Femme pour mariage arrangé

692Report
Femme pour mariage arrangé

Albina est une jolie femme aux cheveux noirs de Russie, elle a 20 ans et cherche un mari américain. J'ai amené à Miami de la Russie. Elle regarde le haut des escaliers, espérant que tout cela n'est qu'un rêve dont elle pourra se réveiller. Je m'approche d'un pas et elle tremble. Je lui serre la main et commence à la conduire vers la pièce. Elle tire doucement sur mon bras alors que je la tire vers la pièce ; elle ne voulait pas y aller. Je m'arrête au milieu du couloir en la regardant. Elle ne peut croiser mon regard. Elle peut sentir leur intensité l'ennuyer. Comment pouvait-elle accepter une invitation d'un homme aussi intimidant ? Sa peur se transforme en colère. Elle ne va pas faire ça. "Je ne le ferai pas." dit-elle doucement, surprise par le son de sa propre voix. Je m'approche et elle entend ma respiration haletante.

« Vous êtes ici pour faire ce que je demande. Vous ne pouvez pas retourner en Russie. J'ai dit simplement; fort et direct. Elle détourna le regard et commença à se retourner. Je serre sa main plus fort en la tirant doucement vers moi. Pour moi, "douce" n'était pas si petite avec son petit corps, alors qu'elle trébuche sur ma poitrine. Elle halète en reculant rapidement. Elle est sur le point de courir mais j'attrape sa taille en la tirant vers moi. " Non!" crie-t-elle alors que je la tire dans la pièce. Je n'ai pas fait beaucoup d'efforts, car elle tire en s'éloignant de toutes ses forces. Ma force est écrasante, et elle sent une goutte de sueur couler le long de son cou alors qu'elle se débat en vain contre mes bras.
Une fois dans la chambre, je referme la porte face à elle. Elle me regarde maintenant, la peur assombrissant son visage. " Je t'en prie, non." Elle plaide doucement en secouant la tête.

Je n'ai rien dit, avançant en plaçant mes mains sur sa taille. Je la regardai avidement, pour la première fois, le cou, les seins et la taille. Mes mains glissèrent de haut en bas dans son dos alors que je sentais la dentelle qui maintenait sa robe ensemble. Elle ne peut pas gérer ça; elle pousse ses mains contre mes épaules de toutes ses forces. Je suis d'abord pris de court par ce mouvement, puis je la tiens fermement avant qu'elle ne s'enfuie à nouveau. « Éloignez-vous de moi ! crie-t-elle alors que je la saisis par derrière. Elle essaie d'écarter mes mains de sa taille. Je me contente de la tenir plus près, enroulant complètement mes bras autour d'elle. Je blottit mon visage dans son cou, l'embrassant et sentant ses cheveux. « Arrêtez ça ! Je ne le ferai pas ! tente-t-elle de crier, mais la sensation de mes lèvres sur sa peau nue lui fait frissonner le dos. Elle ne peut pas le contrôler ou comprendre ce qui se passe - la chaleur est écrasante. Je continue à embrasser son cou et elle sent des picotements dans tout son corps. Elle ne peut tout simplement pas comprendre ce que c'est ! "St-" tente-t-elle de dire encore et encore, mais ne peut pas finir alors que je continue à l'embrasser. Heureusement, je la laisse partir et elle se précipite à nouveau vers la porte. Cela ne sert à rien, elle est ramenée à l'intérieur. Je lui fais face, avec un regard affamé dans les yeux. Je la regarde de haut en bas. « J'ai dit, je ne ferai pas ça ! elle pleure, les larmes commençant à piquer avec sa colère.

Je m'approche alors qu'elle recule dans le placard à côté du lit. Elle est piégée. Je suis extrêmement proche en la regardant. Il fait trop chaud, pensa-t-elle, il fait tout simplement trop chaud ! Des perles de sueur continuent de couler sur son corps. "Albina, je suis libre et j'ai le droit de jouir de toi à ma guise. Ma belle-Albina." J'ai dit, en frottant son cou à nouveau "Je te possède." J'ai dit. Elle se débat à nouveau contre moi, mais sent ses bras faiblir alors que je tire la langue pour lécher son épaule. Quel est ce sentiment? Pourquoi est-elle devenue faible ? « Je ne suis pas à toi ! crie-t-elle, ignorant la logique de sa propre exclamation. "Tu l'es" répondis-je simplement, commençant à lui sucer le cou. Ses jambes commencent à trembler alors qu'elle se sent soudainement devenir humide entre ses jambes. " St-st-" elle ne peut pas finir; sa voix se tut. Il fait tellement chaud. Mes bras trouvent leur chemin jusqu'au dos de sa robe et jusqu'à la fermeture éclair qui la relie. Tout en continuant à caresser son cou, je dézippe sa robe. « Arrête ça, arrête ça », chuchote-t-elle, essayant désespérément de faire entendre sa voix chevrotante. Elle fourmille de partout; son corps semble envahi par l'émotion. Je dézippe sa robe en la tirant vers le bas. Il ne reste que son soutien-gorge et sa culotte.

" Non!" elle pleure. Me voir ainsi exposée la fit rougir d'un cramoisi profond. Elle enroule ses bras autour de ses seins, espérant que cela la fera se sentir plus à l'abri de mon regard. Je survole son corps, de la tête aux pieds. Je regarde ses épaules, et ses seins fermes, remplissant le soutien-gorge, comme s'ils essayaient d'éclater. Sa forme de sablier rend sa taille petite par rapport à ses hanches courbes qui se transforment en belles cuisses. Sa peau est lisse et légèrement plus foncée, contrairement à la plupart des autres filles de la ville russe. Elle est parfaite pour moi. Je veux et j'aimerai savourer chaque partie d'elle. Elle respire fortement; nerveux et effrayé. Je regarde profondément dans ses yeux sombres, mes yeux noirs d'intensité. J'ai une mâchoire pointue et carrée qui semble serrée, comme si elle retenait mon désir. Je m'agenouille en la prenant dans mes bras, la plaçant sur le grand lit. Elle tremble dans mes bras. Dès qu'elle est sur le lit, elle cherche désespérément une échappatoire. Alors qu'elle commence à ramper de l'autre côté pour sauter, j'attrape ses poignets pour l'amener à moi. "Je te veux et je t'aurai." dis-je doucement.

Elle glapit alors que je baise ses mains que je tiens fermement par les poignets. Je lâche prise en enlevant ma chemise. Elle regarde ailleurs; je suis énorme. Elle ne savait pas si elle pouvait le supporter. Elle me regarde à nouveau, alors que je pose ma chemise sur la table de chevet. J'ai plus de muscles qu'elle ne le pensait, ma poitrine large et mes épaules larges. Je me penche vers elle sur le lit, toujours debout. J'attrape sa culotte en la retirant soudainement. « Gah ! » halète-t-elle, rapprochant ses jambes et reculant. Son soutien-gorge est le suivant. Je la regarde la rejoindre sur le lit, la dominant. « Ah ! Arrêtez ! crie-t-elle en essayant de me repousser. je suis allongé sur elle; elle a peur de ne pas pouvoir respirer. Il fait trop chaud! elle pensait. Je tire sur son soutien-gorge, exposant pleinement ses seins. je m'arrête après cela; elle suppose que je l'aime sur elle. Je continue à la regarder, caressant lentement ses cuisses puis jusqu'à sa taille. Son corps frissonne à mon contact. Mes doigts rugueux la touchant doucement et doucement.

« Non », gémit-elle, se sentant de plus en plus humide entre ses cuisses, qu'elle maintient ensemble. Elle essaie de se tortiller lorsque je place mes lèvres sur son nombril, elle se sent à nouveau faible. Elle n'en peut plus ! Je continue à déplacer mes lèvres le long de son nombril, voyageant le long de son corps. Elle me crie d'arrêter. J'ouvre la bouche pour lécher. « Gah ! » crie-t-elle, le plaisir déchirant son corps. Quel est ce sentiment? elle pensait. Attrapant soudainement ses cuisses, j'écarte ses jambes, exposant sa fente dégoulinante. Elle crie et halète.
« Non, arrête ! Ne le regarde pas ! Elle se débat, je garde une forte emprise sur ses cuisses. « Albina, » gémis-je, extatique de son excitation. Avec un regard affamé je balaye en la ravissant. Elle tire, se tortille et crie alors que je lèche ses lèvres entrouvertes, gonflées et humides d'excitation. Je fais mon chemin dans sa fente aussi loin que je peux aller, la goûtant et sentant son parfum. Elle halète et crie. " Non!" crie-t-elle en explosant de plaisir. Son corps est extrêmement chaud et palpitant partout. Elle se tortille, mais son corps est faible face à ma langue. Je la contrôle de toutes les manières. Elle ferme la bouche pour arrêter ses cris de plaisir ; elle ne me récompensera pas. Elle étouffe tous les gémissements à travers ses lèvres fermées, alors que le plaisir continue de se construire et de se construire. Elle n'en peut plus et hurle. "Uhhnnnhhh. N-n-noo" essaie-t-elle de dire, mais je fais entrer et sortir MA langue d'elle, léchant son clitoris pendant que je sortais. Qu'est-ce que c'est? Pourquoi fait-il ceci? Elle se cambre involontairement ; tout son corps réagit à moi, à mon caprice. Elle ne peut s'empêcher de gémir; c'est tellement... tellement... qu'elle ne savait pas !

" S'il vous plaît arrêter!" elle souffle. « C'est sale ! Arrêtez ! » Elle se sent construire et construire... et puis, soudain, son corps éclate dans un orgasme intense. Elle hurle à la nouvelle sensation alors que je la lèche et la suce brutalement. Je me soulève d'elle en regardant son corps transpirant et haletant. Elle me regarde, alors que le coin de ma bouche se soulève en un petit ricanement. Elle déglutit difficilement, submergée par la réaction de son corps envers moi. Elle est épuisée. « Avons-nous fini ? » parvient-elle à dire à travers des respirations haletantes. L'autre coin de ma bouche se soulève en un sourire. Elle ne m'a jamais vu sourire avant. « Albina », ai-je dit avec un petit rire, et j'ai baissé la tête. J'ai continué pendant dix minutes, Albina se tortillant et agaçant alors qu'elle jouissait l'un après l'autre. Elle me supplie d'arrêter, je ne le ferais pas. La chaleur prend le dessus et elle ne sait pas si elle pourra le supporter. Je m'arrête finalement et je rampe à nouveau sur elle. Ma bouche est luisante de son jus. Je le lèche sur mes lèvres en la regardant. Elle croisa mon regard avec peur et vulnérabilité.

« Qu'est-ce que tu vas me faire maintenant ? Elle bégaie, la peur assombrissant sa voix. J'adoucis mon expression en me penchant pour embrasser sa mâchoire et son cou. Je me redresse à nouveau en commençant à retirer mon pantalon. Elle halète en me voyant ; Je suis énorme dans tous les domaines !
" Oh mon Dieu." crie-t-elle immédiatement en se reculant contre la tête de lit, en enroulant tout drap superflu autour de son corps. « Non, tu es trop grand. Non ! Ça ne rentre pas ! crie-t-elle d'horreur en secouant la tête. "Oui, ça ira," dis-je calmement. « Tu es assez mouillé, maintenant. Je me penche pour l'examiner, à peine enveloppée dans les draps blancs. Elle est belle, et je l'aurai. J'attrape ses chevilles, qui sont serrées contre son corps, alors que je la tire vers moi. « Non ! Tu es trop grand ! Tu es un… un monstre ! Je souris, sachant que je l'ai excitée. J'attrape ses cuisses en les forçant à s'ouvrir. J'appuie mon bout sur ses lèvres en sentant mon chemin autour d'elles. Elle gémit et halète, me suppliant d'arrêter. La sensation de picotement la laissa essoufflée. Avec une poussée soudaine, je me pousse à l'intérieur d'elle. Elle crie.

« Gahh ! Uhh, uhh » halète-t-elle. « Ça fait mal ! Ça fait mal ! J'ai poussé plus profondément ses mots, la faisant crier plus. " Non !! Tu es trop gros ! Tu es trop profond ! Tu me déchires en deux !" Son dos se cambre, alors qu'elle me sent tout entier en elle. Je commence à entrer et sortir d'elle lentement, allant plus profondément à chaque poussée. Ses yeux s'écarquillèrent alors que je m'enfonçais à fond. « Ahh ! elle gémit. " Ça fait mal!" Elle ne peut pas croire qu'il y a quelque chose d'aussi gros en elle. Elle est étirée. Elle sent qu'elle va déchirer à tout moment. Elle est très mouillée, alors que je glisse dedans et dehors d'elle. Je continue à pousser lentement et profondément. Elle est à bout de souffle pour dire quoi que ce soit, incapable de dire ce qui est douleur et ce qui est plaisir. Son orgasme monte, lentement. Soudain, j'attrape ses cuisses fermement, commençant à entrer et sortir d'elle plus rapidement et plus brutalement. Elle hurle de douleur. Je suis fort et rugueux alors qu'elle est soulevée du lit à chaque poussée.

" John!" elle crie mon nom. Cela m'excite davantage, alors que je m'enfonçais comme un batteur de pieux. Soudain, elle crie, atteignant son orgasme. Il surgit à travers son corps; le sentiment le plus euphorique qu'elle ait jamais éprouvé. Je n'avais pas encore atteint mon orgasme et continuais à pousser en grognant. « Tu es tellement serré, » ai-je grogné. " Tu es belle." Elle halète à chaque poussée, ses seins rebondissent. Je regarde son corps trembler et se cabrer à chaque poussée, devenant de plus en plus excité. "J'y suis presque," gémis-je et finalement j'ai des orgasmes, me penchant plus profondément et crachant mon sperme en elle. Elle sent que je la remplis à ras bord et gémit à la sensation. Je libère pendant longtemps, la remplissant davantage, jusqu'à ce que ça suinte d'elle. Je me garde à l'intérieur d'elle jusqu'à ce que je devienne mou en glissant hors d'elle. Je la regarde dans les yeux, fatiguée et satisfaite. Je m'appuie sur elle. Elle sent qu'elle étouffe, j'ai fait en sorte de ne pas m'appuyer de tout mon poids sur elle. Nous restâmes ainsi quelques minutes, haletants, haletants et transpirant. Je me suis finalement levé et je me suis assis, appuyé contre le montant du lit. Alors qu'Albina était allongée là, reprenant son souffle, je la soulevai en la plaçant sur mes genoux, posant les deux jambes de l'autre côté de moi. Elle s'agrippe à mes épaules pour se stabiliser. Je l'ai regardée avec amour, une expression qu'elle n'aurait jamais pensé voir.
« Albina, ta belle. Repose-toi, je reviens tout à l'heure.

Albina détourne immédiatement le regard en rougissant. Elle n'est pas en colère maintenant; Je l'ai conquise et lui ai fait plaisir. « Albina, » lui fis-je signe en penchant la tête pour mieux voir. Elle me regarde timidement. "Je vais prendre soin de toi," dis-je doucement. « Je ferai en sorte de vous procurer tout ce dont vous avez besoin. Vous resterez avec moi. Votre futur mari devra trouver une autre femme. Je lui paierai les frais qui lui ont été facturés pour vous amener ici. J'essaie de la gagner avec gentillesse. « Que savez-vous de mes besoins ? elle répond sèchement. Se surprenant elle-même, elle baisse les yeux. "Je sais que vous avez dû quitter la Russie. La seule façon de partir était de conclure un accord de mariage arrangé." dis-je lentement, mes doigts caressant maintenant ses seins et ses mamelons. Elle déglutit, s'efforçant de maintenir sa haine pour moi. Elle ne croiserait pas mes yeux. « Quoi ? Me trouvez-vous… peu attrayant ? » « Non ! » dit-elle un peu trop vite en rougissant. "Tu es séduisante," marmonne-t-elle dans sa barbe. " Quoi?" je demande avec un sourire, sachant très bien ce qu'elle a dit. « Tu es… tu es très… » « Hmm ?

« Vous êtes attirante. Riche et puissante. Elle finit à contrecœur, rencontrant rapidement mes yeux avant de baisser à nouveau les yeux. Je souris " Mais tu es... tu es trop grand pour moi!" Je me penche en l'embrassant dans le cou, "Tu apprendras à t'adapter à ma taille." dis-je dans ses longs cheveux noirs. Ses mains trouvent leur chemin vers ma poitrine, sentant à quel point je suis fort. Quoi qu'il en soit, elle ne pourra jamais le dire, mes lèvres l'ont rendue folle. "Tu es magnifique. Tu rencontreras Natalia mon amante de Russie. Elle t'aidera à accepter mes exigences sexuelles." Je gémis, embrassant jusqu'à ses seins. Je suce ses seins puis les embrasse. Elle essaie de s'éloigner, mes mains sont fermement sur son dos. Elle essaie de ne pas gémir, l'étouffant entre ses lèvres fermées. Un cri s'échappe alors que je mords doucement son mamelon dur. "Mnnuhh" gémit-elle alors que je continue à sucer le sein. Elle laisse tomber ses bras de mes épaules et ils frôlent accidentellement la bite. Elle se retire immédiatement. J'arrête de l'embrasser en levant les yeux avec un sourire. "C'est bon," dis-je. "Vous pouvez le toucher." "Non," marmonne-t-elle. Mais elle a une curiosité brûlante pour ma bite monstrueuse qui lui a procuré tant de plaisir. Elle baisse les yeux puis me regarde. Je hoche la tête pour montrer que tout va bien. Elle le touche doucement pendant que je soupire. Ils sont tous les deux sensibles au toucher. Elle enroule ses doigts autour de lui, testant sa taille. Elle halète, se demandant comment cette monstruosité était à l'intérieur d'elle. Je ferme les yeux, devenant plus excitée à son contact. Son souffle chaud sur mes joues est incroyable. Ma bite est devenue plus dure dans ses mains et elle halète à nouveau.

"Qu-" Elle commence à demander mais je l'interromps en la tirant sous moi. C'est le début d'une longue nuit. Albina me tient lâchement la main, nerveuse de ce qui va se passer ensuite. De nouveau nerveux et en colère. Comment s'est-elle laissée contraindre à un mariage arrangé ? Pourquoi ce riche magnat des affaires l'a-t-il sauvée de l'affaire ? Elle regarde autour de la pièce en voyant l'environnement luxuriant. A 35 ans, elle n'était pas prête pour ça ! Elle avait entendu parler de femmes prêtes à se donner à des hommes non russes, désirant le toucher d'un homme. C'est une femme calme et indépendante et une mannequin et chanteuse professionnelle qui n'avait pas de fringales sexuelles. Elle voulait la simplicité de sa vie en Russie. Elle se sent petite, insignifiante et submergée en ma présence. Elle ne peut s'empêcher de se sentir intimidée. Elle ne s'était jamais imaginée avec quelqu'un d'aussi riche et puissant. Je me consacre uniquement à mon empire commercial, malgré le nombre de femmes qui me flattent.

Elle s'éloigne, je la regarde. Elle est déconcertée - je semble si indifférent et distant que le contact visuel la surprend. Je continue à chercher, intensément. Elle ne savait pas quoi faire – pourquoi est-ce que je la regarde si longtemps ? Elle baisse immédiatement les yeux en rougissant. Je m'éloigne, sentant toujours mes yeux la suivre. "Pas plus. S'il te plait. S'il te plaît, laisse-moi juste partir." Elle supplie. J'ai dit: "Tu n'iras nulle part", alors que ma main laissait son mamelon glisser le long de son côté. J'attrape ses cheveux alors que ma main se fraie un chemin sous la robe courte baby doll. Elle essaie de serrer ses jambes mais je coince une de mes jambes entre elles, la forçant à s'ouvrir à nouveau. Ma main atteint sa chatte nue. Je frotte mes quatre doigts sur ses lèvres. Albina sent sa moiteur rendre ma main glissante. "Oh, petite fille," je murmure. J'ai dit : « Tu es mauvaise. Tu es une sale petite poupée sale. Mes doigts glissent facilement dans son ouverture de dilatation humide. Je lève mes doigts, lui montrant son humidité, juste devant ses yeux. « Qu'est-ce que c'est, petite fille ? » Je chuchote. « Dis-moi, poupée ? Qu'y a-t-il ?

Elle tremble et ne peut rien dire. Je frotte mes doigts humides sur toute sa bouche. "Goûte-le," je grogne. Albina serre les lèvres en essayant de se détourner mais je resserre ma prise sur ses cheveux. "Non," dit-elle. Je tire plus fort. « Ouvrez », dis-je. "Ouvrir." Elle savait qu'elle n'avait pas le choix. Elle est terrifiée, alors elle a fait ce que j'ai commandé. Elle ouvre la bouche en glissant sa langue sur ses dents alors que je mets mes doigts dans sa bouche. "Goûte-le," dis-je. Elle passe sa langue sous la longueur de mon doigt. « Oh, ouais. C'est une gentille petite fille. Suce-la. Elle suce mes doigts jusqu'à ce que je les retire de sa bouche. Ma main est revenue directement à son humidité effrayée et excitée. J'ai enfoui deux doigts entre ses lèvres, puis je les ai retirés et j'ai commencé à entourer son clitoris. Elle se sent faible dans les genoux. Elle se sent faible. Elle a totalement perdu le contrôle d'elle-même ? Je soulève sa robe jusqu'à son cou, laissant son corps exposé.

J'accélère le rythme, plongeant mes doigts dans sa chatte trempée. Elle entend le laisser-aller. On dirait que du liquide éclabousse de sa chatte. Albina sent un orgasme l'envahir. Je place ma bouche sur son oreille, "Dis encore baise-moi," dis-je. "Dis, 'Je veux que tu me baises à nouveau brutalement." C'est tout ce qu'elle peut supporter. Son corps commence à trembler. Elle pensait qu'elle pourrait tomber. Frénétiquement, elle supplie : « S'il te plaît, baise-moi brutalement et durement. Son corps commence à convulser alors qu'elle commence à gicler partout. Sa chatte spasme si fort qu'elle repousse mes doigts. Je me suis concentré sur le frottement de son clitoris alors qu'elle tirait flux après flux sur le sol. « Oh oui, petite fille. Laisse tout sortir. C'est une gentille fille. J'ai dû la tenir debout pour l'empêcher de s'effondrer sur le sol alors qu'elle ressentait des vagues de chaleur et des frissons. Elle est complètement molle. Je ne veux pas lui laisser une pause, je finis de lui enlever sa robe, de la soulever, de la porter jusqu'au lit, où je la pousse par-dessus le bord du lit. Elle est face au mur.

« Mets tes mains sur le lit et reste face au mur », ordonnai-je. Elle a obligé. Je crache sur ma main et commence à explorer son trou du cul, frottant son bord. Je pose un doigt sur le seuil de ses trous de cul et de chatte en lui ordonnant de "baise ma main". " Je t'en prie, non."
« Tais-toi, regarde le mur et baise ma main. N'ose pas te retourner vers moi. Elle regarde le mur et commence à pleurer alors que sa chatte et son cul tendres repoussent contre ma main. Alors que mes doigts remplissent son trou du cul, elle se sent humiliée. Elle sent un autre orgasme monter en elle alors que ses hanches commencent à s'enfoncer dans ma main. Albina a tellement honte d'elle-même, mais elle ne peut s'empêcher de faire ce que son corps fait. Je sens la tension dans son corps et commence à plonger mes doigts en elle. Elle ne peut s'empêcher de pousser des cris étouffés alors que son corps tourne vers un autre orgasme éjacule. « Continue à venir pour moi. C'est une gentille fille, Albina.

Alors que les dernières convulsions secouaient son corps, je la relevai, la retournant. Elle aurait pu mourir d'humiliation à ce moment-là. J'ai poussé une chaise devant elle et lui ai ordonné de se pencher sur le dossier et de poser ses mains sur le siège. J'attrape ses cheveux en lui tirant la tête. Albina sent la pression de ma bite dure contre sa chatte. Je glisse lentement tout le chemin en elle. Un grognement involontaire de sa part alors qu'elle se met à pleurer. Je me retire lentement, savourant chaque centimètre de mouvement. Elle entend un bruit de succion humide alors que ma bite quitte sa chatte. « Oh, oui. C'est une jolie chatte. Tu es née pour être baisée, Albina. Ma bite se glisse facilement dans sa chatte en attente. « Je ne te fais rien faire. C'est toi qui le fais. Tu fais tout. Maintenant, je veux que tu me supplies de te baiser plus fort. Elle gémit, " s'il te plait ne me fais pas ça." Mes poussées sont devenues de plus en plus dures. « Maintenant, demande-moi de te baiser plus fort. Dis-le ! Dis-le !
« S'il vous plaît, baisez-moi plus fort, monsieur. S'il vous plaît, baisez-moi plus fort. Je l'ai baisée de plus en plus fort. Elle pensait qu'elle pourrait s'effondrer. Mon rythme ralentit et puis j'ai dit: "Ok, maintenant, supplie-moi de te baiser le cul."

« Oh mon Dieu, non », supplie-t-elle. Je tends la main en attrapant ses cheveux et je lui tire la tête en arrière. " Dis-le!" Alors que les larmes coulaient sur son visage, elle l'a dit. "S'il te plaît, baise mon trou du cul vierge." Je me retire et elle sent la pression d'un doigt ou d'un pouce sur le bord de son trou du cul. « Ouvre-la », ordonnai-je. Elle est devenue assez douée pour contrôler la constriction et le relâchement de son anus. L'ouvrir prend une étrange combinaison de poussée et de détente. Elle se concentra et me l'ouvrit. « Oh, oui. Regardez cette version et ouvrez-la. » Je crache dans son trou ouvert en poussant ma bite dedans, la remplissant. Elle a failli s'évanouir. Je ne l'ai pas pris facilement, je l'ai enfoncée brutalement et elle gémit "Oh mon dieu. Oh mon dieu. Oh mon dieu!" Elle se sent comme une poupée de chiffon. Elle n'arrive pas à croire à quel point le claquement est fort. Albina commence à venir une quatrième fois. Je continue à claquer son trou du cul convulsif alors que sa chatte recommence à gicler. Je gémis en explosant en envoyant des jets de sperme dans son cul serré.

Albina s'est effondrée sur le lit, je l'ai roulée sur le dos, écartant ses jambes en rampant entre elles. Albina claque sur ma bite, la forçant aussi loin en elle qu'elle le peut. Elle a contracté son sphincter aussi fort qu'elle le pouvait, essayant de m'arracher la bite avec son cul. "Oh mon dieu bébé," dis-je, alors que je roulais des yeux dans ma tête. Albina se sent en contrôle maintenant, pour la première fois depuis qu'elle est avec moi. Quand mon corps se met à convulser, le sien aussi. Elle sent à nouveau les vagues de plaisir la submerger.
« Tu me fais jouir ! Je crie. « Tu me fais jouir ! Elle commence à jouir aussi, sa chatte tremble et du liquide commence à couler. Elle sent ma bite convulsive à l'intérieur de son cul et des ruisseaux viennent tirer dans son cul et elle l'a perdu. Elle se penche en arrière, giclant mon torse avec son jus. Elle a giclé avec force. Elle veut me faire du mal pour ce que je lui ai fait. Tout à coup, elle a lâché en s'effondrant sur moi.

Articles similaires

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

553 Des vues

Likes 0

Le cadeau de Noël spécial de maman

« Cadeau de Noël spécial pour maman » par rmdexter L'histoire suivante est une œuvre complète de fiction et de fantaisie. Toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Notez que contrairement à la plupart de mes œuvres publiées, il s'agit d'une histoire autonome, offerte en vacances grâce à tous mes lecteurs fidèles. Gardez cela à l'esprit lors de la lecture - j'espère que vous l'apprécierez. Et s'il vous plaît, prenez le temps de voter ou de laisser un commentaire, les auteurs l'apprécient. « Jake, je n'arrive pas à croire que tu te sois donné tant de mal ! » a...

1.3K Des vues

Likes 0

Ne jamais regarder en arrière_(2)

Introduction J'ai entendu quelqu'un emménager dans le manoir, dit le petit Jeremy d'un ton neutre. Sa voix d'adolescent était forte de confiance et sa poitrine était haute pendant qu'il parlait. Menteur, répliqua Porter instantanément. C'était impossible, tout le monde savait que cette maison était hantée. Les deux avaient 7 ans à l'époque et leur imagination travaillait constamment à des histoires. Beaucoup de leurs histoires étaient centrées sur le mystérieux manoir qui se trouvait au sommet du terrain montagneux qui entourait leur ville du Colorado. Les deux étaient convaincus qu'il était hanté, donc la perspective que quelqu'un l'habitait était incompréhensible. Non, Jeremy...

1.2K Des vues

Likes 0

Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club. = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne...

934 Des vues

Likes 0

Dortoir 3 de GF

C'est l'histoire de Teagan, ma petite amie du temps où j'étais à l'université et de sa colocataire, Sarah. Si vous n'avez pas lu les parties 1 et 2, veuillez d'abord les consulter. --- Quelques jours se sont donc écoulés et Sarah a fait comme si de rien n'était. Comme si le fait qu'elle me regarde baiser et jouir sur Teagan n'était qu'un rêve. Comme si elle n'avait pas léché le sperme de Teagan sur ma bite et avalé mon sperme pendant que Teagan faisait la vaisselle. Pour être honnête, je n’étais même pas sûr que cela se soit produit. C'était tellement...

400 Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

2.1K Des vues

Likes 0

Délice du commandant

Remarque : Bonjour à tous ! Encore une fois, comme toujours, j'écris pour l'argent. S'il vous plaît envoyez-moi un message si vous souhaitez votre propre histoire personnelle, privée et impressionnante de smexiness. Si vous n'avez rien de gentil à dire sur les commentaires, ne les dites pas du tout :) Si vous avez aimé le conte, ajoutez-moi s'il vous plaît comme ami ou ... critiquez ceci de manière positive. J'ai plus de 400 pages de travail que je mets en place et des notes positives, des commentaires positifs, des commentaires positifs - ils me font sourire. Duke était devenu plutôt impétueux...

2.6K Des vues

Likes 0

Les pulsions excitées de sa fille - 6

Janie s'est réveillée le lendemain matin en se sentant rafraîchie et vivante. Elle se leva et se regarda dans le miroir. Ses yeux brillaient et une nouvelle conscience brillait au plus profond d'eux. Voulant faire plaisir à son papa, elle s'est assise devant sa commode, nue. Elle s'est maquillée avec autant de soin qu'elle savait le faire, puis elle a attaché ses cheveux en queue de cheval. Quand elle eut fini, elle choisit un chemisier beige fin et une jupe courte beige. Après avoir choisi un soutien-gorge rose et une culotte de bikini en nylon transparent, elle s'est habillée. En se...

1.7K Des vues

Likes 0

L'ÉNORME BITE DU VOISIN NOUS IMPRESSIONNE DANS LE HOT TUB

Je m'appelle Amélia. Mon mari, Terry, et moi avons déménagé dans un quartier calme de l'ouest du Tennessee il y a environ 12 ans. Nous avons acheté une belle petite maison et, après avoir emménagé, avons décidé d'ajouter un joli et grand bain à remous dans la cour arrière, avec une terrasse de spa assez importante qui l'entoure. La maison et le bain à remous étaient parfaits pour nous ...... comme nous n'avions pas d'enfants, nous avons passé beaucoup de temps à nous détendre - principalement nus - dans le bain à remous le week-end et la plupart des soirées. En...

1.2K Des vues

Likes 0

L'élixir de vie

Note de l'auteur :[/b] The Elixir of Life est apparu sur xnxx l'année dernière. J'ai reçu de nombreux e-mails demandant qu'il soit republié ** Être un scientifique en génétique n'était pas sans avantages. Quatre assistants à plein temps, des bureaux cossus et n'oublions pas la nouvelle décapotable Lexus. Ils l'avaient chassé de la Brewer Pharmaceutical Corporation l'automne précédent, avec l'attrait d'un nouvel équipement de laboratoire à la pointe de la technologie et le type de financement sans fond auquel seules les agences gouvernementales semblent avoir accès. Dr James Wilson - Généticien principal a proclamé la plaque quelque peu ostentatoire située au niveau...

1.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.