Meilleurs amis avec des avantages

1.1KReport
Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison "Dépêchez-vous! Nous allons être en retard!" C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. "Hé ! Le bus ne va plus nous attendre !" Le klaxon du bus a retenti par la fenêtre, et j'ai rapidement échappé à mon regard, où j'ai attiré l'attention sur la photo que j'ai de moi et elle dans le parc habillés pour le bal à venir. Mes joues ont rapidement rougi alors que je commençais à me sentir un peu agité. Je me suis précipité pour mettre le reste de mes vêtements, j'ai attrapé mon sac à dos et je l'ai posé sur la table de la salle à manger. Je tenais la photo dans ma main, la serrant passionnément et m'assis sur le canapé. Son apparence rendait la plupart des filles jalouses à l'école. Silhouette mince, taille serrée, support incroyable, cuisses épaisses. J'ai placé ma main sur mes genoux et avec des mouvements continus, je glisse ma paume ferme le long du membre charnu, aggravant mon problème. Je ferme les yeux, l'imaginant dans toutes les positions disponibles devant moi, exigeant l'attention qu'elle veut. Le sourire narquois sur son visage, le clin d'œil dans ses yeux, le gloussement d'écolière mièvre que j'entends, ce cul épais, tout en courbes et ferme avec la façon dont elle se dirige vers le lit dans cette lingerie sexy en dentelle noire, rampant dessus. Elle tapota le bord du matelas, se redressant en se plaçant le dos contre la tête de lit, enroulant une jambe autour d'une autre. « Hé, qu'est-ce que tu fous ? On est censé être à l'école ! J'ai cligné des yeux à plusieurs reprises, j'ai réalisé qu'elle se tenait juste devant moi, me regardant. J'ai baissé les yeux pour remarquer où se trouvait ma main, tendant la main rapidement, et je me suis levé pour couvrir ma hampe durcie avec ma boîte à lunch. Ma rougeur s'épaissit, sachant qu'elle savait que ce n'était pas la vérité. Elle haussa un sourcil, suivi d'un son de dégoût. "Peu importe, allons-y."



Nous sortons de la maison et je n'ai pas pu m'empêcher de regarder ce que portait Annabelle. Elle portait une chemise en flanelle rouge, les manches soigneusement retroussées jusqu'au coude, fermement attachées sous ses seins 36DD pour exposer sa petite taille serrée. Un jean court coupé, soulignant l'épaisseur de ses cuisses. Ses cheveux roux foncé tombaient dans la brise légère et portaient des bottes en cuir de peau de serpent assorties. Je ralentis et perdis une transe en traçant mes yeux autour de ses fesses fermes et rondes. Un cul si parfaitement rempli pour lequel vous pourriez utiliser un oreiller. Maintenant, je sais pourquoi tous les gars de l'école racontaient à quel point c'était génial à chaque fois. La regarder bouger pendant qu'elle marchait m'a fait tomber la mâchoire et presque affaiblir mes genoux. Je me mordis brutalement la lèvre, complètement inconscient de ce que je faisais. Nous sommes arrivés aux portes du bus, la laissant monter en premier comme n'importe quel gentleman le ferait. Je l'ai suivie jusqu'à nos sièges pendant qu'Annabelle s'asseyait, se poussant contre la fenêtre. Je me suis laissé tomber à côté d'elle, face au bus. Il a fallu 30 minutes pour y arriver et je pouvais dire qu'elle était fatiguée car elle avait fait un mauvais cauchemar la nuit précédente avant de lui faire peur de s'endormir. Je m'assois de mon côté du siège, plaçant mon sac à dos par terre devant moi. Il n'a pas fallu longtemps à Annabelle pour se déplacer dans ma direction, s'appuyant sur mon épaule. mains. Au lieu de cela, j'ai tendu la main, plaçant ma main sur sa taille, la tirant plus près de moi alors que j'étais son oreiller corporel sur le chemin de l'école. Sa respiration suivait le rythme de la mienne, s'enroulant autour de moi. L'odeur de ses cheveux remplissait mes narines, le shampooing infusé à l'huile de menthe poivrée lui donnait une odeur de canne en bonbon. C'était nos deux parfums préférés. Annabelle sursauta fort et je pensai qu'elle avait dû refaire le rêve. Pauvre Annabelle. Elle a beaucoup souffert et ne m'a pas tout dit et je n'ai pas l'intention d'y toucher. Je souhaite juste qu'elle puisse être heureuse avec quelqu'un qui peut prendre soin d'elle comme je le fais.



À mi-chemin du trajet en bus, elle s'est réveillée avec un visage groggy, s'étirant vers le haut pour faire éclater les articulations de ses bras et de ses côtes. Annabelle m'a regardé avec un demi-sourire, et m'a dit en face, "ça s'est encore produit.". J'ai regardé dans ses yeux bleu clair et j'ai dit calmement : « rendors-toi, Anna. Tu en as besoin pour aujourd'hui. Elle souffla paisiblement, son sourire s'élargissant lorsqu'elle retomba sur moi. Elle tenait ses bras sous ses seins avec ses mains sous ses épaules. « J'ai froid. Pourquoi il gèle ici ? » Je ris et enlevai ma veste épaisse, la plaçant autour de ses épaules. « Tu sais toujours comment prendre soin de moi. Que ferais-je sans toi ? son visage s'agita au commentaire, fermant les yeux, sa respiration ralentit alors qu'elle s'endormait calmement au-dessus de moi. J'ai dit doucement dans ma barbe, "Je ne sais pas, petite fille. Je ne sais pas." Réalisant qu'elle ne m'avait pas entendu dire, cela me fit soupirer de soulagement.



La journée d'école s'est terminée et alors que nous rentrions chez nous, elle s'est à nouveau endormie sur moi, seulement différente, elle a sa petite main sur mes genoux contre ma bite allongée là, inconsciente. Je l'ai laissé là pendant tout le trajet jusqu'à la maison. Elle réussit d'une manière ou d'une autre à sourire dans son sommeil, un petit rire ici et là. Le bus s'arrête et je pousse doucement son bras, la réveillant. Elle m'a regardé avec un regard perturbé dans les yeux. Je hausse les épaules, la plaçant sur mon dos. Elle s'est accrochée à moi en écrasant ses seins à l'arrière de mon cou. De temps en temps, je devais changer de position pour corriger sa position. Elle semblait me taquiner exprès ou faire ça par accident sans s'en apercevoir. Je soupire et hausse les épaules, laissant cela se produire. Elle gloussa d'un air espiègle, et j'ouvris la porte de notre maison en fermant la porte derrière nous. Elle a glissé, ses seins glissant contre mon dos. «Je vais aller me changer en quelque chose de plus confortable. Ma culotte me remonte le cul et j'ai l'impression d'être un wedgie. Je n'ai pas pu m'empêcher de rire, son visage était devenu plus sombre que tout à l'heure. Elle grogna après moi et monta en trombe dans sa chambre. Je me penchai sur le canapé, souriant et riant intérieurement en pensant : Ai-je développé des sentiments pour elle ? Depuis ce matin, ce n'était qu'un rêve. Je baissai à nouveau les yeux sur ma hampe, soulignée dans mon pantalon moulant. "Bon Dieu." dis-je en colère en faisant la moue. Je regarde ensuite par la fenêtre, scrutant l'extérieur. La piscine juste à l'extérieur de la fenêtre de la salle à manger reflétait sa finition cristalline, l'eau ondulant sur le mur. "C'est parfait pour l'heure de la piscine" me suis-je dit, en me déshabillant uniquement pour mes sous-vêtements.

Je suis sorti dehors, allumant les lumières du porche accrochées aux murs, éclairant l'arrière-cour. Je m'assieds au bord de la piscine, plongeant mes pieds dans l'eau tiède. La porte dérobée menant à l'intérieur s'ouvre à nouveau, Annabelle sort dans une culotte blanche à lacets, qui souligne ses joues. Elle portait un soutien-gorge sans bretelles, assorti à ses sous-vêtements, une robe de torse blanche transparente, se balançant dans le vent. Ses courbes pleines se mettent en valeur, son cul se balançant d'un côté à l'autre pendant qu'elle marchait. « Vous venez pour rejoindre ? » lui dis-je en regardant vers l'eau. "Peut-être. C'était bien pour toi aujourd'hui ? » Demanda-t-elle en enlevant le peignoir, seulement en sous-vêtements. Elle s'est approchée de moi, s'asseyant une marche au-dessus, à seulement quelques pieds de profondeur dans l'eau. Elle a ensuite basculé son autre jambe par-dessus mon épaule, la reposant dans l'eau à côté de mon bras, s'asseyant derrière lui. Je rougis légèrement en essayant de le cacher. Je tire ses bras sur mes épaules jusqu'à ma poitrine nue, respirant son odeur corporelle de fleurs de cerisier, ses cheveux se balançant d'un côté à l'autre sur mon visage. « Meh. C'était ok. Mais je serai fi… Ma phrase fut interrompue, elle tira ma tête en arrière, poussant mon visage contre ses seins, entrelaçant mon nez dans le tissu. Elle se pencha, plantant ses lèvres sur les miennes. Je peux goûter son souffle alors qu'elle se tenait là, heureuse et contente alors qu'elle était enroulée autour de moi. Mon rougissement s'épaissit encore plus, alors qu'elle plaçait mes mains sur ses cuisses, les serrant l'une contre l'autre. Elle gémit doucement dans le baiser, se reculant. « J'ai remarqué que tu avais eu ça toute la journée, n'est-ce pas ? Je l'ai vu pour la première fois ce matin avant notre départ. Et la deuxième fois en classe. Le dernier indice qui l'a déclenché, c'est quand je me suis frotté contre lui pendant le trajet en bus. elle gloussa et rougit, se penchant en arrière avec ses seins tombants tout autour.

"Je..je..je ne sais pas de quoi..tu parles.." ai-je claqué, essayant de cacher mon érection bombée, détournant les yeux embarrassé. «Elle m'a regardé avec séduction, ses mains suivant son ventre, enroulées autour de ses seins fermes et doux. Elle gémit un peu, me regardant droit dans les yeux, implorant le besoin. « Tu caressais en pensant à moi ce matin, n'est-ce pas ? Tu veux être à l'intérieur de moi, me remplir de ta grosse bite palpitante, n'est-ce pas ? Tu as eu envie de moi. Je te vois jeter un œil sous la douche de temps en temps. « Elle a continué à se frotter le corps, serrant à plusieurs endroits, poussant des gémissements ici et là. "M-m-peut-être..Oui..je l'ai été.." lui dis-je avec dégoût de moi-même, tenant mon érection dans ma main pour la couvrir. "Je suis en fait un peu mouillé quand je sais que tu me regardes… la façon dont tu me vois nu en souhaitant que je sois pressé contre toi, sur toi par endroits." Elle gémit vers moi, la rougeur sur son visage s'assombrissant en détournant les yeux avec embarras. Elle commença à retirer lentement son bikini sans bretelles, le soulevant au-dessus de sa tête. Ses seins rebondissaient et vacillaient, libérés de leur prison de tissu. Elle se redressa en écartant les cuisses, continuant à se tortiller avec ses beaux seins. "Viens ici." m'a-t-elle chuchoté en faisant un geste pour s'approcher d'elle. Je me dirigeai lentement vers elle, gêné et timide, debout devant elle. Je baissai les yeux sur ses seins, les globes y imprimant ses mains, ses mamelons entre ses doigts. Elle leva une main, courant le long de ma tige durcie, la longueur palpitante au toucher d'une belle femme. « Qu'est-ce que j'obtiens en échange d'un peu de plaisir ? J'ai été humide et vous semblez le seul assez gentil pour vouloir me toucher et me sentir partout. elle gloussa, couvrant sa bouche, lâchant sa poitrine alors qu'elle tombait. Elle écarta grand ses jambes, prit sa main libre et en petits cercles serrés, frotta son téton sensible au-dessus de sa culotte maintenant trempée. Elle gémit à la sensation, agrippant ma bite, et je me tendis, levant les yeux vers le ciel étoilé. Je gueule : qu'ai-je fait pour mériter ce moment ? Je déglutis bruyamment, baissant les yeux, ses yeux implorant une attention sexuelle. Je lui dis: "Je ne sais pas..mais je veux seulement que tu sois satisfaite.." Elle hocha doucement la tête, prenant ses doigts agiles, les glissant dans l'ouverture de mon boxer, saisissant la peau de ma bite. D'un mouvement rapide, elle le sortit, étudiant la longueur. Annabelle haleta, rougissant encore plus alors qu'elle détournait le regard, sa main toujours enroulée autour de ma hampe avec une prise ferme. Elle regarda en arrière, ouvrant la bouche pour sortir sa langue étroite, léchant le bout de haut en bas, les gémissements deviennent légèrement plus forts. "Tu vas me baiser et n'arrête pas jusqu'à ce que je sois vide, compris?" Dit-elle férocement en pointant un doigt vers moi, enroulant sa main autour de la base de ma bite, me fixant les yeux. "y-y-oui..Anna, tout ce que tu veux." J'ai attendu que ce moment vienne. Je peux enfin baiser la fille de mes rêves. Est-ce un rêve ou une réalité ? Elle sourit joyeusement, me regardant timidement dans les yeux. La base de ma hampe a commencé à se sentir serrée sous sa prise alors qu'elle bougeait sa main de haut en bas. Je n'ai pas pu résister à un petit gémissement alors qu'elle se moquait de moi, me narguant pour que je prenne le contrôle. « Tu as besoin de ça et moi aussi. Alors pourquoi n'aides-tu pas avec ton copain ? » me dit-elle en tirant la langue, en frottant le bout de sa langue contre mon urètre, en savourant ma saveur. Mon membre s'est contracté au toucher, se faisant plaisir avec sensibilité. Je pouvais entendre les gémissements sortir de sa bouche, sa langue large frottant le dessous de la tête de sa bite.

"M-m-plus..votre bouche et votre langue se sentent si bien!" Elle tendit sa main libre, tétant toujours son extrémité. Elle se mit à jouer avec sa petite fleur sensible, maintenant trempée dans son propre jus. Elle gémit et gémit partout, et élargit sa bouche, engloutissant sa hampe jusqu'au fond de sa gorge. La taille massive rendait presque impossible la respiration car elle remplissait son œsophage. Baver partout sur le bâton dur qu'il possédait lui permettait d'avaler plus facilement sa bite alors qu'elle commençait à remuer sa langue d'avant en arrière en dessous. Sa main caressant ses couilles gonflées, son autre main libre en frottant fermement sur son clitoris, et sa jolie petite bouche suçant sa hampe était sa vision de rêve. « Tu aimes me taquiner ? Tu me veux dur et palpitant dans ta bouche ? » demanda-t-il, se mordant la lèvre alors qu'elle le prenait tout entier, se frottant plus vite. Elle hocha la tête, remuant sa bite dans sa bouche, poussant lentement sa bouche et la prenant durement. Elle se rapprochait de son orgasme, il sentit sa bouche s'agripper fortement à sa hampe charnue, laissant maintenant couler du précum alors qu'elle lapait tout ce qui s'écoulait de sa bite. Elle apprécia sa saveur, le caressant plus fort, essayant de le faire jouir.

« Tu veux que je jouisse, petite fille ? Nous égoutter tous les deux ? » dit-il, rougissant au commentaire qu'il venait de faire, fixant son corps lisse et en sueur. Elle hocha rapidement la tête à sa réponse, faisant glisser sa bouche hors de sa hampe. Elle leva les yeux vers lui, le fixant dans les yeux avec besoin. Elle étendit ses jambes grandes ouvertes en les enroulant autour de ses chevilles. « Je suis tellement mouillé maintenant. Baise-moi. Baise-moi comme tu m'as volé. Elle gémit doucement, cria, frottant son bouton d'amour sensible avec son doigt, écrasant durement son cul contre le bord pavé de la piscine. Il secoua la tête de haut en bas rapidement, se penchant alors qu'il se penchait sur son corps, enfouissant son visage dans ses seins. Il ne pouvait pas tenir plus longtemps, frottant le bout de sa bite poussant dans son clitoris. Elle gémit plus fort qu'avant, enroulant ses mains autour de sa tête, les poussant plus loin dans ses seins. "P-p-mets-le, bébé!" ses joues s'empourpra d'embarras, suivi par le broyage de ses lambeaux contre son sexe, le lubrifiant avec son jus.

Il a glissé dans sa tige dure, remplissant sa chair humide et serrée, la sentant avaler sa bite, la regardant, elle l'a embrassé profondément, les yeux de chiot et a commencé à remuer sa taille, faisant vaciller sa bite tout autour d'elle. Centimètre par centimètre, elle le sentit engloutir ses entrailles jusqu'en bas. « O-o-oh mon dieu ! Alors h-h-énorme ..!” Elle cria, frappant sa taille avec ses cuisses, le serrant contre lui alors qu'il ne pouvait pas bouger. « Maintenant, baise-moi, espèce de horndog ! » dit-elle avec colère dans son oreille, mordillant le bord. Il grogna, entendant le son de sa voix implorante et nécessiteuse, haletant doucement contre son tympan. Il a commencé à pousser d'avant en arrière, augmentant la pression dans son arbre. Ses poussées devenaient plus dures à chaque martèlement, claquant ses couilles contre ses fesses. Elle sentit chaque poussée l'habiter, perçant ses entrailles, étirant sa cavité vaginale imbibée de jus. "Suite! Suite! Suite! S'il te plaît, ne t'arrête pas, putain ! Battez ma putain de chatte jusqu'à l'oubli ! Lace mes entrailles avec ta semence ! Son corps a commencé à trembler plus fort, son propre point culminant atteignant le point de rupture.

Ses lambeaux palpitaient à chaque seconde où sa bite sortait, essayant de la rentrer. "Mais tu vas tomber enceinte!" cria-t-il de peur, ralentissant ses pompes puissantes. « Je m'en fiche ! Je vais le pousser dehors ! Jouis juste en moi ! Elle détourna le regard, le rougissement virant au rouge homard au commentaire de ses cuisses claquant contre sa taille. Elle a soutenu ses pieds, reposant sur son dos, le verrouillant en position. Elle gémissait de rire, se mordant la lèvre de plaisir. Il commença à mordre agressivement son mamelon, ce qu'il savait qu'elle aimait. Ses yeux s'écarquillèrent, ses mains comme des griffes agrippées à ses cheveux, tirant rudement. Il grogna, se rapprochant de l'orgasme, son sexe palpitant en réponse à ses couilles qui se serraient et se serraient, prêt à souffler. « Tu es prête, petite fille ? » il sourit de bonheur, l'embrassant profondément. Elle l'a mhm pour le rassurer, son orgasme commençant à se précipiter.

Ils donnèrent tous les deux leurs dernières poussées, leurs dernières poussées à leurs victoires orgasmiques, sa bite libérant toute la pression qu'il avait accumulée en lui. Elle laissa échapper un gémissement de joie, gloussant et haletant à la sensation de sperme chaud, crémeux et très épais qui jaillit en elle. « Nyaaa ! Dieu! ça fait chaud ! Il fait si chaud ! Elle s'écarta avec excitation, serrant son ventre, essayant de faire sortir sa grosse charge. De petits ruisseaux de son essence blanche fuyaient sa chair humide en un étroit ruisseau continu, coulant sur le bord des piscines. Ils se regardèrent, souriant alors qu'il se penchait pour un baiser, inclinant la tête sur le côté pour un accès plus facile. Ils s'embrassèrent passionnément, échangeant leur salive, enroulant leurs langues dans leurs mâchoires. "Y-y-tu m'as marqué... Ce qui me rend à toi..." elle s'écarta, sa chatte maintenant douloureuse, commença à frotter son clitoris, libérant le reste de son propre orgasme sur lui, mélangeant leurs parfums doux et vigoureux. "M-m-mine pour toujours."

Articles similaires

BARB, MON TROIS VOIES.

Dans une histoire récente de BARB, MAKING MY SEXUAL FANTASIES HAPPEN, j'ai décrit comment, vers l'âge de trente-cinq ans, j'ai décidé de réaliser mes rêves et fantasmes sexuels. La première étape a été de trouver un nouvel amant. Par hasard, Zac est entré dans ma vie, physiquement attirant, un peu plus âgé que moi, un travail professionnel, et comme je l'ai vite appris, une épaisse érection de vingt centimètres. Au fil du temps, Zac m'a fait découvrir un large éventail d'expériences sexuelles. Masturbation mutuelle, me baiser pendant qu'une autre femme regardait, puis sexe lesbien avec elle pendant qu'il regardait. J'ai apprécié...

1.1K Des vues

Likes 0

Mon sale petit secret (12)

Salut les gars, c'est le dernier chapitre. J'espère que ça a été une bonne balade. Il y a un épilogue dans lequel j'expliquerai tout une fois le trio terminé. La fête du Nouvel An était une explosion… de mon sperme et du sperme de deux autres gars. L'un d'eux, comme vous le savez, était Mike. L'autre était… attendez et voyez. Cela deviendra évident assez tôt. Je suis donc entrée dans la soirée vêtue d'un cardigan et d'un short court. Évidemment, quand je m'habillais, j'avais l'idée du sexe dans ma tête. C'était dans une maison de 13 ans et j'avais décidé de...

1K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

1K Des vues

Likes 0

CASSETTE VIDÉO

Vous plaisantez, n'est-ce pas, a déclaré Becky incrédule à sa meilleure amie Dana !?! « Je vous dis la vérité », a déclaré Dana avec un petit rire, « jetez un œil à ceci », alors qu'elle a poussé la cassette dans le magnétoscope et a appuyé sur le bouton de lecture !!! Les deux filles fixaient l'écran en attendant que les premières images apparaissent, qui se sont avérées faire partie d'une chambre !!! Tu vois, murmura Dana, voilà papa, il va se coucher !!! Ils ont regardé un peu plus longtemps et Becky a proposé : Il vient juste de lire un livre, Dana, c'est...

993 Des vues

Likes 0

Un trio d'été au printemps.

Cette partie de mon histoire concerne une jeune employée de magasin nommée Summer. C'est une jeune femme que Jenn et moi avons rencontrée au Bikini Hut où elle travaille. Elle a surpris Jenn en train de me faire un BJ dans un vestiaire du magasin. Pour ceux qui n'ont pas lu Pouvez-vous m'aider, Pouvez-vous m'emmener faire du shopping ou Le voyage, Jenn est une de mes voisines avec qui j'ai une relation sexuelle continue. Un peu sur l'été. C'est une brune aux cheveux courts de 23 ans, grande et maigre. Elle mesure environ 5 pieds 10 pouces et pèse environ 105...

1.5K Des vues

Likes 0

Travail préparatoire

J'ai changé les noms, évidemment. Autre que ça... J'avais environ neuf ans quand j'ai découvert que rester debout dans ma chambre avec mon pantalon autour de mes chevilles et me répéter encore et encore le nom de Linda Reed (la très jolie fille blonde de la classe de Miss Jones) avait le curieux effet de rendre mon pénis s'allonger et durcir. Je venais d'avoir dix ans quand j'ai compris que si je prononçais le nom de Linda pour durcir mon pénis, puis que je frottais sa peau de haut en bas, les choses là-bas commençaient à se sentir vraiment bien. Environ...

1.1K Des vues

Likes 0

Côté sauvage

Côté sauvage par DDWard© révisé par DinoMagick (je n'ai pas écrit cette histoire, je l'ai seulement révisée et j'ai apporté quelques modifications grammaticales mineures pour la rendre plus facile à lire. J'ai ajouté un peu à la fin, mais la majorité de l'histoire appartient à DDWArd et Asylumchild. Une érotisme de World of Warcraft par Asylumchild Avis de non-responsabilité : cette histoire est une œuvre de fiction destinée uniquement au divertissement. World of Warcraft et tout le matériel connexe sont la propriété de Blizzard Entertainment. De plus, l'histoire suivante frôle des thèmes matures tels que la bestialité mineure. La discrétion du lecteur...

1.2K Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

862 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

741 Des vues

Likes 0

Faire la fête

En fouillant dans mes vêtements, je m'installe sur une robe noire moulante qui exprime bien mes courbes. Mes gros bonnets ronds B sont calés sur le bord de la robe alors que mes fesses ressortent, ce qui la fait paraître ronde. Mon copain m'a dit que ce soir on serait sauvage et qu'on s'habillerait en extra salope. Je ne sais jamais ce qu'il a en tête, il me surprend toujours avec des choses. Qu'il s'agisse d'événements ou de cadeaux, il a de l'imagination. Je me demande comment une partie de cela ne l'a pas fait envoyer en prison avec ce qu'il...

963 Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.