La pilule Ch. 4

372Report
La pilule Ch. 4

Doob's Bar était à l'origine un trou dans le mur. L'endroit où l'on pouvait aller s'asseoir dans l'obscurité et prendre un verre. C’était le genre d’endroit normalement calme et relaxant. Jusqu'à ce qu'un collège soit construit à proximité et qu'il devienne l'un des hauts lieux des jeunes étudiants. Aujourd'hui, le bar était rempli de musique forte, de monde et de lumières. Il ne restait plus grand-chose du bar autrefois calme pour boire seul dans un coin.

Des filles qui criaient et des garçons de fraternité tapageurs rendaient l'atmosphère moins que souhaitable. Vallerie détestait un endroit comme celui-ci. Elle aimait le noir et l'obscurité, même si elle n'était pas gothique. Elle n'était qu'une fille ordinaire qui avait pris une pilule qui lui avait été offerte par l'homme qui l'employait désormais. Je l'ai employée ainsi que les trois autres personnes qui étaient à la table avec elle. Trois femmes et un homme. Ce n’est pas la meilleure compagnie, étant donné que dans des circonstances normales, avant de prendre la pilule, elle n’aurait jamais traîné avec ces trois autres personnes. En fait, elle aurait probablement été dans une bibliothèque ou une librairie, lisant dans un coin plus sombre. Comme elle, ils avaient pris la pilule et travaillaient tous les quatre dans un endroit qu'ils appelaient affectueusement « The Facility ».

Après avoir pris la pilule chatoyante offerte à sa baie par un homme qui s'appelait X, Vallerie avait choisi une chauve-souris vampire chez son animal pour la pilule. Et puis il y a Melissa, une fille des montagnes qui avait choisi un écureuil comme sien. Elle avait l'air mal à l'aise dans son jean bleu et sa chemise en flanelle verte. Probablement parce qu'elle portait des vêtements et que tout le monde savait qu'elle préférait ne pas le faire. La fille adorait sortir sa queue touffue et plus d'une fois, Vallerie avait surpris la fille en train de faire des choses intéressantes avec. Melissa était trop douce au goût du vampire et trop réservée.

La troisième fille était Sandra. Plus prédatrice que Vallerie elle-même, la femme avait choisi un faucon. Depuis qu'ils étaient arrivés, sa tête parcourait le bar par saccades rapides, ce qui la rendait un peu comique aux yeux de Vallerie. Elle avait été la plus nerveuse à l'idée de venir au bar, inquiète que l'humanité sente que quelque chose n'allait pas chez eux. Après de longues délibérations, elle a accepté, mais seulement si elle était sobre et pouvait garder un œil sur la sécurité du groupe. Au moins, les yeux de la femme étaient des flaques géantes de noir. Ainsi était la vie, juste l'obscurité qui nous regardait.

Le quatrième membre était l'homme du groupe. Un homme nommé Mitchell. Mitchell était dans l'esprit de Vallerie. Il était une énigme pour les trois femmes. Il a travaillé dans "The Facility" mais a été rarement vu et il lui a fallu trois jours complets pour le retrouver pour l'invitation. Personne ne savait ce qu’il faisait dans l’établissement et les conversations avec lui étaient tendues. Aucune des femmes ne savait s’il avait pris la pilule ou non.

Mitchell n'était pas un mauvais gars. Un peu potelé, mais Vallerie savait que les gros faisaient les meilleurs amants. Ils ont dû travailler davantage pour avoir la fille sexy ; il était dans leur nature de vouloir plaire pour les garder. C'est pour cela qu'elle le voulait en plus de son mystère stoïque. De plus, les hommes ici étaient plutôt des garçons. Des voyous universitaires qui allaient être trop égocentriques pour lui donner ce qu'elle voulait. Un autre problème est que la nature de Vallerie s'est révélée avec son excitation sexuelle. Les crocs dans sa bouche étaient toujours présents, tout comme les yeux perçants et la queue touffue de ses deux compagnes.

"Comment l'as-tu caché ?" » a demandé Valérie.

"Ma queue ?" » a demandé Mélissa.

"Tu ne devrais pas parler de ça ici", a déclaré Sandra. Ici, le regard était tombé sur Vallerie.

"Vous devez arrêter d'être si tendus", a déclaré Vallerie.

"Elle a raison Val", a déclaré Mitchell. Vallerie comme ça il l'avait pris

sur lui-même pour abréger son nom. C'est ce qu'un homme a fait.

Sandra commença à siroter sa boisson de fille, vierge bien sûr. Val a bu une bière et Melissa avait commandé du vin. Mitchell, et bien personne ne savait ce que Mitchell buvait. Cela ressemblait à de l'eau, mais elle était garnie d'une orange.

"Que sauriez-vous là-bas ?" » a demandé Valérie.

« Et si quelqu'un entend ? » Sandra a répliqué.

"Vous avez sérieusement besoin de vous détendre. C'est censé être amusant."

La musique changea de volume et fit cogner la poitrine de Vallerie maintenant vers la basse. Vallerie a bu le reste de sa bière avant d'en commander une autre. Melissa se balançait déjà et Vallerie pouvait voir que ses dents de devant poussaient sa lèvre supérieure. Mitchell, eh bien, Mitchell était juste assis sur son siège, appuyé contre le mur, en sirotant sa boisson inconnue. Même entre eux, la conversation était tendue.

"Sandra, alors d'où viens-tu ?" Elle a demandé.

"Je ne veux pas en parler."

« Mélissa ?

Il n’y a pas eu de réponse. La jeune fille baissa les yeux et évita le contact visuel. Tout le monde était tellement traumatisé.

« Et toi Mitchell ?

Il se redressa et la regarda surpris.

"Je viens du Massachusetts. Et toi ?"

"Flordie."

« Habillé comme un goth ? Vous n'êtes pas à votre place partout, n'est-ce pas ?

"Je ne suis pas gothique."

« Habille-toi comme ça, hein ?

"J'aime le look victorien."

"Détends-toi Val, il fait chaud."

"Tu penses?"

Du moins pour elle, elle l'espérait vraiment. Ce serait nul si c'était juste un compliment pour la calmer. Elle n'était même pas habillée de façon aussi gothique. Certes, elle portait une robe de cocktail noire. C’était la meilleure chose à faire et la tenue la plus racée du groupe. Les autres avaient juste trop peur de se révéler. Ce n'était pas le cas et même lorsqu'elle était excitée, il lui fallait beaucoup de temps pour que son alter soi se manifeste.

"Qu'aimez-vous faire?" elle a demandé à Mitchell.

"Quoi?"

La musique était à nouveau si forte. Les bruits sourds tuèrent tout espoir de poursuivre la conversation. Vallerie était déçue. Elle avait un peu sorti Mitchell de sa coquille et maintenant, au moment où elle pouvait discuter davantage avec lui, il y avait de fortes chances qu'une des autres femmes essaie pour lui. C'était une peur infondée, Vallerie savait qu'ils ne s'intéressaient pas à lui, mais elle l'était, et la compétition était quelque chose qu'elle avait toujours recherché.

La vie de Vallerie avant la pilule était particulièrement tragique. Marié trois fois en six ans, chacun de ses maris l'avait trompée et l'avait laissée désemparée et seule. Elle savait mieux. Ce n'était pas de leur faute, mais partout où elle regardait, les femmes essayaient d'attirer l'attention de chacun de leurs maris. La vampire n'avait pas mauvaise mine. Honnêtement, elle était juste maigre. Yeux bleus et cheveux bruns, elle était assez attirante. Son problème, elle était juste collante.

Être honnête avec elle-même avait été une affaire tumultueuse. X l'avait commencé lorsqu'il lui avait proposé la pilule. Vallerie le détestait pour une telle solution, mais désormais, elle ne reviendrait plus jamais. La pilule lui avait donné une beauté mortelle et un charme que les gens ne pouvaient décrire. C'était peut-être ses yeux, ses lèvres rouge rubis. Elle s'était teint les cheveux en noir pour paraître plus menaçante. X avait plaisanté en disant qu'elle ressemblait à Morticia de la famille Addams. Ses canines pointues prouvaient le contraire sur ce point. Mais elle avait trouvé son look, et aussi étrange que cela puisse paraître, cela lui a valu une certaine attention. Souvent, ce n’était pas le genre de chose qu’elle souhaitait.

S'aimant à l'une des personnes les plus intelligentes qu'elle connaisse, Vallerie avait remarqué que presque toutes les personnes qu'elle avait rencontrées et qui avaient pris la pilule recherchaient l'amour. Elle-même incluse. C'était exagéré, mais elle sentait que X réparait le monde de cette façon. J'essayais au moins, mais elle connaissait son secret à "The Facility". Sa femme était le monstre vivant dans les arrangements transparents. Tout ce qui lui avait été fait était triste. La femme était un véritable monstre et chacun d’eux évitait autant que possible tout contact avec elle.

"Valérie, à quoi penses-tu ?" » demanda soudain Mélissa. La fille-écureuil s'était penchée près d'elle pour lui poser la question.

"Les hommes", dit-elle. "Des hommes chauds avec des corps sexy font d'une fille un jouet sexuel."

Melissa s'écarta brusquement, les yeux écarquillés et rougissant. Valérie rit. Ils se remirent tous à boire leur verre en silence. Vallerie réfléchissait à la manière d'amener le groupe à s'ouvrir. Puis l’opportunité s’est présentée d’une manière inattendue.

"Hé mesdames, et si vous restiez avec nous ?"

Deux garçons de la fraternité s'adressaient au groupe, les femmes en fait. Grands, les deux garçons portaient des casquettes de couleur rouge assortie ; une des couleurs préférées de Vallerie. Dommage pour les garçons, ils n'étaient pas son genre. Avant même d'arriver, ils avaient épuisé leur accueil. L'un d'eux commençait à discuter avec Sandra, qui semblait mal à l'aise. Elle s'apprêtait justement à dire quelque chose quand quelqu'un l'a devancée.

"Pourquoi n'allez-vous pas jouer avec les autres enfants, les enfants. Nous sommes occupés", a déclaré Mitchell.

"Qui était-ce?"

"Le connard chauve dans le dos, tu le vois ?"

"Ouais."

"Vous avez quelque chose à dire?"

"Oui", a déclaré Mitchell.

Vallerie regarda Mitchell sortir pour s'adresser aux deux garçons. Il était assis dans un coin, un endroit que Vallerie elle-même aurait voulu, mais il l'a devancé lorsque les sièges ont été saisis. Mitchell avait l'air docile alors qu'il s'approchait des deux intrus.

"Vous avez quelque chose à dire?" » a encore demandé l’un d’eux.

"Oui, tu me gâches mon temps."

"Votre temps ? Nous nous sentons juste désolés pour les dames ici. Ça doit être ennuyeux avec un gars comme vous."

L'air était tendu, mais ensuite les deux gars sont partis, laissant Mitchell avoir l'air pitoyable devant la table. Il se tourna pour les regarder tous les trois.

"Je pense que nous nous sommes assez amusés. Cela va empirer."

Il avait raison. Ils le savaient tous. Parias avant d’être devenus les beautés explosives qu’ils étaient maintenant, aucun d’entre eux n’avait particulièrement les compétences sociales nécessaires pour gérer ce qui se passait. Mitchell les défendant et prenant les devants allait leur éviter d’avoir à faire face à certains problèmes. Il a proposé de payer la note et est parti le faire.

"Mec, cette nuit s'est terminée trop tôt", a-t-elle dit.

"Tu n'es qu'une salope Vallerie. Donne du repos", dit Sandra.

"Est-ce que je le suis ? Vous aussi, les gars, vous avez des envies. Je sais. Super ouïe, vous savez."

La fille faucon la regarda avec des yeux perçants.

"Nous ne pouvons pas nous faire connaître", dit calmement Sandra.

"Je sais, mais ce n'est pas comme s'il existait un site de rencontres pour nous."

C'était vrai. Vallerie n’avait entendu parler que de quelques hommes ayant survécu à la pilule. Rares étaient ceux qui parvenaient à rester sains d’esprit après le changement. Très peu, voire même pas une poignée. Vallerie avait eu de la chance que Mitchell soit l'un des rares, mais l'homme était difficile à atteindre. Toujours rare. Tout ce qu'elle voulait, c'était apprendre à le connaître, et bien sûr, lui faire foutre la cervelle. Une demande si simple pour une fille, mais non satisfaite. Mitchell est revenu et le groupe a commencé à quitter le bar.

L'imbrication entre les gens était un enjeu pour Vallerie. Sa nature s'est particulièrement manifestée au contact de la peau, et alors que la foule s'agitait, sa soif de sang a commencé. Les gens proches ont mis en valeur sa connaissance du sang frais et, comme un vrai vampire, Vallerie avait souvent envie de la boisson cramoisie qui coulait parmi ceux qui l'entouraient. Au moment où les trois femmes arrivèrent au front, la peau de Vallerie était devenue pâle.

"Ça va Valérie ?" » a demandé Mélissa. Elle hocha la tête en réponse, mais en vérité, la bonne réponse était non. Sandra a senti l'urgence de partir et l'a donc sortie du bar.

"Tiens bon, ma fille", dit Sandra, essayant de la rassurer.

"En essayant."

"C'était une mauvaise idée", a déclaré Melissa.

Vallerie hocha simplement la tête.

Les trois femmes attendaient dans l'air froid, dehors, essayant de se tenir à l'écart de l'humanité qui passait dans les rires et les bons moments. Chacun savait que prendre la pilule les rendrait moins humains. Avec de nouveaux looks et de nouvelles capacités, leurs insécurités n’avaient fait que s’accentuer. Tous les trois se ragaillardirent lorsque Mitchell sortit du bar. Il leur souriait.

"Ne regardez pas maintenant, mais ça va dégénérer", a-t-il déclaré.

Ses paroles sonnèrent vraies lorsque les deux garçons de tout à l'heure se dirigèrent vers le groupe.

"Allez mesdames, laissez le perdant. Nous vous montrerons un meilleur moment que lui. Regardez-vous, ayez l'air déprimé."

Vallerie était prête à accepter l'offre. Elle pouvait voir son cou palpiter tandis que le sang y coulait. Tout ce qu'elle voulait, c'était lui enfoncer les dents.

"Écoutez, les gars, partez", a déclaré Mitchell. Il brandit une pile de billets. Le deuxième garçon parut offensé.

"Vous voyez ça, le gros pervers veut nous soudoyer pour garder ses dames."

"Nous ne voulons pas de votre argent, juste des femmes."

Vallerie regarda les yeux de Sandra se croiser dans ceux de Mellissa. La situation s'aggravait. Mitchell rangea le pli du billet.

"Et alors, mesdames ?"

"Va te faire foutre", dit Melissa. Ses paroles ont surpris tout le groupe.

"Mitchell est un homme ; nous ne voulons pas de garçons."

"Un homme, hein ?"

Le coup de l'homme de droite s'est connecté au visage de Mitchell. Il y eut un craquement et un cri. Le garçon qui a frappé Mitchell lui tenait la main. Alors que le second s'apprêtait à se balancer sur Mitchell, il s'est soudainement accéléré et a frappé durement le deuxième garçon au ventre.

"Il est temps d'y aller", a déclaré Mitchell. Il regarda les filles puis s'éloigna. Les trois femmes le suivirent. Vallerie se retourna pour voir les deux garçons s'entraider. Nul doute que chacun aurait besoin d’un médecin. Cela l'a mouillée.

"Qu'est-ce que c'était que ça ?" Lâcha soudain Melissa.

"Ouais, je veux savoir aussi", a ajouté Sandra.

Mais Vallerie le savait déjà. Il avait pris la pilule. Les hommes qui prenaient la pilule étaient bénis de la même manière que les femmes. Ils ont eu de la jeunesse ; ils ont eu la libido et la force. Les hommes ont acquis beaucoup de force, bien plus que les femmes, mais les femmes semblaient aussi devenir plus intelligentes. Quel que soit l'animal que Mitchell avait choisi, il lui avait servi ce soir et avait au moins protégé les trois filles du harcèlement. Le groupe s'est dirigé vers le seul véhicule entre eux quatre. Mitchell conduisait et le groupe restait assis en silence.

"L'Installation" était située dans les bois. La petite maison, qui ressemblait à quelque chose construite pour une apocalypse zombie, se trouvait au bout d’une route isolée. La maison n’était que la partie confort du lieu actuel. Il y avait un ascenseur qui pénétrait dans les entrailles de « The Facility », où tout le monde travaillait et vivait. X était rarement visité donc la plupart du temps, c'était un endroit calme. Les phares tombèrent sur la surface sombre de cette maison et le véhicule s'arrêta. Sandra et Melissa sont sorties et se sont dirigées vers la maison. Vallerie est restée avec Mitchell.

"C'était génial ce que tu as fait. Merci", a-t-elle dit.

"Aucun problème."

Se déplaçant mal à l'aise, elle essaya de réfléchir à la manière d'entamer une autre conversation avec lui.

"Vous savez, je déteste les hommes comme ça. Toute ma vie, tout le monde m'a rabaissé. Avant, j'étais maigre."

"Ce qui s'est passé?" Il a demandé.

"C'est la même chose que toi, j'ai pris la pilule", dit-elle. "Quel était ton poison ?"

Il rit en secouant la tête.

"Au début, je n'en avais pas. J'ai attendu trois jours pour y penser."

"Vous pouvez le faire?"

"La pilule s'activera, mais jusqu'à ce qu'on pense à un animal, elle reste dormante dans le sang pendant jusqu'à une semaine."

"Oh, je ne le savais pas."

"X non plus. C'est moi qui l'ai découvert."

La voiture a fait marche arrière.

"Tu m'emmènes dans ton antre ?"

"Je ne peux pas laisser la voiture dehors."

La conversation s'est arrêtée et est tombée dans un silence gênant. Vallerie se débattait, et lui aussi.

"Mon père était taxidermiste. C'est comme ça que j'ai choisi mon animal."

"Qu'est-ce qui ressemble à un ours ?"

"Non. Vous voyez, mon père était décédé, et c'est pourquoi X est venu vers moi. Sans cet homme, j'étais perdu. Je pouvais effectuer des tâches dans un laboratoire sans aucun problème, mais une fois mon père mort, j'ai juste senti : eh bien, comme s'il ne restait plus rien. Il était tout ce que j'avais.

"Alors qu'est-ce que tu as choisi ?"

La voiture a fait demi-tour et a contourné la maison. Même si les lumières étaient allumées, Vallerie avait une excellente vue. Elle pouvait voir les troncs d'arbres dans le noir.

"Mon père avait donc transformé la maison en une sorte de musée. Il remplissait toutes les pièces sauf celle dans laquelle j'avais grandi. Là, il avait laissé le seul animal que j'avais tué un jour dans la cour avec mon .22."

"Un oiseau?"

"Tatou."

Elle rit de manière incontrôlable.

"Ce n'est pas drôle."

"Mais ça l'est. C'est comme ça que le bras de ce type s'est cassé, l'armure, hein ?"

La voiture s'est arrêtée brusquement.

"Hé, ne t'énerve pas. C'est adorable et très flatteur. Ça explique ce que tu disais sur la prise de poids. Je suis devenue maigre, enfin, sauf ma poitrine."

"C'est difficile de ne pas le remarquer ?"

"Mon poids?"

"Votre poitrine..."

"Attention, Mitchell, cela pourrait être du harcèlement sexuel."

"Je suis désolé, cela n'arrivera plus."

La voiture recommença à bouger et Vallerie souffla de frustration. Il

j'ai raté les taquineries. Elle devait être directe avec lui pour obtenir ce qu'elle voulait. C'était aussi un plus maintenant qu'il avait une peau blindée. Il y avait une chance que ses dents ne puissent pas le percer.

"Tu connais Mitchell ; tu devrais être récompensé pour ce soir."

"Un simple merci suffit."

Elle tendit la main et posa sa main sur sa jambe. La voiture fit une embardée et s'arrêta de nouveau. Il se tourna et la regarda.

"Maintenant, regarde ici-"

Elle l'a embrassé. Il le lui rendit vigoureusement, et tandis qu'ils s'embrassaient :

leurs deux natures ont commencé à se manifester davantage. Les manifestations de Vallerie impliquaient des doigts exceptionnellement plus longs. Une fine membrane s'est formée sur ses bras, ce qu'elle pensait être une tentative d'ailes. Ensuite, ses oreilles se sont allongées et son nez est devenu plus plat, permettant à l'organe d'écholocation de se former. Enfin, elle a eu une queue et une douce fourrure brune. Pendant qu'ils s'embrassaient, Vallerie découvrit quel était le changement de Mitchell. Sa peau est devenue rembourrée et dure au début. Sa main essaya de la palper, mais ses ongles commencèrent à couper le tissu de sa robe. Il interrompit le baiser.

"Je suis désolé."

"Ne t'inquiète pas pour ça. Garons cette chose et travaillons ensuite sur

garer autre chose dans des espaces restreints.

"N'êtes-vous pas une dame?"

"Crois-moi, tu ne peux pas me voir dans le noir. Je suis un cauchemar."

"Qu'as-tu choisi ?"

"Chauve-souris vampire."

Il rit et la voiture recommença à avancer.

"Hé, il y a eu cette véritable histoire d'amour qui est sortie dans un livre.

Ils ont aussi fait un film. Quand j'ai pris la pilule, c'est à ça que je pensais."

"Nosferatu, dis-je, je parie que tu es horriblement belle."

"Je ne suis pas sûr que ce soit un compliment."

"C'était le cas. On dirait que ta poitrine est plus grosse."

Les joies d’être un mammifère, mais il avait raison. Les petites sphères de chair étaient devenues au moins des poignées maintenant. En y repensant, elle se tortilla.

"Merci, voudriez-vous les voir ?" elle a demandé.

"Dans le noir?"

"Les tatous ne peuvent-ils pas voir correctement la nuit ?"

"Si c'est votre réfutation, alors oui, j'aimerais les voir."

N'ayant pas besoin de le lui dire à deux fois, elle a baissé le haut de sa robe et a retiré chaque sein.

" Et voilà. Qu'en pensez-vous ? "

"Je pense que je veux les sucer."

"Qu'est-ce qui t'arrête ?"

C'était comme si Vallerie essayait délibérément de s'assurer que la voiture n'arrivait jamais au garage. Les pneus ont même dérapé sur la route de gravier cette fois-ci lorsque la voiture s'est arrêtée. Vallerie rigola lorsque le levier de vitesse de la voiture fut jeté dans le parc. Elle gémit quand il se pencha et une bouche trouva son mamelon. En soupirant, elle attrapa son autre main pour l'encourager à prêter attention à son autre sein.

Cela faisait trop longtemps pour Vallerie. Depuis son changement, elle n'avait même plus été palpée. Le seul homme qu'elle voulait avant le changement avait été tué quelques heures avant qu'elle ne prenne la pilule. À son insu, elle avait passé presque une semaine à le chercher avant d'abandonner et d'appeler X. C'était il y a un an, et désormais, le sexe était possible. X l'avait prévenue au sujet de ses dents et même maintenant, elle voulait les enfoncer dans Mitchell. Espérons que cette soirée se terminerait dans un plaisir mutuel, pas dans une tonne de sang et de larmes.

"C'est tellement bien."

Il gémit en réponse. Cela la faisait trembler et bouger. Sa main s'écarta et se glissa entre ses jambes. Elle s'étendit, lui donnant accès à son fruit gonflé et dégoulinant de nectar. La vampire soupira de bonheur. C'était si bon d'être à nouveau désiré.

"Nous avons besoin de plus d'espace, Mitchell."

Il s'est éloigné brusquement et tout s'est arrêté.

"Nous ne pouvons pas faire l'amour."

"Et pourquoi pas ?"

Il resta silencieux. Je viens de reprendre la conduite. Je ne croiserais même pas son regard. En ayant marre, elle décide de l'attaquer. D'abord, une main lui a touché l'entrejambe, et il n'a même pas été dur. Cela l'a arrêtée.

"Tu ne veux pas de moi?"

Il la regarda, avec quelque chose de bizarre dans les yeux.

"Plus que tout, mais ce n'est pas ce que tu penses."

"Quoi ? Tu n'arrives pas à le relever ?"

"Quoi !? Non, je peux, je le garde bas pour le moment."

"Pourquoi?"

La voiture est arrivée au garage. La portière s'est ouverte et la voiture s'est arrêtée. Garé, il a coupé le moteur avant de s'adresser à nouveau à elle.

"Donc, quand j'ai pris la pilule, l'un des effets secondaires était une hypertrophie extrême."

"La même histoire que tout le monde raconte."

"Ouais, eh bien, le mien va te tuer."

"Avec une promesse comme celle-là, je dois voir."

En soupirant, il sortit de la voiture. Vallerie s'attendait presque à ce qu'il se retourne et baisse son pantalon. Peut-être lui montrer le producteur, mais il ne l'a pas fait. La porte s'est fermée puis elle est sortie.

"Mitchel."

Il a arreté. Il se dirigeait déjà vers ce qui ressemblait à une ligne droite vers

la porte du garage ouverte.

"Val..."

Elle s'approcha de lui, s'assurant que les lambeaux de sa robe noire tombaient. Nue, elle se jeta sur lui. Il l'a rattrapée et les deux ont recommencé. Cette fois, Vallerie n'avait pas l'intention de s'arrêter. Il grogna une fois alors que ses griffes s'enfonçaient dans le tissu de ses vêtements, les arrachant en un rien de temps. Nue avec elle, Vallerie tomba brusquement à genoux. Il essaya de l'arrêter en se baissant, mais dès que sa bouche s'ouvrit, révélant les deux longues canines, Mitchell se figea.

"Ce n'est pas un spectacle auquel on s'habitue, hein ?" dit-elle. Elle savait que ce regard était terrifiant. Les heures qu'elle avait passées à se regarder dans le miroir. Vallerie était fière de son côté geek et avait même une cape qu'elle aimait porter.

"On dirait que je suis sur le point d'être dévoré par un monstre."

"Eh bien, voyons si ton monstre peut combattre le mien alors."

Vallerie engloutit sa queue. C'était savoureux et elle pouvait presque sentir le sang qui y coulait. Mitchell était, en fait, flasque et même si elle travaillait vigoureusement pour le faire bander, la chose refusait de se relever soudainement et de lui remplir la bouche. En s'éloignant, elle leva les yeux vers lui.

"Cette fille va être insultée si tu ne commences pas à réagir."

"Tu ne comprends pas, c'est mauvais."

Grognant, Vallerie se leva.

"Ecoute Mitchell, je te veux. Soit tu me baises, soit tu pars. Mais si tu pars, je ne te parlerai plus jamais."

À cela, elle se pencha sur le coffre de la voiture, leva la vitre et se présenta à lui.

"Je veux te remercier pour plus tôt, alors s'il te plaît, baise-moi comme récompense."

Elle a eu sa réponse lorsqu'elle s'est approchée et lui a giflé le cul. La gifle était forte et chaude. Elle a crié juste un peu.

"Wow, c'est un changement", soupira-t-elle.

"Attends, tu vas bientôt crier."

"Je l'espère."

S'il était dur ou pas, Valérie ne pouvait pas le dire. Elle le sentit s'enfoncer en elle, ce qui était décevant, mais elle espérait que sa menace précédente serait mise à exécution.

"Une seconde, ça prend une seconde."

"Pour le lever ?"

"Oui," siffla-t-il.

Puis il s'est retiré.

"Ce n'était pas ça, n'est-ce pas ?"

"Attendez."

Il repoussa la tête de sa queue en elle. Le nectar de son fruit coulait, mais à mesure qu'il s'y glissait, il remarqua qu'il était plus épais et plus long.

"Et voilà."

Elle soupira alors que cela l'étendait. Elle gémit quand il atteignit son col. Elle a crié quand cela l'a étirée plus qu'elle ne l'avait jamais été.

"Mon Dieu, c'est tellement serré", a-t-il commenté.

"C'est si bon. S'il te plaît, baise-moi."

"Je ne peux pas encore. Ce n'est pas fait."

Elle haleta puis grogna d'appréciation alors qu'elle s'étirait encore plus. Cela faisait trop longtemps et elle était heureuse que jusqu'à présent, le sexe ait pris le pas sur son besoin de sucer du sang.

"Je pense que tout est fait, mais l'armure n'est pas complètement formée. Quand ce sera le cas, ça va te faire mal."

"Ecoute, Mitchell, ça fait trop longtemps. Baise-moi. Nous allons traverser ce pont..."

Mitchell lui a encore giflé le cul avant de se sortir de sa chatte grasse. La longueur était ridicule, tout comme son épaisseur, mais sa chatte acceptait la bite aussi fort qu'il pouvait la lui donner. Elle hurlait et ses ongles laissaient des rayures sur la peinture de la voiture. Mitchell grognait et la sueur commençait à couler sur son front, mais il ne pouvait pas s'arrêter maintenant s'il voulait l'essuyer. Tout comme Valérie, cela faisait trop longtemps pour lui. Alors qu'ils travaillaient frénétiquement pour être libérés, ils sont devenus des animaux en rut ; leurs sons remplacés maintenant par les animaux qu'ils avaient choisis. Cela ne leur importait pas.

Vallerie a ressenti une douce libération comme jamais auparavant. Le stress, la tension et la frustration sortaient d’elle en même temps. Elle a également crié plus fort, ce qui a fait briser la vitre de la voiture alors qu'elle laissait des entailles dans le métal de la carrosserie. Alors qu'elle se calmait et qu'il ne le faisait pas, elle réalisa que Mitchell était fait pour elle. Un compagnon finalement trouvé en Mitchell. Se sentant dépassée, elle s'est mise à pleurer pendant qu'il lui détruisait la chatte.

"Pleures-tu?" » a demandé Mitchell. Sa voix était plus grave, plus rauque.

Vallerie n'était pas en mesure de communiquer pour le moment. Sa voix ne sortait que par des cris alors elle tendit la main et attrapa une joue. En écartant ses fesses, elle a permis à Mitchell de lui injecter un peu plus de viande en elle. C'est là, au niveau de son ventre et d'une simple poussée, qu'elle sentit qu'elle cédait pour accueillir sa queue. Cette foutue chose continuait à grandir, mais cela ne dérangeait pas du tout Vallerie. Maintenant que cela avait commencé, elle était curieuse de voir jusqu'où il pourrait grandir et combien son corps pourrait supporter.

"Des larmes de joie, continuez. J'en veux plus."

Alors qu'il se retirait pour un bon coup de retour, Vallerie s'est tordu de manière experte et s'est rapidement assis sur la voiture au lieu de se pencher dessus. Elle venait juste de se situer lorsqu'il lui replongea sa longueur. Un autre cri aigu lui échappa et elle se pencha en avant, enroulant ses bras autour de son cou pour se stabiliser. C’est alors que sa nature de vouloir du sang a pris le dessus.

Mitchell hurla de douleur lorsqu'elle lui mordit l'épaule. Ses dents s'enfoncèrent dans sa chair, et elle fut récompensée par la boisson cramoisie dont elle avait tant envie. Son amant continuait de crier de douleur, mais sa queue grossissait tandis qu'elle augmentait en vitesse de battage.

Vallerie s'est rapidement rassasiée de sang et, lorsque ses dents se sont arrachées, elle a réalisé qu'elle était ivre. Sa chatte tenait à peine, elle n'était même plus capable de saisir sa bite. La pièce a basculé et finalement elle a eu un deuxième orgasme. C'était mieux que de planer et de faire l'amour. C'était tellement mieux qu'en arrivant, elle s'est évanouie, mais pas avant de se rendre compte que Mitchell lui-même jetait du sperme chaud dans sa chatte affamée. Le monde devint noir alors qu'elle souriait.

Lorsque Vallerie s'est réveillée, elle était en fait dans un lit. Pas son lit, mais celui de Mitchell. Il était à côté d'elle en train de ronfler. Se sentant aimée, elle décida de se blottir contre lui, ce qui le réveilla.

"Qui, que se passe-t-il ?"

"Détends-toi Mitchell. C'est juste moi."

"Oh, ça va ?"

"Oui toi?"

"Tu as laissé des trous."

"Eh bien, vous avez étiré une mine."

Et c'était étiré. Elle pouvait sentir que ça lui faisait mal, mais elle l'aimait tellement qu'elle envisageait même d'en essayer davantage. Ce qui l'a arrêtée, c'est que Mitchell s'est rendormi, ses ronflements devenant de plus en plus forts. Souriante et ayant la tête sur sa poitrine, elle s'endormit en se sentant en sécurité et satisfaite. Une alarme les réveilla tous les deux et Mitchell sortit soudainement du lit.

"Pas bien, ce n'est pas une bonne alarme."

Il est sorti nu de la pièce en courant. Vallerie, toujours groggy, s'est levé et a utilisé sa salle de bain. Les toilettes étaient propres, bien plus que les siennes qui étaient neuves. Un homme super propre ? Que se passait-il dans le monde ? L'alarme s'était arrêtée au moment où elle sortait nue de sa chambre. Elle n'avait pas de vêtements et ne trouva rien à porter dans les siens. Se sentant seule, elle chercha Mitchell, qui avait quitté l'appartement.

Les lumières de « l'installation » étaient allumées. Tous. Cela signifiait que quelque chose s'était passé et abandonnant l'idée de retrouver son amant, Vallerie chercha ses quartiers. Là, elle se doucha rapidement et trouva quelque chose à se mettre. Une autre robe, mais celle-ci était à imprimés de fleurs colorées. Un changement et cela allait avec sa peau pâle.

Désormais, Vallerie et Sandra assuraient la sécurité des lieux. Il n'était pas tard, mais les deux femmes travaillaient par équipes de huit heures tard dans la journée et la nuit. Il n'y avait aucune sécurité pendant que Mitchell travaillait dans les laboratoires et que Melissa accomplissait ses tâches. La zone de travail des deux agents de sécurité était située dans les laboratoires, dans une salle remplie de caméras. Sandra était là.

"Que se passe-t-il?"

Sandra regarda Vallerie depuis les moniteurs.

"Il y a eu une effraction."

"Quoi?"

"Ouais. Nous avons trouvé l'intrus."

"Avez-vous prévenu X ?"

"Oui, il sera bientôt là."

X arrivait. L’homme qui avait tout créé avec la pilule était en route. Le patron dans un sens, même si X n'agissait pas comme tel.

« Où est l'intrus ?

"Mitchell les a coincés dans une pièce de la maison."

"Je vais voir."

VAllerie partit et se dirigea vers la maison. Le trajet en ascenseur semblait prendre une éternité et lorsque les portes argentées apparurent, elle se précipita dehors pour trouver Mitchell. Elle l'a trouvé au deuxième étage.

"Mitchell, que se passe-t-il ?"

"Elle est là-dedans."

Il désigna une pièce. Une des pièces dans laquelle ils n’étaient pas censés entrer. C'est pourquoi Mitchell n'avait pas appréhendé un intrus.

"L'AS tu vue?"

"Non."

"Je vais dans."

"Non attends."

"Je sais, mais on ne peut pas les laisser là-dedans. Je vais les débusquer."

"Non, et s'ils sont armés ?"

"J'espère que si c'est le cas, l'arme est assez grosse. Tu n'as même pas pu me tuer la nuit dernière."

Il rougit et se détourna. Elle s'approcha de lui et lui attrapa le visage.

"Tu es un homme extraordinaire", dit-elle juste avant de l'embrasser. Il lui rendit le baiser et Vallerie le laissa debout dans le couloir. En entrant dans la pièce, elle a appelé.

"Bonjour?"

Pas de réponse, mais elle savait que quelqu'un était là. Elle pouvait les sentir. Et selon aucune norme animale, la personne puait simplement.

"Écoutez, vous êtes en infraction, qui que vous soyez, sortez. Nous vous laisserons partir en paix."

Il y eut du mouvement dans le coin et Vallerie se jeta dessus. Il y eut un cri et elle se retrouva debout devant une adolescente qui sanglotait.

"Ne me fais pas de mal."

"Nous n'allons pas te faire de mal. Nous pourrions cependant te donner un bain."

La jeune fille enfouit son visage sale dans ses mains, sanglotant encore plus.

"Hé maintenant..." dit Vallerie. Elle tendit la main et la jeune fille recula.

"S'il te plaît..."

"Regardez-moi."

La fille l'a fait. La pauvre avait peur.

"Allez, tout ira bien. Prenons un bain et nous pourrons te nourrir."

A l'évocation de la nourriture, la jeune fille se redressa.

"Ah, tu es sans abri ?"

"Je me suis enfui."

"Oh non, eh bien, nous pouvons vous aider."

En lui tendant la main, la jeune fille la prit à contrecœur. Valérie étudia la pièce et réalisa qu'il s'agissait d'une chambre. Ce devait être des X, et tout était poussiéreux. Même Melissa n'était pas autorisée à entrer ici.

"Où allons-nous?"

"Dans ma chambre. Nous ne serons pas dérangés du tout. Là, tu pourras te doucher et je pourrai nous préparer un petit-déjeuner."

Quand les deux hommes entrèrent dans le hall, Mitchell n'était pas là. Elle était heureuse qu'il l'ait entendu dire qu'elle n'était pas dérangée. La marche a été rapide et la fille a pratiquement paniqué dans l'ascenseur. Ils atteignirent de justesse les quartiers d'habitation de Vallerie.

"D'accord, alors va dans la chambre, la salle de bain est là-dedans. Je vais nous préparer de la nourriture."

La jeune fille suivit ses instructions. Bien qu'elle ait fermé la porte de la chambre, Vallerie entra dès qu'elle entendit la porte de la salle de bain se fermer. Elle prit les vêtements de la jeune fille et lui prépara une belle robe. Il y avait une culotte, ce qu'elle pouvait faire de mieux comme sous-vêtements. Le fermé puait et Vallerie se précipita pour les mettre dans une machine à laver au bout du couloir. Une fois terminé, elle commença à cuisiner.

Désormais, Vallerie préférait boire du sang plutôt que de manger de la nourriture ordinaire. Elle avait des réserves de poches de sang dans un réfrigérateur unique, mais le sang n'était pas suffisant pour qu'elle puisse vivre. C'était un dessert savoureux lorsqu'elle décida de le manger. Les œufs grésillent, à feu moyen. De l'eau était bouillie pour les flocons d'avoine et des fruits étaient hachés pour eux. Elle a préparé le petit-déjeuner et l'a mis sur la table avant que la fille n'ait fini de se doucher. Quand elle est sortie, elle était en robe.

"Où sont mes vêtements?"

"Les laver. Viens manger."

Cette fille n’avait pas besoin qu’on le lui dise deux fois. Dès qu'elle s'assit, la nourriture disparut plus vite que Vallerie ne pouvait la voir. Elle se joignit au festin et bientôt toute la nourriture fut consommée.

"C'était bien ?"

"Oui merci..."

La fille regardait la table.

"Hé, qu'est-ce qui ne va pas ?"

"Quand est-ce que les flics seront là ?"

En se levant, Vallerie se dirigea vers elle et s'assit à côté de la jeune fille.

"Pas de flics. Quel âge as-tu ?"

"Presque dix-huit ans. Ma famille m'a mis dehors."

"Pourquoi ? Baiser la star du football ?"

"Non, pour avoir refusé de se marier."

"Quoi?"

"My family is Asia and my parents follow some of the old traditions."

"You don't look Asian."

"I know, I get that a lot. My grandfather was white."

"The war?"

"Vietnam."

Vallerie smiled. The girl was opening up at least.

"So what is gonna happen to me?"

"All that depends on two things. The owner and you I suppose. Speaking of which, He will be here soon."

"Is he mad?"

"I don't know. I hope not."

There was a chime.

"That's him."

Vallerie rushed over to the door. Nervous as hell. X could be pissed off. No one had seen him angry yet, but they were sure he had a nasty temper. When someone messed up badly after taking the pill, they ended up being put into the cage with the guy's wife. No one came out of there except X and X was too scared to go into it. The door slid open, and Vallerie greeted X.

"Hey X."

"Where is she?"

"In here, she is scared."

"How'd she get in?"

"I don't know. I wasn't on shift. I did take care of her, though, she is clean and fed."

He smiled. X was easy with his laughter, but everyone knew he had enough to be sad about. He was middle-aged and had a thing for changing his appearance. Today he had blond hair and was wearing glasses. He looked like a surfer with his white t-shirt and colorful swim trunks.

"May I come in?"

"Anytime you want," she said winking at him. Every girl wanted X. He was the biggest mystery. He brushed past her and sat at the table, the furthest seat away from the homeless girl.

"Hey there, I'm X."

"Just the letter?"

"Yeah, it's weird."

She giggled.

"So what bring you here?"

"I thought the place was abandoned. Please don't call the cops."

"I won't, but where are you gonna go?"

"I don't know. I can't go home."

"I understand. Well, there is an issue."

Vallerie left her room to the two. The conversation was too private, and besides, she wanted to find Mitchell. She rounded a corner to the labs and practically ran into him.

"Hey, I was just looking for you."

"Everything okay with the girl?"

"X is talking to her."

"He is gonna giver her the pill."

"Donc?"

"She is underage."

"If she stays, it will be a danger to us."

"True."

"So what about us?"

Mitchell looked at her.

"Couple?" il a dit.

Articles similaires

Enseignants Pet_(0)

Je suis un lycéen de quinze ans et je suppose que je suis assez moyen à bien des égards. Mes notes sont dans la moyenne et ma vie sociale est correcte, mais avec le sport et le temps passé avec le groupe de rock dans lequel je suis, je n'ai pas beaucoup de temps libre. Au lycée, tout le monde a une salle d'accueil où vous commencez chaque journée d'école. Chaque année, vous en obtenez un nouveau et cette année, j'ai été mis dans la chambre de Miss Porter. C'est une prof d'anglais dans la trentaine avec des cheveux blonds et...

2.3K Des vues

Likes 0

Steph - S'occupe de mon colocataire

Je connais Steph depuis 5 ans. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lorsqu'elle était une étudiante universitaire de 20 ans en Angleterre. Elle était tout ce qu'un homme pouvait désirer, c'est une superbe rousse, 5 4 et très mince. Elle est un cul à tomber par terre et pour quelqu'un d'aussi mince, elle a des seins 32E, aussi fermes que gros. Ma chance a eu lieu le jour où je l'ai rencontrée, et la première fois que nous avons baisé, ça s'est juste amélioré, elle a un désir insatiable de sexe, et la chatte la plus mignonne que j'ai...

2.4K Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

2.3K Des vues

Likes 0

RACONTE-MOI UNE HISTOIRE - PARTIE 1

Erica Fry a longuement réfléchi avant de se décider à entrer. Nerveusement, elle attendit que la réceptionniste en finisse avec une dame d'âge moyen qui fut ensuite emmenée vers ce qui devait être l'arrière des bureaux. Puis-je vous aider? demanda la jeune femme aux cheveux roux. « Euh, je l'espère », a marmonné Erica, « J'ai lu votre annonce et je me suis demandé si je pouvais peut-être… » « Si vous pouviez nous raconter votre histoire ? » intervint la tête rouge. Oui, soupira Erica avec reconnaissance, c'est exactement ça. « Vous comprenez la nature des histoires que nous recherchons ? » demanda la réceptionniste. Ahem, je pense que oui...

2.4K Des vues

Likes 0

Incestie --- [2]

Partie 2 [le dernier du thème bi pendant un moment] _____________________________ Le juge Ciro T. Nikolai était assis derrière un immense bureau alors qu'Avan Volka et son jeune neveu Caci entraient dans la chambre du juge. Nikolaï était du genre bourru avec des yeux durs et un visage ridé et sévère. Il fit signe à Avan et au garçon de s'asseoir de l'autre côté de son bureau. « Volka », a-t-il commencé, « j'ai ici un permis d'immigration et puisque leur père ne peut pas répondre par lui-même, votre signature suffira. » Le juge a soulevé le document de quatre pages et est passé à...

2.3K Des vues

Likes 0

Dépendance douloureuse.

Bonjour, je suis Adam 21 ans. Cela va faire partie d'une série MAIS chaque histoire peut être une histoire indépendante. Toutes les histoires que je vais faire sont complètement vraies. -Tout commentaire est le bienvenu. **Toronto, Ont** A l'époque j'étais jeune. J'ai donc finalement eu le courage d'envoyer un message au gars que j'ai rencontré en ligne via un site de chat gay nommé Steve pour une autre rencontre. Parce que la première rencontre a été pour le moins révélatrice. Je pensais que puisqu'il avait pris ma virginité anale la première fois, la seconde serait aussi mauvaise. J'ai donc envoyé un...

2.3K Des vues

Likes 0

Mon père était assis là et regardait

Quand j'avais 16 ans et presque 17 ans, mon père s'est remarié avec une femme adorable et très plantureuse, des seins beaucoup plus gros que maman a de loin et il dit que c'est aussi l'une de ses nombreuses qualités, elle est une excellente cuisinière et aime s'amuser de toutes sortes . Eh bien, je suis absent pour l'été quand tout cela se produit, je donne des cours d'informatique au lycée local, il semble que j'ai un talent naturel pour cela pour une raison étrange, je vois du code dans ma tête ou quelque chose comme ça et je ' Je...

2.1K Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

2.2K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

2K Des vues

Likes 0

Le programme de formation mène à des relations sexuelles incroyables, partie 1

Hari entra dans la salle de formation. Le programme de formation s'est déroulé dans un hôtel et a duré 2 semaines. Il se demandait comment il tuerait le temps les soirs et les week-ends. Il examina la classe et vit un mélange d'hommes et de femmes jeunes et d'âge moyen. Il a interrogé les femmes et sur 15 femmes, il a trouvé 5 femmes belles et intéressantes. Les 5 femmes avaient entre 25 et 40 ans. Il se demandait s'il serait capable de faire quelque chose ou seulement de penser à eux et de se masturber. Il se demandait paresseusement à...

2K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.