatures qu'elle craignait et détestait à l'origine étaient maintenant devenues ses proches. Le viol et les agressions sexuelles étaient maintenant devenus intimité et plaisir, quelque chose qui la faisait à l'origine pleurer de douleur, mais la faisait maintenant ronronner d'excitation et avoir des orgasmes jaillissants.

Décidant qu'elle n'avait plus rien à craindre de sa nouvelle famille, Marian se leva et s'étira. Avec un sourire sur son visage, elle a grimpé sur le bord du nid et a commencé à escalader le côté. Alors qu'elle descendait à l'extérieur du nid, les dragons cessèrent de lutter et la fixèrent. Allait-elle s'enfuir ? Alors que sa cheville était encore douloureuse, elle est descendue sur le sol de la grotte et s'est approchée de ses compagnons de nid. A chaque pas qu'elle faisait, les dragons devenaient de moins en moins tendus, assis avec leurs queues remuant comme des chiens excités. Elle atteignit le dragon le plus proche et s'accroupit devant lui, passant sa main le long de son visage et regardant dans ses yeux dorés.

Surprenant tous les nouveau-nés, Marian se pencha en avant et pressa ses lèvres contre le devant du museau du dragon, l'embrassant tendrement. Au début, le dragon ne savait pas quoi faire, en raison de grandes différences dans la taille et la forme de leur bouche, mais il a rapidement commencé à comprendre comment agir. Marian passa sa langue entre les lèvres du dragon (tout en faisant attention à ne pas se couper les dents de son rasoir) et le dragon répondit en envoyant sa longue langue fourchue dans sa bouche, qu'elle pénétra profondément avec extase. Pendant qu'elle embrassait le dragon, Marian caressa également la créature jusqu'à une érection lancinante.

En regardant Marian embrasser et caresser leur frère, les autres dragons devinrent complètement excités et frissonnèrent même à cause de leur excitation. Après seulement dix secondes, l'un d'eux s'impatienta et rampa, s'asseyant sur le sol et se rapprochant maladroitement de plus en plus.

Avec un air renfrogné sur le visage, Marian se retourna et donna un petit coup à l'intrus sur le nez, le faisant sursauter. "Non, ce n'est pas encore ton tour," dit-elle d'un ton dominant.

Le dragon grogna d'être rejeté mais baissa la tête d'embarras. Tous les dragons étaient stupéfaits de la façon dont les rôles avaient changé. Quand ils sont venus au monde pour la première fois, le corps de Marian n'était qu'un objet qu'ils utilisaient pour libérer leurs pulsions sexuelles et pratiquer avec leurs muscles, quelque chose qu'ils violaient et violaient pour leur exercice et leur divertissement. Maintenant, ils partageaient leur nourriture avec elle, se blottissant contre elle quand ils dormaient, et elle les réprimandait même et les disciplinait.

Au bout d'une minute, Marian arrêta d'embrasser le premier dragon et se tourna vers le second. En le chatouillant sous le menton, elle le fit lever la tête et la regarder. « Ah, mon doux bébé. Ne vous inquiétez pas, je prendrai soin de vous tous », dit-elle gentiment avant de commencer à l'embrasser.



Après cela, les jours se sont transformés en semaines et les semaines se sont transformées en mois, avec Marian élevant les dragons comme s'ils étaient ses propres enfants… et se faisant ensuite gangbanger par eux comme une nymphomane avide de sperme. Elle a même donné des noms aux dragons afin de mieux les distinguer, et plus elle passait de temps avec eux, plus elle était capable de voir les différences physiques subtiles entre chaque créature et de les distinguer.

Chaque jour, elle se réveillait avec les nouveau-nés blottis contre elle, les caressait pour les réveiller, puis boucherait tous les orifices de son corps avec leurs bites jusqu'à ce qu'elle ait un orgasme hurlant et qu'ils la recouvrent de sperme. Au moment où ils eurent terminé, le dragon aîné reviendrait avec un animal tué dont Marian se nourrirait avec la même intensité que sa famille de dragons, et après avoir mangé, ils la baiseraient tous en même temps avec elle en les suppliant de la travailler. plus fort et plus vite, puis s'endormir.

Les jours où ils étaient plus énergiques que excités, les dragons couraient plutôt autour de la grotte et jouaient, bondissant et luttant les uns contre les autres pendant que Marian regardait et gloussait. Une fois sa cheville guérie, elle sortait souvent du nid et les rejoignait, tout en faisant attention à ne pas rayer et meurtrir son corps nu sur le sol rugueux de la grotte et leurs écailles durcissantes.

Pendant les périodes où les dragons dormaient mais que Marian était excitée, elle sortait du nid et faisait plaisir au dragon aîné. Elle enfouirait son visage dans la fente du coq de la bête géante, utilisant sa langue pour rendre le dragon sauvage pendant qu'elle se touchait. Après que le dragon aîné ait éjaculé sur elle, elle avalerait autant qu'elle le pouvait, puis se roulerait dans la flaque de sperme, se doigtant jusqu'à ce qu'elle ait un autre orgasme.

Plus elle restait longtemps avec les dragons, plus elle remarquait leur taux de croissance. Lorsqu'ils avaient éclos pour la première fois, les dragons avaient la taille de loups avec des organes sexuels très disproportionnés. Maintenant, au milieu de l'été, ils avaient la taille d'hommes adultes, leurs phallus n'ayant grandi que de quatre pouces. Marian adorait cette nouvelle taille et adorait se faire baiser si fort par leurs queues longues d'un pied qu'elle pensait qu'ils allaient la diviser en deux. Ils étaient si gros qu'elle pouvait à peine leur faire une gorge profonde.

Avec leur nouvelle taille et leur nouveau volume, le dragon aîné a commencé à jouer un rôle plus important dans leur élevage. Jusqu'à présent, il était juste resté à l'entrée de la grotte pour garder le nid et n'était parti que pour se soulager et aller à la chasse. Maintenant, il les emmenait à l'extérieur de la grotte et dans la forêt à flanc de montagne, leur apprenant à chasser pour eux-mêmes et s'assurant qu'ils fassent beaucoup d'exercice. Marian les accompagnait toujours, marchant nue dans la forêt à la recherche d'eau. Même si les dragons partageaient leur nourriture avec elle, la laissant ainsi remplacer le sperme par du sang animal comme source d'hydratation, elle voulait quelque chose pour étancher sa soif qui ne soit ni épais ni salé. Pendant que les dragons exploraient la forêt, elle était accroupie au-dessus du petit ruisseau à proximité et buvait jusqu'à ce qu'elle ne puisse plus boire.



C'était une chaude après-midi d'été et Marian se promenait dans la forêt à la recherche de ses compagnons de nid. Le bruit des éclaboussures épaisses et de la mastication attira son attention, l'attirant vers un buisson piétiné. Elle repoussa le buisson et trouva l'un des dragons avec son museau enfoui dans la poitrine déchirée d'un élan tué. Le dragon leva les yeux et commença à remuer la queue quand il vit le sourire sur son visage.

« Syris ! Votre premier meurtre ! Je suis si fier de toi!" rayonna-t-elle, appelant le dragon par son nom.

Le dragon remua encore plus fort sa queue et continua de déchirer les organes de sa proie. Alors que Marian regardait le dragon se régaler lors de sa première mise à mort, une pensée lui vint à l'esprit qui la fit lever les yeux vers le ciel. En ce moment, il faisait beau et chaud, mais seulement parce que c'était l'été. Bientôt, l'hiver dresserait sa tête laide et il n'y avait aucun moyen que Marian puisse survivre comme elle était : nue et sans moyen de faire du feu. Elle devait se procurer quelque chose pour la garder au chaud, sinon elle mourrait de froid. Surprenant Syris, elle s'est approchée et s'est accroupie près du wapiti tué, puis a commencé à retirer la peau, en partant du trou massif que le dragon avait ouvert dans la poitrine. Une fois qu'elle a tiré un grand rabat, elle l'a tapoté avec sa main et s'est tournée vers Syris.

« J'ai besoin de cette peau. J'ai besoin de ça », dit-elle lentement tout en tapotant à nouveau le rabat de peau d'élan.

Il n'y avait aucun moyen que le dragon comprenne ses paroles, mais elle espérait qu'il comprendrait au moins le message. À sa chance, Syris hocha la tête et permit à Marian de continuer à retirer la peau pendant qu'il détestait. Sans aucune expérience ni aucun outil, c'était incroyablement difficile et sa seule direction était le bon sens et les histoires que son frère aîné racontait chaque fois qu'il partait à la chasse. Alors qu'il était de forme maladroite et qu'il y avait plusieurs déchirures, elle a finalement réussi à retirer la peau ensanglantée, pour la plupart intacte. Avec un sourire de fierté, elle se pencha et remercia Syris avec un baiser affectueux sur les lèvres.

Après avoir retiré une bande de viande de cuisse de l'élan et avec la peau sur son épaule, Marian a laissé Syris à son repas pendant qu'elle allait trouver les autres dragons et voir si elle pouvait enlever les peaux de leurs victimes. Alors qu'elle marchait dans la forêt, elle repensa à combien elle avait changé. Il y a quelques mois à peine, elle était membre d'une famille d'agriculteurs et travaillait avec ses parents pour élever et cueillir des raisins pour faire du vin. Puis elle a été capturée et transformée en victime de viol pour bêtes cruelles. Ensuite, elle est devenue une survivante endurcie, prête à écarter les jambes pour ses ravisseurs et à vivre uniquement de sperme pour rester en vie. Maintenant, elle marchait nue à travers les bois avec une peau d'animal sur son épaule et mâchait une bande de viande crue avec le sang coulant de son menton et coulant le long de ses seins pleins. Elle vivait dans un nid avec des dragons, avide de leur sperme et désespérée d'être pénétrée par leurs bites dressées. Elle était passée d'une agricultrice à une accro au sexe bestiaire qui vivait plus comme un animal que comme un humain.

Et ce style de vie la rendait vraiment heureuse.



Marian a pu trouver le reste des dragons en appelant leurs noms : Isaac, Arthur, Pinot, Ashford et le dragon aîné, Bourne. Pinot, Isaac et Bourne ont pu attraper d'autres élans et Marian les a trouvés à temps pour récupérer les peaux. Elle aurait besoin de beaucoup plus si elle voulait survivre à l'hiver, mais au moins elle en avait assez pour une literie plus confortable.



Après deux semaines, Marian a pu obtenir plus de trente peaux d'animaux de chevaux, de vaches, d'élans et même d'ours. À l'aide d'os et de cheveux tressés, elle a réussi à en transformer cinq en un ensemble de vêtements pour la garder plus que chaude à l'extérieur une fois l'hiver venu, et a transformé le reste en un terrier de fourrure dans lequel elle pouvait s'allonger et rester parfaitement à l'aise, peu importe à quel point la grotte est devenue froide, sans parler du fait qu'elle avait tous les dragons blottis contre elle pour la garder au chaud.



Marian s'est réveillée le premier jour de l'automne et a constaté que la grotte était vide. Elle regarda autour d'elle, se demandant si Bourne et ses compagnons de nid étaient allés chasser dans les bois. Elle était déçue par sa solitude, car soit elle réveillait les dragons en les caressant ou en les suçant jusqu'à l'érection complète, soit elle était réveillée par l'un d'entre eux la montant.

Ses pensées amères furent interrompues lorsque la grotte devint soudainement sombre. Quelque chose bloquait le soleil, n'était-ce pas Bourne ? La question a été répondue par six fracas bruyants à l'extérieur et l'arrivée des dragons, pliant leurs ailes alors qu'ils entraient dans la grotte.

Avec un sourire et des larmes de fierté sur son visage, elle est sortie du nid et a couru vers eux. « Vous venez de voler ! Vous avez tous volé ! cria-t-elle, passant ses mains sur leurs corps écailleux une fois qu'elle les avait atteints.

Au cours des six mois écoulés depuis leur éclosion, les dragons avaient atteint la taille d'étalons et ressemblaient maintenant tellement à leur père. Les assiettes, qui étaient à l'origine douces et roses, ressemblaient maintenant à des éclats de rubis et étaient aussi dures, leurs griffes et crocs tronqués étaient aussi durs et tranchants que des poignards, et elles étaient encore plus bien dotées (quelque chose qu'elle adorait absolument).

"Mes gentils garçons, je vous aime et je suis si fier de vous", a-t-elle dit tendrement.

Les jeunes dragons ont tous baissé la tête et elle a donné à chacun d'eux un long et passionné baiser sur les lèvres, faisant passer sa langue entre le bout de leurs mâchoires de chien. Elle se tourna vers Pinot, qui savait qu'elle allait les récompenser et était déjà « excité ». Marian sourit et se mit à genoux, caressant le phallus de la taille d'un avant-bras du dragon. Se léchant les lèvres, elle prit la tête dans sa bouche (c'était tout ce qui convenait) et commença à passer sa langue dans la fente, faisant frissonner le dragon de plaisir. Le reste des dragons attendit avec impatience que Marian leur donne la permission de la pénétrer.

Après plusieurs secondes à faire plaisir oralement à Pinot, Marian se leva et fit face au reste des lézards ailés géants. "Reviens au nid et je te montrerai à quel point je suis fier de toi."

Elle est ensuite retournée au nid, a grimpé sur le bord et s'est penchée avec sa culotte en peau d'animal autour de ses chevilles pour montrer sa chatte et son trou du cul. "Allez les garçons, j'attends."

Elle s'est abaissée dans le nid avec les dragons qui ont sauté après elle.



L'hiver a durement frappé la campagne, et même avec sa collection de peaux d'animaux, Marian a eu du mal à rester au chaud. Sentant sa vulnérabilité au froid, les dragons sont devenus très protecteurs envers elle, même Bourne. Quand ils partaient chasser ou faire de l'exercice, l'un d'eux restait toujours avec elle, la gardant au chaud, blottie contre eux. Pendant la nuit, le dragon géant aîné se couchait près du nid et utilisait l'une de ses ailes géantes pour garder Marian et ses fils au chaud et à l'abri de l'air glacial de la nuit.



Une année s'est lentement écoulée dans la grotte, au cours de laquelle les dragons ont gangbangé Marian d'un seul coup plus de deux mille fois, chacune d'elles la faisant gémir à pleins poumons d'euphorie sexuelle.



Marian s'est réveillée seule dans le nid par un beau matin de la fin du printemps, le lendemain du premier anniversaire de son enlèvement. Elle regarda autour d'elle, essayant de trouver une trace d'un de ses compagnons de nid. Depuis qu'il s'était réchauffé, les dragons la laissaient maintenant seule lorsqu'ils partaient chasser, donc se réveiller par elle-même n'avait rien de nouveau, d'autant plus que les dragons avaient de plus en plus besoin de nourriture. Se demandant quand ils reviendraient, Marian décida de sortir se promener dans les bois. Vêtue de sa tenue en peau d'animal, elle sortit de la grotte et descendit lentement le flanc de la montagne.

« Arthur ! Bourne ! Pinot ! Isaac! Ashford ! Syris ! cria-t-elle, espérant qu'ils étaient dans le coin. Quand aucune réponse ne vint, elle appela à nouveau, mais sa seule réponse fut son propre écho.

Encore une fois, ce n'était pas une surprise. Les dragons avaient purgé la terre de tous les grands animaux et voyageaient toujours de plus en plus loin à la recherche de nourriture. Haussant les épaules, elle décida de poursuivre sa routine. Après s'être promenée dans les bois et avoir bu toute l'eau qu'elle a pu, elle est retournée au nid pour attendre ses amants ailés.

Sommeil pour le reste de la journée et a eu un sommeil agité pendant la nuit, mais s'est réveillé le lendemain matin pour se retrouver toujours seul. Elle essaya de se dire qu'ils avaient probablement juste du mal à trouver de la nourriture, mais son esprit était rempli d'inquiétude. Après avoir passé la journée à boire de l'eau et à ramasser des plantes sauvages et des noix pour les manger, elle est retournée au nid et s'est endormie. Lorsqu'elle s'est à nouveau réveillée toute seule, elle a ressenti un profond frisson d'inquiétude dans son cœur, mais elle a travaillé avec chaque fibre de son être pour le supprimer.

Après une autre journée à chercher de la nourriture, Marian a passé la majeure partie de la nuit allongée sur le dos dans le nid vide, à regarder le plafond de la caverne. Alors que la lune atteignait son point culminant dans le ciel, une idée lui vint à l'esprit. Se mordillant la lèvre, elle ramassa son collier crucifix et le fixa. Elle l'avait conservé comme un souvenir de sa vie antérieure, même si elle avait perdu sa foi en Dieu. Elle ne se souvenait pas de la dernière fois qu'elle y avait pensé ou même prié, mais cela semblait maintenant être un bon moment.

« Dieu, vous n'avez pas répondu à mes supplications lorsque j'ai été capturé pour la première fois, mais s'il vous plaît, aidez-moi. Ramenez-les, Seigneur, s'il vous plaît. Je ne veux pas les perdre », a-t-elle déclaré, pleurant pour la première fois depuis longtemps.



"Ils ne reviendront pas..." murmura Marian en larmes, se réveillant une fois de plus seule.

Cela faisait un an que les dragons avaient éclos et il était maintenant clair qu'ils avaient quitté le nid pour leur propre vie. Ce n'étaient plus des nouveau-nés ; ils étaient maintenant adultes et il était temps pour eux d'avoir leurs propres nouveau-nés. Marian savait que ce jour viendrait, mais elle avait espéré qu'elle aurait plus de temps ou qu'ils l'emmèneraient peut-être avec eux, même s'il y avait aussi peu de chances que l'un d'eux l'emmène avec eux que deux restent ensemble après en quittant.

Les dragons qui partaient pour commencer une nouvelle vie par eux-mêmes avaient été inévitables, mais Marian souhaitait juste pouvoir dire au revoir à ses enfants.



Un an plus tard:

Marian se tenait derrière une auberge à Yarmouth, lavant des draps dans un baril d'eau, selon les instructions de son employeur. Après avoir réalisé et accepté que les dragons n'allaient pas revenir, Marian a quitté la grotte qu'elle avait appelée chez elle et est retournée dans la société humaine. It had taken her time to get reacquainted with human life and socialization, but now she was once again a member of society and even had a job working as a chambermaid, though she was not the same farmer girl that she had originally been.

She had cast aside her crucifix, having lost her faith in God once and for all after being taken from her first family and left behind by her second, and she no longer wanted to be reminded of her farmer life.

It was hard for her to stay focused on her tasks, as not a single minute passed by where she didn’t think about the dragons she had come to know and love. Ever since coming back to human society, she had tried desperately to get the same sexual rush she had experienced time and time again in the dragon nest. She had tried having one-night flings with the men of the town, having sex with multiple men at once, and even snuck into barns and stables on multiple occasions to pleasure the horses and bulls, but nothing gave her that same feeling.

Every day, she listened to all the rumors of dragons that passed through the town, wondering if there was any news of her former family. All she heard was the boring expected: cows and horses being killed and women being told to keep their hair short so as not to draw attention and be taken away. It was for this reason that Marian allowed her hair to grow as long as possible.



As she walked through the backyard of the inn to hang the damp sheets, she heard a noise that made her drop her basket and gasp. It was a roar, one that she would never mistake even if she were deaf. Several screams could be heard in the background, but the snarls of a dragon drowned them all out. Marian ran out into the muddy road that crossed the town of Yarmouth, looking around wildly for the source of the commotion. People screaming in terror sprinted past her and in the distance she could see the tips of red wings.

‘Could it be?’ she thought to herself, running towards the creature as fast as possible.

Turning a corner, Marian got a good look at the creature and gasped. Even after a year of growth and change, she recognized the scale pattern and bone structure of the dragon as one of the hatchlings. Now the size of his father, the creature was in the street, wrecking unintentional havoc. With his hand-like paws, he was reaching out and grabbing women from the crowds of people that had come to see the commotion or had not yet fled. Snorting in annoyance over the shortness of their hair, he would drop them and they would run away screaming. With his tail and wings, he kept at bay soldiers and farmers, slowly inching towards him with weapons and tools.

“Pinot!” she called with a wide smile on her face.

The dragon stared straight at her and his tail and wings hung limp. With tears of joy in her eyes, Marian sprinted down the street, shoved her way through the crowd of people, and came out in the open space to face the dragon. The scarlet giant lowered his head, letting Marian hug his nose while the spectators stared in utter disbelief.

“I prayed and prayed that one of you would find me someday. It is so good to see you Pinot, I can’t believe how much you’ve grown,” she said, drying her tears.

The dragon then extended his forked tongue and Marian took one of the tendrils in her mouth, sucking on it the same way she used to suck his cock. People stared in horror at the sight until the dragon finally retracted his tongue.

“Ugh, I can’t tell you how much I missed this,” she groaned in arousal with a thread of saliva hanging from her lip.

She then looked down and gained a coy smile. The onlookers gasped in disbelief as the Marian moved underneath the colossal dragon and began touching him in a way that caused his dick to reveal itself. Like Bourne, Pinot’s erect cock was now the size of a tree log, and Marian had to use both hands to stroke the shaft.

“My, you sure have grown.”
She then leaned forward and began lapping the head with her tongue, causing many onlookers to curse, scream, and faint. For almost a minute, Pinot shivered in pleasure as Marian massaged the head of his cock with her tongue. At last, the dragon had a gushing orgasm, spraying Marian’s face and dress with more than two gallons of semen, which she hungrily licked up. Any onlookers that hadn’t already fainted did so now.

Stepping back, Marian looked up into the dragon and began brushing her hair with her fingers. “I’m sure you have children of your own now, you must have found a partner to lay plenty of eggs. Here, take my hair to line your nest, and take me as well. Please take me with you; I don’t want to live here anymore. I want to live with you and know the children of my children.”

Without so much as a nod, the dragon took her in her arms, then with a flap of his wings that was so powerful that the surrounding buildings were crushed, he took to the air, flying back to his home with Marian.





The End

Articles similaires

Le voyage de Sandra Chapitre 2

Constamment maltraitée, Sandra s'était installée dans une vie de servitude. Son humiliation fut complète lorsqu'elle fut initiée à la bestialité. Mais loin d'être déshonorée, elle a découvert qu'elle appréciait ce qu'elle obtenait d'un animal qu'elle n'avait obtenu d'aucun homme - une longue bite. Désormais « vendue », elle attendait son nouveau Maître. Embarquée dans la voiture de Paul, elle a été informée qu'elle lui appartenait désormais. Assise sur le siège arrière avec Tyson, elle a tapoté son nouvel animal de compagnie. Tu as parfaitement performé ce soir mademoiselle dit Paul en rentrant chez lui Je pense qu'il y a une mine...

0 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

743 Des vues

Likes 0

Ma femme baise son frère

Quand Sue a baisé son frère ----------------------------------------------- Le début de cet incident a eu lieu lorsque le jeune frère de ma femme nous a rendu visite à l'époque où les appareils photo numériques étaient si populaires. J'avais installé une chambre noire où je développais et imprimais mes propres photographies et il avait apporté une pellicule de son frère aîné pour que je la développe et l'imprime. Les photos étaient des photos nues de la femme de James, Mary. Pas les nus de type arty mais le vrai type XXX, ses jambes écartées, tenant les lèvres de sa chatte ouvertes, etc. Tous...

282 Des vues

Likes 0

Un cul hors de toi et moi

Copyright © 2007 par Tim King Atelier de fiction du Collège Goucher Tous les droits sont réservés Un cul hors de toi et moi Par Tim King J'ai essaimé comme une ruche d'abeilles dans la rue jusqu'à l'appartement de Susie. Ce que je venais de voir était indescriptible. Il n'y avait rien de bon à cela. C'était dégoûtant et faux et le pire était que c'était complètement crédible, complètement dans le domaine de la réalité. C'est probablement ce qui m'a tellement énervé. Je n'avais même pas pris la peine de l'appeler. Au moment où j'ai réalisé que c'était elle, j'ai refermé...

45 Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

1.1K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

1K Des vues

Likes 0

Maman aime regarder

Maman aimait regarder Je pense que maman était un peu jalouse de moi et de mes frères, quand elle le pouvait, elle nous regardait baiser à la piscine dans le salon. Elle était un peu en surpoids, mais avait des seins énormes, pas un mauvais cul. Je savais que Billy en recevait de maman. Je l'entendais marcher dans le couloir, puis l'entendre aller dans la chambre de sa mère, puis sortir en douce une heure plus tard. Un jour d'été, Bob et moi nageions dans la piscine. Au début, nous avions tous les deux nos maillots de bain. Mais ensuite, il...

956 Des vues

Likes 0

Paul, sa tante et sa cousine Becky

Je ne l'ai jamais mesuré, mais je pouvais mettre mes deux mains autour de mon érection et la tête sortait toujours. Mes doigts ne se sont pas touchés lorsqu'ils ont atteint ma bite. Je pouvais dire en regardant les autres gars se doucher après les entraînements d'équipe que j'avais une grosse bite. Quand je bandais à l'école, je pouvais voir des filles et des enseignantes regarder le renflement de mon pantalon. Cela m'a fait du bien. Par une chaude journée d'été, je nageais dans notre piscine. J'étais seul à la maison et ça faisait du bien de nager nu alors mon...

1.5K Des vues

Likes 0

Côté sauvage

Côté sauvage par DDWard© révisé par DinoMagick (je n'ai pas écrit cette histoire, je l'ai seulement révisée et j'ai apporté quelques modifications grammaticales mineures pour la rendre plus facile à lire. J'ai ajouté un peu à la fin, mais la majorité de l'histoire appartient à DDWArd et Asylumchild. Une érotisme de World of Warcraft par Asylumchild Avis de non-responsabilité : cette histoire est une œuvre de fiction destinée uniquement au divertissement. World of Warcraft et tout le matériel connexe sont la propriété de Blizzard Entertainment. De plus, l'histoire suivante frôle des thèmes matures tels que la bestialité mineure. La discrétion du lecteur...

1.2K Des vues

Likes 0

LEÇONS DE DOMINANCE : DEUXIÈME PARTIE

PROLOGUE de la première partie : Naomi Dayne sort avec Peter depuis six ou sept rendez-vous maintenant, et sa mère, Miranda, a senti que sa fille tombait amoureuse du jeune homme, et comme elle est une dominante froide, elle veut sa fille poursuivre la tradition familiale de domination féminine sur les mâles !!! Après avoir soumis Peter à un certain nombre de tests, Miranda écrase finalement ses couilles dans ses mains, brisant efficacement l'esprit de Peter tout en lui laissant une épave émotionnelle !!! Miranda teste ensuite la capacité de Peter à la satisfaire oralement, et au grand soulagement de Naomi, Peter...

866 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.