La Ballade de Cornelius Erectus de Roma (partie 1)

805Report
La Ballade de Cornelius Erectus de Roma (partie 1)

Laissez-moi vous raconter l’histoire d’un jeune homme de dix-huit ans, très promiscuité, dont la promiscuité a conduit au désastre de toute une région. Je suis l'un de ses nombreux anciens amants, je suis une femme. Cornelius Erectus est l’un des hommes les plus hétérosexuels que j’ai jamais rencontré, mais il cache de nombreux sombres secrets. J'ai évolué pour devenir son bon ami, à qui il raconte tous ces secrets. Laissez-moi vous parler de Cornelius, il a dix-huit ans et un pénis de onze pouces et demi en érection. Il a une corpulence de taille moyenne, seulement des muscles maigres sur son corps. Il a les abdominaux d'une table en bois, l'arrière d'un cheval de course, le bronzage éclatant comme une orange. Ses cheveux noirs et courts, son visage impeccable, ses jambes fortes et musclées, son gémissement succulent, son corps en sueur… son… il… son…

Oh mes excuses, il était le désiré de tous les hommes en Italie. Aucun autre homme n'était aussi grand, aussi fort et aussi beau que Cornelius Erectus. C'était un centurion de haut rang, que l'empereur Aquitanius adorait. Corneille a combattu dans de grandes batailles et a tué de nombreux hommes. L'empereur s'en aperçut et lui donna bientôt sa fille unique, Lucrèce, en mariage. Le mariage était merveilleux, mais comme il me l’a expliqué en détail, la nuit de leur mariage était bien plus belle.
Vous voyez, je suis un voyeur et je deviens l'un des plus fringants quand j'entends de telles histoires, alors je le supplie de me les raconter, et lui, étant si promiscuité, le fait.

Corneille dépose la belle Lucrèce sur son lit. Elle arrache aussitôt sa robe, exposant ses seins rebondis et fermes. Ils transpirent d'excitation et ses tétons sont désormais fermes. Cornelius dégouline de sueur et ils tombent sur sa silhouette voluptueuse. Cornelius se lèche les lèvres en plaçant son visage dans ses deux seins. Il commence à lui caresser les tétons avec sa langue humide. Elle commence à gémir. Cela lui donne la motivation pour continuer à glisser sa langue le long de son ventre et dans la région de l'aine. Sa langue glisse rapidement grâce à sa sueur. Il atteint le lieu du plaisir. Le clitoris, il commence à le sucer, aspirant la sueur, la salive et les jus de sa peau. Son corps tremble d'extase. Il se déplace un peu vers le sud, jusqu'à son vagin et commence à sonner autour de l'extérieur de son vagin avec sa langue. Son estomac se convulse alors que sa langue de dix-huit ans s'enfonce dans son ventre de quinze ans. Elle lui tient la tête baissée, plus profondément dans son aine. Elle gémit et alors qu'il prend l'air, il se lèche les lèvres rouges.

Elle en demande plus et cela a poussé son désir à retirer son membre de onze pouces et demi. Elle le saisit avec tant d'empressement. Elle le frotte et le caresse de haut en bas. Il commence à respirer fortement. Il se rend compte que son vagin dégouline du liquide de la luxure. Il sourit et arrête ses caresses. Il la pousse au centre du lit et grimpe sur son corps épais. Il lui frotte les seins et enfonce son pénis sur son ventre en sueur. Il le frappe sur son ventre comme s'il s'agissait d'un tambour. Il pénètre ensuite lentement dans son vagin désormais bien lubrifié. Son jeune ventre vierge s'étend à chaque centimètre de son pénis. En quelques secondes, il atteignit son hymen. Il l'a cassé facilement. Elle le supplie de lui retirer son pénis. Il refuse et continue de pénétrer. Elle froisse ses orteils vers l’intérieur dans une douleur intense. Son vagin ne peut pas prendre autant de longueur à la fois. Des larmes coulent sur son visage brûlant. Il aime ça et va plus profondément. Elle attrape son mont pubis avec tourment et essaie de lui arracher le pénis. Elle ne tire pas assez fort, il commence à pousser.
Son corps tout entier glisse sur son sexe géant, elle est secouée. Il pousse ainsi pendant une vingtaine de minutes. Il a éjaculé une quinzaine de minutes plus tôt. Son corps a reconnu cette douleur comme un plaisir et elle s'est endormie au bout de dix minutes. Cela fait dix minutes qu'il viole un cadavre à moitié mort. Une fois qu'il a estimé avoir fini, il lui retire son pénis palpitant, enfile son pantalon et quitte la pièce ; laissant la nouvelle non-vierge sur le lit en s'envolant.
Il revient avec un couteau rouillé. Il remonte sur elle. Il la regarde profondément dans les yeux et la voit regarder le plafond. Il lève le couteau et la poignarde directement dans le ventre. Elle ne peut pas crier, car non seulement elle a été poignardée, mais elle a été paralysée par les douleurs intenses de la rupture de l'hymen. Cornelius s'est enfui de la scène avec une cagoule et une épée.

Le lendemain, la garde de l’Empereur retrouve sa fille fiancée, poignardée et les mains sur le couteau. La nouvelle lui fut rapportée et il déclara qu'elle avait été violée et que son corps devait être brûlé. Vous voyez, quand une femme est violée, elle se suicide parce que dans notre société, si vous êtes une femme violée, on ne s'attend pas à ce que vous puissiez vivre avec la culpabilité ; menant ainsi au suicide pour prouver que vous n’en vouliez pas. Si vous ne vous suicidez pas, vous êtes considérée comme une pute, car cela prouve que vous le vouliez et que vous désiriez le rapport sexuel, trompant ainsi votre mari ou votre amant.
Ce jour-là, Corneille se rendit au palais où son « beau-père » lui expliqua ce qui s'était passé et Corneille fut très désolé pour la perte de l'empereur. Corneille sortit de la salle d'audience du palais et fut rencontré par Julius, le fils de l'empereur. Il lui a dit: "Je sais que ma sœur ne pourrait pas gérer ce magnum délicieusement énorme de pénis que vous avez, mais vous pouvez être sûr que je peux."

Les yeux de Cornelius s'écarquillèrent de surprise et d'excitation. Il jeta un coup d'œil à la silhouette de Julius, qui était de taille moyenne, avec des abdominaux forts, des jambes maigres et glabres, tout comme un adolescent de seize ans devrait ressembler en Italie. Cornelius retourna Julius pour jeter un œil à ses fessiers, qui étaient fermes et serrés, maintenus ensemble par un tissu, suffisamment serré pour étouffer un humain. Il lui a giflé les fesses, et c'était tellement musclé. Corneille se lécha les lèvres. Julius sourit et lui attrapa le bras. Il conduisit Corneille dans ses appartements.
Cornelius souleva Julius par ses fesses fermes. Il l'allongea sur le lit. Julius s'est mis dans un état vulnérable, étirant ses bras vers le haut, exposant tous ses abdominaux et ses muscles abdominaux. Cornelius se lécha les lèvres et se mit au travail. Il commença à lécher le corps de Julius du cou au bas du ventre. Il effleura sa peau moite et salée, tout en se frottant les jambes. Ses jambes étaient si fermes, si musclées et si viriles. La douceur fit rapidement redresser Cornelius. Julius, après un certain temps, montra un pot contenant de l'huile d'olive chaude. Cornelius attrapa rapidement le pot et y mit la main, en versant des poignées sur le corps de Julius comme un fou. Il prit ses deux mains et frotta violemment l'huile chaude profondément sur sa peau. Il couvrait chaque partie de son corps d'huile, frottait, léchait. L'huile brillait sur son jeune corps bronzé. Cornelius le retourna et s'émerveilla de l'anus exposé de Julius, qui était maintenant en l'air. Il n’y avait pas de cheveux, juste des muscles et des tensions. Cornelius enfonça son doigt dans le pot et le glissa entre les fesses de Julius. Il poussa son doigt de haut en bas, faisant gémir Julius d'excitation. Il s'enfonça de plus en plus vite entre les joues pulpeuses et lisses du prince. Il leur donna une belle gifle, à chaque fois plus forte. Cela faisait parfois sursauter Julius, mais aussi lui faisait se mordre la lèvre supérieure.

Cornelius, désormais bien droit, sortit sa grande fierté. Julius se leva immédiatement et commença à l'insérer directement dans sa bouche chaude et humide. Des flaques de salive se formèrent en dessous d'eux alors qu'il balançait sa tête de haut en bas sur la chair douce de Cornelius. Cornelius fut surpris de voir à quel point Julius connaissait les arts sexuels. Il frotta sensuellement le ventre de Cornelius alors qu'il recommençait à sucer et à se livrer au délicieux pénis palpitant. Cornelius haletait maintenant, car il n'avait jamais vu personne capable de plaire autant à un homme. Il a tenu la tête de Julius et l'a appuyée sur son pénis bien lubrifié, Julius a failli vomir après avoir eu des haut-le-cœur à deux reprises. Il est venu chercher de l'air et a craché une tasse pleine de sa salive.
Julius le conduisit à son lit, où il fit asseoir Cornelius et continua son travail. Il lécha la tête rouge et palpitante du pénis. Il pouvait sentir que les jus arrivaient, alors il suça énormément et tira lentement le pénis de Cornelius vers le haut avec ses lèvres, aspirant toute la salive et les jus séchés de la surface de la peau de son pénis. Cela fit trembler Cornelius d'extase, rejetant sa tête en arrière sur le lit et gémissant. Julius remarqua à quel point sa bouche faisait plaisir à Cornelius. Alors il se releva et cracha dans ses mains. Il les frotta l'un contre l'autre jusqu'à ce qu'ils soient mouillés, et il recommença à lubrifier le pénis de Cornelius. Cornelius, assis là, rapprocha Julius pour un baiser passionné. Puis il s'est penché

Le corps de Julius s'avança et commença à lubrifier son anus. La langue de Corneille entrait et sortait, rentrait et sortait. Il a dévoré le trou de l'anus chaud et serré de Julius. "Es-tu vierge?" Il a demandé.
Julius répondit: "Par mon anus, vois-tu, j'attendais le meilleur en Italie."
Cornelius rétorqua : « Alors tu m'attends depuis tout ce temps ?
"Ton pénis est sûrement le plus grand d'Italie, et tu es pour moi le plus grand amant."
Sur ce, Cornelius sourit encore plus. Il fit gémir Julius en enfonçant sa langue profondément dans son sphincter. Julius commença à transpirer, tandis que Cornelius commençait à lécher ses jeunes joues serrées et couvertes d'huile. Ce faisant, Cornelius tendit son majeur à Julius pour qu'il le lubrifie. Il l'inséra ensuite dans la crevasse chaude de son anus. Il l'a fait tourner, puis en a ajouté un autre, puis un autre ; en le frappant de plus en plus profondément. Son pénis se gonfla de sang et Cornelius l'attrapa, le tira doucement vers lui en passant sous les fesses et commença à le sucer. Julius souriait de l'incapacité de Cornelius à très bien sucer le pénis d'un homme ; il trouvait charmant d'essayer.
Julius ne pouvait pas le supporter ; il rapprocha son anus du pénis en érection et commença à s'asseoir. Elle a glissé plusieurs fois à cause de l'huile, mais il ne reculait devant rien pour perdre sa virginité anale aux mains du plus bel amant de toute l'Italie.

Cornelius et Julius pouvaient sentir la pénétration, alors Julius commença à desserrer son anus pour lui permettre de glisser sur la tige de onze ans et demi. À chaque centimètre qui passait, Julius commençait à perdre le souffle, à cause de la douleur. Il se leva de Cornelius assis et inspira. Puis il se rassit, à cinq pouces, Cornelius attrapa les hanches de Julius et commença à le pousser vers le bas, avec force. Julius a pleuré face à la pénétration massive. Il commença cependant à sentir le bas de la tige, et il s'assit facilement, sentant le pénis dans la partie inférieure de son ventre. Il commença à monter sur Cornelius, et à chaque rebond, Cornelius respirait lourdement. Ils étaient tous les deux en harmonie sexuelle, au même rythme. Julius rebondissait de haut en bas, tandis que Cornelius poussait de haut en bas. Cela représentait cependant plus de travail pour Cornelius, mais cela ne le dérangeait pas.
Le pénis de Cornelius était tiré par l'anus serré, il était si serré à l'intérieur qu'il pensait à un moment donné qu'il avait besoin de plus d'huile d'olive, mais sa pré-éjaculation était suffisamment lubrifiante à ce moment-là.

Julius pouvait sentir le pénis palpitant en lui, et Cornelius pouvait sentir le rectum convulsif dans lequel il se trouvait. Julius commença à caresser son propre pénis. Le pénis à l'intérieur de lui massait si bien sa prostate qu'il était sur le point d'évacuer tous ses liquides en quelques secondes. Il a fait. Julius a traversé la pièce d'un mètre vingt en criant comme une femme en travail. L'intérieur chaud du rectum de Julius tirait maintenant sur le pénis de Cornelius, ce qui lui faisait jouir. Il sortit rapidement son pénis alors que Julius était sur le point de finir d'éjaculer. Il attrapa le visage tremblant de Julius, éjacula et lui tira une balle dans la bouche. Julius tremblait toujours de son orgasme, mais Cornelius était déjà retombé sur le lit en tremblant d'extase. Julius lécha rapidement le sperme restant du pénis, qui expulsait encore du sperme. Cornelius était presque à court d'air, respirant si fort qu'il ne pouvait pas former de mots. Il a juste gémi.
Le visage de Julius était couvert de blanc et sa bouche était en désordre glissant. Cornelius rapprocha la tête de Julius et il lécha le sperme de son menton, de ses lèvres et de son nez. Ils s'embrassèrent tous les deux passionnément, la salive coulant de leur menton. Cornelius a dit à Julius qu'il n'avait jamais duré aussi peu de temps que lorsqu'il lui avait fait l'amour. Cela donna à Julius une expression lumineuse.

Cornelius savait qu'il devait partir, de peur d'être surpris en train de dormir dans ses quartiers par l'un des gardes. Alors il est parti, tout habillé ; mais Julius était toujours nu. Cornelius ouvrit la porte de la chambre et en sortit lentement. Il a vu quatre gardes rassemblés tout près de là où il se trouvait et qui conversaient. Mais il est sorti juste à temps, ne laissant aucune trace derrière lui. Il poussa un profond soupir de soulagement.

Puis il entendit un cri et il se retourna, et voilà Julius, nu, pointant son doigt vers lui, faisant signe aux gardes de l'aider.

"Aide! Gardes ! C'est l'homme qui m'a violée ! Abattez-le, celui qui s'appelle Corneille !


La course s'est ensuivie.

Articles similaires

CASSETTE VIDÉO

Vous plaisantez, n'est-ce pas, a déclaré Becky incrédule à sa meilleure amie Dana !?! « Je vous dis la vérité », a déclaré Dana avec un petit rire, « jetez un œil à ceci », alors qu'elle a poussé la cassette dans le magnétoscope et a appuyé sur le bouton de lecture !!! Les deux filles fixaient l'écran en attendant que les premières images apparaissent, qui se sont avérées faire partie d'une chambre !!! Tu vois, murmura Dana, voilà papa, il va se coucher !!! Ils ont regardé un peu plus longtemps et Becky a proposé : Il vient juste de lire un livre, Dana, c'est...

2.5K Des vues

Likes 0

Le programme de formation mène à des relations sexuelles incroyables, partie 1

Hari entra dans la salle de formation. Le programme de formation s'est déroulé dans un hôtel et a duré 2 semaines. Il se demandait comment il tuerait le temps les soirs et les week-ends. Il examina la classe et vit un mélange d'hommes et de femmes jeunes et d'âge moyen. Il a interrogé les femmes et sur 15 femmes, il a trouvé 5 femmes belles et intéressantes. Les 5 femmes avaient entre 25 et 40 ans. Il se demandait s'il serait capable de faire quelque chose ou seulement de penser à eux et de se masturber. Il se demandait paresseusement à...

2.4K Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

2.6K Des vues

Likes 0

La vie d'une esclave

Je m'appelle Kitana Young. Mon père est américain, ma mère libanaise, et voici mon histoire. Eh bien, pas toute l'histoire, remarquez… Juste une facette de l'histoire cachée que la plupart ne connaîtront jamais. C'est l'histoire d'une fille qui trouve un sens à être possédée. C'est l'histoire d'une fille qui se réconforte dans les souhaits de son maître, dominant sur soumis, et vit pour le frisson d'être puni. Personne, pas même mes amis les plus proches, ne connaît la vie secrète que je mène. Parfois, j'ai envie de leur dire, mais comment puis-je? Comment dire à quelqu'un que vous êtes une connasse...

2.4K Des vues

Likes 0

Le génie de mon frère - Chapitre 09

Dans un pub londonien, une fille s'est assise à l'une des tables. Elle avait avec elle son propre sac à dos rose et celui bleu clair de son amie qui venait d'aller au bar. Elle regarda autour d'elle, s'imprégnant de toute l'apparence de l'endroit. Les gens discutaient et buvaient, et certains regardaient une émission de télévision où des hommes couraient partout en se donnant des coups de pied dans un ballon. Il m'a demandé une pièce d'identité ! dit Alexis en revenant portant deux verres. Je suis flatté qu'il pense que j'ai l'air d'avoir moins de 18 ans. Je lui ai...

1.6K Des vues

Likes 0

Ne jamais regarder en arrière_(2)

Introduction J'ai entendu quelqu'un emménager dans le manoir, dit le petit Jeremy d'un ton neutre. Sa voix d'adolescent était forte de confiance et sa poitrine était haute pendant qu'il parlait. Menteur, répliqua Porter instantanément. C'était impossible, tout le monde savait que cette maison était hantée. Les deux avaient 7 ans à l'époque et leur imagination travaillait constamment à des histoires. Beaucoup de leurs histoires étaient centrées sur le mystérieux manoir qui se trouvait au sommet du terrain montagneux qui entourait leur ville du Colorado. Les deux étaient convaincus qu'il était hanté, donc la perspective que quelqu'un l'habitait était incompréhensible. Non, Jeremy...

1.4K Des vues

Likes 0

Le plan Denny et Devon

Bizarre comme on ne sait jamais vraiment ce qui nous attend la nuit. Je fais la même chose tous les week-ends, Dennis et moi passons la nuit dehors tous les week-ends, généralement dans le même club, Level Down. Dennis allait draguer des barmans, parfois je le rejoignais, on les sortait, on les frappait, on ne les revoyait plus jamais. C’est le plan, le plan Denny et Devon. Nous sommes sortis comme d'habitude à Level Down, portant nos vestes en cuir noires assorties, nos cheveux de lit et notre fanfaronnade punk rock habituelle. Nous sommes entrés dans Level Down, Denny prend sa...

587 Des vues

Likes 0

L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3 Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi...

2.7K Des vues

Likes 0

LEÇONS DE DOMINANCE : DEUXIÈME PARTIE

PROLOGUE de la première partie : Naomi Dayne sort avec Peter depuis six ou sept rendez-vous maintenant, et sa mère, Miranda, a senti que sa fille tombait amoureuse du jeune homme, et comme elle est une dominante froide, elle veut sa fille poursuivre la tradition familiale de domination féminine sur les mâles !!! Après avoir soumis Peter à un certain nombre de tests, Miranda écrase finalement ses couilles dans ses mains, brisant efficacement l'esprit de Peter tout en lui laissant une épave émotionnelle !!! Miranda teste ensuite la capacité de Peter à la satisfaire oralement, et au grand soulagement de Naomi, Peter...

2.2K Des vues

Likes 0

Un cul hors de toi et moi

Copyright © 2007 par Tim King Atelier de fiction du Collège Goucher Tous les droits sont réservés Un cul hors de toi et moi Par Tim King J'ai essaimé comme une ruche d'abeilles dans la rue jusqu'à l'appartement de Susie. Ce que je venais de voir était indescriptible. Il n'y avait rien de bon à cela. C'était dégoûtant et faux et le pire était que c'était complètement crédible, complètement dans le domaine de la réalité. C'est probablement ce qui m'a tellement énervé. Je n'avais même pas pris la peine de l'appeler. Au moment où j'ai réalisé que c'était elle, j'ai refermé...

1.6K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.