Le voyage de pêche de Pam

1.2KReport
Le voyage de pêche de Pam

Le voyage de pêche de Pam
par jallen944 ©

Anne posa le téléphone sur le comptoir et descendit l'escalier.

« Pam ? » elle a crié.

"Quoi?" Pam a répondu et s'est tenue sur le pas de sa porte pour regarder dans l'escalier.

"M. Thorn veut savoir si vous voulez aller pêcher avec lui. Il va au lac ce week-end."

"Ouais, j'y vais," dit Pam, se sentant soudain très excitée. Il l'a fait. Il a trouvé comment la mettre seule pour un week-end.

"Ok. Je lui dirai que tu seras prêt quand il viendra te chercher."

Pam se précipita dans sa chambre, remplie d'excitation nerveuse. Elle se frotta les jambes et stimula son clitoris. Avant qu'elle ne s'en rende compte, elle avait un orgasme et M. Thorn ne serait pas là pour la récupérer avant deux jours.

Vendredi après-midi, elle avait emballé tout ce dont elle pourrait avoir besoin pour le week-end, y compris des vêtements de rechange au cas où elle serait mouillée, des pulls au cas où il ferait froid, du papier toilette au cas où, son oreiller, son maillot de bain, son Walkman et ses cassettes, des piles de rechange, un couteau bien aiguisé et un nouveau pot de gelée lubrifiante, juste au cas où. Elle posa les deux sacs, ainsi que sa vieille canne à pêche, près de la porte d'entrée, prêts à être chargés dans le camion de M. Thorn lorsqu'il arrivera enfin. Elle était prête pour un week-end de pêche et de baise. Elle portait des bottes de randonnée, de grosses chaussettes, un vieux jean, l'une des vieilles chemises de travail à carreaux d'Ethan et son vieux pull en laine. Si elle avait un peu de chance, le météorologue aurait raison et elle n'aurait pas besoin des sous-vêtements longs ou de la veste en duvet, mais ils étaient emballés, juste au cas où.

Cinq heures après avoir tout chargé dans le camion, le soleil commençait à décliner lorsqu'ils arrivèrent au camping. Sur le chemin de terre à travers les bois, où les deux conduisaient son pick-up, remorquant son bassboat en aluminium et sa remorque, il faisait déjà nuit. La piste a conduit pendant deux milles à travers la forêt jusqu'à ce qu'elle s'ouvre sur le lac Rouge, le trou de pêche secret de M. Thorn, et le soleil rouge se couchant juste au-delà des arbres, ce qui, de sa réflexion sur l'eau douce, a donné son nom au lac. .

Là où se terminait le mur d'arbres se trouvait une courte étendue de terre qui descendait jusqu'au bord de l'eau. Le long de ce terrain, à une bonne distance de la piste, se trouvait un endroit plat et nu de terre et un foyer noir à côté, entouré d'un tas de pierres, où M. Thorn installa son camp, année après année. Ils ont planté la tente sur l'endroit nu, ramassé du bois et allumé un feu, le tout avant qu'il ne fasse trop noir pour le voir.

Tout au long du dîner composé de haricots, de jambon, de pommes et d'un sandwich, M. Thorn a raconté des histoires sur ses voyages de pêche passés à cet endroit même. Certaines d'entre elles, elle savait qu'elles étaient vraies, et d'autres, elle savait qu'elles étaient bien trop exagérées. Ils restèrent debout jusqu'à environ onze heures, fumant ses fortes cigarettes roulées à la main, lorsque M. Thorn décida qu'il était temps d'aller se coucher s'ils devaient se lever à six heures du matin.

Quand il a dit ça, elle est soudainement devenue nerveuse. Tout au long du dîner et en écoutant ses histoires, elle avait oublié d'avoir des relations sexuelles et cela lui revint tout d'un coup, comme la réveiller d'un rêve endormi. Mais elle n'avait pas peur. Anxious était plus comme ça. Elle voulait qu'il la baise et elle était nerveuse d'anticipation. Elle n'a rien dit à ce sujet, cependant, parce qu'elle savait que ce qu'il voulait, c'était qu'elle fasse ce qu'il lui avait dit. Alors ils ont déroulé leurs sacs de couchage et se sont déshabillés jusqu'à leurs sous-vêtements. Elle était à genoux sur son sac de couchage ouvert, le dos tourné vers lui, retirant son soutien-gorge, attendant qu'il lui donne un ordre ou qu'il dise n'importe quoi. Elle retira le soutien-gorge et se retourna, mais il était déjà dans son sac de couchage, la regardant, attendant d'éteindre la lanterne. Elle ne pouvait pas le croire. Elle lui faisait face dans la lumière vacillante, ne portant qu'une petite culotte, ses mamelons aussi durs que des diamants parfaits, et il ne le remarqua même pas.

"Bonne nuit," dit-il, et il souffla la lanterne.

Elle était abasourdie, agenouillée là sur son sac de couchage dans l'obscurité, attendant toujours avec impatience d'être baisée. C'était tellement différent de lui. Elle grimpa dans le sac. Peut-être demain, après la pêche.

Elle n'entendit rien d'autre de la nuit jusqu'à ce que M. Thorn la réveille. Le ciel à l'extérieur de la tente était encore sombre.

"Quelle heure est-il?" dit-elle en s'asseyant. M. Thorn était déjà habillé et portait une tasse de café fumant.

« Cinq heures et demie », dit-il en lui tendant la tasse.

Elle le prit avec une grimace et un gémissement, puis un bâillement.

"Les poissons ne sont même pas encore réveillés."

"Le poisson ne dort jamais. Buvez votre café."

Moins de trente minutes plus tard, ils étaient sur le bateau au milieu du lac. M. Thorn était assis à l'avant, Pam était assise au milieu. Il contrôlait le moteur de pêche à la traîne qui pendait dans l'eau à l'avant du bateau et les faisait tourner d'un endroit à l'autre. Il utilisait un spinner et elle lançait avec un ver en caoutchouc violet, mais ils ne pouvaient rien toucher de plus gros que le bar et le poisson-lune. Au bout d'une heure, ils se sont déplacés vers un endroit autour du coude du lac, et après une heure là-bas, ils ont quitté pour la matinée sans prise significative.

Vers huit heures du matin, ils prirent un petit-déjeuner composé de flocons d'avoine et de fruits instantanés et se préparèrent à attendre la fin de l'après-midi, avant le crépuscule, pour retourner sur le lac et essayer de prendre le dîner. Ils s'installèrent dans de confortables trous de sable au bord de l'eau, fumant ses cigarettes et buvant un café épais, fort et noir.

Alors que le soleil se levait au-dessus de leurs têtes, l'air se réchauffait et ils se débarrassèrent de certains des vêtements plus chauds qu'ils avaient portés sur le lac. Ils ont parlé de choses sans importance et il a mentionné quelque chose à propos de l'atterrissage d'une grosse vieille basse ce week-end, mais elle se demandait quand il allait se déplacer pour le lui faire.

Elle s'était déshabillée jusqu'à son t-shirt blanc uni et son vieux jean délavé, le même que lui, et si elle pouvait voir ses mamelons à travers sa chemise, alors il pouvait voir ses mamelons à travers sa chemise. Elle ne portait même pas de soutien-gorge. Il n'y avait personne autour, alors pourquoi n'est-il pas monté sur elle et ne l'a pas frappée juste là ? Elle le regarda. Il regardait rêveusement le ciel, pensant à cette vieille basse stupide.

L'après-midi, quand la journée devenait chaude, elle enfilait son bikini bleu et allait dans l'eau pour se rafraîchir. M. Thorn l'a observée en silence depuis le rivage, mais n'est pas entré avec elle. Elle avait espéré que le bikini l'exciterait enfin, comme il le faisait quand elle prenait un bain de soleil, mais rien ne se produisit. Lorsque le crépuscule est arrivé et que le soleil était juste au-dessus des arbres à l'ouest, elle a nagé jusqu'au rivage pour le trouver et lui dire qu'elle avait faim.

"Bien. Cela vous permet de mieux pêcher quand vous savez que vous devez avoir quelque chose à manger", a-t-il déclaré.

A la lueur de la lanterne, sur le lac, elle a changé de son ver violet à une fileuse, puisque M. Thorn avait déjà attrapé son dîner, un bon bar de trois livres. Elle a coupé le ver de la ligne avec ses dents, a enroulé la ligne à travers le crochet à œil sur la fileuse, l'a enroulée six fois, a poussé l'extrémité à travers la boucle de la ligne, l'a serrée, l'a tirée, puis a mordu l'excédent de ligne traîner. Mais sa chance n'a pas été meilleure avec le spinner. Elle n'a arraché que des mauvaises herbes, elle n'a même pas attrapé de poisson-lune. Ils ont fait cuire sa prise et, bien qu'il y ait juste assez de viande pour une personne et qu'elle ait mangé un sandwich au beurre de cacahuète et à la gelée, elle a mangé quelques bouchées de poisson.

Plus tard, après le dîner et les cigarettes, elle s'attendait à ce qu'il lui dise d'aller dans la tente et de se déshabiller, mais tout ce qu'il a dit était : « Allons nous coucher tôt ce soir et essayons de sortir sur ce lac avant que le soleil ne se lève.

Et puis cela lui vint à l'esprit, comme allumer une lumière dans une pièce sombre et tout à coup voir clairement. L'homme aimait pêcher plus qu'il n'aimait baiser. Était-ce correct, ou l'homme avait-il ses priorités détraquées? Elle a décidé d'être nue quand il est entré dans la tente, alors elle l'a laissé éteindre le feu et est allée à l'intérieur pour se déshabiller.

Lorsqu'il entra enfin dans la tente, elle se tenait debout à côté de son sac de couchage ouvert, nue. Il la regarda, puis se retourna pour refermer le rabat de la tente. Elle était sur le point de laisser échapper un profond soupir lorsqu'il défit sa ceinture et baissa son pantalon. Excitée, elle s'allongea sur son sac, les genoux levés et écartés. A la lueur de la lanterne, la gelée de vaseline qu'elle s'était étalée sur la chatte faisait luire ses lèvres comme couvertes de rosée.

Il a retiré sa chemise.

"Tu vas geler ce soir si tu ne rentres pas dans ton sac de couchage," dit-il et, ne portant que ses sous-vêtements, grimpa dans son propre sac de couchage et se retourna.

Pam soupira et souffla la lanterne.

Le lendemain matin, dimanche matin, ils étaient debout à cinq heures et sur l'eau à cinq heures et demie. M. Thorn a emmené le bateau à un endroit éloigné de l'autre côté du lac, une petite crique rocheuse où ils pouvaient à peine voir l'autre côté du lac. Une brume effrayante flottait à la surface de l'eau lorsque Pam se retourna pour trouver leur camp. C'était un spectacle très agréable et relaxant.

Les arbres de cette partie du lac descendaient jusqu'à l'eau. A la pointe du V que formaient les flancs de l'anse, un ruisseau sortait des arbres et aboutissait à l'eau. Un tas de pierres noires formait une cascade pour le ruisseau et l'eau claire qui tombait faisait un drôle de gargouillement lorsqu'elle touchait l'eau sombre et immobile du lac.

M. Thorn a attrapé un crapet arlequin lors de son premier lancer et Pam en a attrapé un lors de son troisième lancer. Bientôt, ils frappaient tout ce qui était jeté à l'eau, mais M. Thorn en avait assez. Il a fait demi-tour avec le moteur de pêche à la traîne et les a déplacés un peu hors de la crique, où il semblait qu'il y avait une bonne chute sous l'eau. Pam pouvait voir un petit groupe de carpes se nourrir à la surface dans la crique près du ruisseau, mais ils n'avaient pas d'appât vivant pour eux, et M. Thorn ne s'intéressait pas aux carpes, de toute façon.

Il avait raison à propos de cette partie du lac. Ils ont attrapé régulièrement des bars de bonne taille au cours des prochaines heures, la plupart d'entre eux juste en dessous de la taille, mais deux ou trois d'entre eux assez gros pour être mangés. Vers dix heures du matin, ils avaient cessé de mordre et M. Thorn a décidé qu'il était temps de rentrer chez lui.

Il se leva et posa sa perche sur les banquettes. Le bateau s'est déplacé lorsqu'il a traversé pour atteindre le moteur à l'arrière. La perche a glissé et le crochet tournant s'est pris dans le jean de Pam. Le bateau bascula en arrière et le crochet s'enfonça dans sa cuisse. Elle a crié et sa perche a sursauté. Juste au moment où elle se penchait pour examiner attentivement sa cuisse et découvrir ce qui lui causait tant de douleur, sa ligne est soudainement devenue "whiiizzz", puis à nouveau, "whiiizzz", mais il lui a fallu un moment pour réaliser que quelque chose s'enfuyait. avec sa toupie. Elle ne pouvait pas voir de son œil gauche à cause des larmes de la douleur du crochet qui la poignardait comme une grosse aiguille, le bateau se balançait suffisamment pour lui donner envie de vomir, sa perche était pliée si près de l'eau qu'elle ressemblait à il était prêt à casser, et M. Thorn criait quelque chose à propos de ramener le poisson.

"Ton hameçon est coincé dans ma jambe", cria-t-elle en faisant monter le frein de combat sur son moulinet. Elle leva la jambe pour qu'il puisse voir la chose jaune vif accrochée à son jean.

"Quoi?"

"Ton crochet, enlève-le de ma jambe," cria-t-elle en grimaçant de douleur.

"Oh."

D'un geste rapide, il décrocha le crochet et posa la perche de côté et à l'écart. Il attrapa le filet et le plongea dans l'eau.

"C'est un mauvais garçon. Tu t'es fait un grand-père, là-bas", a-t-il dit.

Pam se leva et s'appuya contre la forte attraction du poisson. C'était comme si elle essayait de débarquer une baleine. Elle a donné quelques secousses dures.

"Il rentre à la maison pour-" commença-t-elle à dire quand la ligne se brisa.

Le poteau a surgi de la courbe courbée, vacillant au garde-à-vous, et Pam a volé en arrière comme si elle avait été ramassée et lancée comme une balle de baseball. Elle tenait toujours la perche lorsqu'elle toucha l'eau, la tête la première, les pieds toujours suspendus au bord du bateau. Ses bottes étaient accrochées au bord et M. Thorn les repoussa rapidement. Il jeta le gilet de sauvetage à l'endroit où elle s'était glissée et était sur le point de s'enfiler lorsqu'elle remonta.

"J'ai perdu mon poteau", a-t-elle crié en toussant. Elle essuya les cheveux de ses yeux, attrapa le gilet de sauvetage et laissa M. Thorn l'aider à remonter dans le bateau.

Il la rallongea sur le banc. "Êtes-vous ok?"

Elle a toussé. "Je pense que j'ai avalé de l'eau."

"Ce poisson t'a presque mangé au petit-déjeuner. Tu restes allongé là jusqu'à ce que tu te sentes capable de t'asseoir."

Le retour au camp semblait prendre une éternité. L'eau était aussi lisse que du verre. Pam regarda les nuages ​​passer au-dessus de sa tête, laissant le soleil réchauffer son visage, et décida de le laisser réchauffer le reste de son corps. Elle s'assit, ayant du mal à bouger dans ses vêtements mouillés et lourds, déboutonna sa chemise en flanelle, la jeta sur la banquette et retira le t-shirt mouillé, ne laissant que le soutien-gorge léger et mouillé pour couvrir ses seins. Ses bottes claquaient sur le fond du bateau quand elle les enlevait, et elle devait se débattre avec le jean serré et mouillé pour les enlever avant de pouvoir se rallonger sur la banquette pour profiter du chaud soleil. Elle ferma les yeux.

Il fallut longtemps avant que M. Thorn ne coupe le moteur et que la proue du bateau ne s'écrase sur le rivage sablonneux avec un léger grincement. Elle ouvrit les yeux. Il sortait le moteur de l'eau. Elle est descendue et les deux ont tiré le bateau sur le rivage pour qu'il ne flotte pas.

« Entrez et séchez-vous. Je vais ranger le bateau », dit-il.

Elle a laissé le rabat de la tente ouvert pendant qu'elle enlevait la culotte et le soutien-gorge mouillés. La serviette n'était pas dans son sac, mais à l'extérieur en train de sécher sur une branche. M. Thorn avait enlevé sa chemise et transpirait avec le bateau. Il s'arrêta pour la regarder traverser le camp, nue, pour arracher la serviette de l'arbre. Elle sourit mais ne se retourna pas. Il entra alors qu'elle était à genoux, s'essuyant les cheveux, dos à l'entrée. Elle regarda par-dessus son épaule sa poitrine nue. Il tenait une trousse de premiers soins.

« Jetons un coup d'œil à cette blessure, dit-il.

Pam étendit ses jambes et il s'agenouilla pour regarder les marques rouges laissées par le gros crochet.

"Ça va aller." Il ouvrit la trousse et en sortit un flacon d'antiseptique. "Ça va piquer." Pam serra les dents quand il lava les minuscules entailles, puis il mit un pansement dessus et le scotcha pour le maintenir en place. "C'est ça," dit-il.

Il se leva, enleva ses bottes et baissa son pantalon. Il ne portait pas de sous-vêtements. Son pénis, à moitié dressé, s'est effondré. Quand elle le vit, sa bouche s'ouvrit.

Il paraissait plus grand que dans son souvenir. Il l'a aidée à se mettre sur ses mains et ses genoux et a écarté ses jambes, les forçant à s'écarter, et a poussé un doigt dans son trou. Pam rejeta la tête en arrière.

"Baise-moi le cul, s'il te plaît," dit-elle dans un doux murmure. Ses cheveux blonds épais et mouillés remontaient du haut de sa tête jusqu'à son cou et son dos.

"Lubrifiez-le d'abord."

Elle se retourna sur ses genoux et lécha sa queue. C'était la seule lubrification qu'il allait utiliser et si elle ne le mouillait pas extrêmement, cela la déchirerait dès la première poussée, alors elle bavait tout le long de la hampe.

"Ça suffit. Tourne-toi et reste tranquille," dit-il.

Elle se retourna sur ses mains et ses genoux, attrapa le poteau de la tente et s'y accrocha, attendant. Il a frotté la grosse tige le long de sa chatte plusieurs fois, puis, à sa grande surprise, l'a glissée dedans.

Silencieusement, elle remercia Dieu en levant les yeux. Au moins, son propre jus rendrait sa bite un peu plus lisse. Il serra ses hanches et la ramena à lui, mais après seulement quelques coups profonds et durs, il la retira. Elle prit une respiration lente et rauque, les yeux fermés, attendant qu'il l'aligne. Elle tremblait.

"Fais-le. Fais-le maintenant," murmura-t-elle.

Une de ses mains fortes écarta ses fesses, son autre main tenait sa queue. Ses mains serraient le poteau, et ce n'était pas très solide. Le bout de la tête toucha son petit trou sensible, et elle haleta. Elle souhaitait que de la graisse s'étale dans son trou, mais il n'y avait pas de temps, il poussait déjà, et la tête voulait entrer.

Laissant échapper une profonde inspiration, elle s'obligea à se détendre. La tête a glissé sans effort, suivie par la majeure partie de l'arbre. Pam gémit. M. Thorn a lâché le manche et a maintenu une poussée constante vers l'avant jusqu'à ce qu'il atteigne une impasse. A peine la moitié du puits avait pénétré. Il ne pouvait plus couler.

Pam déglutit difficilement. Elle pouvait supporter sa taille dans sa chatte, mais ça ? Peut-être qu'elle n'aurait pas dû le demander.

"Sortez-le, s'il vous plaît," gémit-elle.

"Pas question," dit-il. Il enroula ses grosses mains autour de sa taille et la berça d'avant en arrière.

"S'il te plaît." Elle sanglotait et tremblait. Son sexe était énorme.

"Trop tard."

"Ohh. Tu vas me faire jouir."

Son sexe, couvert de son jus, faisait d'étranges bruits de succion, un peu comme le petit ruisseau qui gargouillait dans la crique, sauf que son sexe bougeait très lentement. Il l'a retiré d'un pouce ou deux, puis l'a repoussé, un peu plus profondément que la fois précédente, et s'est arrêté quand elle a gémi et sangloté parce qu'il avait touché le fond. Elle était si serrée qu'il ne pouvait pas bouger plus vite. C'était presque comme si son pénis s'était collé à l'intérieur de son rectum.

Elle bougea ses hanches. "Dieu, c'est si bon."

"Je pensais que tu avais dit que tu ne pouvais pas le supporter."

"Je ne peux pas. Je ne peux pas le supporter quand tu n'es pas en moi comme ça."

Il a arrêté de pomper ses hanches.

"Je dois te dire quelque chose," dit-il, se penchant pour être plus près de son oreille. Ses grosses mains rugueuses remontèrent sur son ventre et autour de ses seins. "Je l'ai fait avec beaucoup de femmes à mon époque, des inconnues, des amies, les femmes de mes amis, les amies de ma femme, mes tantes, mes cousins, ma sœur, ma mère, et même un homme une ou deux fois, depuis que j'étais assez vieux pour debout, mais je n'ai jamais eu personne, personne, aussi bon que toi. C'est un fait.

Elle sourit à cette pensée, ignorant qu'elle était sur le point d'avoir un orgasme. Cela l'a prise au dépourvu et elle a commencé à faire de petits bruits de roucoulement.

"Oooh...oooh...oooh," gémit-elle, et sentit finalement un orgasme, celui qu'elle avait attendu tout le week-end, en même temps que M. Thorn la lava de l'intérieur avec du sperme.

Quand cela s'est terminé, elle s'est allongée sur le sac de couchage et il s'est effondré sur elle, sans retirer sa bite de son trou. Son sperme avait inondé profondément ses entrailles, traversant son corps là où il se sentait le mieux.

"Merci," murmura-t-elle, tournant son visage pour rencontrer ses lèvres.

Il l'embrassa avant de s'éloigner. Elle se retourna et le regarda sortir. Elle est sortie de la tente en jean et chemise secs, chaussures sèches aux pieds, et s'est approchée pour l'aider à attacher le bateau. Il a cliqué et a cogné sur la remorque et ils se sont assurés qu'elle était sécurisée.

« Monsieur Thorn ? dit-elle. Il a regardé en haut. "Voulez-vous m'emmener pêcher à nouveau, un jour ?"

Il sourit et hocha la tête. "Bien sûr."

Articles similaires

Mon sale petit secret (12)

Salut les gars, c'est le dernier chapitre. J'espère que ça a été une bonne balade. Il y a un épilogue dans lequel j'expliquerai tout une fois le trio terminé. La fête du Nouvel An était une explosion… de mon sperme et du sperme de deux autres gars. L'un d'eux, comme vous le savez, était Mike. L'autre était… attendez et voyez. Cela deviendra évident assez tôt. Je suis donc entrée dans la soirée vêtue d'un cardigan et d'un short court. Évidemment, quand je m'habillais, j'avais l'idée du sexe dans ma tête. C'était dans une maison de 13 ans et j'avais décidé de...

2.4K Des vues

Likes 0

Plus qu'un chien : Bruno et Traci

Je m'appelle Traci Holiday et mon amoureux s'appelle Bruno. Nous avons récemment emménagé dans ce charmant cottage et maintenant je travaille principalement à domicile. La plupart du temps, je suis dans mon bureau avec Bruno dans son coin ou à mes pieds. Il n'y avait plus que Bruno et moi maintenant, deux individus complètement à l'écoute des besoins et des désirs de l'autre. Sexuellement, il n'y avait jamais eu de doute quand Bruno me voulait. Si j'étais à mon bureau, il écarterait mes cuisses et blottirait sa tête entre mes jambes ; si j'étais debout, il pousserait son nez entre mes...

2.3K Des vues

Likes 0

Maman aime regarder

Maman aimait regarder Je pense que maman était un peu jalouse de moi et de mes frères, quand elle le pouvait, elle nous regardait baiser à la piscine dans le salon. Elle était un peu en surpoids, mais avait des seins énormes, pas un mauvais cul. Je savais que Billy en recevait de maman. Je l'entendais marcher dans le couloir, puis l'entendre aller dans la chambre de sa mère, puis sortir en douce une heure plus tard. Un jour d'été, Bob et moi nageions dans la piscine. Au début, nous avions tous les deux nos maillots de bain. Mais ensuite, il...

2.4K Des vues

Likes 0

Un trio d'été au printemps.

Cette partie de mon histoire concerne une jeune employée de magasin nommée Summer. C'est une jeune femme que Jenn et moi avons rencontrée au Bikini Hut où elle travaille. Elle a surpris Jenn en train de me faire un BJ dans un vestiaire du magasin. Pour ceux qui n'ont pas lu Pouvez-vous m'aider, Pouvez-vous m'emmener faire du shopping ou Le voyage, Jenn est une de mes voisines avec qui j'ai une relation sexuelle continue. Un peu sur l'été. C'est une brune aux cheveux courts de 23 ans, grande et maigre. Elle mesure environ 5 pieds 10 pouces et pèse environ 105...

3K Des vues

Likes 0

Côté sauvage

Côté sauvage par DDWard© révisé par DinoMagick (je n'ai pas écrit cette histoire, je l'ai seulement révisée et j'ai apporté quelques modifications grammaticales mineures pour la rendre plus facile à lire. J'ai ajouté un peu à la fin, mais la majorité de l'histoire appartient à DDWArd et Asylumchild. Une érotisme de World of Warcraft par Asylumchild Avis de non-responsabilité : cette histoire est une œuvre de fiction destinée uniquement au divertissement. World of Warcraft et tout le matériel connexe sont la propriété de Blizzard Entertainment. De plus, l'histoire suivante frôle des thèmes matures tels que la bestialité mineure. La discrétion du lecteur...

2.8K Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

2.2K Des vues

Likes 0

Enfoncer Julie

La sœur de ma petite amie est venue me rendre visite, fuyant la côte Est et un petit ami autoritaire et dominateur en mettant 3 000 milles entre eux. La sœur de Lynn était plus jeune de quelques années et elle me racontait des histoires sur leurs aventures ensemble au lycée et sur la folie de Julie. La famille l'appelait nudie Julie parce qu'elle se déshabillait pour prendre un bain de soleil ou se baignait maigre à la baisse d'un chapeau. J'attendais sa visite avec impatience, c'est le moins qu'on puisse dire. Lynn et moi nous étions rencontrés à l'université quand...

2.8K Des vues

Likes 0

Motel en Corse rurale au Texas

«Je le sens», murmura-t-elle, sa voix rauque à cause de la douleur qui lançait partout, mais nulle part plus que là où sa bite pressait à travers les couches entre elles. Elle garda son regard sur sa bouche alors que l'excitation suintait en elle. Ellen a rapporté son histoire de Corsicana puis s'est enregistrée au Best Western Executive Inn. Ellen a déverrouillé la porte de sa chambre, ouvrant la porte, elle est surprise de me voir l'attendre. Ellen soupira, posa la valise sur le lit, je me levai de la chaise, attrapant la main d'Ellen dans ma poigne. « Eh bien...

2.1K Des vues

Likes 0

Encore ensemble

Dans mon dernier chapitre, Kim était rentrée chez elle. J'attendais son retour depuis six mois. Kim avait changé à bien des égards, un qu'elle était revenue en tant que Kim attentionnée et aimante que j'avais appris à aimer quand nous n'étions que des enfants qui grandissaient. L'autre changement était dans son apparence, elle était toujours mignonne et sexy cependant, son poids avait radicalement changé, elle était passée d'environ 140 livres à plus de 200 livres. Kim et moi nous sommes assis là sur notre lit à parler; Je venais juste de lui expliquer ce qui s'était passé depuis qu'elle était partie...

2.2K Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

2.1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.