Dominion : Chapitre 6 : Ingénierie d'une horreur

656Report
Dominion : Chapitre 6 : Ingénierie d'une horreur

Ingénierie, une horreur

Toute la rive de la rivière était bouclée, avec des scies et des torches sifflant et gémissant dans le froid. Tous les ouvriers du bâtiment du comté avaient été embauchés pour ce projet, et beaucoup d'entre eux nécessitaient des pots-de-vin, des menaces ou de l'extorsion pour accepter le poste. Ils étaient payés en or, créés grâce aux pouvoirs du Dominion. Ils ont travaillé jour et nuit, peu importe l’ampleur de la neige ou la force des vents du nord. Les entrepôts étaient rénovés sous prétexte qu'ils seraient transformés en abattoirs et centres de transformation, tandis que de nouveaux bâtiments poussaient comme de la mauvaise herbe. On a dit à d’autres que ce serait une prison ; deux mensonges qui étaient terriblement proches de la vérité. L’idée de nouveaux emplois séduirait n’importe qui, et cela expliquait toutes les cellules de détention et les machines en cours d’installation.

De nouveaux entrepôts étaient également construits pour le stockage, contenant des camions de nourriture amenés, suffisamment pour nourrir plusieurs armées. Tout ce travail donnait un élan à l'économie et Noël passait avec toutes les entreprises de la ville affichant de gros bénéfices. Mais alors que le public jouissait d’une ignorance bienheureuse, nombreux étaient ceux qui savaient que les choses allaient prendre une tournure sombre, et parmi ceux qui en étaient informés, leurs souffrances avaient déjà commencé.

En ce moment, c'était Marie qui souffrait le plus. Elle était suspendue au plafond de la chambre d'amis par un système de cordes nouées autour de son corps comme une balançoire sexuelle. Elle était nue, elle et ses camarades esclaves n'avaient pas le droit de porter de vêtements. En plus des brûlures causées par la corde, elle a également eu des engelures dues à la brise âpre de janvier qui traversait sa fenêtre cassée. L’air était humide, presque humide. Cela venait de son sang qui s'évaporait. Une fois de plus, Dominion lui coupa la chair, la faisant crier d'agonie. Il utilisait un éclat de verre, le même éclat qu'elle avait utilisé pour tenter de se suicider après avoir brisé la vitre.

C'était une punition pour avoir tenté de lui échapper par la mort. Ce qu’elle ne savait pas, c’est que le suicide ne la sauverait pas. Son visage, celui dont son mari était tombé amoureux, avait été marqué au fer rouge. S003. C’était un numéro d’identification, gravé sur sa joue et la qualifiant de propriété de Dominion. Cela signifiait qu'elle était sa troisième esclave. Cho et Hijiri avaient également été marqués, mais ces marques n'étaient pas seulement destinées à l'étiquetage, elles étaient aussi des sceaux. Ils agissaient comme des ancres sur leur âme, les liant à leur corps. S’ils mouraient, leurs âmes resteraient piégées dans leurs cadavres, incapables de passer à autre chose, comme si elles étaient dans le coma. À ce stade, Dominion pouvait les récolter quand il le souhaitait.

Mais ils ne le savaient pas.

Cho savait ce qui l'attendait si Dominion la tuait, mais elle pensait que seuls les spectres attachés à elle pouvaient empêcher sa liberté. Elle pensait que la marque n’était qu’une marque. Quant à Mary, comme Hijiri, elle ne savait même pas que son âme pouvait être prise. Elle vivait toujours dans l’illusion que si elle pouvait se suicider, elle pourrait échapper à la cruauté de Dominion. Cette lueur d'espoir, il la tourmentait avec. Ce n'était pas sa première tentative de suicide, et chaque fois qu'elle essayait, il la torturait en guise de punition, pour lui montrer qu'il pouvait encore infliger tant d'agonie. Mais elle ne pouvait pas s’en empêcher. La douleur des viols quotidiens à elle seule lui donnait envie d’en finir avec tout cela, mais plus que cela, elle voulait retrouver ses enfants. Si seulement elle savait qu'ils étaient piégés au sein de Dominion, réduits en esclavage, tout comme elle.

Il faisait des cercles autour d'elle, lui coupant la chair toutes les quelques secondes et savourant ses cris. Le sang s'accumulait sous elle, pas assez pour risquer sa vie, mais c'était plus qu'elle n'en avait jamais versé, même pendant l'accouchement. Son corps beau et mature, c'était comme s'il avait trouvé une nouvelle façon de le souiller et de l'empoisonner chaque jour qui passait.

« Vous ne comprenez toujours pas, n'est-ce pas ? Chaque aspect de votre existence m'appartient. Tu meurs seulement quand j'ai dit que tu pouvais mourir. Debout devant elle, il lui coupa les yeux. Aveuglée, elle poussa son cri le plus fort, le sang se mêlant à ses larmes. « Vous méritez d'être puni, vous méritez de souffrir, car c'est la vie que j'ai décidée pour vous. Vous ne vivez que pour recevoir ma cruauté. Vous ne vivez que pour mendier la mort.

"S'il te plaît! Tue-moi ! Je veux mourir!" Elle a crié.

Dominion a pris le fragment et l'a poignardée au mamelon droit comme s'il éteignait une cigarette. Les bords rugueux du verre coupent la chair spongieuse à un niveau presque microscopique. Elle sanglotait alors qu'il l'enfonçait plus loin, creusant dans le conduit. «Je le ferai, quand je serai fatigué de toi. Quand tu seras si tordu et brisé que tu seras engourdi à la fois par la douleur et l'extase, je mettrai fin à toi et je jetterai ton cadavre de côté comme des ordures. Mais en attendant, tu es mon jouet.

Maintenant, je dirais que c’est suffisant pour une journée. Je vous laisse réfléchir à ce que vous avez fait. Bonne nuit."

Il partit ensuite, quittant la pièce avec la fenêtre toujours cassée et Mary aveugle et saignante suspendue au plafond. Il chargea un spectre de la surveiller. Si elle souffrait d’hypothermie et était sur le point de mourir, il reviendrait pour la sauver, mais d’ici là, ses coupures, sa cécité et ses engelures évolutives pourraient attendre demain pour être guéries.

Dans sa chambre, Cho soupira alors que les cris cessaient enfin. Cela faisait un mois que Dominion avait amené cette femme, Mary, au manoir. Elle était confinée dans l'une des chambres d'amis presque 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7 et, comme Cho et Hijiri, elle n'en sortait que pour les repas. L’heure des repas était également le seul moment où ils étaient autorisés à utiliser les toilettes. Cho ne parvenait pas vraiment à la comprendre, principalement parce qu'il leur était interdit de se parler. La seule fois où elle l'a vue, c'était lorsqu'elle avait le visage enfoui dans son bol de nourriture, et lorsqu'ils ont établi un contact visuel, elle a pu voir une lueur de mépris, mais elle ne comprenait pas pourquoi.

Et elle n’était pas la seule nouvelle venue. Il y avait aussi cet homme, cette… chose. Vêtu d’un uniforme d’officier SS et dépourvu de tout le devant de son crâne, il semblait être le commandant en second de Dominion. Des tâches lui étaient souvent déléguées que Dominion ne pouvait pas confier aux hommes de Misato, mais jamais à découvert. Dominion ne s’était pas encore exposé au monde, il gardait donc également son serviteur caché. Elle le voyait pendant les repas, lui fournissant des mises à jour et des rapports pendant que Dominion mangeait. Il ne prêta aucune attention à elle ni aux autres esclaves. Mary le regardait toujours avec une expression peinée, mais pour Cho, ce n'était qu'un autre mystère. Elle avait le sentiment qu’il était une personne ordinaire, car le chef du manoir avait été transformé en quelque chose de similaire.

Ensuite, il y avait les nouveaux serviteurs de Dominion. Même s’ils ressemblaient vaguement à des humains, ils n’avaient rien d’humain. Ils étaient anormalement grands, avec des corps pâles et dégingandés et des bras qui descendaient jusqu'aux genoux. Ils n’avaient pas de nez, mais exposaient leurs sinus et des yeux cruels. « Sentinelles », c’est ainsi que Dominion les appelait. Il semblait capable de les créer, mais elle ne savait pas comment. Elle ne les entendait jamais parler, à moins que Dominion ne lui pose une question, et chaque mot qu'ils prononçaient avait une sorte de « gloussement », comme si les os de leur cou étaient brisés. Ils s'occupaient des tâches quotidiennes, comme le ménage et la lessive.

La paix n’était que temporaire, car elle entendit les pas de Dominion approcher. Elle recula instinctivement, se retirant vers le coin. C'était inutile, elle savait qu'il n'y avait rien à faire pour lui échapper, mais sa peur de la douleur lui disait de courir, que même un instant de prolongation vaudrait n'importe quel effort. Elle l'entendit s'arrêter devant sa porte, la poignée trembla alors qu'il la saisit, mais ensuite il la lâcha et partit. Aussi vite que Cho relâcha son souffle retenu, elle l'entendit ouvrir la porte de la chambre de Hijiri.

"Non! Je t'en prie, non!" sa sœur a crié à son arrivée.

Hijiri avait été violée presque tous les jours depuis son arrivée, mais elle implorait quand même grâce à chaque fois qu'il venait la chercher et criait comme s'il lui arrachait à nouveau sa virginité. Cho se cachait sous les couvertures de son lit et se bouchait les oreilles, mais les sons se glissaient toujours. Dominion la narguait, la frappait et la battait pour son manque de conformité, puis la violait pendant une heure ou plus, avec les cris de Hijiri. sans fin.

Pour Cho, c'était une torture. En entendant sa sœur se faire violer, elle ne pouvait pas le voir mais était obligée de l'imaginer. Dominion lui disait souvent quelle position prendre, et Cho avait le sentiment qu'il le faisait pour qu'elle le sache. C'était juste une autre façon de les faire souffrir. Le plus souvent, il les violait ensemble, laissant Cho et Hijiri trempés dans le sperme de leur maître et le jus de chacun. Ils devraient le regarder se relayer avec eux, se vider dans l'un puis attraper l'autre et la faire le sucer.

Des jours comme celui-ci, il les séparait pour les isoler. Il violerait l’un, laissant l’autre se vautrer dans la peur et l’anticipation. La culpabilité les rongerait, le sentiment d'impuissance, chacun incapable d'aider ou de protéger l'autre. Tout ce qu’ils pouvaient faire, c’était écouter les cris des autres. Ces abus quotidiens faisaient payer un lourd tribut à Hijiri. Cho l’entendait souvent chanter des chansons d’enfants ou parler à leur mère décédée. Pendant les repas, elle la voyait avec des touffes de cheveux manquantes et des cicatrices dues à ses coupures. C’était comme si le sperme de Dominion était acide, faisant fondre sa raison chaque jour qui passait.

Pour Cho, la seule chose qui la gardait saine d'esprit était le fait qu'elle était encore en vie. Elle savait que quoi que Dominion fasse à son corps ne serait rien comparé à ce qu'il pourrait faire à son âme. Elle devait juste être reconnaissante de l'avoir toujours.

Plus d'une heure de cris et d'applaudissements plus tard, Dominion a finalement mis fin à son assaut, laissant Hijiri évanoui. Mais il n’avait pas fini pour la nuit. Cho se mit automatiquement à pleurer lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit. Dominion se tenait là, ne portant rien d'autre qu'un sourire insidieux. Son membre était toujours en érection et luisait du sang et de l’humidité de Hijiri. Sa force et sa cruauté rendaient les saignements fréquents chez ses victimes.

«Ta petite sœur putain s'est évanouie devant moi. Il vous reste maintenant à terminer le travail. Sur vos genoux." Tremblante, elle s'agenouilla et il s'approcha d'elle. Elle ouvrit la bouche et reçut sa bite, la suçant comme une bonne esclave. "Ouais, elle a un goût sucré, n'est-ce pas ?"

Elle hocha la tête, sachant qu'un désaccord lui valoirait une gifle, voire pire, mais il semblait qu'il n'y avait pas de bonne réponse. Plutôt que de simplement la laisser travailler, Dominion lui a attrapé les cheveux et a commencé à lui baiser le crâne. Il n'y avait aucun avertissement, elle ne pouvait que agiter ses membres et pousser un gargarisme. Le flux de ses larmes augmentait avec la stimulation de son réflexe nauséeux, tandis que chaque respiration sonnait comme le coassement d'une grenouille. Une corde apparut dans la main de Dominion et il l’enroula autour de sa nuque comme un garrot inversé. Il le serra fort, forçant son visage contre ses genoux avec ses couilles inondées par la cascade de crachats coulant dans sa bouche.

Au bout d'une minute, il sortit sa bite et l'étala sur son joli visage, mélangeant sa salive mousseuse à ses larmes. Puis c'était de nouveau dans sa gorge pour une reprise des abus. La brutalité a continué pendant plusieurs minutes, Cho vomissant plusieurs fois sur sa queue sans aucune pitié pour le montrer. Puis il s'arrêta et un frisson le parcourut. Elle toussait et sifflait quand il jouissait, lui tirant sa charge directement dans la gorge et lui donnant l'impression de se noyer dans son sperme.

Il s'est retiré d'elle à nouveau et elle a immédiatement vomi, envoyant son sperme et le contenu de son estomac couler sur ses seins. Sa main mouillée par les fluides combinés, il lui frappa le visage puis enfonça ses doigts dans sa bouche. « Regardez-vous, révoltant. Vous adorez ça, n'est-ce pas ?

Elle hocha la tête, les yeux fermés pour ne pas être aveuglée par la saleté. Sa queue a remplacé ses doigts et il a recommencé à lui violer la bouche. Cela a continué, Dominion baisant le crâne et faisant exploser sa charge encore et encore, seulement pour qu'elle le vomisse. Il a changé de position plusieurs fois, cherchant simplement de nouvelles façons de la maltraiter. A genoux, agenouillée, ses doigts enroulés dans ses cheveux, c'était le plus courant. Ensuite, il la jeta sur son lit, la tête pendante du bord. Il commençait à s'enfoncer profondément dans sa gorge, laissant ses couilles frapper son visage sale, tout comme lorsqu'il l'avait violée pour la première fois sur le bureau de son père.

Le dernier était lui assis contre la tête de lit de son lit, elle se penchait et le suçait. C'était la pire position pour elle, puisqu'elle devait reproduire sa cruauté et se forcer à s'étouffer avec sa queue. Sa tête était complètement abaissée, ses lèvres jusqu'à la base et la tête de sa bite raclant le fond de sa gorge. Il s'est tordu les hanches, sa virilité frappant sa luette. Il jouit une fois de plus, une quantité inhumaine de sperme se déversant dans son estomac, pour ensuite être régurgité à cause de la punition infligée à sa gorge.

Après une heure d'abus, il s'est finalement séparé d'elle. Elle était couverte de crasse de la tête aux pieds, sa peau était collante et visqueuse. Elle gisait par terre comme une victime de la route, épuisée, sa gorge ressemblait à une vieille chaussette. Pourtant, Dominion n’était toujours pas rassasié. La corde qu'il avait créée, il l'enroula autour de son cou comme une laisse et la traîna sur ses pieds vers la salle de bain. Il l'a jetée dans la douche et l'a allumée, et malgré sa gorge douloureuse, elle a crié à cause de l'eau extrêmement froide.

Dominion entra et l'attrapa, lui lavant brutalement le visage avec sa paume. « Une sale pute comme toi a besoin d'être purifiée pour son Maître. Sentez-vous cette eau sur votre corps dégoûtant ? Ce sont les larmes de ta famille, de voir à quel point tu es devenu pathétique. Je rends service à ton père en le gardant hors d’ici. Il ne devrait pas voir à quel point tu es devenue une salope révoltante.

Il la pencha ensuite, son corps frissonnant à la fois à cause du froid et de ses gémissements en larmes. Claque! Dominion lui a giflé le cul assez fort pour lui laisser une marque. Elle a crié mais cela lui a valu une autre gifle. Il lui donna une fessée comme une machine, chaque coup rougissant sa chair et provoquant de nouveaux cris. Il lui tirait les cheveux, la contrôlait et la maintenait penchée dans cette position. Elle ne pouvait rien faire pour lui résister, rien pour atténuer la douleur.

"Je suis désolé!" » cria-t-elle ces mots, le visage en désordre malgré le fait qu'elle ait été forcée de prendre une douche. "Je suis désolé! Je suis désolé! Je suis désolé!" Elle s'excusait à chaque gifle, plaidant de plus en plus fort à chaque fois. Elle ne savait pas pourquoi elle s’excusait, elle ne savait même pas à qui. Elle espérait simplement que cela pourrait apaiser la colère de Dominion si elle se repentait de tout ce qu'elle avait fait pour le mettre en colère.

« Cela ne sert à rien de s’excuser. Vous n'avez rien fait de mal. Ce n’est pas une punition ou du karma, rien dans votre vie ne vous a amené à ce moment. C'est juste moi qui m'amuse à tes dépens. Vous êtes faible, donc vous êtes une proie. C'est la dureté du monde, la cruauté de la réalité. C'est une loi de la nature que vous souffriez de ma part. Acceptez cette horreur, acceptez le désespoir, noyez-vous dans votre souffrance.

Puis il s'est mis derrière elle et lui a écarté les fesses. Elle a essayé de le supplier de ne pas le faire, mais toujours glissant à cause de la crasse de la chambre, il a enfoncé sa bite dans son anus. Il ne l'avait jamais sodomisée auparavant, c'était la première fois qu'elle la touchait, mais comme prévu, cela lui faisait crier à un tout autre niveau de volume. Elle pouvait le sentir, le mélange dégoûtant de fluides en elle, c'était comme une preuve liquide de ses abus.

Dominion, ayant accumulé beaucoup d'expérience dans le viol anal, a commencé à la marteler à toute vitesse, la laissant sans le temps de se préparer ou de s'habituer à la sensation d'insertion. Elle était si serrée qu’elle avait l’impression qu’il allait la déchirer. Avec de l'eau glacée coulant sur son dos, Cho, toujours penchée, s'accrochait au robinet de la baignoire, sanglotant tandis que le bruit de la chair mouillée frappant comme un silex et de l'acier éclipsait le sifflement de la douche au-dessus de sa tête. La corde d'avant, il l'a serrée autour de sa gorge, l'étranglant et la laissant à bout de souffle pendant qu'il lui violait le trou du cul.

Peu importe à quel point elle criait fort ou à quel point elle sanglotait, les abus continuaient. Cela ne s'est pas arrêté jusqu'à ce qu'elle sente enfin de la chaleur en elle, sous la forme du sperme de Dominion inondant sa cavité anale. Finalement, il se retira d'elle et elle tomba sur le sol de la douche, vidée de toute énergie. Il se tenait au-dessus d'elle, une goutte de sperme tombant de sa virilité dégonflée.

"Savourez cette douleur, car le jour viendra où vous rêverez d'avoir une chair vivante."

Il partit ensuite, la laissant recroquevillée sous la douche, l'eau froide tombant sur elle.

=============

C'était un matin glacial de janvier, Dominion faisant une visite guidée de l'une des installations nouvellement construites. L'entrepôt était rempli de cellules de détention ressemblant à une prison. A ses côtés se trouvait Blight, sa posture parfaite et son « visage » illisible comme toujours. Il avait été chargé de superviser la construction de cet endroit, et l’expression de Dominion lui disait qu’il avait bien fait.

« Exquis, Blight. Vos connaissances nous ont certainement été utiles.

"Tu m'humilies avec ta louange, oh Seigneur."

« Est-ce que tous les préparatifs sont terminés ? »

« Oui, nous sommes en surstock de tout ce dont nous pourrions avoir besoin. Tout est prêt pour les arrivées.

"Bien. Rassemblez les hommes, nous déménageons ce soir. Blight s'inclina puis partit pour exécuter la commande. Seul, Dominion lui tendit la main. «Maintenant, construisons la nouvelle race de soldats.»

Une serre sortait de son pouce, qu'il utilisait pour trancher son index. Le sang commença à couler lentement, mais plutôt que de simplement s'accumuler à ses pieds, il se répandit en grandissant. Cela s'étendait sur tout le sol, puis du sang, ils s'élevaient. Ce n’étaient pas de simples esprits ayant reçu une forme corporelle, c’étaient des entités biologiques. Chacun était imprégné d'un démon et de dix spectres, dont l'esprit était façonné autour de l'ordre d'obéissance totale à Dominion. Il a injecté dans leur esprit des connaissances et une capacité de traitement accrue, les rendant bien plus polyvalents et utiles que ses animaux de compagnie dérangés. Il les regarda se lever, leurs corps massifs prendre forme, et ne put s'empêcher de rire en prévision de l'holocauste qui allait se produire.

=============

Il était minuit lorsque le sol commença à trembler, une soirée glaciale avec des chutes de neige constantes. Ce qui a secoué le sol, ce sont les pas rythmés des troupes impies du Dominion alors qu’elles défilaient dans les rues de la capitale. Il n’y en avait qu’une centaine, mais leur taille monstrueuse et leur poids considérable leur donnaient une synchronicité de choc. Mesurant dix pieds de haut, leurs membres ressemblaient à des troncs d’arbres. Non seulement ils étaient épais de muscles, mais leur chair était recouverte d’une armure d’os sombre. Leurs empreintes dans la neige étaient massives, mesurées non pas en pouces, mais en pieds. Leurs visages n'avaient pas de lèvres, exposant leurs dents triangulaires, tandis que leurs yeux étaient rouge sang, sans rétine ni iris perceptibles. Leurs têtes étaient ornées de cornes bulbeuses, rappelant les coiffes des pharaons égyptiens, avec des défenses en forme de barbe poussant sur leur menton. Sur leurs épaules se trouvaient des ailes repliées, mais c'était un mystère si des créatures aussi massives pouvaient réellement voler.

« Hulks », on les appelait pour des raisons évidentes. Comme les sentinelles, ils étaient une branche de la nouvelle race que Dominion surnommait « le rejeton ».

À leur suite se trouvaient les hommes de Misato, chacun d’eux presque au point de rupture. Ils avaient reçu leurs ordres, ils savaient ce qui allait arriver et ils voulaient résister de toutes les fibres de leur être, mais même sans les mauvais esprits cachés dans leurs ombres, les géants devant eux avaient brisé leur esprit. C'était comme si le Diable avait pris l'essence même de la violence et lui avait donné une forme physique. Leurs articulations élargies, terminées par ce qui ressemblait presque à des segments de colonne vertébrale, pouvaient déchirer la chair et pulvériser les os avec facilité. Tout aussi terrifiantes étaient les sentinelles, les troupes noires dégingandées marchant à leurs côtés. Ils ne parlaient que lorsque l'un des hommes était à la traîne ou avait l'air d'errer, une menace rapide et dure de revenir en formation. Comme les Hulks, ils ne portaient pas d’armes, mais c’était parce qu’ils n’en avaient pas besoin.

Si tard dans la nuit, il n'y avait presque personne dans les rues, à l'exception de ceux qui travaillaient de nuit ou qui sortaient des bars en trébuchant. Le bruit des pas attirait leur attention, où ils regardaient avec une totale incrédulité, pensant que leurs yeux leur jouaient des tours ou qu'il s'agissait d'une sorte de farce. Alors la réalité leur apparaîtrait et les instincts prendraient le dessus.

Sur Main Street, un homme se dirigeait vers sa voiture après avoir verrouillé les portes de son restaurant, mais en voyant les bêtes en marche, ses pas fatigués se sont transformés en un sprint précipité. Il a couru vers sa berline et a sauté dedans, mais alors qu'il fouillait avec ses clés, la portière côté conducteur a été arrachée. L’un des mastodontes s’était précipité dessus, sa vitesse n’était rien de moins qu’une triche. L'homme a crié alors qu'il le sortait de la voiture, sa main assez grande pour lui écraser le crâne comme un raisin. L'homme en main, il est retourné à l'armée et s'est déplacé vers l'arrière, où l'attendait un bus scolaire. L'homme a été jeté à l'intérieur, où il a été contraint de s'asseoir sous la menace d'une arme. Il y en avait déjà d'autres dans le bus, pour la plupart des sans-abri qui avaient été arrêtés dans la rue.

L'armée s'est déployée à travers la ville, une combinaison d'hommes et de monstres chargés de capturer chaque habitant. Les hommes de Misato, nauséeux et terrifiés, ont fait irruption dans les immeubles d’habitation. Dans chaque unité, ils défonçaient la porte, leurs armes pointées sur quiconque trouvait à l’intérieur. Grâce aux enregistrements qu'ils avaient effectués, ils savaient exactement quels bâtiments frapper et qui ils trouveraient. Hommes, femmes, enfants et personnes âgées, ils ont été arrachés de leur lit sous la menace de mort et jetés dans des bus et des camions. Debout dans la neige, pieds nus et à peine vêtus, beaucoup pleuraient de peur et de confusion, mais leurs larmes se transformaient en glace sur leurs joues. Ceux qui résistaient ou tentaient de fuir étaient rattrapés et ramenés par les sentinelles. Même les hôpitaux ont été perquisitionnés, tous les patients emmenés, même s’ils ne pouvaient pas marcher ou devaient être maintenus sous assistance respiratoire. Dominion avait des projets pour eux.

Si les carcasses étaient des chars, alors les sentinelles étaient des fantassins. Chacun était une combinaison de trois spectres, leur donnant dans leur corps plus du triple de la puissance spirituelle de celle d’un humain. Un esprit dans un corps doté d'une fonction normale, comme un humain. La seconde fournissait suffisamment d’énergie pour que le métabolisme et la respiration cellulaire ne soient plus nécessaires. Ils n’avaient pas besoin de manger, de dormir ou de respirer. Le troisième offrait une endurance et une guérison améliorées, les rendant immortels. Les balles pouvaient déchirer leur chair, mais aucune blessure ne pouvait les tuer.

Des coups de feu ont rempli la nuit, des habitants armés tentant de riposter. Les flashs de bouche illuminaient les rues et les pops couvraient le vent hurlant. Tout le monde dans la ville se réveillait de l'agitation et prenait ses armes en entendant les cris de ses voisins. Pour répondre à ce défi, la prochaine vague d’apparitions de Dominion s’est avancée vers la ligne de front. Marchant sur quatre pattes, leurs formes musclées ressemblaient à des pitbulls géants, mais étaient glabres et leur crâne ressemblait davantage à celui d’une araignée. Ils avaient quatre pinces massives et un grand œil là où aurait dû se trouver leur gorge.

Ces créatures remplaçaient les collaborateurs humains et les sentinelles, car elles étaient immunisées contre la résistance pathétique des citoyens. Ils ont fait irruption dans les maisons, brisant les portes ou brisant les fenêtres. Les hommes, désespérés de se protéger eux-mêmes ou leurs familles, ont fait pleuvoir du plomb brûlant sur eux, mais non seulement les balles ont à peine brisé la peau, mais les blessures ont guéri presque instantanément. Leurs corps, imprégnés de cinq esprits, étaient pratiquement immunisés contre tout ce qui n'était pas en argent. Contrairement aux sentinelles, qui pouvaient être ralenties ou démembrées par des proies puissantes, ces chiens étaient imparables. Les bêtes se jetèrent alors, attrapant leurs victimes avec leurs pinces comme un piège à ours puis les traînant dehors.

Tandis que les petites bêtes menaient les combats à l'intérieur, les mastodontes étaient occupés à pourchasser les voitures et à combattre les habitants à pied. Ils couraient sur le sol enneigé comme s’ils étaient en apesanteur, propulsés par des muscles colossaux et une puissance inhumaine. Sur l’une des routes menant à la sortie de la ville, une voiture de police s’était arrêtée et l’officier, qui n’était pas payé par Misato, ouvrait le feu avec un M16. Une des troupes du Dominion chargea vers lui, un grognement profond résonnant dans sa gorge à chaque pas puissant. Les balles ont touché sa peau blindée, mais elles auraient tout aussi bien pu être des balles de ping-pong. Il sauta dans les airs, poussa un puissant rugissement et abattit son poing sur le capot de la voiture. Il a percé la tôle comme du papier et a arraché le moteur. Il a saisi l'officier et a froissé son arme, puis l'a ramené en arrière.

Dans l’un de ces bus, tout le monde était si serré qu’ils ne pouvaient pas bouger. Il n’y avait même pas assez de place pour s’asseoir sur les sièges. Il y avait deux hommes de Misato, le chauffeur et le garde armé. Le garde avait son arme levée, prêt à tirer sur quiconque s'approchait de lui.

Un homme a tenté sa chance, il a bondi en avant et a tenté de lui arracher le fusil des mains. Luttant pour le contrôle de l'arme, le gardien a appuyé par inadvertance sur la gâchette, tirant sur une femme dans les yeux et éclaboussant ses codétenus de cervelle et de sang. D'autres se sont joints à nous, essayant de prendre l'arme du garde, mais entendant le tumulte, l'un des carcasses a forcé la porte et a poussé un rugissement assourdissant dans le bus, faisant taire tout le monde et anéantissant tout espoir de fuite.

Une fois les immeubles d’habitation pris en charge, les forces du Dominion traversèrent la rivière vers les banlieues. Cette fois, les carcasses étaient chargées de récupérer les prisonniers. Ils n’ont même pas pris la peine d’enfoncer les portes, ils ont juste éventré les maisons comme des cartons et ont attrapé les gens à l’intérieur. Les citoyens ont bien sûr recommencé à essayer de se battre, mais aucune balle ni lame n'a pu percer leur blindage. Il était interdit aux rejetons de tuer qui que ce soit, mais cela ne voulait pas dire qu’ils ne pouvaient pas se montrer durs. Ceux qui résistaient étaient frappés et frappés avec leurs poings semblables à des rochers, battus à un pouce près de leur vie jusqu'à tomber au sol dans une mare de sang. De nombreuses personnes ont succombé à leurs blessures, mais comme leur maître, les bêtes pouvaient récolter l'âme de celui qu'elles tuaient.

Une fois les bus et les camions remplis au maximum de leur capacité, ils sont retournés aux entrepôts, passant devant les murs d’enceinte et les barbelés. Aux entrées des bâtiments, les gens ont été forcés de descendre des véhicules puis répartis. Les vieux étaient séparés des jeunes, les maris séparés de leurs femmes, les mères séparées de leurs enfants, les garçons séparés des filles. Ils ont été envoyés vers différents entrepôts pour traitement. Cette tâche était accomplie par des gardes accompagnés de chiens d'attaque hargneux. Ces chiens étaient à l'origine utilisés pour patrouiller dans le domaine de Misato, mais ils terrorisent désormais les innocents, faisant hurler de peur les enfants.

C'était une expérience désorientante et terrifiante, d'être assourdi par les ordres criés et les chiens qui aboient, aveuglé par les projecteurs braqués sur eux depuis les tours de guet, et matraqué par les gardes essayant d'éviter la punition des surveillants. La plupart des hommes capturés étaient des entrepreneurs et des ouvriers du bâtiment, embauchés pour construire ces installations. Ce n’est que maintenant qu’ils ont réalisé qu’ils n’avaient pas construit d’usine de transformation de viande ou quoi que ce soit du genre. C'était un camp de concentration.

Sur une passerelle au-dessus de l'entrée du bâtiment principal, Blight observait les masses rassemblées conduites à l'intérieur. Beaucoup l’ont vu, ont vu son « visage », mais c’était loin d’être la chose la plus terrifiante de cette nuit. Dès l’entrée dans les entrepôts, vint d’abord la confiscation. Les fusils pointés sur la tête et les monstres qui les entouraient, les gens ont été dépouillés de leurs biens. Mais étant donné qu’ils avaient été retirés de leur lit, il n’y avait pas grand-chose à emporter. Tout ce qu'ils avaient, c'était les vêtements qu'ils portaient sur le dos, peut-être quelques bijoux.

Ensuite, leurs têtes ont été rasées. Les hommes ont eu du mal à faire front, mais les femmes et les enfants ont crié et pleuré. Ils étaient attachés à des chaises et regardaient les sentinelles inhumaines manipuler la tondeuse avec leurs doigts d'araignée. Ensuite, ils ont tous été arrosés et épouillés. Cette tâche était également accomplie par les sentinelles, tenant des lances à incendie et lavant tout le monde en masse. Des corps nus étaient entassés les uns contre les autres, à la fois par les gardes et par la pression de l'eau. Tout le monde se protégeait le visage du jet brutal, suffisamment puissant pour presque déchirer la chair, mais ils ne pouvaient même pas voir à travers les nuages ​​​​d’agent épouillant lancés sur eux. En guise de vêtements, on leur donnait des uniformes de type prisonnier.

La dernière étape était le branding. Effectué par les sentinelles, chaque citoyen avait son nom enregistré et un numéro correspondant gravé sur son visage. Aucun outil n'a été utilisé, les œufs tendaient simplement leurs index et leurs griffes devenaient rouges. Les civils ont crié et se sont battus pour s'échapper, pour détourner leur visage de la brûlure imminente, mais tous étaient marqués et tous criaient d'agonie. Même Misato et ses hommes furent marqués au fer rouge et menacés de mort. Comme les esclaves du Dominion, les marques enfermaient leur âme dans leur corps, donc même s'ils se suicidaient, ils pouvaient toujours être récoltés.

Leurs cartes d’identité correspondaient à leurs professions, le niveau d’utilité déterminant la qualité de leur confinement. Les collaborateurs (C) et leurs familles ont pu rentrer chez eux. Les médecins et autres professionnels de la santé (M) ont été placés dans des cellules d'isolement, chacune dotée d'un lavabo et de toilettes. Des ingénieurs, artisans et techniciens qualifiés (W) étaient logés ensemble dans des enclos massifs. C'était une forêt de lits superposés à trois niveaux et, contre le mur du fond, une rangée de toilettes et de lavabos. Outre les vêtements, ils recevaient chacun un seul bol pour les repas. Les autres (L) étaient simplement hébergés dans des enclos similaires, mais obligés de dormir par terre comme des animaux. Leur seule literie était un tapis isolant posé sur le béton froid. Les malades et les infirmes étaient hébergés ailleurs jusqu'à ce qu'ils puissent être utilisés. Quel que soit son niveau, chacun était surveillé à tout moment par des sentinelles, patrouillant sur les podiums au-dessus de ses têtes.

Dans les chambres de détention des enfants, garçons et filles, le chœur des cris était assourdissant. Traumatisés, confus, terrifiés et le visage brûlé, ils se tenaient debout au même endroit ou gisaient sur le sol, pleurant leurs parents. Les adolescents étaient hébergés avec les adultes, mais les enfants de la petite enfance à douze ans étaient enfermés ensemble. Outre les sentinelles qui les observaient avec une totale indifférence, ils étaient rejoints par des personnes âgées et des femmes allaitantes, chargées de s'occuper des nourrissons et des jeunes enfants.

Ce processus a duré toute la nuit. Les troupes du Dominion se sont déployées de plus en plus loin, pénétrant par effraction dans les maisons et renvoyant les habitants au camp de concentration. Seules les maisons des collaborateurs humains sont restées intactes, leurs familles étant épargnées seulement tant qu'elles suivaient les ordres. Les bêtes du Dominion étaient stationnées sur toutes les routes menant à la ville et en sortant, pour capturer tous ceux qui pourraient y passer. À l’aube, les rues d’Augusta étaient silencieuses comme un cimetière. Aucun magasin n'était ouvert, aucune voiture sur la route. The only sound came from the riverside, a chorus of agonized wails as the citizens were forced to accept their new life.

=============

Choking, gagging, spitting, dripping, the sound filled Misato’s office. Though, by now, it would be more accurate to call it Dominion’s office. Sitting in the chair behind the desk, he had his fingers wrapped in the hair of Cho and Hijiri and was controlling their movements as they took turns sucking him off. They wept in disgust as they were forced to slurp up each other’s saliva. Their faces were covered in the mixed fluids. If they took the initiative, he wouldn’t pull on their hair. Cho learned that if she juggled his balls on her tongue while Hijiri worked the shaft, his grip on her would ease.

“You girls are getting good. Your bodies have adapted to relish the feel of your master. You’re getting better at choking on my cock without actually suffocating. What are you?”

“We are Master’s cum slaves,” they both whimpered while avoiding his gaze.

“That’s right. Cho, time to put that slutty body to work. Get on, and show your sister the next stage that awaits her.”

Cho was hesitant, but not because she was trying to swallow her pride. No, there was none left. It was her fear of pain. She was still sore after he raped her in the shower the other night, she was even bleeding when he finished with her, but she knew that only greater pain awaited her should she make him wait.

She got up onto his lap, facing him, and tried to build up her strength as she felt him enter her backdoor. Hijiri watched in horror as Dominion’s cock pierced Cho’s anus, as she knew that the same thing would be done to her. Cho was wincing, but she gripped Dominion’s shoulders and began shaking her ass around to let him stir her up. Luckily, all the spit from the double blowjob lubed him up, so it didn’t hurt as much as the last time.

“That’s right, ride it like you love it.”

She obeyed, now bouncing on his cock, with her moans heard throughout the mansion. Her toned ass jiggled magnificently against his lap, with her tight ring stretched to its maximum width to accommodate the intruding mass. Her melon breasts jumped with each heave of her body, baiting Dominion into sucking on her nipples and chewing on her supple flesh. She looked at the ceiling and through the window behind him, not wanting to see his face as he violated her, and not wanting him to see her face as her body reacted.

She hated it, the stinging pain, the stretching of her ring, the stuffing sensation, everything. Every time she dropped herself down, his cock felt like it was ramming up all the way into her chest cavity and smashing through her innards. Despite that, she felt pleasure. Maybe it was some kind of subconscious defense system, a way for her body to find comfort in even the most horrific and agonizing situations, or maybe just a rush of endorphins trying to block the pain, but the violation was resonating with her. She could feel her fuse being lit, a countdown to a sexual explosion.

This was nothing new to her. Whenever he raped her, it was uncommon for her not to cum. His persistence, his strength, his skill, they overwhelmed her sexual tolerance and ripped open the floodgates, making her moan like an opera singer as she’d climax again and again. It was a shame she had gotten used to, but she hated it every time. It felt like he was rewarding her for being such a good slave, a compliment she never wanted. It almost felt like an attempt to excuse his cruelty up until that point, like she should be grateful for the abuse and rape.

Smack!

She had expected it, but she still cried out as he spanked her, just like in the shower. He smacked her other cheek, immediately reddening it, and her voice slipped free again. He spanked her again and again, the strength building, her skin bruising from the strikes, but she continued bouncing on his cock with even greater effort. If she hurried and made him cum, maybe he’d let her go, or at the very least, stop hitting her. Plus, the harder she worked, the less of the chance he’d punish her for not going fast enough. Yet those weren’t her reasons. She was riding him so hard because her body demanded it. It acted without her control, trying to fulfill all the conditions to reach orgasm.

Her face flushed, her cries reached that magical pitch, and then her motions were ended, replaced with a mind-shaking tremor as she had a stormy climax. She soaked him in her arousal, as yet again, he turned her body against her. She fell off his lap and landed on the floor, limp as a rag. Dominion then turned his gaze to Hijiri, and she automatically covered her head with her arms and tried to make herself look as small as possible.

“Please! Anything but that!” she sobbed.

Dominion grabbed her face and pulled her close, letting him jam his tongue into her mouth. He often kissed her, but it was far from a romantic gesture. His tongue, it was inhumanly long. He was able to manipulate it, just like the rest of his body. He sent it down her throat and tickled her gag reflex before pulling back. “You still think that begging will protect you? That I’ll ever change my mind because you ask me to? Oh honey…” He then held his finger up in front of her face and the tip glowed red hot. Hijiri tried to pull away, having been burned plenty of times already, yet his hold on her chin was firm. “Get on my cock, or I’ll press this right on your clit.”

Crying as always, Hijiri got off the floor and onto Dominion’s lap. Though, unlike Cho, she had her back to him. He wrapped his arm around her waist and pulled her close enough to wedge the head between her ass cheeks. She screamed as it entered her, adding yet another way she had been violated and defiled. She automatically tried to get off, but he pulled her down until it was all the way in to the base. To the sound of her wailing, Dominion lifted her up by the hips and began bucking his own.

Hijiri grabbed the edge of the desk for dear life as his cock dove in and out of her like a piston. Her position was awkward, she was basically leaning out backward, trying to minimize her contact with Dominion as he sodomized her. Her lack of enthusiasm earned her a burn on the inner thigh, so she changed her posture, instead holding onto the armrests of the office chair, and bouncing like her sister had done. It made the pain worse, but she did her best to put up with it. She continued riding him like that until her energy ran out, at which point, Dominion took over.

Rather than simply letting her fall off like Cho, he moved his hands under her knees and picked her up. With her feet in the air, he resumed fucking her, now able to get deeper and move faster than he could before. Her constant crying would pause with each slam, as if his cock was poking her lungs and making her hiccup.

“Take it, you little bitch,” he growled as he moved up to his maximum speed, thrusting so fast that he was almost a blur.

The rape continued on for several minutes until Dominion finally grunted and emptied an inhuman amount of semen into Hijiri’s anus. Keeping the exhausted Hijiri on his lap, he swiveled the chair toward Cho. He pulled his semi-erect cock out of Hijiri and pointed it at her sister.

“Go ahead, suck it clean.”

Cho did as told, taking his dick in her mouth and licking away his cum and fluid from her sister’s asshole. Countless times before, he would rape one of them until climax and then make the other clean him off. The only difference this time was that the rape had been anal. He then lifted Hijiri’s legs higher, pointing her asshole at Cho. It was gaping wide, deformed like cheap Tupperware coming out of the dishwasher. It would take some time to tighten back up, and until then, his semen was trickling out of her like syrup.

“And lick her clean as well. Every last drop.”

Cho shed a single tear of shame and then lowered her head once again. Hijiri covered her eyes, not having it in her to watch as her sister drank cum out of her wrecked anus. Cho was unwillingly diligent, running her tongue around in her sister’s ass and collecting every glob of cum she could read. She tried to ignore the combined flavors, and when she was done, she showed her mouth to Dominion, full of his seed. It was a rule that whenever one of them got his cum in their mouth, they had to show it, show their tongue submerged in a milky pond. Then, with his “permission”, they had to swallow it and then show him their empty mouths.

Dominion then dropped Hijiri to the floor like a discarded toy. It was just after dawn, meaning his prison was probably full to the brim by now. Time to check on the livestock.

=============

Fear manifested itself in two ways for the prisoners. It either kept them wired and awake, or its drained their energy and they fell asleep. For those who were awake, they asked the same questions over and over again. What was going to happen to them? Where were their loved ones? Who was doing this? What were those grotesque monsters that had captured them? Was there any chance of help arriving? Was it possible to escape?

It was amazing that the rest could fall asleep, that they could close their eyes and relax enough to drift away when surrounded by such horrors. It was also rather simple. Their minds couldn’t process what was going on, so their bodies simply shut down like a frozen computer. Perhaps they subconsciously hoped that if they closed their eyes and fell asleep, they’d wake up back in their beds and realize that this had all been a crazy nightmare.

As the sun rose, frustration replaced fear. In the men’s worker and laborer pens, the prisoners were regaining their mental bearings. While the women in their pens remained docile, the men were getting rowdy, driven by anger and claustrophobia. They were suppressing their memories of the previous night, their fear. They were attacked by monsters and imprisoned, but surely that was just because they didn’t fight back hard enough. They were just rusty and caught by surprise. Of course their guns had wounded the beasts, no monster was invincible. Plus, there were the human collaborators. Who did they think they were, doing this to people? They didn’t have the right to keep them imprisoned! They just had fight their way out!

Each pen had two exits. One was on the ground level, the passage they had been delivered through. They were heavy steel doors, wide enough for crowds to move through at a time. The other was up on the catwalk overhead, for patrolling guards, both human and spawn, to use to enter and leave then pens. The Laborers, having nothing but their fists, attacked the steel doors like waves hitting rock. The Workers turned to their cots, trying to use them as ladders to get up to the catwalk. The men hurled curses at the sentinels above their heads, swearing to kill them and break free. The beasts did nothing, but that was because they were ordered not to act during full-scale riots like these. There was another means of dealing with it.

In the center of the concentration camp stood the main utilities and office building. It was where deliveries were made, food was prepared, and all orders and bureaucratic tasks were taken care of. On the top level was the head office. It was vast, with walls of black metal and concrete, almost dungeon-like. When Dominion arrived, it would be his to use, but in his absence, this prison was run by Blight. He sat at an expansive desk, and behind him, a vast window cast the winter’s gray light on the back of his chair.

He didn’t react at all to the message he received, sent directly to his mind by the sentinels guarding the prisoners. As creations of Dominion, Blight and all the other half-dead could communicate telepathically with their master and each other. In this case, a message was not necessary, as he was already well aware of the riots forming. He could hear the shouting, feel the stomping feet and beating fists. Blight shook his head and clicked his nonexistent tongue.

“These poor humans, so ignorant, so impatient.” He got up from his chair and walked out from behind the desk. His overcoat, hanging off his shoulders like a cape, swayed with each step. “They do not know the truth of how lucky they are. They don’t know the glory of serving the Almighty, of being part of his plan. They must be punished for refusing such a glorious purpose.”

Killing intent flooded from Blight like radiation, aimed directly at the male pens where the riots were happening. He didn’t aim it at the female or children’s pens, as that would likely do more harm than good. The workers and laborers, despite their fury, all fell silent. They felt it, the evil chill, like cold gun barrels pressed to the backs of their heads. While it was true that Blight could project killing intent like Dominion, his wasn’t nearly as strong. He was cruel, but he lacked that predatory malice, that sadistic drive to inflict pain. His was more machinelike, like a siren blaring of imminent danger. The men all gave in, sensing that only death awaited them if they continued their efforts. They would be slaughtered without a second thought, like they weren’t even living things.

The double doors to the office swung open, Dominion strutting inside. “A riot?” Il a demandé.

Blight immediately got down on one knee. “Just the beginnings of a few, but they have been silenced. I apologized for letting you see something so unsightly.”

“No matter. Where did it happen?”

Dominion walked over to the desk and Blight laid out a map of the facility. “All the male Laborer and Worker Pens. The sentinels have reported that the Medics are putting up a fuss, but there is little they can do inside their cells. It’s more a matter of noise.”

“Just give the Medics some breakfast, that’ll shut them up. As for the workers and laborers, we’ll let them go hungry for a bit. That ought to dampen their spirits. Then begin a health check for the women. I want to know who is ready for breeding.”

As per his orders, breakfast was handed out, but the quality of one’s meal depended on their ID. In the Medic cell blocks, several sentinels pushing food carts down the aisles. Breakfast for the doctors and nurses was standard prison issue, a bit of meat, vegetables, an apple, and milk. Unlike regular prisons, there was no mess hall. Nobody was allowed to leave their cells, everyone ate where they were.

Since the L and W men would be going hungry, breakfast was only delivered to the women and children. In the female Worker pens, the doors swung open, and the women screamed in terror at the sight of one of the behemoths standing in the doorway. Guards swarmed in. “Back up! Back up!” they yelled.

Seeing human faces, the women begged for mercy, for freedom. “Why are you doing this?” The question was asked again and again, but the guards weren’t allowed to answer. Their job was to hold the prisoners back as a sentinel came in, pushing a cart with a giant vat of stew. It was a collaboration of different meats and vegetables, everything the human body needed. It was made in bulk and made cheap, and for the Workers, it was perhaps the only thing they’d be eating for the rest of their lives.

“Line up for breakfast!” one of the guards shouted.

The smell of the stew and the offer of food ended most of the crying and questions. If their captors were giving them something, then that something could also be taken away. The women obediently formed lines through the maze of bunk beds, each one holding the bowl they had been given. One at a time, they fearfully approached the sentinels manning the vat of stew. They all remembered beasts like these dragging them out of their homes and throwing them into buses and trucks. The towering sentinel simply yanked the bowls from their hands, filled them, and shoved them back. More than one woman had her breakfast spilled in the process. What the women didn’t know was that their food was laced with growth hormones and fertility supplements.

In the female Laborer pens, a similar scene took place. The women were roused to their feet, having nothing but the floor to sleep on. Breakfast for them came in the form of rubbery protein bars, made from the byproducts of the stew the Workers got, and just healthy enough for someone to live on. This was why the Laborers hadn’t been given a bowl for their meals, all they would ever get were these protein bars.

The children were given the same meals, but naturally fussy, they had to be coaxed into eating their food by those tasked with caring for them. Or they were just threatened by the sentinels.

After breakfast, guards moved through the Medic cell block, each with a roster of names and numbers. They were after doctors specializing in fertility and women’s health. They were pulled from their cells and brought to an infirmary in the concentration camp, an infirmary that they would be staffing. Then, the guards returned to the female Worker and Laborer pens, and women at random were dragged to the infirmary.

There, they were given full medical checkups, but as per orders, the doctors had to focus their questions and examinations of the women’s fertility and menstrual cycles. Files and reports were made, and the process continued with every woman thirteen years old or older.

=============

Dominion sat in his office, looking over the recorded data for the concentration camp. It seemed he had met his first real obstacle since beginning this crime against humanity: the tedium of paperwork. He had spent years planning this all out, yet only now did he realize bureaucracy was required. In the future, he’d have more subordinates to delegate this work to, but for now, he was forced to reap what he sowed. He glanced down at a list of food expenses, then looked up. Where there had been nothing, Blight now stood, with a stack of files under his arm.

“Lord Dominion, thirty women are currently ovulating.”

“Good, let me see.” Dominion received the files and looked them over, holding up in particular. “This one, L623, the doctor said that she’s too small to safely carry a baby to term. Let’s ignore her for now, but make sure she starts receiving growth hormones. We need to widen those hips of hers. Also, check to see who the husbands are of the married ones. If their husbands are useful, then they’ll be easier to control if their wives aren’t in the breeding program. If their husbands are just Laborers, then there is no need to spare them.

The rest all look promising. Very well, have them brought to the breeding chamber. I’ll gather some of the guards. I believe they’ve earned a reward for their service.”

=============

Flanked by two sentinels, Blight opened the doors of one of the female Worker pens. Just like with the behemoth, his arrival drew screams of terror from the women. “W108! W76! W5! Front and center!” he yelled. Despite not having a mouth, his words were unnaturally clear and loud, but no one stepped forward. Perhaps they were too afraid to approach, maybe they simply didn’t recognize their numbers. Either way, their incompetence was holding him up, thus making him look incompetent to Lord Dominion. Regardless, he had other ways to find them.

While his eye sockets were empty, his vision was perfect, bordering omnipotent. As a high-ranking creation of Lord Dominion, it was one of his abilities. Everything within the pen was visible to him, like millions of tiny eyes filling the air. He could see every face, every crack and crevice in the walls and floor, every single loose thread poking out of the cots. It took him less than a moment to locate the three women. He then raised his arm and they rose into the air, picked up by his telekinesis. They had no means of resisting him, no way to fight back as he drew them over to him.

“If your reluctance leaves me late, then I assure you, your punishment will be severe.”

Then he took them along, heading off to find the next girl on his list. Of the original thirty women originally ***********ed, only nineteen fit Dominion’s parameters. Once they were collected, he led them outside of the building. These women had all been captured less than twelve hours ago, yet to them, it felt like it had been years since they had been outside. The deathly cold crushed their spirits, the morning sun feeling more like a barren UV light, and the breeze coming off the river was raw. They were all in prison uniforms, they weren’t meant for temperatures below freezing.

As they walked towards the next building, the same thought went through the minds of every woman: ‘Can I escape?’ It was a thought either rejected immediately or desperately clung to. The desperate ones looked around, trying to figure out what they were up against. Unfortunately, now that it was daytime, they could see just how inescapable this place was. This concentration camp not only had human guards patrolling atop walls and watchtowers, there were also roaming spawn, scouring the place like scavenging animals, always on the lookout for people being where they didn’t belong. Even if they could somehow avoid being spotted, there were countless walls and fences, all with razor wire. There was no way to escape.

They soon arrived at building just a stone’s throw away from where they had left. The doors opened and the women were pushed inside. They had entered a single massive room, half the size of one of the holding pens. What awaited them, under fluorescent lights, was a long row of Medieval stocks.

“Strip off your clothes and assume the position,” Blight ordered.

One of the women, an early-twenties firecracker, turned to him with a look of fury. “You’d better kill me now, because I’ll die before I get in—”

She was silenced as Blight’s saber returned to his sheath, despite none of the women having seen him draw it. The rebel then fell to her knees, screaming in agony with blood pouring from the side of her head. On the ground beside her lay her severed ear. It was utterly inhuman, not just the act, but the speed he had performed it. No one had seen the swing. She didn’t even realize it had happened until it was over.

“Strip off your clothes and assume the position,” he repeated.

The other women, weeping in fear and despair, obeyed. They slowly took off their clothes, exposing their trembling bodies to the uncaring half-dead. They opened the stocks and put their heads and arms through, then the sentinels closed and locked them. They also picked up the wounded woman and secured her. Now all nineteen women were bent over, their heads and hands bound. They could only look at each other’s tear-streaked faces, with their literal bare asses hanging in the cold.

The doors again opened, and this time, it was Dominion, leading a group of guards, all wondering why they had been pulled from their duties. As they saw the naked women, their hearts dropped into their stomachs.

“Gentlemen, you’ve all served me well these past few months. You’ve fulfilled every order without complaint. As such, I have seen fit to reward you for your efforts. Use these women to release your pent-up stress. Go ahead, do as you see fit.”

“Sir, please, don’t make us do this,” one of the guards pleaded.

Blight grabbed the hilt of his saber. “You would refuse such kindness from our Master?! Blasphemy!” siffla-t-il.

“Calm yourself, Blight. I thought by now you men would understand. You are going to rape these women, and you can either do it willingly, or I can force you. You’ve spent your whole lives living in fear of the law, of judgment, of repercussions. Even when working for Misato, you could never truly indulge your cruelest desires. I’m offering you the chance to do just that. You won’t get into any trouble for this. Turn these women into your toys. Abuse them, violate them, make them scream as loud as you want. There won’t be any consequences.”

The women sobbed and begged for mercy, but Dominion silenced them with a wave of bloodlust. However, many of the men were also crying. “Sir, please! I have a wife at home!” one of them begged.

“And if you don’t rape the women in front of you, I’ll bring your wife here, lock her up in the next empty stock, and show you know it’s done.” He then turned his attention to the guard assigned the first woman in the line. “You, whip it out.”

“Please…” he cried.

Dominion hit him with some bloodlust and the man took out his organ. Despite the fact he was in a room with naked women and given a green light to fuck one of them, it was understandable why he was hung like a field mouse. “Now, put it inside her or I’ll have Blight slice it off. You have until the count of five. One… Two…”

Both he and his victim pouring tears, he stepped up to the woman’s pale rear end. She begged him not to, but he clumsily pushed his manhood into her slit. At first, it was like trying to cram a marshmallow into a coin slot, but the more he mashed it against the entrance, the more it reacted. Finally becoming hard, he forced himself into her pussy all the way, and she screamed like it was a knife driven into her back. With his hands on her hips, he began slamming into her. "Je suis désolé! Je suis vraiment désolé!" he sobbed.

“The rest of you, get to it. You aren’t allowed to stop without finishing inside them.”

The men all went to work, some of them with surprisingly little issue. The long chamber was filled with wails and screams as the women were raped. To feel strangers smashing around inside of them, while they were locked up like c

Articles similaires

Mon cadeau de fin d'études 2

Dans un état second, j'ai trébuché jusqu'à ma chambre, bikini tenu dans mon poing. Je grimpai lentement les escaliers, essayant de ne pas attirer l'attention. Je grimaçai quand l'un d'eux grinça sous mon poids, m'arrêtant pour m'assurer que je n'avais réveillé personne, soupirant quand je n'entendis rien d'autre que le bourdonnement du climatiseur. Dieu, qu'auraient dit mes parents s'ils m'avaient vu ? J'arrivai finalement à ma chambre et fermai la porte derrière moi me laissant tomber sur mon lit. Je n'ai même pas pris la peine de me glisser sous les couvertures avant de m'endormir, le bruit de mon ventilateur au...

922 Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

605 Des vues

Likes 0

La pilule Ch. 4

Doob's Bar était à l'origine un trou dans le mur. L'endroit où l'on pouvait aller s'asseoir dans l'obscurité et prendre un verre. C’était le genre d’endroit normalement calme et relaxant. Jusqu'à ce qu'un collège soit construit à proximité et qu'il devienne l'un des hauts lieux des jeunes étudiants. Aujourd'hui, le bar était rempli de musique forte, de monde et de lumières. Il ne restait plus grand-chose du bar autrefois calme pour boire seul dans un coin. Des filles qui criaient et des garçons de fraternité tapageurs rendaient l'atmosphère moins que souhaitable. Vallerie détestait un endroit comme celui-ci. Elle aimait le noir...

554 Des vues

Likes 0

La punition_(4)

Cela fait des semaines que je ne l’ai pas vu, que je n’ai pas senti son eau de Cologne, que je n’ai pas senti sa présence. Il est beaucoup plus âgé que moi ; il marche avec une attitude confiante, des muscles doucement gravés et des traits sombres et exotiques. Je viens d’emménager dans mon nouvel appartement, essayant frénétiquement de trouver où j’ai mis mon pull préféré lorsque mon téléphone vibre. Je regarde mon téléphone et vois son nom dans la bulle de message à l'écran. Mon cœur manque un petit battement. J’espérais qu’il me contacte depuis une éternité. Il me...

552 Des vues

Likes 0

Dommages collatéraux - Une histoire d'Halloween

Une soirée privée au Cantina Club devient un peu incontrôlable lorsqu'un homme déguisé en pilote de l'époque vietnamienne entre dans le club. = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = AVERTISSEMENT! Tous mes écrits sont destinés UNIQUEMENT aux adultes de plus de 18 ans. Les histoires peuvent contenir un contenu sexuel fort ou même extrême. Toutes les personnes et tous les événements représentés sont fictifs et toute ressemblance avec des personnes vivantes ou décédées est purement fortuite. Les actions, les situations et les réponses sont UNIQUEMENT fictives et ne...

933 Des vues

Likes 0

Signes de vêlage - partie 1

Terri surveillait les vaches. Au cours de sa dernière descente, les taches noires et brunes des vaches lointaines se sont transformées en dégoûtants mugissements. Terri regarda les gros animaux stupides se promener, mâcher de l'herbe. Elle cogna sa tête contre la vitre en plastique. Il n'y avait pas de bovins au collège. C'était le point mort du fléau urbain. Elle l'avait choisi en partie pour cette raison. Et maintenant, elle retournait… aux vaches. * * * Sa mère ne l'a pas rencontrée à la porte. Terri ramassa trois sacs lourds et sortit du terminal. À la station de taxis, elle a...

934 Des vues

Likes 0

L'Île, Chapitre 40

Chapitre 40 Il était presque l’heure du dîner quand je suis rentré au camp, et les cuisiniers travaillaient dur avec les poissons pêchés par la classe de Do Hun ce matin. Quoi qu’ils préparaient, ça commençait à sentir bon. J'ai regardé les pom-pom girls couper des fruits pendant un moment, appréciant le jeu de leurs jeunes corps souples sous leurs vêtements étriqués. Mon regard a été récompensé par le bref éclair de la mésange droite entière de ma pom-pom girl préférée, visible à travers l'emmanchure surdimensionnée de son débardeur, alors qu'elle jetait de la papaye dans un seau. Mon Dieu, était-elle...

424 Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

2.1K Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

1.9K Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.4K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.