Grandes vexations

1.3KReport
Grandes vexations

Lorsque les Cullen l'ont amené chez eux, Jasper, huit ans, a pensé que c'était trop gros. Il était tellement terrifié par les hauts plafonds et les espaces en écho dans leur élégant hall, si lumineux et stérile. Il s'est dit : il y a tant de choses à casser. Des vases et de petites figurines jonchaient les étagères et les dessus de table, et Jasper était bien conscient qu'il n'avait jamais été très gracieux. Il pressa donc ses bras à plat contre ses flancs et regarda le bout de ses vieilles baskets qui le conduisaient à travers la maison, jusqu'à sa nouvelle chambre. Il s'y jeta avec beaucoup de soulagement. Sa chambre rouge rubis était confortablement dépourvue de tous les petits bibelots délicats en porcelaine et en verre qu'il avait laissés tomber en montant l'escalier en colimaçon.

Il n'aurait jamais pensé que la maison lui manquerait, mais cette première nuit, il l'a définitivement fait. Le rouge des murs ressembla soudain à du sang. De plus, il y avait tellement d'endroits où les monstres pouvaient se cacher dans la grande maison, de petits coins et recoins derrière les meubles et les tables.

Il s'est caché sous le lit le lendemain lorsque le Dr et Mme Cullen ont annoncé son rendez-vous chez le médecin. Il était terrifié par les aiguilles, venait tout juste de sortir de l'hôpital où ils l'avaient constamment piqué et poussé.

Le plancher de bois contre lequel il s'appuyait était froid et réconfortant, et il pouvait surveiller la porte à travers l'espace qui lui était alloué. Après si longtemps, il s'ouvrit et de petits pieds passèrent à travers. Il inspecta les chaussures – marron et propres – et recula lorsqu'elles s'approchèrent de lui.

La couverture fut soudainement tirée d'un coup sec et l'intrus s'accroupit, baissant ses cheveux roux sur le sol avec un regard patient d'un vert perçant. Les yeux de Jasper étaient écarquillés d'admiration alors qu'il regardait cet autre garçon, n'ayant jamais côtoyé quelqu'un aussi clairement de son âge puisqu'il était beaucoup plus petit.

« Il ne fait pas noir là-dessous ? » demanda soudain le garçon, et quand Jasper ne répondit pas – car il était bien trop abasourdi pour le faire – le garçon haussa les épaules et le rejoignit simplement. Il glissa le long du bois dur et s'allongea à côté de Jasper, posant sa joue sur son bras alors qu'il le regardait. Il murmura de sa voix douce et enfantine, "Je pensais que des monstres se cachaient sous des lits ?" et pinça ses petites lèvres d'un air songeur.

Jasper a ri. C'était tellement trille, mais aussi étrangement creux. Quand son rire s'estompa, il fixa le visage du garçon et en traça les contours de ses yeux apeurés. Il essaya de transmettre dans un regard ce qu'il ressentait toujours : de l'air sombre et froid lui chatouillant les orteils et grimpant sur les jambes de son pantalon alors qu'il était allongé immobile dans le noir.

Jasper était le monstre, parce que les monstres n'avaient jamais peur de rien, même des aiguilles.

Mais Edward – comme il s'est présenté – est resté couché avec lui jusqu'à ce que Jasper finisse par céder et émerger. Car si Jasper était un monstre, alors cet Edward était un chevalier blanc et brillant, si courageux pour ramper sous un lit et parler au monstre lui-même.

Edward se tenait le menton haut alors qu'ils émergeaient tous les deux, puis il prit la main de Jasper. Il avait un sourire espiègle et tordu qui séduisit Jasper. Edward a ensuite rapidement fait défiler Jasper autour de leur grande maison, si fier et accompli qu'il avait réalisé ce que les adultes avaient pensé impossible.

Quand la tante d'Edward, souriante et joviale à l'ultime émergence de Jasper, a demandé, Edward l'a informée d'un ton neutre, "Jasper ne peut pas aller chez le médecin. Il joue avec moi aujourd'hui."

Et c'était tout.

Il montra à Jasper ses livres, ses petits soldats et ses jeux vidéo électroniques. Jasper n'avait jamais vu de jeux vidéo électroniques auparavant. Edward – toujours la créature désintéressée – voulait donner tous ses jouets à Jasper, et après plusieurs jours passés à jouer avec lui, il a décidé de laisser ses affaires dans la chambre de Jasper. Esmée y trouverait les appareils coûteux d'Edward et demanderait: "Et si tu voulais jouer avec plus tard, Edward?"

Cela rendait Jasper mal à l'aise de voir le comportement gaspilleur et négligent de son nouveau meilleur ami réprimandé. Il craignait la punition d'Edward. Ainsi, Jasper serrait sa main et tremblait de peur de voir le Dr Cullen frapper le garçon. Cela avait été une punition courante pour Jasper avant qu'il n'entre dans la maison des Cullen.

Une punition très courante.

La première fois qu'il a réagi de cette façon – il a poussé Edward derrière lui et a regardé avec peur les yeux perplexes d'Esmée – il a supplié : « J'ai volé ses jouets. Frappe-moi à la place. Et puis Jasper a attendu la fureur d'Esme, il s'est attendu à ce qu'elle descende et rappelle son mari du travail pour administrer lui-même la punition de Jasper.

Mais à la place, elle s'avança avec les yeux larmoyants. Cela a alarmé Jasper, et il a tressailli instinctivement, incapable de savoir qu'elle voulait seulement l'embrasser. C'est alors qu'elle descendit pour appeler son mari, et Jasper – frénétique et effrayé – tenta de se glisser sous son lit, pour devenir le monstre qui ne craindrait même pas le Dr Cullen et ses ceintures et aiguilles.

Mais Edward ne le lui permit pas. Edward semblait comprendre plus que Jasper, et était triste alors qu'il l'amenait à s'allonger sur le lit, au lieu d'en dessous. Ils se recroquevillèrent et Edward se pressa contre Jasper, caressant ses cheveux alors qu'il pleurait et tremblait de peur. Ils étaient étroitement serrés cet après-midi-là, les petits sanglots de Jasper étouffés par la chemise jaune d'Edward alors qu'Edward le faisait taire.

Tellement fatigués de leur journée de jeu abrégée, ils se sont endormis dans cette position.

Et c'est ainsi que le Dr et Mme Cullen les ont trouvés : les jambes et les bras emmêlés et enlacés comme des lianes autour d'une palissade alors qu'ils dormaient paisiblement. Ils n'osaient pas les déranger, et Jasper se réveilla en se sentant beaucoup mieux quand il réalisa qu'il ne se réveillait pas seul.

Les petits garçons n'ont plus jamais dormi seuls.

---

La nuit, Edward venait à Jasper et en retour, devait avoir gagné quelque chose - bien que Jasper n'ait jamais compris pourquoi Edward ne s'ennuyait pas à rester allongé là dans le noir avec lui alors qu'il agissait comme un chat effrayant. Parfois, ils jouaient tranquillement à des jeux ou utilisaient des marqueurs noirs pour écrire sur les murs de Jasper. Esmée l'avait encouragé à le faire lorsqu'elle l'avait trouvé traçant des mots sur la peinture rouge du bout du doigt, un petit sourire concentré ornant ses lèvres. Les minuscules chuchotements des garçons résonnaient et s'incrustaient dans ces murs la nuit, écrivant de petits extraits de stratégies tactiques utilisées par leurs figurines.

Ils étaient inséparables par défaut. Jasper regarda les larges sourires d'Edward avec émerveillement et le tint contrairement à un garçon normal, les bras toujours autour de sa petite taille ou de ses épaules. Et Edward a touché Jasper d'une manière étrangère. Il caressait ses cheveux et lui tenait la main, et Jasper aimait ça. Cela n'a jamais fait que Jasper se sente comme un chiot qui avait été ramené à la maison en offrande au neveu solitaire, même s'il avait déjà réalisé que c'était probablement le cas.

Edward le faisait se sentir aimé.

Les années passèrent avec leurs routines prévisibles de se réveiller et de jouer et d'aller à l'école primaire et de s'endormir enroulées les unes autour des autres, et Jasper ne remit pas en question ses sentiments. C'était la seule véritable amitié qu'il ait jamais connue. Edward lui-même socialisait rarement avec les autres enfants sur la cour de récréation à l'école, choisissant plutôt de se planter à côté de Jasper dans le sable sous les barres de singe. C'était ici qu'ils mangeaient les extravagants sacs-repas d'Esmé, leurs dents nacrées mordant dans des pommes rouges brillantes et leurs fous rires concernant les filles avec des cooties qui flattaient les cheveux en désordre d'Edward en les tirant.

Les autres enfants ont fini par accepter qu'aucun des deux ne rejoigne leur groupe sur les balançoires.

Mais ils vieillissaient à mesure que les années passaient, que les étés allaient et venaient et gravissaient les échelons de leur école primaire les uns avec les autres. Les chaussures étaient devenues trop grandes, les pantalons sont devenus trop courts et des choses étranges ont commencé à arriver aux émotions de Jasper.

Edward était la maison de Jasper. Il s'était attaché à lui d'une manière que personne de son âge ne pouvait comprendre. Pendant très longtemps, Jasper n'a pas pu manger, dormir ou marcher dehors sans savoir où se trouvait immédiatement Edward.

Un jour, Edward est allé à la rivière derrière la propriété. Il avait laissé Jasper derrière lui parce qu'il s'était baigné, et Edward était toujours impatient. Jasper lui avait dit d'attendre, qu'il l'aiderait à attraper les têtards pour leur projet scolaire, mais Edward s'en alla, ses pieds maladroits marchant à travers les arbres sombres jusqu'à la berge seul.

Jasper sortit de la chambre et fouilla la maison pour lui, devenant paniqué quand il réalisa qu'Edward n'était plus à l'intérieur. Il ne pouvait pas comprendre la façon dont sa respiration devenait laborieuse, ou pourquoi son pouls s'accélérait et sa vision devenait floue. Jasper a couru hors de la maison dans le jardin, tellement pressé d'atteindre la berge qu'il a trébuché sur des branches et s'est écorché les genoux. Il s'en fichait. Il se leva et continua son chemin, les yeux écarquillés et effrayé à chaque seconde où il ne pouvait pas voir son ami et savoir qu'il allait bien.

Jasper avait toujours craint que quelque chose n'arrive à Edward – que des monstres vainquent son chevalier blanc. Edward avait toujours été abrité. Jasper savait que les pires maux dans ce monde existaient au-delà de la ruse triviale de la cour d'école à laquelle Edward était habitué.

Se glissant dans la boue de la berge, Jasper remarqua l'éclat des cheveux roux d'Edward, les jambes de son pantalon retroussées alors qu'il s'accroupissait dans l'eau, plongeant un bocal en verre sous la surface pour capturer les têtards visqueux.

Jasper voulait courir après lui, mais il avait peur et ne savait pas nager. Il était heureux juste de savoir qu'Edward allait bien, et alors que le garçon se tournait vers lui, un large petit sur son visage alors qu'il s'exclamait, « Pris six ! Jasper était soulagé.

Il laissait rarement Edward hors de sa vue, choisissant de se baigner après la tombée de la nuit, quand il savait qu'il était interdit à Edward de quitter la maison. Cela ne semblait jamais déranger Edward, qui quittait rarement Jasper de toute façon. Pendant très longtemps, tout était parfait, parce que Jasper était habitué à ce que des choses étranges arrivent à ses émotions. Les émotions étaient quelque chose qu'il pouvait gérer.

Mais ensuite, des choses étranges ont commencé à arriver au corps de Jasper.

---

Il l'a vu à la télévision entre un couple marié. L'homme et la femme étaient dans un lit ensemble, et il s'allongea sur elle, se pressa contre elle et mit sa langue dans sa bouche. Jasper était à peu près certain que c'était le type de télévision qu'il n'avait pas le droit de regarder, mais il était malade d'un rhume et Esme lui avait permis de dormir sur le canapé alors qu'il rentrait de l'école. Il venait juste de passer d'une chaîne à l'autre lorsqu'un éclair de chair fit s'arrêter son doigt sur le bouton en caoutchouc.

Il regarda l'homme poser sa main sur sa poitrine, et ils firent des bruits, ses hanches la pressant contre le lit alors qu'elle commençait à enlever sa chemise. Jasper était excité. Il s'assit et se pencha plus près de la télévision, les tissus morveux étant écrasés dans ses poings alors qu'il restait bouche bée devant l'écran, les yeux écarquillés. L'homme a commencé à pousser et à bouger sur elle et... Jasper savait qu'il voulait faire ça.

Le plus tôt sera le mieux, en fait.

Il se sentait tellement ravi de le regarder. Il voulait éteindre la télévision et aller se coucher sur-le-champ. Mais Jasper s'arrêta en haut de l'escalier. Il l'a contemplé un peu plus, et il s'est rendu compte qu'il ne partageait pas un lit avec une femme.

Il partageait un lit avec Edward.

Jasper n'a plus pu penser à rien depuis. La seule chose plus excitante que de faire ça avec une femme était de faire ça avec Edward.

Cette pensée l'a également amusé cette nuit-là alors qu'Edward sautait dans son lit. Les ressorts les feraient rebondir, Jasper en était certain. Il voulait tellement le faire avec lui. Ça avait l'air tellement amusant. Mais quelque chose en surface l'a empêché d'émerger sous la forme d'affichages courageux et passionnants. Il avait peur de réveiller la tante et l'oncle d'Edward avec ses petits rires sombres et de rebondir, rebondir, rebondir.

Peu de temps après, Jasper a commencé à avoir de curieuses réactions physiques au corps d'Edward, bien qu'il ne les comprenne pas complètement. Il a été forcé de cacher d'innombrables raidissements déroutants de son pénis et la preuve de rêves palpitants contre son ventre doux et collant au lever du soleil dans leurs lits partagés.

La première fois que c'est arrivé, il a paniqué, pensant qu'il avait mouillé son lit et que – sûrement – ​​il s'était humilié devant la seule et unique personne dont l'opinion avait jamais compté pour lui. Frénétique, il jeta un Edward déconcerté hors du lit et poussa ses sous-vêtements sales au fond de la poubelle de la salle de bain, priant pour qu'il ne soit pas attrapé et puni pour avoir fait quelque chose d'aussi incroyablement enfantin.

Esme les a trouvés et a rapidement informé son mari. Cela a déclenché une conversation plutôt inconfortable et maladroite concernant des mots étrangers à Jasper : masturbation, éjaculation, pénétration. Tous les "-ation" confondaient Jasper alors qu'il était assis dans le bureau du Dr Cullen, le visage rouge et perplexe. Surtout depuis que le Dr Cullen n'arrêtait pas de mentionner les filles. Jasper n'avait jamais aimé les filles. Ils étaient grossiers.

Mais Edward ne l'était pas.

Jasper aimait Edward. Il trouvait son visage et sa symétrie intrigants, pouvait le regarder pendant des heures et ne s'en lassait jamais. Quand Edward s'allongerait à côté de lui, Jasper aimerait la chaleur contre son ventre et sa poitrine, voudrait être plus près de lui.

Jasper n'était pas en mesure de déterminer s'il était acceptable ou non de ressentir cela envers Edward, alors il a estimé qu'il valait mieux garder le secret jusqu'à ce qu'il découvre le contraire. Il avait trop peur pour demander au Dr Cullen. Il ne voulait pas risquer sa nouvelle maison, son meilleur ami. Cette seule pensée le terrifiait. Il était certain qu'il ne pourrait pas exister sans Edward. Il détestait souvent ses réactions envers Edward pour cette raison, bien qu'il ne comprenne pas pourquoi il devrait les cacher.

C'était si naturel.

Plus tard, Jasper est devenu dévoré par la curiosité de son corps, ravi par les sensations de toucher son pénis. Il se demanda à quoi pourrait ressembler celui d'Edward. Il enroulait ses doigts autour de la longueur raide et prétendait que c'était peut-être le sien. Il voulait désespérément savoir ce que cela pouvait faire de les frotter ensemble, même s'il craignait que demander ne soit inapproprié.

Il ne se masturbait pas non plus comme des garçons normaux – il préférait s'allonger sur un oreiller plutôt que d'utiliser sa main, comme le Dr Cullen lui avait un jour maladroitement expliqué. C'était la seule façon dont il avait jamais vu quelqu'un avoir des relations sexuelles auparavant. C'était plus facile pour lui d'imaginer qu'Edward était en dessous de lui, riant et faisant des sons comme les gens à la télévision.

Le pantalon de Jasper se resserrait toujours quand il avait un nouvel oreiller.

---

"Il fait froid," frissonna Edward alors qu'il franchissait la porte de la chambre de Jasper. Jasper attendait depuis que sa porte s'était fermée ce soir-là. Il était trop vieux pour craindre des choses ridicules comme les monstres maintenant – un garçon de treize ans. Un adolescent. Cette pensée excita Jasper.

Il ne pouvait pas attendre que l'école se ferme pour l'été pour que lui et Edward puissent aller à la plage. Jasper ne savait toujours pas nager, mais cela n'avait pas d'importance. Il aimait voir Edward dans son maillot de bain, l'avait même encouragé à acheter le noir.

Il aimait voir le corps d'Edward, tellement plus tonique que le sien. Jasper était généralement décrit comme "twiggy", avec ses bras et ses jambes maigres et son corps maladroitement frêle. Jasper avait également de longues cicatrices en lambeaux sur son dos qu'il était trop gêné pour révéler. Mais Edward était si parfaitement proportionné, symétrique et... parfait. Jasper aurait aimé ressembler à ça.

Jasper gloussa et rejeta les couvertures juste au moment où Edward s'approchait du lit, plongeant dessous en claquant des dents. L'hiver serait bientôt parti, mais pour l'instant, Forks était humide et froid et les planchers de bois franc de leurs chambres n'arrangeaient rien. Jasper a sifflé en sentant l'un des orteils froids d'Edward toucher le sien.

Puis il a dit : « Tu es gelé ! Viens ici, » et a ouvert ses bras avec empressement à Edward, qui n'a pas hésité à accepter l'offre de Jasper. Leurs poitrines s'écrasèrent et des frissons résiduels émanèrent du corps d'Edward alors que Jasper réchauffait ses bras avec ses mains.

Jasper enfonça son nez dans les cheveux d'Edward – les cheveux d'Edward qui sentaient le savon – et soupira, heureux qu'il ne soit plus seul. Car même si Jasper était beaucoup trop vieux pour craindre des choses ridicules, il ne pouvait certainement pas nier qu'être seul dans le noir l'énervait.

Écrasé poitrine contre poitrine sous les couettes, Jasper pouvait enfin éteindre sa lampe et trouver la paix. Jasper s'enfonça plus profondément en lui, comme il le faisait toujours, et accrocha une de ses jambes autour de celle d'Edward. Il voulait le garder coincé contre lui alors que ses yeux anxieux fouillaient l'obscurité de sa chambre. Les respirations somnolentes d'Edward balayèrent son cou et calmèrent Jasper.

C'est alors que l'attention de Jasper se déplaçait de l'obscurité vers le corps contre lui. Jasper sentit sa poitrine monter et descendre et pousser et tirer. Il sentit la main d'Edward dans son dos, molle alors qu'il sombrait dans le sommeil. Jasper sentit les hanches d'Edward contre les siennes et il dut reculer – juste un peu.

L'érection de Jasper palpitait.

Secrètement, il se frottait doucement contre Edward certaines nuits quand il était certain que son sommeil était assez profond. Juste un frôlement contre sa cuisse, léger comme une plume. C'était suffisant pour créer de longs rêves beaucoup plus épanouissants. Il sentait ses courbes et enroulait ses bras autour de son torse, le serrait avec précaution et mais une légère berce suffisait à satisfaire son besoin et à faire courir son imagination.

Alors qu'Edward dormait maintenant contre lui dans la chambre froide, Jasper anticipait ce moment. Son pénis palpitait et brûlait d'être pressé contre quelque chose. Quoi que ce soit. Jasper resta immobile jusqu'à ce qu'il soit absolument certain qu'il ne réveillerait pas Edward. Puis, lentement, il avança ses hanches et son pénis en érection toucha la hanche d'Edward.

Jasper voulait émettre des sons et se frotter davantage contre lui, même s'il savait qu'il ne pouvait pas. Il était frustré. Il se reprocha d'être négligent et de ne pas se masturber comme il le faisait souvent avant qu'Edward ne vienne dans sa chambre.

Il avait vu d'autres garçons de son âge embrasser des filles comme il l'avait vu à la télévision ce jour-là.

Mais Jasper ne voulait pas embrasser les filles. Il soupira dans les cheveux d'Edward et finit par fermer les yeux, se demandant s'il pourrait un jour avoir ces choses avec Edward. Mais pour l'instant, Jasper s'en fichait vraiment. Même s'il passait son temps à penser au sexe, à embrasser et à frotter son érection contre l'oreiller qu'il souhaitait être Edward, il était certain que – tant qu'il l'avait – il serait parfaitement satisfait pour le reste du temps.

Jasper serra plus fort Edward dans ses bras.

---

Le premier moment où Jasper a reconnu qu'une mince fracture entre lui et Edward existait était au piano. C'était une chose étrangère, déconcertante, cette fissure qui pouvait se transformer en gouffre à tout moment. Essayez comme il peut avoir à l'ignorer, un dimanche matin s'est avéré impossible.

"Non. Tes doigts ne bougent pas assez vite," indiqua Edward à travers des dents grinçantes, les sourcils froncés d'agacement. Il avait le plus adorable air renfrogné ornant ses lèvres, dures et pourtant douces.

Jasper a répondu: "Qu'y a-t-il de mal à aller lentement?" et j'essayai une fois de plus la mélodie, si langoureuse qu'elle fut entraînée dans une série de notes aiguës et irrégulières.

Edward grimaça. "Parce que ce n'est pas une chanson si ça prend un an à jouer," et puis Edward ferma la couverture si rapidement qu'elle frappa le poignet de Jasper, et il retira sa main de surprise.

Fixant la ligne meurtrie, Jasper sentit un pincement dans sa poitrine là où son bonheur existait habituellement, niché au plus profond des douces caresses et des doux sourires d'Edward. Le claquement de son poignet a mis une marque sombre et noire sur le cœur de Jasper. Il essaya de le repousser, dans le fond de son âme où se trouvaient les autres indiscrétions d'Edward - un coup d'épaule, un claquement agacé, un bavardage à Esme - et pourtant Jasper ne pouvait pas simplement l'ignorer.

Ils devenaient de plus en plus fréquents, réalisa-t-il avec une soudaine inquiétude.

Il avait essayé d'amener Edward à lui apprendre le piano. Il en savait tellement sur la musique et pouvait jouer si bien. Jasper se sentait enfermé dans une niche obscure de la vie d'Edward à laquelle il ne pouvait pas tout à fait accéder.

Mais Jasper jouait horriblement du piano et Edward était trop impatient pour lui apprendre correctement. Il lui avait fallu plus d'un mois pour apprendre de simples berceuses d'enfance, et ses doigts étaient trop courts et maladroits pour bouger avec la même vitesse et la même grâce que ceux d'Edward.

Jasper se frotta le poignet, fronçant les sourcils à la couverture du piano. Il n'aimait plus le piano, il ne pouvait pas saisir la complexité de jouer ce satané truc. Cela le faisait se sentir inférieur à Edward, comme s'il était incapable de suivre. Il craignait d'être laissé pour compte dans sa simplicité et son manque d'éclat. Jasper n'avait aucun talent particulier.

Les doigts d'Edward vinrent jusqu'à l'arête de son nez parfaitement droit et il le pinça, fermant les yeux. Jasper garda son regard fixé sur son poignet et finit par sentir la main d'Edward sur la sienne, la retirant de sa poigne malveillante.

Edward sourit tristement, mais ensuite il porta le poignet de Jasper à ses lèvres – ses lèvres parfaitement roses – et embrassa la ligne rougie, les yeux verts fixés sur ceux de Jasper, oh si contrit. "Désolé," murmura-t-il quand il relâcha délicatement sa main, mais Jasper était dans un état de choc à cause de la sensation qui chatouillait encore contre sa peau meurtrie.

Ils ont parlé et ri, et Jasper était impatient. Il voulait qu'Edward parte, alors il lui a demandé d'installer son nouveau système de jeu. Quand Edward fut en haut des escaliers, laissant finalement Jasper seul, il porta son poignet à ses propres lèvres et imita Edward, volant un baiser fantôme qui le laissa exceptionnellement étourdi.

Il priait pour qu'Edward puisse le blesser à nouveau – et très bientôt.

---

Tous les garçons étaient assis blottis autour du gradin du haut, quelques-uns se déplaçant d'une manière assez familière à Jasper. Il a changé aussi, mais pas à cause du magazine pornographique qui se tenait entre Edward et Tyler.

Edward était excité, Jasper pouvait le dire.

Ses joues étaient rouges de la plus belle teinte rose, givrant le bout de ses oreilles d'un rose fervent. Jasper surnomma mentalement cette nuance d'Edward, "Pretty Porno Pink", et il ricana intérieurement. Les yeux verts d'Edward étaient béants à l'image d'une femme – une femme brune aux longues jambes et aux gros seins – et sa main était étrangement cachée au fond de ses courtes poches cargo. Jasper ne pouvait pas se débarrasser de la vision d'Edward se touchant éventuellement, juste devant lui.

"Dieu, elle est sexy," soupira Tyler, pinçant les lèvres alors que sa tête se rapprochait.

"Smokin '" ont fait écho certains des garçons, mais Jasper ne se souciait pas beaucoup de leurs évaluations.

Ses yeux étaient braqués sur Edward, espérant qu'il trouverait l'image aussi répugnante que lui.

Malheureusement, Edward était clairement excité, bégayant, "O-où as-tu eu ça ?" Il y eut un mouvement bref et subtil sous le tissu court d'Edward, et Jasper avait désespérément besoin de rentrer chez lui et de desserrer le sien.

"Mon frère," répondit Tyler, la langue sortant pour lécher ses lèvres. Même ce petit geste, de la part de quelqu'un comme Tyler, avait fait vibrer l'érection de Jasper si fort que ses hanches ont cédé.

Son esprit créait sauvagement des fantasmes avec Edward et Tyler maintenant. Là encore, Jasper était tellement frustré que même la femme dégoûtante du magazine aurait pu le faire sortir.

Edward remua à nouveau. "Envoie-lui mes remerciements," gloussa-t-il, bas et rauque et Jasper devint incroyablement plus dur. Il se rapprocha un peu plus d'Edward, sous la ruse de vouloir un meilleur angle pour voir la photo, et Edward, remarquant, lui donna l'espace nécessaire pour se blottir étroitement contre son corps.

Edward réservait toujours à Jasper le siège le plus proche de lui.

Ses bras étaient chauds, et celui le plus proche de Jasper avait toujours sa main profondément enfoncée dans sa poche. Jasper a imaginé tous ces autres garçons partir pour qu'il puisse se rapprocher et lui murmurer à l'oreille, "Je peux aider avec ça..."

Il ne s'était jamais senti aussi effronté et aussi impardonnable, rien qu'en regardant l'excitation d'Edward. Il ne savait pas combien de temps encore il pourrait cacher ce secret à Edward. Ils passaient tellement de temps ensemble, seuls et intimes, et les opportunités qu'ils pourraient avoir à explorer étaient si incroyablement attirantes pour Jasper.

Mais alors Tyler regarda Jasper avec des yeux plissés, et Jasper réalisa que son propre regard n'avait pas été sur le magazine, mais plutôt sur l'entrejambe subtilement changeant d'Edward.

Jasper déglutit et détourna rapidement les yeux, ignorant l'accusation dans son regard.

"Hey, Jasper," dit soudainement Tyler, et toutes les têtes se tournèrent vers lui, la plupart des visages rouges et vides. Tyler sourit et se demanda à haute voix, "Je suppose que ce n'est pas ton type de matériel." Puis Tyler a sorti un magazine de sport, plein d'hommes en sueur et de publicités sportives, et l'a affiché sur les gradins, devant lui.

Les autres garçons restèrent silencieux pendant un moment seulement avant que leurs yeux ne s'écarquillent, puis ils rirent à gorge déployée, Edward immobile et fixant le magazine sportif avec perplexité.

Jasper se leva, indigné alors qu'il regardait les cheveux ridiculement gras de Tyler, et souhaita pouvoir verser de l'eau de javel dans son cerveau, juste pour dissoudre le fantasme momentané qu'il venait d'avoir de lui, souillant la perfection solitaire d'Edward.

"Tais-toi," finit par se défendre Edward alors que Jasper se dirigeait vers les toilettes, espérant qu'ils rentreraient bientôt à la maison.

Jasper avait hâte de se blottir contre Edward et de rêver de cette main, perdue dans les profondeurs du tissu de la poche.

---

"Que veux-tu dire?" demanda Jasper, appuyé contre sa tête de lit avec un genou contre sa poitrine. La douce lueur de sa lampe de chevet illuminait le visage d'Edward d'en bas alors qu'il se tenait debout, et elle accentuait ses orbites – les faisait paraître enfoncées. Ses lèvres semblaient plus grosses. Les lignes de son corps de quinze ans étaient presque visibles à travers son vieux t-shirt transparent.

"Ce n'est pas une blague," murmura Edward, mais Jasper ne riait pas. En fait, Jasper était sur le point de pleurer, mais il ne laisserait pas Edward le voir. Il serra les dents et enroula fermement son doigt autour d'un fil lâche de son drap de lit. Cela a coupé sa circulation et rendu le bout de son doigt bleu.

Jasper a tiré plus fort.

"Allez," supplia doucement Jasper, une dernière fois, en hochant la tête vers l'espace à ses côtés. Il faisait de son mieux pour jouer le jeu, incertain de sa transparence.

Les yeux d'Edward fixaient le vide, les couvertures toutes froissées et repoussées pour la promesse de son corps chaud.

Jasper n'avait pas voulu demander. Ils n'en avaient jamais eu besoin et cette nouvelle nécessité le confondait. Leurs lits étaient ouverts l'un à l'autre depuis six ans.

Les yeux d'Edward étaient sans vie maintenant, sa posture indifférente. Il a déplacé son poids. "Jamais," fut sa réponse silencieuse et il se retourna, sortant de la pièce la tête baissée.

Lorsque la porte se referma enfin, Jasper laissa le cancer de son absence l'envahir. Elle était cramoisie et nue, comme sa chambre à minuit. Les murs rouges étaient couverts de marqueurs, de croquis, de gribouillis et de poésie qu'ils avaient autrefois été capables de partager. La lampe s'allumait peu et Jasper se renfrogna devant les rares griffonnages qu'il pouvait déchiffrer.

Son doigt était maintenant engourdi.

Il se demanda pourquoi Edward faisait ça – privant Jasper de son confort. Mais il savait déjà. Il avait entendu les chuchotements autour de la maison qui flottaient jusqu'à ses oreilles comme un chant maléfique et sifflé.

« Ne sont-ils pas un peu vieux pour coucher ensemble, Carlisle ? Ne devrais-tu pas dire quelque chose ?

Jasper les avait ignorés et attendrait qu'Edward vienne. Si jamais il échouait, Jasper irait vers lui. C'était ainsi que fonctionnait la gravité. Même pendant les dîners du soir, ils bougeaient ensemble, comme une danse gracieuse. Edward avait été si inconscient et indifférent pendant si longtemps. Cela avait été la plus douce des petites abominations – ce désir secret que Jasper avait caché.

Jasper était doué pour se cacher.

Mais Jasper savait aussi que le mécontentement de la tante et de l'oncle d'Edward n'avait rien à voir avec cela. Jasper savait que c'était de sa faute. Il avait été négligent et stupide – avait permis à Edward de sentir son érection matinale et avait réagi d'une manière fâcheuse.

Cela s'était produit plus tôt dans la matinée et Jasper savait qu'il avait tout gâché avec une poussée à moitié consciente de ses hanches. Edward avait ouvert les yeux et froncé les sourcils, et quand Jasper avait réalisé ce qu'il avait fait, il ne s'était pas précipité. Au lieu de cela, il avait maintenu ses hanches là et avait voulu recommencer. Leurs yeux étaient tombants de sommeil, et la bouche de Jasper était floue, mais il avait été groggy et toujours enveloppé par l'euphorie du rêve qu'il avait fait à propos d'Edward.

Edward, qui avait l'air si confus et fatigué à côté de lui.

Jasper avait penché son visage plus près d'Edward, frottant son érection contre sa cuisse chaude.

Quelque part au fond de lui, Jasper s'était convaincu qu'Edward ressentirait les mêmes choses. Il avait espéré qu'ils pourraient garder le secret et s'explorer mutuellement. Mais Jasper aurait dû savoir mieux. Jasper entendait souvent Edward adorer certaines filles à l'école et savait qu'il avait été attiré par elles. Pas Jasper. Edward aimait leurs cheveux bruns et leurs petites montures, gardait des magazines cachés sous son matelas avec des femmes nues dedans. C'étaient les choses dont Edward rêvait. Pas Jasper. Jamais Jasper.

Edward l'avait repoussé avec une hâte agressive.

Jasper voulait le supplier alors qu'Edward se jetait hors du lit, consterné et horrifié. Il avait voulu expliquer qu'il ne pouvait pas s'en empêcher et qu'Edward avait la peau la plus douce, la plus pâle et la plus belle. Il voulait qu'Edward sache qu'il nierait volontiers ces réactions s'il restait simplement avec lui.

Il voulait qu'Edward sache qu'il signifiait tellement plus, que les curiosités et les réactions de Jasper n'étaient pas la cause, mais l'effet de sa connexion avec Edward.

Maintenant, Jasper avait besoin d'Edward à ses côtés pour qu'il se sente en sécurité, aimé et précieux. Pour lui donner une place dans le monde. Il avait envie de la flottabilité légère qui envahissait souvent sa poitrine quand Edward était proche, le touchant dans de petits gestes affectueux. Il brûlait de poser sa tête sur les genoux d'Edward, de sentir ses doigts souples lui caresser les cheveux et de fixer les yeux verts qui chassaient l'obscurité.

Il resserra le fil autour de son doigt, de petits picotements piquant la chair. Il était sur le point de bondir et de courir vers lui. Il voulait attraper Edward par les poignets et le plaquer contre un mur d'une manière violente et épouvantable. Il voulait lui dire qu'il ne pouvait pas survivre sans lui – lui dire d'ouvrir les yeux et voir à quel point ils allaient ensemble, de cette façon – lui dire d'ouvrir la bouche pour qu'il puisse enfin goûter la douceur de ses lèvres interdites.

Jasper n'a pas dormi et il n'a jamais éteint la lampe.

---

Jasper a finalement entendu les termes cet été-là, dans les vestiaires, à la télévision et venant de la bouche sale des garçons du quartier.

Gai. Fée. Fagot. Bizarre.

Ils parlaient de garçons, comme Jasper, qui étaient attirés par d'autres garçons, même si la façon dont ils en parlaient était beaucoup plus vulgaire et dégradante. Jasper n'avait jamais pensé que son attirance pour un autre garçon était mauvaise et avait du mal à comprendre pourquoi cela nécessitait son propre terme. Il voulait tellement demander à quelqu'un de le lui expliquer, mais trouva Edward évasif vis-à-vis de sa compagnie.

Sans école pour l'occuper, Jasper suivit Edward dans la maison. Il se laissa tomber à ses côtés sur le canapé blanc et moelleux. Il a essayé de regarder leurs émissions préférées avec Edward, mais ils n'ont jamais parlé. Jasper le suivrait ensuite à l'extérieur, muet et perdu, alors qu'Edward cherchait le groupe de garçons qu'il était venu appeler amis. Jasper était rarement qualifié d'"ami".

Il détestait quand Edward l'appelait son « frère ».

Il ne fallut pas longtemps à Edward pour devenir agacé par la persistance de Jasper. "Arrêtez de me suivre", a-t-il finalement lancé un jour. Jasper le suivait, comptant leurs pas alors qu'ils parcouraient le trottoir. La tournure furieuse d'Edward a pris Jasper au dépourvu.

Il tressaillit.

Edward roula des yeux, ses cheveux brillant au soleil avec des taches de rouge rubis. Une goutte de sueur coula de son oreille et s'accumula dans sa clavicule. « Tu ne veux pas te faire tes propres amis ? he asked meaningfully, eyes alight with irritation, cheeks flushed with fury. His nostrils flared and Jasper had always thought Edward adorable when angry.

Of course, now, Edward was angry with him.

Jasper opened his mouth but couldn't speak. He didn't understand having anything of his own. Jasper shared with Edward and Edward shared with Jasper. There was no one thing owned solely by the other. They'd shared clothes and shampoo and candy bars and ice cream and soda pop and toys and... everything. He couldn't fathom the line required to sever that concept.

What was the point in having anything if he couldn't share it with Edward?

They could hear the voices of the other guys around the corner, and Edward shifted impatiently. Without waiting for an answer, he spun on his heel and loped toward them, so graceful as his muscular body moved. Jasper was still stuck in his awkwardly skinny body, all twiggy limbs and too tall to know what to do with them. Edward's hair stuck to his sweaty neck and Jasper memorized their curly Q's and matted O's.

And then, because he simply didn't know what else to do, Jasper followed.

Edward stepped right. Jasper stepped right. Edward stepped left, Jasper stepped left. Edward curved his path, Jasper curved his path. It was customary by this point. They even walked the same now. Talked the same. Used the same taboo language in private and liked the same junk food. Edward had adopted a fraction of Jasper's odd, southern accent, and in return, Jasper had adopted Edward's sharp annunciations, their speech becoming one, fused drawl unique only to them. Edward was an extension of him—a dual part of Jasper's body that he had no choice other than to accommodate.

But then the guys' voices got closer and Edward's fists curled at his side. Jasper furrowed his brow at them, tilted his head and pondered their meaning.

And then Edward spun.

Jasper flinched.

Edward put his palms to Jasper's shoulders and shoved him with an angry growl. Jasper watched his face as if in slow motion—the furling of his pink lips, the forward sway of his messy hair, the darkness of his eyes, and the creasing of his pale forehead.

Jasper—shocked and puzzled—tumbled to the ground and landed on his bare elbows with a blinding "crack."

He cried out in pain, could feel the course pavement below him scrape his skin away from bone and burn. It reminded Jasper of that excruciating moment when leather had met his flesh as a child. It wasn't the pain that hurt. Jasper found the pain to be oddly stimulating and, though the sensations burned, the throbbing made him acutely aware of his every nerve ending.

Jasper liked that.

No. The pain did not hurt Jasper.

Jasper was hurt by the persons who intentionally inflicted it.

His watery gaze was trained on the figure above him, and Jasper whimpered. Even though his elbows bled, it was his chest that ached. Jasper found it difficult breath. Edward's face was pale now, not flushed. His green-apple eyes were wide and aghast, and he staggered back, mutely shaking his head from side to side.

Jasper felt a tickle of pleasure from the remorse and horror that covered Edward's face like a tragic mask. Jasper was so weak physically, so vulnerable, and he hated feeling that way. This guilt was his only power over Edward. His perfect lips parted, and he did apologize, but when the guys grew nearer, Edward did not offer Jasper his hand. He hung his head and his remorse transformed to pity. Then Edward's face was blank, and he was turning to the others with a small, guilty shrug.

Blood trailed down Jasper's arms as he stood, using his blonde hair to veil his humiliating tears. He dusted the dirt off his back and when he extended his arms, a smatter of pain speckled his sensitive and raw skin. The guys all shot him odd looks and continued their laughter and walking.

Edward followed them, but Jasper followed nothing.

---

Esme and Carlisle were beginning to worry about Jasper, and he knew it. He hid away in his room for the remainder of the summer and spent his time dreaming and sulking. He only came out for dinner, never capable of containing his bitter tears when Edward would return home at twilight, flushed and sweating and exhausted from a long day of playing baseball with the other guys.

Jasper hated baseball—not that he was ever invited to play, of course.

One evening while the two were washing dishes, Jasper heard Esme asking Edward why he was never invited. "It's just a little odd that you were so attached at the hip, and now you won't even take him out to play with you," she wondered aloud.

Edward lied quite easily, "I asked him to come and he said 'no.'"

This produced a term from Dr. Cullen when Esme went to him, concerned: "Social dysfunction."

Jasper balked at these words, infuriated at Edward. He wasn't certain how, but he made a plan to get back at him—to make Edward feel as excluded as he did. He began listening to music that he knew Edward would loathe. He chose the loudest, heaviest, most obscene and frowned upon songs and played them whenever he was certain Edward would be home. He was always quite pleased whenever he'd catch a glimpse of Edward's face, wrinkled in distaste.

But Jasper actually found himself relating to the words of the songs—angry and withdrawn.

Before school began again, Esme took Jasper out to buy his own clothes, since Edward's bedroom—and consequently, his closet—were now off-limits to Jasper. He chose clothes that were the farthest from what Edward wore.

Edward liked blue and green and yellow, and so Jasper chose black and white and grey.

When school started again, Jasper found it difficult to watch Edward with the other boys. He had to sit at his own table Sophomore year, exiled from his usual spot at Edward's side. Outwardly, Jasper remained emotionless and numb, but inwardly, Jasper was anguished with every moment that he had to watch Edward's smile from across the room.

Jasper stopped caring about his grades, found it difficult to remain focused on the boring material. He'd spend his afternoons gazing out windows and concocting fantasies of Edward's ultimate absolution. In his daydreams, Edward would come to him, remorseful and pleading, and Jasper—never capable of saying no to him—would accept him with wide, open arms and a joyous grin.

They'd kiss in Jasper's fantasies.

It wasn't always on the mouth.

On Halloween that year, Edward took Tanya Denali out on a date, to a costume party that Jasper hadn't been invited to. Tanya went as Marilyn Monroe. Edward went as John F. Kennedy. Jasper went to the Cullens' liquor cabinet when they fell asleep and got drunk for the very first time.

He vomited in his closet.

When his "parents" had found their liquor missing that Thanksgiving, they'd punished Jasper—a first. He was prepared for a myriad of methods used to accomplish this. Jasper knew by then that Dr. Cullen would never strike him. Instead, they grounded Jasper to his room, where he had round-the-clock access to a brand new computer, high speed internet, and websites where he could watch men do what he always wished Edward might.

As if he went anywhere else.

---

The numbness never came. Jasper always read and heard about people becoming numb to this kind of pain, but he wasn't so lucky. Rage filled Jasper like a violent waterfall, brimming over the edges and threatening to spill over at any given second. Whenever it did, he'd be forced to lock himself away like a volatile prisoner, too afraid of his flagrant transparency to simply... snap.

God, how he wanted to snap.

Now, Jasper was watching by the ledge, his ribbons of smoke twirling like a zephyr toward the night sky as it twinkled. He tucked himself away in a dark corner of the balcony and watched. He was always watching. Two glowing eyes in the darkness of the forest. Something's off, but you don't know what.

He flicked his cigarette and narrowed his eyes—his jasper-colored eyes.

He hated that fucking gemstone. He hated the humid breeze, caressing his flesh with nothing but chill. He hated the sounds coming from below him and the rattling of the windows like monkeys in cages. He hated so much these days.

He hated himself. He hated his scars. He hated his blonde hair and it's course curling. He hated being sober, and he hated lying to his "parents." He hated them. He hated his red bedroom and the cold floors. He hated the memories—and—he—fucking—loathed—Bella—Swan.

Edward looked so strange now, sitting on the hood of his new car and laughing. He threw his head back, and his abdomen tightened with the chortles. Jasper could sense its dishonesty in the oddest way. He wanted to be there to look a little closer. He wanted to set his jaw and narrow his eyes and peer into that bizarre sound. He dissected it with careful incisions. High. Low. Profond. Repeat. Bounce of the diaphragm. Tosses of bronze.

So few could see his strangeness, really comprehend or grasp its existence.

To Jasper it was a flashing billboard on a crowded interstate. It reminded him of little bugs, teeming beneath tree bark and gnawing until nothing was left but a hollow stump. Slender fingers. Animated as they waved. Words spoken, vibrations of sound that twisted and distorted through a crooked smile. Edward brushed her hair back from her neck. Fingertips grazed her skin, and she smiled, smiled, smiled.

He blew his smoke into the air slowly, allowing the noxious cloud to obstruct the view of lips touching. Hands on backs. Whispers in ears. More laughter, stretching wide around the space and calling, "Look at me! Look at me! Aren't I so motherfucking divine?"

Tiny, tiny hands, grasping and clutching as their lips glistened under the pale moonlight. Her fingers trailed his shoulders and sank into the blue fabric of his shirt. She hooked her knee around his hip and moaned against him. She reached down and cupped his groin, and he shoved his fingers into her hair with a fevered grunt.

Jasper—drunk and dizzy—vomited over the railing.

---

"Where did you go?" Edward asked as she took her seat. His hair hung in his eyes. Flopping down. Wide eyes. He picked at his chicken and avoided anything outside his bubble of perfection. He wasn't oblivious to Jasper's cutting stare. He was just ignoring him. Jasper wished he could ignore Edward, too.

She grinned. "To the lady's room, of course." Her hand sought his, wrapped it up tight, held it down and locked it away. Their fingernails were bright and entwined and laying atop the Cullen family dinner table like the prettiest picture. Everyone was smiling. Jasper inspected her fingers and, against his will, envisioned them wrapped around Edward's rigid cock.

Jasper ground his teeth and tapped his boot, shoved the food into his mouth.

"Your home is so lovely, Mrs. Cullen!" Bella exclaimed like screeching chimes that made Jasper cringe. Eyes bright like headlights scanned the walls, and she gushed, gushed, gushed. Jasper felt sick again. The pleasantries swelled around him. "Everything tastes delicious! I love that painting! Your pearls are gorgeous!"

And this was the most horrific thing about this Bella fucking Swan. She hadn't an ounce of malice in her. She was polite and kind, attractive and sensual, sweet and sugary, intelligent and strong-willed. And she was genuine in her care for Edward. When all pretenses were stripped away, Jasper could only come to one conclusion.

Jasper hated Bella most because he had no logical reason to.

Esme beamed with pride and joy. Carlisle was engrossed in a newspaper. Edward was nodding along and eating small, menial bites. Shoving them down the hole. Holding her hand. Grazing her shoulder. Smiles so crooked and bizarre were flashed and disarmed her anxiety.

Jasper fucking hated that smarmy, crooked smile of his. He shouldn't be smiling like that—teeth and pink and bright green eyes, seeking brown. Every time he saw the smile—the one meant for Jasper—he wanted to stand and scream and toss his chair about like a petulant child. Didn't they understand anything?

Edward was his.

Edward kissed Bella goodnight in the foyer as Jasper passed to climb the stairs. Hands on hips, thumbs on cheeks, and tender whispers. Edward stared after her form with sparkling eyes and a thrilled stare. He probably liked watching her ass sway, Jasper seethed. Then the door was closed, and Edward was trodding away. Bounce in his step.

He never looked at Jasper anymore. It felt as though Forks was a chasm below him and he was falling. He was a weightless, yet somehow swollen mass that kept dropping. He waited to hear the final "crack" of his landing. Waited to feel the pain of his ending. Waited for the ground to finally give way to nothing.

He had nothing.

Jasper's fingernails penetrated the flesh of his palm, and when he finally, finally bled, his lips twitched like a dying body.

---

The stale linger of its taste in his mouth was the worst.

It was bitter, with an edge of saccharine, like blood and candy. He could feel it's violent dance on the tip of his tongue with every passing day. It never waned. Like a ghost, it haunted his empty halls, floating through the vacant rooms and searching for tattered toys and discarded, broken soldiers. How he wished he could give it back, shove it into his arms and laugh, laugh, laugh.

He could taste it the strongest at midnight. Could smell soapy hair and feel damp breaths against his neck. He could hear soft breathing, see twitching-dream fingers. Could feel hot, tender flesh beneath his eager fingertips.

Jasper had always been such a weird, dark little shit.

Jasper still found himself waking at the twelve chimes of the hallway grandfather clock. He'd forget the betrayal, and his feet would take him through the house, up the stairs, and to the door he was once welcome to enter. It wasn't until his hand wrapped around the brass knob that he'd remember.

It would wrap its bony fingers around his throat and squeeze until he'd gasp in the darkness. He'd stagger back and let the handle go without really meaning to. He'd feel Edward's words every night, thick like cold venom coating a candied shell.

"I don't sleep with fags."

And there—in front of the entrance which was once a soothing balm to his wounds—Jasper would cry.

He wouldn't sob. Jasper wasn't a sobber—he refused. But the tears would trail down his cheeks like searing tracers, regardless of his efforts to disallow them. He was always so weak like this—tired and scared and utterly fucking alone. Where was their compassionate fucking boy now?

And then Jasper would go back to bed. He would remove his boxers and lay naked beneath the covers. He would grab a white down pillow and shove it between the sheets, turn on his side and grip it between his thighs. He would move his hips against the smooth coldness, releasing a sigh. He would smash it against his throbbing erection.

His hand had always been lacking, so cold. Had felt so clinical and to-the-point. He'd wanted to imagine a pale, lanky body beneath him as he came. He wanted to feel above it, in control of it. He wanted to dominate it. This is the method he still preferred. Jasper couldn't even jack-off like a normal boy. But though that sickened him, made him feel shame, he continued.

He'd eventually turn to lay on top of it.

He would prop himself on his elbows and tuck his chin to his chest so he could watch himself fucking it. The tip of his cock would slide against white, peeking out from between his stomach and cotton. He'd imagine a little tuft of coppery hair, a trail from a belly button, hot breath on his face.

He would thrust urgently against it, the blankets on his back rising and falling with quick, sharp bounces and falling off his bare shoulders. His mattress would squeak, just like he always knew it would. He'd stare at himself moving against it and talk as if Edward were there, beneath him, writhing. Jasper had a vivid imagination and he'd say the most disgusting things to Edward's effigy.

The most disgusting, horrible, honest and arousing things.

At first he'd whisper sweetly, softly, tenderly to his absent lover, secret and gentle as he bucked into the pillow. He would shift his knees and he would push harder, offering husky praise to vacant space as he lifted his stomach for a better view.

He imagined Edward being so tight...

And then he would fall and writhe and rock into the bed with a pleading, begging groan as he came. Shuddering, he'd call his name as if Edward might hear him from across the house. He wanted him to rush through his door and swear that he'd never leave him again. He wanted to feel his sinewy arms encasing him yet again, holding Jasper's sweaty head to his chest.

Instead, Jasper would lay his cheek down, staring at the door and panting as he pressed his dick into the soiled pillow, just a few more times. It was so much easier this way. He'd forget the pain of standing before Edward's door—too exhausted and breathless to think. And then he'd fall asleep, sticky and empty.

Jasper did his own laundry now.

---

He'd waited for this moment since Junior year. It was the best fucking day he could remember having since Edward had kissed his wrist. Jasper walked on air through the halls of his high school, a secret grin on his face as he drifted from class to class, sticking to the shadows and the crevices of classrooms.

The girls were more chatty than usual and this... this pleased Jasper. The guys weren't much better, their whispers only minimally softer but ultimately decipherable. He'd lean in over his desk to catch their phantom and intangible murmurings, wanted to pluck them out of the air and shove them in his pocket for safekeeping. His hidden smile grew wider with every second.

Edward had stayed home today, as had Bella.

If it weren't for the school gossip, Jasper would have never recognized his fortune. For in the hallways and the stolen seconds before and after classes, the student body was abuzz with particularly satisfying information.

Bella Swan kissed one of the Quileute boys. Edward found out.

They were no longer together.

Nothing could dampen Jasper's high spirits. Not even when the assistant principal cited him for dress code violation because his pants had fallen too low on his hips. Not even when Mr. Berty informed Jasper of the possibility he might not graduate, due to his laughable GPA. Not even when he missed the bus and had to walk home, the rain already beginning to fall.

Jasper was positively soaked to the bone by the time he reached the large white mansion in the forest. Esme and Carlisle's cars were both absent from the garage. He checked. The house was an eerie kind of silent, as if maybe a calm after the storm.

Jasper went straight up the flight of stairs and passed his own room. Edward's door was closed, as he'd expected it to be. Internally, his heart was fluttering wildly in anticipation, all abuzz like the campus had been. He didn't even bother knocking.

But he wasn't prepared for what he saw: Edward curled up on the bed beneath his sheets, staring at the far wall with vacant, bloodshot eyes.

Jasper inspected him with much misery, the buzz in his chest subsiding to a deep aching that he never wanted to experience. Edward's pain was Jasper's pain.

In that moment, Jasper realized that he'd been so very wrong about Bella Swan. He had ample reason to hate her, every fiber of her being. She possessed Edward's heart, his perfect, flawless, fragile, delicate heart. Jasper had never entirely realized the depths of Edward's feelings for the girl, but there was no denying them now. She'd had his heart, and Jasper knew this with certainty, because clearly, she had crushed it.

Jasper knew how that felt, could see the symptoms and signs miles away. If ever he were doubtful of this fact, all he had to do was look in the mirror.

He felt no sense of vindication. There was no glory for Jasper in seeing Edward like this: crumpled and discarded and empty. There was only a deep sense of empathy, an impossible longing to comfort and soothe, a craving to absorb as much of that ache as he possibly could.

So Jasper removed his wet jacket and moved closer to Edward's bed, growing more and more miserable with every second that Edward completely disregarded his presence. Jasper pulled back the blankets and slid underneath, dampening the sheets with his soaked denim and dripping hair.

Edward was so motionless that Jasper thought him much like a statue. Except that he wasn't. Statues stood tall, they didn't lay curled around white bedsheets, despondent and limp. When Jasper was close enough, he lay his head upon the pillow, placing his eyes directly in Edward's line of vacant vision. There was only a slight spark of recognition in Edward's green eyes, but it was enough for Jasper to feel relief.

But then Edward whimpered.

It was a soft, anguished sound that pierced the depths of Jasper's soul. And he couldn't restrain his arms from seeking Edward's body and encasing them in what little comfort Jasper had left to give. Edward did not return the embrace at first, but Jasper smelled his hair and smoothed it back, hooked his wet leg around Edward's calf, the way he always had.

Jasper had never been the strong one. All he could do was hold Edward's prostrate body until he felt his arms respond, one draping itself weakly over Jasper's side. It was only an echo of what he knew they once shared. It was dark and miserable and painful in ways that Jasper couldn't possibly enjoy. Even though he finally held Edward in his arms, it was, in many ways, tainted with despair.

As was their sleep.

---

They must have slept for hours upon hours, if not days. Jasper could sense Edward in the depths of his seemingly neverending slumber, could reach him and touch him and cradle his head in his hands. He could also, almost instinctively, feel the sun's set and rise as he dozed contentedly.

Jasper seemed to awake to a weight in his chest that puzzled him. He squinted his eyes and wondered what the hell was fucking with his hair, something seeming to flutter through his tresses in a darkly, achingly familiar way. Jasper hadn't had anyone touch his hair since...

He opened his eyes to bare skin and a waistband, a little trail of coppery hair disappearing beneath it. Jasper's head rose and fell with Edward's breaths, his skin exploding into a current of electric gooseflesh with every pass that was made against his scalp. Edward's fingers. Jasper knew they were Edward's fingers. He must have, even in his dreams, because the weight that filled his chest was something that Jasper hadn't felt in so long.

Jasper sighed, his arm wedged uncomfortably against Edward's side. He was afraid to speak, terrified to spook the moment and watch it flutter away and dissipate into nothingness.

Edward's voice was gravelly and weak. "I guess everyone knows." His fingers, his smooth, long, gentle fingers, never ceased in their tender caresses.

Jasper suppressed a shiver. "I'm sorry," he whispered and was surprised to hear the utter sincerity of his voice.

Somewhere behind Jasper's head, Edward shrugged. "So am I."

When the deep chasm of silence fell upon them, neither abandoned their position. Jasper's eyes remained saucer-wide and stared fixedly at the patch of hair before him. He'd always imagined it, had seen the beginnings of its growth, but had never had the opportunity to view it matured. He memorized the way each hair curled against Edward's belly, scattering outward into nothing but pale flesh.

"Jasper," Edward eventually called, his fingers faltering. "Can I ask you a question?"

Jasper was unnerved by the slowing of Edward's caresses and the frailty of his voice. "Okay," he resigned with more than a little wariness. He was incapable of denying him.

Edward's voice was dreadfully knowing as he asked, "Why did you change your hair?" And then, as if to punctuate his own suspicions, Edward grasped at a thick lock and twirled it around his forefinger.

Jasper wasn't sure what to say or how to answer him. He'd changed his hair months prior, had seen no visible evidence that Edward had even noticed. Swallowing nervously, Jasper coldly declared, "You really don't want to know," and prepared himself for Edward's ultimate rejection and callousness.

"I do," Edward insisted.

Jasper released a long sigh and began to turn his head. He realized that this was likely the last moment he and Edward would share with such scarce proximity. The pit of his stomach hardened and tensed in preparation.

Jasper looked Edward in his bloodshot eyes, propped on his elbows and stoic. He wasn't ready before, but this time... Jasper knew exactly what to expect.

"You prefer brunettes."

---

Jasper was back in his bedroom. He and Edward had slept for so long that he was no longer tired. He'd left Edward's bedroom that morning confused, hopeful, pissed off, and some how more confused.

Upon Jasper's confession, Edward hadn't kicked him out. Then again, he hadn't stayed in bed, either. Looking rather awkward and still just as empty as he had the previous day, Edward had excused himself, citing that he'd desperately needed a shower.

Jasper was uncertain what to make of his lack of reaction. He worried that maybe he'd been more transparent all this time than he'd known. Then again, Jasper had never been able to hide from Edward. He wasn't surprised that Edward had likely known the truth all along.

Which was why Jasper now lay in his bed, staring at the ceiling and fantasizing, hoping. This was what pissed him off. Jasper didn't want to get his hopes up just to watch them crash and burn. But try as he might, he couldn't stop himself from envisioning that trail of hair or Edward's green eyes. He couldn't stop himself from recalling the way Edward's bed had smelled—more like man than boy.

Jasper's mind kept stampeding between thoughts, first tender, and then violent, lascivious, longing, giddy, despondent, before finally continuing the circuit with no resolution. That was, until he heard a slight rapping on his bedroom door.

Jasper's eyes snapped to the source of the sound just as Edward's head peeked through, hand grasping the knob. Edward appeared rather uncertain as he stepped into the room, explaining, "Can't sleep."

Jasper swiftly sat up, scooting his

Articles similaires

Ne jamais regarder en arrière_(2)

Introduction J'ai entendu quelqu'un emménager dans le manoir, dit le petit Jeremy d'un ton neutre. Sa voix d'adolescent était forte de confiance et sa poitrine était haute pendant qu'il parlait. Menteur, répliqua Porter instantanément. C'était impossible, tout le monde savait que cette maison était hantée. Les deux avaient 7 ans à l'époque et leur imagination travaillait constamment à des histoires. Beaucoup de leurs histoires étaient centrées sur le mystérieux manoir qui se trouvait au sommet du terrain montagneux qui entourait leur ville du Colorado. Les deux étaient convaincus qu'il était hanté, donc la perspective que quelqu'un l'habitait était incompréhensible. Non, Jeremy...

1.2K Des vues

Likes 0

Baiser

Baiser Holly tourna sur la route de gravier qui menait à son lac privé et poussa un soupir de soulagement. Se garer à côté du grand chêne où elle se trouvait toujours, elle n'était qu'à quelques mètres du lac. Juste au-dessus se trouvait sa cabane. Elle aurait pu construire un manoir ici si elle le voulait, mais la cabane qui était là quand elle a acquis la propriété il y a plus de vingt ans. C'était d'abord un lieu de divertissement et de jeux avec son premier amant. C'était maintenant son refuge du monde de l'entreprise et c'était privé, loin de...

3.8K Des vues

Likes 0

Le voyage de pêche de Pam

Le voyage de pêche de Pam par jallen944 © Anne posa le téléphone sur le comptoir et descendit l'escalier. « Pam ? » elle a crié. Quoi? Pam a répondu et s'est tenue sur le pas de sa porte pour regarder dans l'escalier. M. Thorn veut savoir si vous voulez aller pêcher avec lui. Il va au lac ce week-end. Ouais, j'y vais, dit Pam, se sentant soudain très excitée. Il l'a fait. Il a trouvé comment la mettre seule pour un week-end. Ok. Je lui dirai que tu seras prêt quand il viendra te chercher. Pam se précipita dans sa chambre, remplie d'excitation...

1.1K Des vues

Likes 0

La liste des coquines chapitre 4

J'ai frissonné à la pensée de ce que nous avions fait rien qu'au cours des vingt dernières minutes. Ouais, ça avait été plus que bien. Je me maudis dans ma tête qu'il avait toujours la bonne chose à dire. Chris pressa ses lèvres sur mon front et me frotta le dos. Puisque nous sommes ouverts ici, avant d'aller plus loin, je pense que c'est le bon moment pour aborder quelque chose d'important. D'accord... J'ai commencé à lever le regard et j'ai atteint sa bouche. Holly, es-tu une bonne fille ? dit-il sérieusement, comme si ma réponse était la décision la plus...

621 Des vues

Likes 0

La punition d'une petite salope

Elle ne savait pas comment tout cela s'était passé si vite, elle était maintenant penchée dans sa salle de bain, sa chatte fraîchement rasée se faisant pilonner. Elle était allée dans la salle de bain tôt ce matin-là et avait retiré le plug anal que son mari avait mis en elle avant de partir au travail et avait sauté dans la douche. Lavant son corps, elle se taquinait lentement avec de douces caresses. Elle venait juste de sortir de la douche et commençait à se sécher quand elle jeta un coup d'œil par la fenêtre, réalisant qu'elle avait oublié de fermer...

2.6K Des vues

Likes 0

Si tu gagnes? - partie 2

Je me suis assis sur le bord d'un matelas affaissé, dans une chambre de motel crasseuse, et j'ai laissé mon regard jouer sur les bites alléchantes des quatre lycéens nus debout devant moi. Brandon était le seul à avoir encore dix-huit ans, mais avec son anniversaire le mois prochain, il était suffisamment proche pour que je ne pense pas à son âge. Chacun des garçons arborait une érection puissante, même si tous venaient de se branler dans ma main quelques minutes auparavant. Avec la glace brisée, ils ne jetaient plus un coup d'œil furtif sur mon corps d'âge moyen, mais respectable...

2.7K Des vues

Likes 0

LEÇONS DE DOMINANCE : DEUXIÈME PARTIE

PROLOGUE de la première partie : Naomi Dayne sort avec Peter depuis six ou sept rendez-vous maintenant, et sa mère, Miranda, a senti que sa fille tombait amoureuse du jeune homme, et comme elle est une dominante froide, elle veut sa fille poursuivre la tradition familiale de domination féminine sur les mâles !!! Après avoir soumis Peter à un certain nombre de tests, Miranda écrase finalement ses couilles dans ses mains, brisant efficacement l'esprit de Peter tout en lui laissant une épave émotionnelle !!! Miranda teste ensuite la capacité de Peter à la satisfaire oralement, et au grand soulagement de Naomi, Peter...

2.1K Des vues

Likes 0

Gretta

Gretta était sortie. C'était le matin de son 18e anniversaire. Elle s'était réveillée tôt, avait fait du yoga et avait pris un petit déjeuner sain. Elle était maintenant au centre commercial, en train d'acheter des vêtements pour la fête. Je me demande ce que ça va être que papa m'a acheté ? Mieux vaut être une putain de voiture ! Pensa-t-elle en vérifiant un soutien-gorge violet dans un magasin. Excuse-moi! Excuse-moi! Elle a crié au greffier et le greffier a rapidement couru vers elle. Jusqu'à quelle taille vont-ils ? Elle a demandé. Juste une minute maman, je vais aller vérifier… et...

2.5K Des vues

Likes 0

Ma femme baise son frère

Quand Sue a baisé son frère ----------------------------------------------- Le début de cet incident a eu lieu lorsque le jeune frère de ma femme nous a rendu visite à l'époque où les appareils photo numériques étaient si populaires. J'avais installé une chambre noire où je développais et imprimais mes propres photographies et il avait apporté une pellicule de son frère aîné pour que je la développe et l'imprime. Les photos étaient des photos nues de la femme de James, Mary. Pas les nus de type arty mais le vrai type XXX, ses jambes écartées, tenant les lèvres de sa chatte ouvertes, etc. Tous...

1.6K Des vues

Likes 0

PETIT BOBBY

Qui est ton ami, a demandé Jake en défaussant deux de ses cartes et en demandant deux autres au croupier !?! Euh, c'est Bobby Reynolds, mon meilleur ami du lycée répondit Peter, il est juste ici pour le week-end !!! Les cinq garçons jouant au poker dans le dortoir de Jake ont tous salué le jeune homme légèrement bâti avant de retourner à leur partie ! Peter et Bobby se sont assis dans le coin pour regarder, mais avant même qu'ils ne soient installés dans leurs sièges, Jake a lancé: «Tu connais les règles, Pete, quiconque regarde doit se déshabiller comme le...

1.3K Des vues

Likes 0

Recherches populaires

Share
Report

Report this video here.