Les pulsions excitées de sa fille - 6

357Report
Les pulsions excitées de sa fille - 6

Janie s'est réveillée le lendemain matin en se sentant rafraîchie et vivante. Elle se leva et se regarda dans le miroir. Ses yeux brillaient et une nouvelle conscience brillait au plus profond d'eux.

Voulant faire plaisir à son papa, elle s'est assise devant sa commode, nue. Elle s'est maquillée avec autant de soin qu'elle savait le faire, puis elle a attaché ses cheveux en queue de cheval. Quand elle eut fini, elle choisit un chemisier beige fin et une jupe courte beige. Après avoir choisi un soutien-gorge rose et une culotte de bikini en nylon transparent, elle s'est habillée. En se regardant dans le miroir, elle savait qu'elle avait l'air assez bonne pour manger et il était sûr que son père penserait la même chose.

Mais la matinée passa lentement pour elle. Toute la matinée, elle n'arrêta pas de regarder son père, l'observant et espérant un signe. Chaque fois qu'il passait par là, elle le regardait du coin de l'œil. Elle voulait qu'il la fasse se sentir bien. Elle avait besoin qu'il lui donne un peu plus de sa bite mais tout ce qu'il faisait était de sourire et de lui tapoter la tête.

Dans l'après-midi, Janie a été fortement tentée d'entrer dans sa chambre et de se baiser avec sa brosse à cheveux. Mais elle a réussi à se contrôler, espérant que son père ferait quelque chose pour sa chatte qui la démangeait. Quand enfin elle fut presque prête à le faire elle-même, son père l'appela dans le salon pendant que sa mère était dans la cuisine.

"Janie," dit-il, la prenant sur ses genoux et embrassant ses douces lèvres, "j'ai eu du mal à me contrôler toute la journée, tu sais ça?"

Janie hocha la tête et sourit, le regardant dans les yeux. Elle pouvait sentir sa bite pousser entre ses fesses, lui donnant un coup de coude. Son trou du cul brûlait pour quelque chose à l'intérieur et elle savait qu'elle voulait être baisée là-bas. Mais ensuite, elle s'est souvenue de la taille de la bite de son père et a reconsidéré. Peut-être qu'elle ne serait pas capable de prendre sa bite là-bas, après tout. Elle remua ses fesses alors qu'il pinçait ses mamelons à travers son chemisier.

"Voilà ce que nous allons faire," murmura-t-il. "Ta mère va au magasin dans peu de temps. Si elle te demande de l'accompagner, dis-lui que tu ne te sens pas bien." Ses doigts plongeaient sous sa jupe. "Je parie que tu te sentiras sacrément bien juste après son départ, chérie, ha-hah."

"D'accord, papa," répondit-elle avec impatience. « Je ne peux pas attendre ! »

Plus tard, après le départ de sa mère, Janie se précipita dans les bras de son père. Elle le serra fort contre lui et l'embrassa sur les lèvres. Il a répondu comme il était censé le faire, heureux de constater que sa fille avait hérité de son excitation.

Leurs bouches s'ouvrirent et glissèrent l'une contre l'autre. Janie lécha la bouche de son papa jusqu'à ce qu'elle soit mouillée, sa langue tourbillonnant entre ses lèvres. Elle sentit le contact de sa langue sur la sienne et leurs langues commencèrent à danser de désir. Tournant la tête d'un côté à l'autre, ils s'embrassèrent passionnément alors que la brûlure dans leurs reins se propageait.

Puis Janie se sentit repoussée. Elle recula pendant que John la regardait de la tête aux pieds.

Il inspecta son maquillage et ses cheveux - impeccables. Sa queue se contracta alors qu'il inspectait les lignes douces et gracieuses de sa tête et de son cou. Sa queue s'est raidie. Il regarda ses seins où ses mamelons sortaient de son soutien-gorge. Son sexe pulsait. Ses yeux parcouraient son corps mince et ses jambes lisses et fines. Sa queue palpitait. Il fixa avidement ses pieds, puis ses yeux se levèrent. Ils se sont concentrés sur place sur sa chatte. Il visualisa les lèvres douces, gonflées et agrippantes entre ses cuisses. Sa bite a bondi et il a attiré la fille à lui. Leurs bouches se rencontrèrent à nouveau et ses mains se remplirent de ses fesses.

Le corps de Janie était en feu. La chaleur se répandait en elle, son con brûlait. Son clitoris était engorgé et palpitant, faisant connaître sa présence. Ses fesses picotaient alors qu'elle écartait les jambes et pressait sa chatte contre la bite dure de son père. Elle le voulait en elle !

"Oh, papa," haleta-t-elle, "baise-moi!"

Son père gloussa, "Je le ferai, bébé, mais pas encore."

Une de ses mains a glissé vers sa chatte tandis que l'autre a continué à serrer ses fesses. Janie sentit sa culotte être écartée et deux doigts commencèrent à lui chatouiller la chatte exposée. De plus en plus excitée de minute en minute, elle écarta davantage ses jambes pour le laisser atteindre sa chatte dégoulinante.

Les doigts de son père taquinaient lentement les lèvres de sa chatte. Légèrement, ils effleurèrent de haut en bas les lèvres charnues et Janie gémit de plaisir. Après avoir chatouillé les poils sensibles, un doigt a plongé dans la fente de sa chatte. Janie gémit un peu plus fort. Le doigt était posé dans le sens de la longueur le long de sa fente et poussé. Les lèvres de sa chatte se sont séparées et le doigt s'est enfoncé entre elles. Sa chatte a brûlé et du jus de baise glissant a coulé de son trou de chatte.

Lentement, le doigt glissa de haut en bas le long de la fente de sa chatte rose. Il a poussé entre les lèvres de sa chatte, massant très bien la chair sensible de sa chatte. Avant de plonger dans le trou, cependant, il s'est retiré et a glissé jusqu'au sommet de la fente de sa chatte une fois de plus.

Après que son père ait taquiné sa chatte presque jusqu'au point d'éclatement, il a finalement fait glisser son doigt vers son clitoris. Il utilisa le bout de son doigt pour l'entourer, massant en cercles doux et en spirale vers l'intérieur, le doigt se rapprochant de plus en plus de la marque. Au moment où il l'atteignit finalement, Janie avait les jambes largement écartées, poussant sa chatte contre sa main.

Le clitoris de la fille était douloureux et extrêmement enflé. Ses yeux étaient mi-clos, brillants de plaisir. Elle regarda son père à travers un regard de luxure. Ses fesses tournoyaient, masturbant son clitoris contre le doigt de son père. Le plaisir était si bon que la fille a pompé sa chatte plus fermement.

"Oh, oui ! Oh, oui, papa... frotte-le ! Frotte mon clitoris, papa... ohhhh, ça fait du bien ! Oh, oui ! Oh, oui ! Oh, oui ! N'arrête pas... ohhhh , nooon... ne t'arrête pas, ne t'arrête jamais !"

Mais à présent, la bite de John était sur le point d'exploser de luxure. Il palpitait, gros et gonflé à l'intérieur de son pantalon. Il a tendu sa fermeture éclair. Il voulait sortir, voulait être enterré dans un endroit chaud et humide.

L'homme regarda le joli visage lisse de sa jeune fille. Ses lèvres étaient douces et rouges et invitantes alors qu'il les embrassait. Oui, il voulait que sa queue soit aspirée.

"Janie," murmura-t-il en chatouillant l'oreille de sa fille avec son souffle chaud, "je veux que tu me suces la bite!"

Janie se sentait bien et chaude et sa chatte grésillait. Son cerveau était envahi par le plaisir et il semblait que la chaleur de ses jeunes reins était tout ce qu'elle avait jamais connu. Elle pensait sucer la bite de son père, s'imaginait prendre son énorme queue dans sa bouche. Elle avait entendu parler de faire une telle chose et cette pensée l'excitait.

"O-d'accord, papa. M-mais... je n'ai jamais fait ça avant."

"C'est bon, chérie, je vais t'apprendre. Je sais que tu seras capable de le faire bien."

Il attira la fille à lui, sentant la chaleur de son jeune corps maigre. Sa bite a surgi plus puissamment alors qu'il pensait que sa fille prendrait sa bite dans sa bouche.

"Agenouille-toi devant moi, Janie," ordonna son père.

Lentement, presque hypnotisée, Janie s'agenouilla.

"Maintenant, baisse mon pantalon."

Tremblante, Janie tendit la main entre ses jambes. Elle déboucla le pantalon de son père, puis l'ouvrit. Elle a vu l'énorme renflement sur sa queue et elle a respiré plus fort en s'en rapprochant. Se déplaçant plus rapidement maintenant, elle a tiré sur son pantalon et a atteint sa queue alors qu'elle se libérait. Il visait vers le haut et vers l'extérieur alors que son père se tenait devant elle avec son pantalon baissé autour de ses chevilles.

La chaleur de sa queue brûlait dans sa main. La saisissant fermement, elle sentit sa douceur satinée. Avec une forte inspiration, elle l'imagina dans sa bouche, les neuf pouces de bite chaude et palpitante. Son sexe la fixa de son œil unique, attendant avec impatience. Interrogative, Janie leva les yeux vers son père.

"Sens-le!" demanda Jean.

Son cœur battait la chamade alors que Janie tirait la piqûre sous son nez. Elle inspira profondément encore et encore. Fermant les yeux, elle savoura l'odeur de la bite, pressant son nez contre la tête de bite violette. Sa chaleur brûlait sa chair tandis que son excitation se transmettait à sa chatte.

"Ummm ... aaahhh ... mmmm," gémit-elle.

"Sentez mes couilles ! Sentez-les !"

Janie a reniflé le dessous de la bite de son père, descendant avec son nez. Ses couilles étaient énormes, poilues et gonflées. Elle les sentait. Ils sentaient excitant. Elle les serra dans sa paume. Ils étaient lourds. Avec étonnement, elle enfouit son visage entre les jambes de son père, sous ses noix. Elle inspira à plusieurs reprises, sa chatte juicing d'excitation alors que l'odeur enivrante remplissait ses sens. Automatiquement, sa langue sortit et elle lécha juste derrière ses couilles. Le goût merveilleux et sensuel pénétra dans sa bouche.

Son père tenait doucement l'arrière de sa tête. Quand elle eut fini de lécher la sueur sous ses couilles, il lui releva la tête. Tenant sa queue d'une main, il a commencé à la frotter sur le visage retroussé de sa fille.

"Sentez ma bite contre votre visage !"

Janie sentit la chaleur de la bite contre la douceur de ses joues. Son père l'a d'abord posé le long d'un côté de son visage. Sur un chèque, il a glissé, sur son menton, puis sur l'autre joue, laissant une traînée de sperme collant. Là, sur sa joue droite, il posa à plat le sexe palpitant, brûlant sa chair de sa chaleur. Son père l'a ensuite glissé sur son front et sur son nez. Enfin, il le frotta sur ses lèvres d'un côté à l'autre. À partir d'un coin de sa bouche, il l'a travaillé à l'autre. Puis, inversant le mouvement, il le repoussa à nouveau. Il la posa au centre de son visage, de son front, sur son nez, jusqu'à son menton.

"Lèche-le !" il a commandé.

La langue de Janie sortit, rencontrant le dessous de sa bite juste au-dessus de la racine. La chair chaude et soyeuse du coq brûlait dans sa langue douce. Cela lui a fait tourner la tête de désir de bite. Sa langue a commencé à glisser autour et autour, de haut en bas, alors qu'elle devenait plus excitée. Elle était contente de sentir la grosse bite répondre.

"Oh, ouais, Janie... c'est ça, bébé... lèche ma bite ! Oooohhhh, ouais... Maintenant, lèche-le partout ! Tiens-le à la racine pendant que tu le fais !"

Janie n'a pas perdu de temps à faire ce qu'on lui avait dit. Elle attrapa sa bite à la base et l'agrippa. Elle a commencé à lécher la bite engorgée, d'abord avec hésitation, puis avec plus d'enthousiasme. Elle le fit pointer vers le haut, tamponnant le dessous. Elle lécha avidement de la racine à la couronne et vice-versa alors qu'elle y pénétrait. Elle allait et venait, notant à quel point son père avait répondu favorablement.

La tête de John pencha en arrière et ses yeux étaient fermés de plaisir. Un sourire plissa ses lèvres alors que son esprit enregistrait les effets des douces lèvres et de la langue de sa fille.

"Ouais, Janie... maintenant, bouge ta langue en petits cercles. Fais bien attention à l'endroit juste sous la tête... ooohhh, ouais ! C'est ça !"

Janie a commencé à laper la bite comme indiqué. Sa langue tourbillonnait autour du dessous de sa queue de la racine au bouton. Quand elle arriva à la tête, elle lécha en dessous. Sa langue effleura sensuellement le point super sensible sous la tête piquée de son père.

"Maintenant, bébé... lèche les côtés et le dessus aussi. Mouille bien la tête !"

Rapidement, la jeune fille fit ce qu'on lui disait. Sa langue courut de haut en bas d'un côté, puis se déplaça de l'autre. Quand elle aussi brillait d'humidité, elle tamponna la surface supérieure. Gémissant doucement, elle le fit briller dans la lumière. Après s'être assurée que c'était exactement comme son père l'avait ordonné, elle glissa sa langue vers le bouton de sa queue. Avant de le lécher, cependant, elle se pencha en arrière juste un instant pour regarder sa queue.

La tête était violette, épaisse de sang. Le trou était un peu au-dessus du centre et un filet de sperme épais et clair en coulait. Quelque chose lui a donné envie d'y goûter. Elle se demanda si ça avait un goût différent de la crème de chatte de ses copines.

Remarquant son regard, son père dit : "Sentez-le, chérie. Goûtez-le... he-heh ! C'est bon !"

Ça sentait bon. L'odeur enivrante de la bite emplit ses narines et lui donna envie d'en avoir plus. Elle a tenu le sexe dans une prise ferme et a touché le bout avec sa langue. Un goût merveilleux titilla ses papilles et le sperme était chaud et collant. De plus en plus excitée, elle lécha de haut en bas la fente, la nettoyant.

Raidissant sa langue, elle essaya de la faire tourbillonner dans le trou. Le trou s'est ouvert en grand et elle a mis le bout de sa langue à l'intérieur. Le goût était bon et la bite de son père gonfla plus fort. Miaulant, elle tamponna sa tête jusqu'à ce qu'elle brille.

"Ooohhh, ouais, Janie ... lèche ma tête de bite! Oooohhhh! D'accord! Ça suffit! Je veux que tu le suces. Mouille tes lèvres et mets-les sur le trou. Puis glisse ta tête vers le bas. Laisse tes lèvres garder un bon prise pendant que ma bite entre dans ta bouche. Attention à ne pas l'égratigner avec tes dents, cependant !"

La chatte de Janie était maintenant juteuse en continu. Il brûlait, criant à l'attention. Elle voulait se doigter et branler son clitoris. Elle voulait écarter ses jambes et laisser son papa la baiser fort et profondément encore et encore. Même si c'était excitant d'avoir sa bouche sur sa bite, elle voulait sa bite dans sa chatte. Mais le lui donnerait-il ainsi ? elle se demandait. Elle devait le découvrir !

Articles similaires

Le voyage de Sandra Chapitre 2

Constamment maltraitée, Sandra s'était installée dans une vie de servitude. Son humiliation fut complète lorsqu'elle fut initiée à la bestialité. Mais loin d'être déshonorée, elle a découvert qu'elle appréciait ce qu'elle obtenait d'un animal qu'elle n'avait obtenu d'aucun homme - une longue bite. Désormais « vendue », elle attendait son nouveau Maître. Embarquée dans la voiture de Paul, elle a été informée qu'elle lui appartenait désormais. Assise sur le siège arrière avec Tyson, elle a tapoté son nouvel animal de compagnie. Tu as parfaitement performé ce soir mademoiselle dit Paul en rentrant chez lui Je pense qu'il y a une mine...

0 Des vues

Likes 0

Ma femme baise son frère

Quand Sue a baisé son frère ----------------------------------------------- Le début de cet incident a eu lieu lorsque le jeune frère de ma femme nous a rendu visite à l'époque où les appareils photo numériques étaient si populaires. J'avais installé une chambre noire où je développais et imprimais mes propres photographies et il avait apporté une pellicule de son frère aîné pour que je la développe et l'imprime. Les photos étaient des photos nues de la femme de James, Mary. Pas les nus de type arty mais le vrai type XXX, ses jambes écartées, tenant les lèvres de sa chatte ouvertes, etc. Tous...

282 Des vues

Likes 0

Maman aime regarder

Maman aimait regarder Je pense que maman était un peu jalouse de moi et de mes frères, quand elle le pouvait, elle nous regardait baiser à la piscine dans le salon. Elle était un peu en surpoids, mais avait des seins énormes, pas un mauvais cul. Je savais que Billy en recevait de maman. Je l'entendais marcher dans le couloir, puis l'entendre aller dans la chambre de sa mère, puis sortir en douce une heure plus tard. Un jour d'été, Bob et moi nageions dans la piscine. Au début, nous avions tous les deux nos maillots de bain. Mais ensuite, il...

956 Des vues

Likes 0

L'étoffe d'une salope Chapitre 1

C'était une chaude journée d'été, je me dirigeais vers le centre commercial où se trouvait ma meilleure amie Rosie. Je l'ai attendu avec impatience toute la semaine. Je ne l'ai pas vue depuis quelques mois. Après quelques minutes de marche sous le soleil brûlant j'ai finalement atteint le centre commercial. Elle se tenait là, toujours aussi belle. Elle se tenait là dans son jean préféré, un t-shirt noir et une veste en cuir qui la faisait ressembler à une motarde. Ses cheveux étaient bouclés et d'un rouge brunâtre. J'étais amoureux de cette fille et je voulais lui dire mais je ne...

865 Des vues

Likes 0

Sa copine, ma cousine

Je suppose que tout a commencé un samedi après-midi. Le soutien-gorge de ma mère était au-dessus de la pile de linge. Il a attiré mon attention et j'en suis immédiatement devenu fasciné. J'ai volé le soutien-gorge et j'ai couru dans ma chambre pour l'essayer. Je me souviens du rush que ça m'a donné. J'ai adoré et j'ai décidé de continuer. J'ai tout fait pour mettre la main sur plus de vêtements. J'ai volé des soutiens-gorge, des culottes, des collants, des slips et des robes à ma mère. Maillots de bain et soutiens-gorge de mes cousins ​​et grand-mère. Je ne pouvais pas...

744 Des vues

Likes 0

Juste un trajet en bus ... Honnête 4

Mon corps s'est mis à s'agiter, morceau par morceau, mon cerveau a relancé tous les interrupteurs, même si ce sont mes oreilles qui se sont allumées en premier, et voici ce que j'ai entendu : « ... écoutez, je suis désolé, mais nous pouvons Je ne le maintiens pas sous assistance respiratoire pour toujours, madame, je suis désolé, mais si nous ne voyons aucun rétablissement dans les prochaines 48 heures, nous devons l'éteindre et accepter qu'il soit mort. Je suis désolé, vraiment je le suis. Dit quelqu'un à ma gauche. Ce qu'il n'a fait que pendant 2 jours, et vous le comptez déjà !...

121 Des vues

Likes 0

Graine d'horreur : Chapitre 9

Chapitre neuf Alors, comment vos parents l'ont-ils pris? Christi a demandé, parlant à Jason via leurs téléphones portables. Il était assis dans un parking enneigé à Portland, après avoir rempli sa cinquième demande d'emploi. Devant lui se trouvait maintenant une application McDonalds. Merde, ses parents lui avaient toujours dit d'étudier dur et d'entrer dans une bonne université pour qu'il n'ait jamais à retourner des hamburgers. Merci beaucoup, Black Stigmata. «Je ne peux pas vraiment dire, je me suis couché dès que je suis rentré à la maison et je suis parti avant que quelqu'un d'autre ne se lève. En fait, je...

26 Des vues

Likes 0

Mordie pt1

Dans une petite ville, au milieu de nulle part, vivait un homme inconnu appelé Mordie. Pendant des années, Mordie a passé ses journées dans sa maison à penser à la femme parfaite pour lui. Vous voyez, Mordie n'est pas un méchant, il est juste mal compris. En tant que jeune garçon grandissant dans la grande ville, il était toujours taquiné à propos de son poids, de son visage mal interprété et de son instabilité mentale. Craignant pour la sécurité de son fils, la mère trop protectrice de Mordie a fui la ville pour vivre dans une petite ville. Par peur du...

1.2K Des vues

Likes 0

Meilleurs amis avec des avantages

Annabelle a crié de l'autre côté de la maison Dépêchez-vous! Nous allons être en retard! C'est une vieille amie d'enfance et elle vient juste d'emménager, car ses parents ont décidé qu'elle devait quitter leur maison. J'ai décidé de faire ce qu'il fallait pour qu'elle emménage avec moi. Je veux dire, pourquoi pas ? Nous avons tous les deux tout fait ensemble. Nous sommes allés aux mêmes cours, avons traîné au cinéma et avons même passé beaucoup de soirées pyjama ensemble. Je deviens trop timide quand j'essaye de l'inviter à sortir. Hé ! Le bus ne va plus nous attendre ! Le...

1.1K Des vues

Likes 0

Marquez l'endroit_(1)

Marquez l'endroit Je pensais en passant la porte latérale de ma maison que c'était probablement le pire jour de ma vie. Humilié au travail... non, miné par une petite merde pleurnicharde qui a marché pour moi et m'a presque fait virer. Pour couronner le tout, mon covoiturage est foutu et je dois mendier pour un retour à la maison. Plus d'humiliation... juste ce dont j'ai besoin. Pourquoi ai-je déménagé ma famille dans cette ville alors que j'allais déjà bien ? Y compris aujourd'hui, je me suis posé la même question 265 fois jusqu'à présent cette année. La maison est calme, presque...

1K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.