VOTRE SŒUR SŒUR

312Report
VOTRE SŒUR SŒUR

C'ÉTAIT un dimanche après-midi normal. Mes parents faisaient la sieste après le déjeuner et je faisais mes devoirs pour le lendemain. J'étudiais en 9ème standard, j'avais 14 ans. Je devais terminer un dessin dans mon cahier de physique, et comme d'habitude, mon crayon à dessin manquait. En jurant, j'ai fouillé mon cartable, puis mon étagère à livres mais il n'y avait aucun crayon nulle part. Finalement, j'ai décidé de fouiller l'étagère de mon frère (il me tuerait si jamais je touchais sa zone). Mais la nécessité m'y a poussé et, dans ma précipitation, certains de ses livres sont tombés. En jurant à nouveau, je les ai pris sur le sol et j'étais en train de les réarranger sur l'étagère, quand j'ai vu un papier soigneusement plié posé sur le sol. Je pensais que cela devait être tombé de son livre. J'étais sur le point de le remplacer dans l'un de ses livres, quand quelque chose a attiré mon attention.

En réalité, le papier contenait 4 pages, arrachées au milieu d'un livre. La qualité du papier était superbe et l'impression était excellente. Une jeune fille de couleur blanche, âgée d'au plus 15 ans, était allongée sur un lit, purement nue, les jambes tendues, montrant sa sucette bien en vue. Elle avait les yeux fermés, comme dans le bonheur, et un sentiment d'extase était présent sur tout son visage. Jusqu'ici, pas mal. Mais ce qui m'a frappé comme l'éclair, c'est le garçon d'environ 20 ans, agenouillé entre ses cuisses ouvertes, son pénis (je n'aurais jamais imaginé qu'un pénis puisse être aussi long, gros et stable) à moitié enfoui dans sa sucette.

La photo a été prise sous un angle de dessus et je pouvais voir les nerfs saillants de son pénis si clairement, comme si c'était réel. De plus, le contraste des couleurs était frappant. Elle était de couleur blanche comme je l'ai dit plus tôt, même sa sucette n'était que légèrement rose (comme la mienne), mais le pénis du garçon était brunâtre et brillant comme une barre de fer bien huilée. Les autres pages contenaient également des images similaires, des mêmes personnes, dans des positions différentes, mais son pénis était toujours enfoui en elle comme un ajustement permanent.

Je ne pouvais pas détourner mes yeux des photographies. Je ne savais pas si j'étais choqué ou fasciné par eux. Ce n’est que l’année précédente que j’ai atteint la puberté. Et il semblait que ma vision des choses avait changé depuis, et que tout ce qui paraissait ordinaire auparavant me paraissait désormais fascinant. Le garçon de la maison voisine, je ne l'avais jamais remarqué auparavant, mais maintenant il était attirant (à mes yeux) et chaque fois qu'il me parlait, j'éprouvais cette étrange sensation de picotement à l'intérieur. Même en allant et en revenant de l'arrêt de bus, je trouvais de nombreux regards qui me regardaient, et des commentaires étaient émis sur ma personne ou alors j'imaginais mes seins bombés, que mes chemises d'uniforme ne parvenaient pas à retenir.

Après être resté là et avoir regardé les photos pendant un certain temps, j'ai caché le papier dans un endroit secret de mon cartable. Quant aux travaux à domicile, ils n’ont jamais été terminés.

J'ai été totalement mal à l'aise toute la soirée et quand je me suis couché, je n'ai pas bien dormi. Le lendemain matin, j'ai voulu revoir les photos et j'ai emmené les photos, cachées sous mon chemisier, dans la salle de bain. Chaque fois que je les regardais, ils semblaient nouveaux et intéressants. Puis je me suis tenu devant le miroir et j'ai regardé mon corps nu et sans défaut. Ma sucette était petite et une ligne centrale la ponctuait, rendant les deux lèvres très attrayantes. Je ne me suis pas beaucoup soucié d'eux jusqu'à présent, mais maintenant ils comptaient très spécial pour moi.

Ensuite, j'ai sorti un stylo-plume de mon chemisier et j'ai sondé les lèvres inférieures avec sa pointe. Instantanément, j'ai senti une sensation palpitante gonfler en moi, se propageant lentement à d'autres parties. La pointe de mon stylo a traversé la fissure de mes lèvres inférieures, a trouvé un creux quelque part au milieu, et lorsqu'elle s'est fermement installée là, j'ai commencé à l'enfoncer à l'intérieur. Il a glissé et j'ai été satisfait de mon aventure audacieuse. Mais avant que je puisse célébrer, le stylo a rencontré une certaine résistance à l'intérieur, et lorsque j'ai appuyé davantage sur le stylo, il y a eu une douleur soudaine à l'intérieur, presque insupportable. J'ai eu peur et j'ai immédiatement retiré mon stylo. La douleur s'est atténuée lentement, mais c'était tout. Je ne pouvais pas continuer mes recherches de peur de faire quelque chose de compliqué.

Une semaine s'est écoulée et je devenais agité. Un jour, alors que je revenais de mon école, notre bus s'est arrêté au signal. J'ai regardé dehors et j'ai remarqué un groupe de chiens courant derrière une chienne. Ils se sont arrêtés près du bus, et immédiatement, un chien est monté sur cette chienne par derrière. À cet instant fugace, quelque chose comme une tige de fer chauffée au rouge sortit du chien mâle et, comme une lance, chargea dans une ouverture de la chienne qui attendait. La chienne a émis un gémissement agréable, et avant que je puisse voir ce qui s'était passé, le signal s'est déclenché et notre bus a commencé à bouger.

Même si je n'ai pas vu ce qui s'était passé par la suite, la scène de la tige chauffée au rouge pénétrant dans la chienne était inoubliable. Et cet incident a de nouveau ramené la sensation habituelle de picotement dans MA SUCETTE et un très fort désir d'avoir quelque chose dans ma sucette, comme je l'ai vu sur la photo, a commencé à se renforcer en moi. Même si ma conscience m’avertissait que mes pensées étaient du mauvais côté et étaient sales, je ne pouvais pas les contrôler.

Totalement plongé dans cette réflexion, je suis rentré chez moi et j'ai été accueilli par mon frère, qui était également venu en congé pour Noël. Maman n'était pas encore rentrée à la maison et papa serait toujours en retard. Nous nous sommes donc tous deux salués et avons discuté de nos bêtises habituelles. Puis je suis allée dans ma chambre pour changer de robe.

J'avais enlevé tous les boutons de mon chemisier, et j'étais sur le point de l'enlever, lorsque mon frère entra dans la chambre, tenant quelque chose à la main. Je me suis retourné, et voyant deux belles boucles d'oreilles en or dans sa main, j'ai couru vers lui, ma chemise toujours ouverte. J'ai pris les bagues dans ma main, souriant gentiment, je l'ai serré légèrement dans mes bras et je l'ai embrassé sur les joues. Il était énervé. J'étais vraiment heureux qu'il ait apporté un si beau cadeau de Noël.

Ensuite, je lui ai demandé d'attendre, j'ai pris un coffret cadeau sur mon étagère et je le lui ai remis, tandis que le devant de ma chemise était grand ouvert, révélant mes seins naissants. Même pendant qu'il tendait la main pour recevoir le cadeau, ses yeux regardaient à travers l'ouverture de ma chemise, observant mon décolleté. Le cadeau était une montre Titan, que j'ai achetée comme cadeau de Noël pour lui. Il a beaucoup aimé ça et, comme je l'ai fait avec lui, il m'a embrassé sur les joues, me serrant légèrement dans ses bras. Exactement à ce moment-là, la sonnette de la porte a sonné et c'était ma mère.

Bien que la soirée se soit déroulée agréablement, avec toute la famille mangeant et discutant, je n'ai pas pu dormir cette nuit-là, car les yeux de mon frère fixant mes seins me revenaient à l'esprit à plusieurs reprises. Je pouvais encore sentir son corps chaud m'envelopper pendant que je m'embrassais, et son parfum masculin était très agréable et irrésistible. J'ai lentement frotté les lèvres de ma sucette avec ma main droite, et c'était apaisant. Le désir est monté en moi comme un feu et j'ai décidé de l'essayer avec ma plume, une fois de plus. J'ai lentement inséré le stylo dans mon trou inférieur et il a glissé en moi comme une glace. J'avais chaud partout et la sensation sensuelle que je ressentais des parois de mon trou, lorsque le stylo le traversait, était excellente. Encore une fois, le stylo a rencontré une résistance, mais cette fois, j'ai décidé d'aller plus loin. J'ai poussé le stylo un peu avec force et j'ai senti quelque chose se déchirer à l'intérieur. Immédiatement, j'ai ressenti une douleur brûlante à l'intérieur de mon trou et j'ai retiré le stylo en toute hâte. Il a fallu un certain temps pour que la douleur s'atténue, et à ce moment-là, j'ai perdu tout intérêt.

Finalement, je suis tombé dans un sommeil agité aux petites heures. Mais encore une fois, j'ai été dérangé par un rêve. Dans le rêve, j'étais allongé sur le dos sur un lit moelleux, je ne savais pas où. Je cherchais un indice de tous les côtés lorsque la porte d'entrée s'est ouverte et qu'un garçon de 17 ans est entré. Ce qui a retenu mon attention n'était pas son visage, mais son sexe, qui était, comme un chariot élévateur, debout et pointé vers moi, très brunâtre et stable comme un roc. Il s'est agenouillé entre mes cuisses et avant que je puisse réagir, il s'est penché en avant, a placé le bout de son pénis sur ma sucette et a commencé à l'enfoncer en moi.

Je me suis réveillé en sursaut et je me suis retrouvé en sueur abondante. J'étais choqué. Pas à cause du rêve. En fait, j'étais désolé que cela se termine si vite, car je voulais savoir ce qui se serait passé si le rêve avait continué. Mais c’était le visage de ce garçon qui m’inquiétait. Avant la fin du rêve, j’ai jeté un coup d’œil, pendant une fraction de seconde, sur son visage. Et c'était le visage de Joe. Vous ne connaissez pas Joe, n'est-ce pas ? Joe était mon propre frère bien-aimé.

Le lendemain, étant en vacances, je me suis réveillé tard, très tard, après que mes parents soient partis au bureau. Puis je me suis baigné, et pendant que je changeais de robe, je l'ai appelé pour qu'il m'assiste avec les crochets de ma combinaison. Il est entré dans ma chambre, et me voyant à moitié nu, il a hésité. Mais je l'ai rappelé, et il est entré à contrecœur et s'est essayé au crochet. Immédiatement, j'ai poussé un cri douloureux (comme si j'étais blessé par le crochet) et je me suis tourné vers lui, avec colère. Je pouvais voir ses yeux se régaler de moi comme un tigre affamé, et il ne pouvait pas me quitter des yeux. Je me retournai lentement, lui demandant d'une voix sexy (je ne savais pas comment j'avais réussi à prendre un tel ton) de faire attention, avec mes crochets.

Après nous être habillés, nous avons tous les deux pris notre tiffin du matin et il est sorti rencontrer ses amis. À son retour, il a apporté avec lui un DVD d'un dernier film d'horreur – du type Evil-Dead. Donc après le déjeuner, nous avons joué le DVD. Lorsque la diffusion du film a commencé, je me suis rapproché de lui, car l'horreur n'est pas mon genre de films. Il a mis sa main droite autour de moi, comme pour me rassurer, ses doigts posés juste au-dessus de mon sein droit. Je pris sa main gauche et la posai sur ma cuisse, juste au-dessus du genou. Quand une scène d'horreur se jouait, il me serrait fort, ses doigts pressant ma poitrine. Je n'ai jamais su comment il faisait, mais ses doigts étaient magiques sur ma poitrine et me procuraient tellement de plaisir. De plus, sa main gauche faisait des bêtises entre mes cuisses, m'emmenant dans un tout nouveau monde. Je n'ai jamais regardé le film, car mon attention était totalement concentrée sur ses mains.

Finalement, le film s'est terminé et nous avons repris nos esprits. Je me suis levé pour préparer du thé pour nous deux. Dans la cuisine, je regardais l'eau bouillir dans la bouilloire, quand il entra silencieusement et, sans prévenir, me serra fort par derrière. Ses mains étaient dures sur ma poitrine, mais il semblait que je voulais ce câlin d'ours. Je me suis penché et lui ai embrassé les mains. Ses hanches m'ont forcé à avancer, de sorte que mon entrejambe était pressé contre la dalle de la cuisine. Je ne savais pas ce qu'il aurait fait si la sonnette de la porte n'avait pas sonné. Il est allé répondre et c'était son groupe d'amis. Immédiatement, j'ai couru dans ma chambre, je me suis changé en quelque chose de décent et j'ai préparé du thé pour tous. Mais tout mon corps était en feu, comme si l'étreinte de mon frère avait enflammé quelque chose en moi.

Le lendemain, c'était la veille de Noël, je me suis réveillé avec un mal de tête et j'étais presque allongé dans ma chambre. Vers 11 heures du matin, j'ai voulu aller aux toilettes et je l'ai appelé d'une voix faible. Il est immédiatement entré dans ma chambre, enveloppé dans une serviette, alors qu'il se préparait à prendre son bain. Je lui ai demandé de m'aider à aller aux toilettes. Il m'a ensuite soulevé du lit et je me suis dirigé vers la salle de bain en me penchant lourdement sur lui. A la porte, il m'a libéré, j'ai fait semblant d'être faible et je suis tombé en tas. J'ai fait comme si je ne pouvais pas me débrouiller tout seul.

Il a hésité un instant, puis m'a soulevé et m'a emmené dans la salle de bain. Il me fit asseoir sur la commode, et se plaça devant moi, me tenant dans ses mains. Je lui ai demandé de fermer les yeux, comme s'il était timide. Avec un sourire aux lèvres, il ferma les yeux. Puis j'ai fait pipi. Je me regardais, un jet de liquide jaune d'or jaillir de la fente de mes lèvres inférieures et se déverser dans la commode comme une fontaine. Même pour moi, c'était fascinant. Soudain, je sentis son emprise sur ma main se durcir, et je devinai qu'il me regardait aussi furtivement. Quand j'ai fini, je me suis lavé et je lui ai demandé de me relever.

Il m'a ensuite pris dans ses mains, comme un enfant, et m'a porté jusqu'à mon lit. Lorsqu'il m'a allongé sur le lit, nous avons perdu l'équilibre et nous sommes tous les deux tombés sur le lit - lui sur moi. Je ne l'ai pas lâché et je l'ai serré contre moi dans mes bras. J'avais très froid, lui ai-je dit, et je lui ai demandé de me serrer fort dans mes bras. Cela semblait raisonnable, et il a volontairement accepté, me serrant fort dans ses bras, s'allongeant sur moi.

Chaque action a sa réaction, n'est-ce pas ? Un instant, il resta inactif, et soudain, avec un grognement, sa poigne se durcit, et il devint très brutal. Sa poitrine était pressée contre la mienne avec une telle férocité que j'étais essoufflée. Il semblait que j'avais besoin de ce câlin d'ours, car la pression me procurait un plaisir débridé.

J'ai senti quelque chose me faire mal au bas de l'abdomen. Je laisse glisser mes mains pour explorer la source. À ce moment-là, sa serviette est sortie de sa hanche et mes mains ont senti son pénis stable comme un roc qui faisait rage comme un animal en cage. J'étais heureux et très surpris que le pénis de mon frère soit si gros et si long. Il faisait 3 fois la taille de mon stylo et était très solide. J'ai senti un liquide couler de son pénis et je me suis demandé s'il me faisait pipi dessus. Mais cela ressemblait à un lubrifiant et très soyeux. J'ai tenu le pénis quelques secondes dans ma main, appréciant sa taille et sa force, avant de le guider jusqu'à la fente entre mes lèvres inférieures.

J'ai été surpris de constater que je perdais également une sorte de liquide de mes lèvres inférieures. Comme il était glissant, son pénis ne parvenait pas à trouver l'entrée immédiatement. Je l'ai guidé avec hésitation, et soudain il était à l'entrée de mon trou sacré. Immédiatement, il poussa. Mon Dieu! J'ai retenu mon souffle. Comme c'était merveilleux ! Sa douce tige glisse en moi régulièrement. Le sentiment que j'ai ressenti ne pourrait pas être écrit ici, et je ne trouve pas de mots suffisants pour l'expliquer pleinement. J'ai senti des étoiles dans mon esprit. Mon corps tout entier était ravi et un sentiment d'extase traversait chacun de mes nerfs.

Il gémit alors que sa verge s'enfonçait fermement en moi et je répondis en poussant des gémissements. Il semblait qu'il allait entrer en moi pour toujours. (Je n'ai alors ressenti aucune douleur, car mon hymen avait déjà été percé avec mon stylo lors de ma deuxième tentative, ce que je ne savais pas alors). Toute sa longueur était en moi et je me sentais complètement coincée. Je me voyais sur la photo, ma chatte étant percée par un pénis rond, long et stable. J'ai senti la satisfaction et la paix remplir mon esprit.

Je pensais que c'était tout et j'étais prêt à me lever. À ce moment-là, il a également commencé à retirer son pénis de moi, laissant un vide à l'intérieur, mais dans la même veine, il s'est précipité vers moi, avec un peu plus de force, et son pénis est parti comme une aiguille dans une banane, frottant le côté. murs, et atteignant le bout du trou de ma chatte. J'ai ressenti une soudaine secousse en moi, suivie d'un frisson sexuel refluant à l'intérieur. Avant que je puisse récupérer, il a lancé une autre charge, puis une autre, et a enfoncé son pénis en moi à plusieurs reprises.

Maintenant, je me perdais dans l'excellente sensation qui m'envahissait et j'étais totalement hors de contrôle. Je sentais mes lèvres inférieures prendre le contrôle de moi, et ses coups, désormais plus durs qu'une masse, me procuraient un plaisir incommensurable. J'ai senti quelque chose se préparer en moi, comme un strom, entraînant mon esprit vers un nouveau et merveilleux monde sexy, et je me suis retrouvé à gémir très fort à chacune de ses poussées.

Puis, comme un éclair venu du bleu, j'ai senti quelque chose souffler en moi, comme un tsunami, et j'ai senti vague après vague l'extase jaillir de ma douce chatte, puis traverser mes cellules comme une traînée de poudre. Il y avait des étoiles partout et je flottais dans une nouvelle sensation. Je pouvais sentir quelque chose jaillir de ma chatte et mon corps était cambré vers le haut comme un arc, pour répondre à ses poussées toujours croissantes. Je ne savais pas à ce moment-là que j'étais en état d'orgasme. Soudain, ses poussées s'accentuèrent à une vitesse fulgurante, avec une force inimaginable, et des jets de liquide chaud jaillirent sur mes petites filles, me procurant davantage de jouissance. Il a continué à pomper pendant quelques instants, en grognant jusqu'au bout, puis s'est affalé sur moi.

Je me sentais vidé, toute mon énergie avait disparu. Nous nous sommes reposés ainsi pendant plus de 10 minutes. Il s'est alors rétabli et a essayé de me lâcher. Il a hésité et m'a demandé, avec une inquiétude dans la voix :

"Comment vas-tu ? Comment va ton mal de tête ?"

"D'accord, très bien, merci, docteur". Je lui ai souri gentiment. "Vous avez une si belle seringue et votre injection contient un médicament si merveilleux que ma fièvre et mes maux de tête ont disparu. "

Articles similaires

Ne jamais regarder en arrière_(2)

Introduction J'ai entendu quelqu'un emménager dans le manoir, dit le petit Jeremy d'un ton neutre. Sa voix d'adolescent était forte de confiance et sa poitrine était haute pendant qu'il parlait. Menteur, répliqua Porter instantanément. C'était impossible, tout le monde savait que cette maison était hantée. Les deux avaient 7 ans à l'époque et leur imagination travaillait constamment à des histoires. Beaucoup de leurs histoires étaient centrées sur le mystérieux manoir qui se trouvait au sommet du terrain montagneux qui entourait leur ville du Colorado. Les deux étaient convaincus qu'il était hanté, donc la perspective que quelqu'un l'habitait était incompréhensible. Non, Jeremy...

1.1K Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

1.3K Des vues

Likes 0

Trois J et un S Go Ski - Jour 3, Partie 2

Trois J et un S Go Ski - Jour 3, Partie 2 Par le technicien BDSM FFF/F D/s / Doux / Exhibitionnisme / Esclavage consensuel / F/F / Neige / Froid / Humiliation / Électro-sexe = = = = = = = = = = = = = = = = = = = = Quatre jeunes étudiantes en vacances au ski doivent trouver autre chose à faire lorsqu'un excès de neige fraîche les emprisonne dans leur cabine. Ceci est le quatrième de cette série et décrit une intéressante journée de ski sur des pistes presque désertes. Cela pourrait avoir plus...

1.9K Des vues

Likes 0

Une surprise d'été (Partie 1)

Une surprise d'été, Partie 1 par Nicholas Keel Chapitre 1: Nick avait dix-neuf ans et rentrait tout juste de sa première année à l'université, ce qui, si vous demandiez à quelqu'un impliqué, était au mieux terne. L'été après avoir obtenu son diplôme d'études secondaires, il avait entretenu des visions de fêtes, de filles, d'alcool, de travaux. Mais la réalité était un peu moins excitante qu'une telle imagination pré-frush. Il est allé à quelques soirées, a essayé de trouver un groupe d'enfants avec qui sortir, mais a quand même fini par dormir seul dans son dortoir tous les week-ends. Le colocataire de...

1.2K Des vues

Likes 0

L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3 Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi...

2.4K Des vues

Likes 0

Délice du commandant

Remarque : Bonjour à tous ! Encore une fois, comme toujours, j'écris pour l'argent. S'il vous plaît envoyez-moi un message si vous souhaitez votre propre histoire personnelle, privée et impressionnante de smexiness. Si vous n'avez rien de gentil à dire sur les commentaires, ne les dites pas du tout :) Si vous avez aimé le conte, ajoutez-moi s'il vous plaît comme ami ou ... critiquez ceci de manière positive. J'ai plus de 400 pages de travail que je mets en place et des notes positives, des commentaires positifs, des commentaires positifs - ils me font sourire. Duke était devenu plutôt impétueux...

2.5K Des vues

Likes 0

Tendre l'autre joue

Je suis une personne profondément religieuse. Je crois qu'il faut faire le bien et résister à la tentation du mal. Je crois que les chrétiens devraient pratiquer l'humilité et, lorsqu'ils sont lésés, tendre l'autre joue. Avec l'aide de ma femme, Eve, je travaille dur pour être un bon chrétien. Je pensais sauver Eve et provoquer sa transformation. Selon toutes les normes, Eve était une pécheresse. Je l'ai rencontrée dans un moment de faiblesse. Un jour, j'ai été attiré dans un club de gentleman contre mon meilleur jugement et ma connaissance du bien et du mal. J'étais vierge dans tous les sens...

1.7K Des vues

Likes 0

L'ami de mon mari nous rend visite - Partie 2

================================================= ========= Vous feriez mieux de lire d'abord L'ami de mon mari nous rend visite, car c'est le début de cette histoire. Sinon, il sera impossible de comprendre! ================================================= ========= Salut! C'est encore Lynn, et je veux vous dire ce qui s'est passé après tout le plaisir que j'ai eu avec mon mari Jim et son ami bien doté Ben, lorsque nous l'avons accueilli chez vous. Nous étions détruits après tout l'alcool que nous avions bu, et aussi toutes les activités sexuelles, extrêmement agréables mais aussi épuisantes. Nous avons pris une douche ensemble et sommes allés nous coucher – notre lit...

1.2K Des vues

Likes 0

En contemplant ma bi-sexualité ???

Je ne m'étais jamais considéré comme gay ou même aimer l'idée d'être avec un homme. D'un autre côté, j'adorais jouer avec mon cul et insérer des choses depuis que j'avais environ 12 ans. Je me souviens d'avoir utilisé le sac de douche de ma mère pour me faire des lavements depuis que je me souvienne. En vieillissant, je me suis retrouvé à utiliser des concombres et toutes sortes d'autres articles pour satisfaire mon désir d'avoir le dos ouvert. Un jour, il y a quelques années, après avoir longuement réfléchi, j'ai décidé d'essayer quelque chose de nouveau. Il y avait un médecin...

1.1K Des vues

Likes 0

Le pendentif 2

Le pendentif Chapitre deux Le lendemain à l'école, c'était un peu bizarre. Bobby n'arrêtait pas de me regarder comme s'il voulait dire quelque chose mais ne l'a pas fait. Je m'attendais à ce qu'il me demande ce qui était arrivé au pendentif, mais il n'a jamais rien dit. Après l'école, j'avais hâte d'utiliser à nouveau le pendentif. Quand je suis rentré à la maison, j'ai décidé de le faire au lit cette fois car le sol était trop inconfortable. J'ai verrouillé la porte, je l'ai récupérée de ma cachette, je me suis nue et je me suis allongée sur le lit...

899 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.