Fille du fermier - Partie 1 & 2

1.4KReport
Fille du fermier - Partie 1 & 2

Note de l'auteur : celle-ci n'est pas une histoire d'amour, veuillez chercher ailleurs si c'est ce que vous recherchez

Partie 1 - Pris

Au début, je n'en croyais pas mes oreilles. Alors que je me promenais en s'occupant du bétail et des cultures, j'ai entendu les doux gémissements d'une femelle venant de la grange. Plusieurs vélos gisaient par terre à proximité. Quand j'ai jeté un coup d'œil à l'intérieur par une fissure dans la porte en bois de la grange, je n'en croyais pas non plus mes yeux. Il y avait ma douce petite fille de seize ans, Elizabeth, nue à quatre pattes sur le sol. Elle était entourée d'une demi-douzaine d'adolescents branlant leurs petites bites, et un enfant la baisait par derrière ! Ma fille se faisait baiser comme une salope sous mes yeux ! La rage m'envahit. Se faire baiser dans ma grange, sur ma ferme ! La ferme où je me suis cassé le dos en travaillant de l'aube au crépuscule pour mettre de la nourriture dans le ventre de cette salope et des vêtements sur son dos après que sa mère m'ait quitté !

Mon sang bouillait, pourtant je restais figé dans mon élan, trop aveuglé par la rage pour penser clairement. Les minutes s'écoulent. L'un après l'autre, les garçons se sont approchés et l'ont prise par derrière. Chacun spermé dans son con. Avec chaque charge dégoûtante de crème pompée dans son ventre, ma colère augmentait de façon exponentielle. Mes poings étaient serrés contre moi. Elle suçait les bites de ceux qui ne la baisaient pas, soufflant leurs bites à la vie pour qu'elle puisse continuer à les prendre dans son trou de pute dégoulinant ! Je n'avais aucune idée qu'elle était sexuellement active. Et pourtant, elle était là, paraissant si, si... mûre. Je pouvais voir sa chatte engorgée, ses lèvres si roses et gonflées par toutes les bites qui la pénétraient. Les plis pendants de la chair succulente de la chatte étaient poussés à l'intérieur et à l'extérieur à chaque poussée rythmique. C'était complètement hypnotique. Bien que son monticule de chatte ait l'air presque sans poils, j'ai aperçu ce qui semblait être une petite tache de poils pubiens blonds juste au-dessus de sa fente.

J'ai réalisé que ma bite tremblait malgré moi. C'était de plus en plus dur à la vue de sa chair de chatte humide, de ses fesses souples, de son petit trou du cul plissé, de ses hanches... De mon point de vue, j'avais une vue magnifique sur sa chatte mais pas une si belle vue sur ses seins, cependant Je pouvais les entendre frapper contre sa poitrine. Il semblait presque du jour au lendemain qu'elle était passée d'une poitrine plate à un joli bonnet C ! De temps en temps, j'apercevais ses seins se balancer, ses mamelons semblant gros et aussi roses et gonflés que la viande de sa chatte ! La vue et le son de la pénétration de ma fille adolescente me rendaient fou !

Il était difficile de détacher mes yeux de la scène, mais je me suis finalement retourné et j'ai couru vers la maison. Je suis sorti avec mon fusil de chasse et mon gros berger allemand mâle noir nommé Lucifer, aussi affectueusement connu sous le nom de Luke. Puis je me suis dépêché de me frayer un chemin à travers un grand champ de maïs vers la grange. Alors que j'approchais de la sortie du champ de maïs, mon cœur s'est arrêté de battre lorsque j'ai entendu à nouveau de faibles gémissements et des claquements provenant de la grange. Ses cris sont devenus plus forts jusqu'à ce que je me retrouve une fois de plus devant la porte de la grange et que je la regarde se faire baiser durement par un groupe d'adolescents. Ils la martelaient toujours à tour de rôle en levrette avec un défilé sans fin de bites entrant et sortant de sa bouche de salope. La rage m'a submergé à nouveau, mais je pouvais aussi sentir ma piqûre d'excitation. Elle était, après tout, une succulente adolescente blonde avec une chatte glorieusement humide et épaisse !

Luke se tenait docilement à mes côtés, attendant mon prochain mouvement. Prenant une profonde inspiration, j'ouvris la porte de la grange tout en armant mon fusil de chasse. Tout le monde a crié. Luke aboya bruyamment puis grogna, découvrant ses dents blanches acérées. Cela a effrayé les garçons - deux d'entre eux sont sortis nus, laissant leurs vêtements et leurs vélos derrière eux. Les autres ont réussi à se rhabiller et à laisser ma fille couchée au sol sur ses mains et ses genoux, ses jolis yeux bleus écarquillés de surprise. Ses cheveux blonds ondulés étaient lissés par la sueur et tirés en queue de cheval lâche.

« Papa, tu m'as sauvé ! Ils me violaient ! Tu es mon héros ! dit Elizabeth à bout de souffle, me regardant du sol.

"Oh, s'il te plaît, épargne-moi tes conneries, petite salope !" criai-je en pointant mon fusil vers elle. "Tu les laissais te baiser la chatte et tu en profitais jusqu'au bout !"

"Mais, papa, ils me faisaient mal --" dit-elle avec un gémissement dans la voix. Pathétique! Ses mensonges n'ont fait que m'énerver davantage.

"Connerie!" J'ai crié, des crachats volant sur son dos nu. Le canon de mon arme s'est déplacé à quelques centimètres de son visage. Elle semblait imperturbable.

"Eh bien, qu'est-ce que tu veux que je te dise, papa ? Je vais te dire la vérité, j'adore baiser ces mecs, j'ai baisé beaucoup de mecs, et je continuerai à baiser beaucoup de mecs, Merci beaucoup!" dit-elle avec un sourire narquois.

Elle roula alors des yeux. Je bouillonnais de colère - cette putain de salope a eu l'audace de rouler des yeux vers moi ! Ma main est descendue sur sa joue avec une claque puissante, la faisant japper. Marchant derrière elle, j'ai vu un filet régulier de sperme suinter de son trou du cul, recouvrant ses cuisses d'un vernis crémeux. Elle était un gâchis dégoûtant, et je le lui ai dit. J'ai craché au sol, à quelques centimètres de son visage, la faisant grimacer. Puis j'ai soudainement mis mon genou dans son dos, forçant tout l'air de ses poumons, et j'ai attrapé une pelote de ficelle dans ma poche. J'ai tiré ses bras derrière son dos et j'ai attaché ses poignets fermement avec la ficelle pendant qu'elle criait et essayait de me repousser. Elle hurla bruyamment quand ma main revint violemment sur son cul. J'ai enlevé le collier et la laisse en cuir de mon chien et je les ai mis autour du cou d'Elizabeth.

"Qu'est-ce que c'est, papa ? Qu'est-ce que tu fous ? Arrête ça ! Arrête ! Papa ! Papa, allez --"

J'ai tiré fort sur la laisse, étouffant sa phrase. Avec mon fusil de chasse dans une main, je l'ai soulevée et l'ai tirée dehors. Elizabeth a crié et appelé à l'aide, mais notre terre était vaste et isolée. Il n'y avait pas de voisins pour entendre ses cris, et tous ses minables petits copains s'étaient enfuis ! Je l'ai jetée à genoux sur le sol et j'ai poussé son visage dans l'herbe, son cul en l'air. Luke haletait à côté de moi, observant chacun de mes mouvements. J'ai posé le fusil de chasse. Elizabeth a grogné alors que j'enfonçais l'extrémité en métal dur d'un tuyau d'arrosage vert dans son trou de chatte béant. Je tournai le bouton, libérant un torrent d'eau froide dans son con. Elle couina et se tordit sur l'herbe. L'eau a inondé sa chatte, nettoyant le sperme de ses profondeurs.

Sa chatte était toujours aussi rose et engorgée par tous ces garçons qui la baisaient, même s'ils avaient tous de minuscules piqûres de petit garçon - loin d'être aussi fortes et viriles que ma bite quand elle est prête à baiser. J'emballe 9 pouces et demi d'acier, presque aussi épais qu'une canette de soda, et il palpitait maintenant dans mon jean à la vue de la chatte rose gonflée de Liz avec ses lèvres épaisses et pendantes. Je pouvais voir la chair de chatte ondulée entourant son trou, je pouvais même voir sa petite perle dure de clitoris. Son corps se soulevait de peur. Ma bite était semi-dressée depuis que j'avais regardé pour la première fois par la porte de la grange et que j'avais vu son corps nu et serré se faire marteler par tous ces garçons. Regarder son trou palpitant et humide ne faisait que durcir ma queue.

Elizabeth laissa échapper un autre cri de douleur lorsque je la soulevai par ses poignets liés et que je la fis reposer sur ses pieds de manière instable. J'ai regardé son corps nu de haut en bas, de ses seins coquins avec de gros mamelons jusqu'à son ventre plat et son monticule pubien gonflé jusqu'à ses jambes maigres et pâles et ses pieds nus avec des ongles peints en rouge. Les yeux bleus de ma fille se sont agrandis lorsqu'elle a remarqué l'érection naissante dans mon jean. Luke haleta calmement, nous regardant fixement. Elle déglutit difficilement, fixant mon renflement grandissant. J'ai attrapé mon fusil de chasse et la poignée de la laisse qui pendait à son cou et je l'ai tirée dans le champ de maïs. Mon plan était de la baiser sans relâche dans toute la ferme.

Partie 2 - Punition et plaisir

Une fois que nous étions sur un chemin à quelques mètres dans le champ de maïs, je l'ai poussée durement sur le sol, la faisant crier à nouveau à cause des tiges de maïs acérées qui raclaient son corps nu. Elle a commencé à me supplier, les larmes aux yeux. J'ai pointé mon fusil sur elle et ses cris se sont transformés en sanglots incontrôlables. Luke trottait calmement parmi les hautes tiges de maïs. Elle a levé les yeux vers moi, impuissante, ses seins se soulevant à cause de ses sanglots, mais ensuite elle a recommencé à crier et à supplier quand ma main est allée à ma fermeture éclair. Ses yeux bleus larmoyants s'écarquillèrent alors que je libérais mon énorme bite de mon boxer, centimètre par centimètre déchaîné. Les veines étaient bombées sur toute la tige épaisse et dure. Pour la première fois, elle voyait la bite d'un homme ! Ce n'était pas une de ces bites de petit garçon qu'elle avait baisé. J'ai pris la base de mon manche en main et l'ai pompé plusieurs fois, mon fusil de chasse dans l'autre main. Ses yeux étaient sur mon gros gland violet en forme de champignon. Un sourire se dessina sur mon visage.

"Suce-le," dis-je, pointant ma bite dure droit vers son visage.

La bouche d'Elizabeth s'ouvrit sous le choc et je m'avançai rapidement, poussant ma queue entre ses lèvres entrouvertes. Elle a résisté et j'ai pointé l'arme sur elle. Je lui ai dit que si elle essayait de me mordre ou toute autre chose amusante, je lui tirerais dessus. Puis j'ai bousculé mes hanches durement et j'ai commencé à lui baiser le visage. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle m'a regardé avec ses grands yeux larmoyants, assise sur ses genoux, les mains attachées derrière le dos, tandis que papa lui enfonçait sa queue dans la gorge. Je lui ai baisé le visage si puissamment qu'elle est tombée sur le dos, grognant et crachotant autour de ma bite. Elle se tordait sur le sol sur le dos et je me suis juste penché et j'ai continué à pousser dans sa gorge, sentant sa langue effleurer le bas de mon sexe. Finalement, j'ai soufflé une énorme charge dans son gosier, la faisant tousser et s'étouffer. Je grognai, mon énorme dépôt de sperme inondant son intestin. Ma main gauche serrait toujours la crosse du fusil de chasse, qui visait maintenant dans le sol alors que j'éjaculais les dernières gouttes de sperme au fond de la gorge de ma douce petite fille.

Elle pensait que j'allais juste baiser sa bouche et en finir avec elle. Mais bien sûr, j'avais d'autres intentions. Je savais que je serais capable de garder mon érection presque indéfiniment une fois que j'aurais tiré une charge. Habituellement, je pouvais rester quelques heures après avoir soufflé ma première bourre, et il y avait de nombreuses nuits que je passais à baiser la mère de Liz de minuit jusqu'à l'aube jusqu'à ce que sa chatte n'en puisse plus. Cela faisait bien trop longtemps que je n'avais pas eu ce genre d'action. Mais tout était sur le point de changer.

Lorsque ma bite a lancé ses dernières gouttes de sperme dans la gorge de ma fille, je l'ai retirée de sa bouche et elle m'a regardé en état de choc, avalant difficilement. Je pense qu'elle a eu encore plus peur quand j'ai posé l'arme, ma main toujours sur ma bite. Ses jambes étaient écartées alors qu'elle était allongée sur le dos. Je pouvais voir son entaille rose et humide scintiller dans la lumière du soleil tachetée qui brillait à travers le maïs. Elle était vraiment si magnifiquement mûre. Ma queue ne se dégonflait même pas. Je l'ai ramené à une dureté maximale en quelques minutes seulement, inspiré par la vue du corps d'adolescent nu de ma fille étalé devant moi. Ses larmes coulaient tranquillement maintenant.

J'ai chevauché son corps, puis j'ai laissé tout mon poids tomber sur elle. Elizabeth a crié à nouveau, sentant ma bite dure poignarder sa cuisse. Mon visage était à quelques centimètres du sien. Elle me fixa sans ciller. Je souris et la taquinai, la faisant gémir alors que je poussais mon sexe le long de sa fente juteuse avant de la pénétrer. Tout en caressant son entaille humide, j'ai baissé la tête et j'ai embrassé son cou. Elle a lutté sous moi, mais j'ai facilement maîtrisé son cadre d'à peine 5 pieds. Mon connard a écarté ses lèvres et elle a haleté. Maintenant, elle savait qu'il n'y avait pas moyen d'y échapper - son papa allait la baiser avec sa grosse et forte bite ! J'ai commencé à pousser régulièrement, forçant maintenant ma viande épaisse à l'intérieur de son trou de chatte adolescent pouce par pouce. Elle a crié sous moi jusqu'à ce que je doive tenir ma main sur sa bouche, faisant taire ses cris ennuyeux. La moitié de ma bite était à l'intérieur de son trou chaud et velouté, les parois de sa chatte se sentant bien serrées autour de mon muscle enragé. Des larmes coulaient sur ses joues. Elle m'a regardé, droit dans les yeux, tout le temps.

"Prends-le, Lizzy," grognai-je. "Prends cette grosse bite bien haut dans ta petite chatte !"

Ma queue s'est déchirée en elle, ouvrant sa petite chatte. Ses cris ont été étouffés par ma main. C'était glorieux, sa chatte toujours aussi serrée malgré tous ces mecs. Heureusement qu'ils avaient tous des petites bites ! J'ai construit un rythme rapide jusqu'à ce que je lui saute dessus alors qu'elle était allongée sous moi sur les tiges de maïs cassées. Elle a essayé de me donner un coup de pied mais j'ai maintenu mes poussées régulières. J'étais enterré profondément à l'intérieur de son trou du cul, mon connard coincé solidement dans son ventre. Je la dominais, punissant la petite coquine avec ma puissante bite ! Mon corps l'a écrasée au sol. Je la martelais vraiment fort et grognais tout le temps, délirant maintenant d'excitation et de rage. Mes yeux se fermèrent, un mélange contradictoire de bonheur et de colère m'envahissant alors que je me perdais dans le rythme de mes propres poussées. Baiser ma fille, ma propre chair et mon sang, remplir sa chatte incroyablement serrée de seize ans avec ma puissante bite, chercher à inonder son ventre de mon sperme...

Puis soudain, elle m'a mordu la main et j'ai juré et l'ai frappée violemment au visage, ma rêverie s'arrêtant brusquement. J'ai retiré ma bite de son trou du cul chaud et elle a haleté à nouveau. Elle renifla, les larmes continuant de couler, ses yeux sur ma grosse bite toute brillante et vitreuse à cause de son jus de chatte. Je la pris dans mes bras et la jetai par-dessus mon épaule, me penchant aussi pour prendre mon fusil de chasse. Le berger allemand a trotté après moi alors que je transportais le petit corps de Liz jusqu'au hangar. Le chien s'appelait Lucifer, car il pouvait être vicieux sur commande -- ma commande. Lizzy avait toujours été terrifiée par lui, mais il m'aimait et ne m'a jamais désobéi. Il était Luke pour moi, Lucifer pour tout le monde. Le chien attendait patiemment devant la porte du hangar, montant la garde pour son maître.

À l'intérieur du hangar, j'ai attrapé un rouleau de ruban adhésif sur mon établi et j'ai arraché un morceau avec mes dents. Je le mis sur sa bouche, faisant taire ses cris et ses jurons. Puis je l'ai penchée sur mon établi et j'ai commencé à la baiser fort par derrière. Elle gémit dans la bande. J'ai grogné dans son oreille tout en poussant profondément dans et hors de sa chatte juteuse, savourant la sensation de ses jeunes parois de chatte serrant ma bite. Le hangar fut bientôt rempli des bruits de claquement de ma bite pénétrant dans sa chatte et de mes couilles claquant contre son entaille. Il y avait des outils suspendus tout autour de nous, tous tremblant sous la force de mes poussées dans le trou de chatte de ma fille.

Après quelques minutes à la pénétrer durement sur mon établi, j'ai brusquement sorti ma bite. Ma main était toujours sur la poignée de la laisse. Je l'ai poussée sur le dos sur le banc et j'ai attrapé une de mes perceuses électriques. Il y avait un foret torsadé de plusieurs centimètres de long, et elle a commencé à crier dans son bâillon alors que je l'insérais lentement dans son trou de chatte béant. J'ai tracé des cercles autour du bord de son trou avec avant de le pousser plus loin à l'intérieur. Elle s'est figée, pleurant et criant dans la bande. Je ris en poussant un autre centimètre du foret dans sa chatte. Puis j'ai commencé à le faire entrer et sortir d'elle, la baisant avec pendant qu'elle pleurait.

"Écoute, salope," dis-je en serrant les dents. « C'est dans ton intérêt de ne pas me résister. Tu n'es pas vraiment en mesure de résister à ton père maintenant, n'est-ce pas ? Elizabeth secoua la tête, ses yeux bleus si larges. "C'est vrai, putain. Tu dois être puni pour ce que papa t'a surpris en train de faire. Combien de garçons y avait-il dans cette grange, Lizzy ? Sept ? Huit ? pour rien d'autre qu'un putain ! Et tu as à peine seize ans !"

J'ai enlevé le foret et tiré sur la laisse, la tirant hors du banc dur, puis la forçant à sortir du hangar et à retourner dans la lumière du soleil. Maintenant, elle avait du ruban adhésif sur la bouche, un collier de chien et une laisse autour du cou, et ses mains toujours attachées derrière le dos. Et son dos était tout boueux et égratigné par la baise dure du champ de maïs et la baise de l'établi. Ses cheveux blonds étaient emmêlés sur son crâne. Des larmes traçaient des traces dans la crasse de ses joues boueuses. Elle a trébuché plusieurs fois alors que je la conduisais à travers un champ, m'arrêtant devant un gigantesque tracteur agricole en cours de route. Lucifer trottait avec nous, haletant dans la chaleur du soleil de l'après-midi.

Malgré le scotch sur sa bouche, je pouvais entendre les cris étouffés de Liz quand je l'ai ensuite jetée sur ses mains et ses genoux, enfonçant sa tête sous l'une des énormes roues du tracteur. Ma queue a replongé en elle et j'étais à nouveau profondément enfoncé dans son trou du cul en quelques secondes, jetant ma tête en arrière en extase. Je l'ai baisée si fort que je poussais son corps sous moi jusqu'à ce que son visage soit juste contre le caoutchouc dur de la roue géante. Nous grognâmes tous les deux à cause de ma pénétration sauvage. Elle a donné des coups de pied dans ses jambes dans une vaine tentative pour me faire descendre de son dos. Mon corps fort et musclé a été durci et sculpté à partir d'une vie de travail à la ferme, dominant facilement ma petite fille adolescente et l'épinglant pour que ma bite puisse captiver dans les profondeurs de sa chair de chatte humide !

Après quelques minutes à la baiser sauvagement contre le tracteur, j'ai dû me retirer et reprendre mon souffle. Elle pleura, ses épaules affaissées et son visage tombant sur l'herbe. Des tontes de gazon collaient à sa peau moite. Son entaille de chatte était d'une couleur rouge brillante et sexy, son petit trou de chatte noir s'ouvrait sous ma poussée puissante. Les cheveux blonds clairsemés sur son gros monticule de chatte scintillaient au soleil. J'ai secoué la tête -- elle aurait été une si jolie jeune femme si elle ne s'était pas transformée en une salope aussi méchante ! Quelle putain de honte. Mais il n'y avait rien d'autre à faire à part participer et se délecter des profondeurs de ses murs de chatte chauds, la baiser comme seul un vrai homme peut le faire !

Luke s'assit à mes côtés, nous fixant tous les deux l'adolescent blond usé. J'ai ramassé Elizabeth, la jetant sur mon épaule, et j'ai marché lentement jusqu'à la maison. Toute cette baise dure m'avait donné soif ! D'un seul coup de bras, j'ai tout fait tomber de la table de la cuisine en un désordre fracassant sur le sol, puis j'ai allongé ma fille sur le dos. J'ai versé un verre d'eau glacée et j'ai commencé à l'avaler tout en repoussant lentement ma bite dans son trou. Des gouttes de liquide frais tombèrent sur son entaille chaude pendant que je la baisais, faisant se tordre et se tordre son corps sur la table. J'ai souri, buvant le verre d'eau tout en la baisant, sachant qu'elle devait aussi être desséchée par le sexe chaud et les températures brûlantes à l'extérieur. Quand j'ai fini le verre, je l'ai retourné et j'ai laissé les dernières gouttes couler sur son corps nu.

J'ai sorti ma bite de son trou lisse et j'ai pris un glaçon du plateau. Ensuite, j'ai écarté les lèvres de la chatte de Liz avec mes doigts et j'ai rapidement enfoncé le glaçon au fond de son trou. Elizabeth hurla dans son bâillon. L'eau a commencé à couler de sa chatte brûlante quelques instants plus tard. Une flaque s'est formée sur la table. J'ai souri en lui disant que c'est ce qui arrive à ce que les jeunes filles s'abandonnent si facilement aux garçons : elles ne sont bonnes qu'à la baise ! Elle me regarda avec colère, mais je lui souris simplement en retour. Puis je l'ai attrapée sur la table et je l'ai mise sur ses pieds. Tout son dos était rouge à cause des coups durs qu'elle recevait et aussi à cause de la tension de ses bras toujours fermement attachés derrière son dos.

Elizabeth était sale et dégoûtante - c'était une jeune pute dégoûtante mais elle était aussi sale parce que je l'avais baisée partout sur le sol sale. Alors je l'ai baisée sous la douche pendant un moment. Ses cris étaient encore étouffés par le ruban adhésif sur sa bouche, mais à un moment donné, alors que je la baisais par derrière dans la baignoire, je jure que j'ai entendu un gémissement sortir de sa gorge. Aussi bon que ce soit de la baiser partout, mes couilles commençaient à me faire mal et j'avais vraiment besoin de jouir! Je l'ai sortie de la baignoire et je n'ai même pas pris la peine de nous sécher. Elle a grogné alors que je la soulevais et la portais hors de la salle de bain et dans sa chambre. J'ouvris la porte d'un coup de pied et la laissai tomber sur le lit. Liz a crié à l'aide quand j'ai arraché le ruban adhésif de sa bouche. Ses yeux rencontrèrent les miens, des larmes tombant sur ses joues.

« Qu'est-ce que c'est, papa ? cria Liz, sa voix sonnant rauque.

Elle m'a regardé depuis son lit rose girly alors qu'elle était allongée sur le dos, si impuissante. Mais j'ai chevauché son corps couché et j'ai forcé ses cuisses tendues à s'écarter. Elle était affaiblie à force de me résister, ses jambes s'ouvrant facilement. Je m'arrêtai quelques secondes, la base de ma bite en acier à la main. Mes couilles étaient dures; ils étaient prêts à exploser, mais j'essayais de durer aussi longtemps qu'il était humainement possible. Ensuite, j'ai pointé ma grosse tête de bite violette droit sur son entaille et j'ai ouvert sa chatte avec mon muscle déchaîné, punissant sa chatte avec la force de ma pénétration. Liz poussa un grand cri. Son lit grinça bientôt bruyamment à cause de mon dur martèlement. J'ai adoré la baiser sur son couvre-lit rose girly ! Elle était encore assez jeune pour avoir des poupées et des peluches autour de son lit ainsi que des photos de ses adorables amis de l'école dans leurs petits vêtements skanky.

J'ai attrapé les chevilles de Liz et forcé ses jambes maigres au-dessus de sa tête, permettant à ma bite de pénétrer son trou au maximum. Je savais que mon connard était prêt à souffler une charge massive directement dans son col de l'utérus ! Elle criait toujours alors j'ai attrapé un oreiller et l'ai mis sur son visage, le tenant fermement pendant quelques secondes mais me calmant quand elle a cessé de crier. J'ai entendu des grognements étouffés venant de sous l'oreiller alors que je continuais à la clouer fort avec son corps replié sous moi. Les claquements obscènes de ma bite dans sa chatte résonnaient sur les murs. J'ai grogné comme un fou, utilisant tous les muscles de mon corps pour la baiser, l'empaler, l'inonder de bite et de sperme ! Elle gémissait doucement, "Non, non, non" sous l'oreiller.

Mes couilles se sont écrasées contre l'entaille de sa chatte, prêtes à éclater à tout instant. J'ai enlevé l'oreiller de son visage et elle m'a regardé fixement, la bouche grande ouverte alors qu'elle cherchait de l'air. Tout le bruit dans la pièce semblait atteindre un crescendo : le grincement du lit, le claquement de la peau sur la peau, mes grognements animaliers, les cris de Liz, le son de ma bite s'écrasant dans sa chatte juteuse - tout s'est transformé en un grand rugissement dans mes oreilles jusqu'à ce qu'il y ait finalement un silence et que je réalise que j'avais poussé fort en elle une dernière fois. Ma bite palpitait, mon visage se tordait alors que des torrents de sperme jaillissaient de ma tête de bite directement dans son ventre. Je haletais, mes mains agrippant ses cuisses souples. Elle me fixa dans les yeux, la bouche ouverte à cause du choc, ses seins se soulevant. Il semblait que ma bite continuait à palpiter dans son ventre pour toujours. Elle savait que son père inséminait son trou de salope d'adolescente; elle pouvait sûrement sentir ma piqûre palpitante et les jets chauds de sperme déferler sur les parois de sa chatte. Un sentiment qu'elle ne connaissait que trop bien.

Je suis resté en elle, gardant ses jambes au-dessus de sa tête pendant plusieurs minutes après avoir éjaculé dans son ventre d'adolescent. Notre respiration ralentit. Elizabeth a cessé de me regarder. Elle avait fermé les yeux et était juste allongée là à pleurer avec la bite de son papa enfoncée jusqu'au fond de sa chatte. Un sourire s'est glissé sur mon visage, sachant que ma bite s'était enfoncée plus profondément dans son trou de chatte que n'importe laquelle de ces petites bites de garçon qu'elle avait vissées. Mon sperme a sûrement inondé son col. J'avais déjà hâte de la baiser à nouveau!

Articles similaires

La punition d'une petite salope

Elle ne savait pas comment tout cela s'était passé si vite, elle était maintenant penchée dans sa salle de bain, sa chatte fraîchement rasée se faisant pilonner. Elle était allée dans la salle de bain tôt ce matin-là et avait retiré le plug anal que son mari avait mis en elle avant de partir au travail et avait sauté dans la douche. Lavant son corps, elle se taquinait lentement avec de douces caresses. Elle venait juste de sortir de la douche et commençait à se sécher quand elle jeta un coup d'œil par la fenêtre, réalisant qu'elle avait oublié de fermer...

1.4K Des vues

Likes 0

Enseignants Pet_(0)

Je suis un lycéen de quinze ans et je suppose que je suis assez moyen à bien des égards. Mes notes sont dans la moyenne et ma vie sociale est correcte, mais avec le sport et le temps passé avec le groupe de rock dans lequel je suis, je n'ai pas beaucoup de temps libre. Au lycée, tout le monde a une salle d'accueil où vous commencez chaque journée d'école. Chaque année, vous en obtenez un nouveau et cette année, j'ai été mis dans la chambre de Miss Porter. C'est une prof d'anglais dans la trentaine avec des cheveux blonds et...

1.4K Des vues

Likes 0

Steph - S'occupe de mon colocataire

Je connais Steph depuis 5 ans. Nous nous sommes rencontrés pour la première fois lorsqu'elle était une étudiante universitaire de 20 ans en Angleterre. Elle était tout ce qu'un homme pouvait désirer, c'est une superbe rousse, 5 4 et très mince. Elle est un cul à tomber par terre et pour quelqu'un d'aussi mince, elle a des seins 32E, aussi fermes que gros. Ma chance a eu lieu le jour où je l'ai rencontrée, et la première fois que nous avons baisé, ça s'est juste amélioré, elle a un désir insatiable de sexe, et la chatte la plus mignonne que j'ai...

1.4K Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.3K Des vues

Likes 0

Douce torture

J'entre dans la pièce et tu me bande les yeux, tu me conduis au lit et tu me dis de me déshabiller. J'enlève lentement ma chemise. Alors que je le soulève au-dessus de ma tête, je sens que tu tends la main, mets tes mains dans mon soutien-gorge et pince mes mamelons, fort. Je respire, frissonnant, les mains tenant ma chemise sur mon visage, et j'attends. Vous vous éloignez alors et je sais que je suis censé continuer. J'enlève la chemise et la jette de côté. Je dézippe ma jupe, la glisse le long de mes hanches, jusqu'à mes chevilles, et...

1.3K Des vues

Likes 0

BARB, MON TROIS VOIES.

Dans une histoire récente de BARB, MAKING MY SEXUAL FANTASIES HAPPEN, j'ai décrit comment, vers l'âge de trente-cinq ans, j'ai décidé de réaliser mes rêves et fantasmes sexuels. La première étape a été de trouver un nouvel amant. Par hasard, Zac est entré dans ma vie, physiquement attirant, un peu plus âgé que moi, un travail professionnel, et comme je l'ai vite appris, une épaisse érection de vingt centimètres. Au fil du temps, Zac m'a fait découvrir un large éventail d'expériences sexuelles. Masturbation mutuelle, me baiser pendant qu'une autre femme regardait, puis sexe lesbien avec elle pendant qu'il regardait. J'ai apprécié...

1.3K Des vues

Likes 0

Dépendance douloureuse.

Bonjour, je suis Adam 21 ans. Cela va faire partie d'une série MAIS chaque histoire peut être une histoire indépendante. Toutes les histoires que je vais faire sont complètement vraies. -Tout commentaire est le bienvenu. **Toronto, Ont** A l'époque j'étais jeune. J'ai donc finalement eu le courage d'envoyer un message au gars que j'ai rencontré en ligne via un site de chat gay nommé Steve pour une autre rencontre. Parce que la première rencontre a été pour le moins révélatrice. Je pensais que puisqu'il avait pris ma virginité anale la première fois, la seconde serait aussi mauvaise. J'ai donc envoyé un...

1.3K Des vues

Likes 0

Si tu gagnes? - partie 2

Je me suis assis sur le bord d'un matelas affaissé, dans une chambre de motel crasseuse, et j'ai laissé mon regard jouer sur les bites alléchantes des quatre lycéens nus debout devant moi. Brandon était le seul à avoir encore dix-huit ans, mais avec son anniversaire le mois prochain, il était suffisamment proche pour que je ne pense pas à son âge. Chacun des garçons arborait une érection puissante, même si tous venaient de se branler dans ma main quelques minutes auparavant. Avec la glace brisée, ils ne jetaient plus un coup d'œil furtif sur mon corps d'âge moyen, mais respectable...

1.4K Des vues

Likes 0

L'animal de compagnie du dragon : chapitre 3

Chapitre 3 Marian attendait avec impatience pendant que les dragons se nourrissaient d'une paire de moutons, même si sa patience s'épuisait. Elle était excitée et affamée, et elle ne pouvait satisfaire aucune de ces envies sans baiser l'une des bêtes. L'un des dragons était sur le point de finir son repas, mais Marian était fatiguée d'attendre. Rampant sur ses mains et ses genoux, Marian interrompit courageusement le festin sanglant de la créature et monta sur ses genoux. Le dragon était sur le point de gronder et de rugir à cause de son insolence, mais est devenu silencieux lorsque Marian a saisi...

1.3K Des vues

Likes 0

( C ) la première orgie de nos baby-sitters

Et bien le grand jour est arrivé, ce soir allait à la première orgie de Shelia, elle a passé la nuit d'avant avec nous, à baiser et à s'amuser, plus nerveuse bien sûr que d'habitude, mais toujours aussi avide de jouer, on lui a dit que tout allait bien, 6 ou 7 couples, peut-être qu'il y en aurait plus, car nous leur avons dit qu'elle était là, cela la rendait plus nerveuse. Nous nous sommes tous préparés pendant la journée, chacun utilisant la douche et jouant furtivement avec les jouets pour ouvrir nos trous, bien que la plupart du temps, je...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.